Archives par étiquette : cuisine

Avec des épluchures et autres… dans ma cuisine et au jardin

Goulash, 2, à petit bouillonJ’ai commencé à mettre à jour mes index… Ceux concernant la Iecture et le cinéma sont presque à jour (complétés en juillet), avant de m’attaquer aux pages de visites, de gros morceaux, je me suis attelée à la mise à jour de cette page de cuisine ! Certaines recettes s’y retrouvent deux fois, pas facile de faire des catégories… La recette n’est pas toujours au début de l’article mis en lien… Comme je mange très peu de sel (2 g par jour maxi, soit environ 100g de pain et 30g de fromage), j’adapte les recettes mais vous le signale. Les recettes proposées dans ces pages par Maryse sont « normosodées ».

Boutons de pâquerettes et pissenlits au vingaireAu rayon aromates, fines herbes et pelouse…

Trognons et épluchures de pommes, 1, dans la cocotteAu rayon épluchures

En apéritif (dînatoire)

Avec le panier de la semaine 46, 2, salade En entrée

Carbonade à la flamandeEn plat (éventuellement unique)

Figues rôties au bleu d'AuvergneEn dessert

Ma liqueur de pissenlit après un mois de fermentation, deuxième filtrationConfitures, vins (macérations), etc.

Bonbons, liqueur et angélique confiteAu rayon épicerie (fine)

Idées de menu

Banquet des ouvriers bouchers à Poitiers en 1908

Tarte aux prunes et aux amandes

Tarte aux prunes, reines-claudes et mirabellesJe n’avais pas fait de pâtisserie depuis longtemps, il faut dire que l’anosmie (absence d’odorat et donc d’une bonne partie du goût) ne donne pas trop envie de cuisiner. Je me suis quand même remuée pour faire une tarte aux prunes et aux amandes l’autre jour, en apportant le dessert chez des amis…

Sur un fond de pâte sablée (maison, congelée), j’ai saupoudré environ 40g de sucre et 50g de poudre d’amande. J’ai ensuite dénoyauté les prunes, des reines-claudes, pour le tour et au centre, et des mirabelles pour la partie intermédiaire. Je les ai disposées partie bombée vers le bas. J’ai ensuite saupoudré encore un tout petit peu de sucre sur les reines-claudes (j’aurais aussi pu mettre du miel), car elles n’étaient pas très mûres, et parsemé de petites noisettes de beurre, et hop, au four thermostat 6/7 pour une grosse trentaine de minutes (à adapter en fonction de votre four). J’avais mis un papier sulfurisé sous la pâte, en craignant que le jus des prunes passe à travers la pâte et fasse coller la tarte au moule, mais cela n’a pas été le cas…

Gâteau marbréComme il y a de la place dans le four à côté de la tourtière, j’ai aussi préparé un gâteau marbré, suivant la recette que j’utilise depuis des années, mais en faisant une plus grosse moitié (presque les 2/3) sans cacao, histoire de bien garder les marbrures.

Asperges vertes version italienne (par Maryse)

Pendant que je flemmarde (mais j’ai lu plusieurs livres et BD, vu un film, etc., il faut juste que je me mette à rédiger), Maryse cuisine, crochète, tricote !!! Avant de lui laisser la parole, je vous invite aussi la soupe aux épluchures d’asperge. La parole à Maryse.

C’est la saison des asperges et pour changer des recettes classiques, j’ai eu envie d’essayer cette recette avec des asperges vertes crues que l’on fait poêler. C’est facile à réaliser, et la cuisson « al dente » permet de redécouvrir ce légume saisonnier. Cette consistance légèrement croquante permet de mettre en valeur la subtilité du goût si particulier des asperges. Impossible à faire avec des asperges en conserve, il faut donc en profiter. L’essai a été concluant et approuvé à la maison.

Asperges vertes version italienne

Asperges vertes à l'italienne de Maryse, ingrédientsIngrédients pour 3 ou 4 personnes:
Une bottes d’asperges vertes assez fines
100g de coppas en tranches fines
Un morceau de parmesan (environ 100g)
Huile d’olive
Vinaigre balsamique
Aneth pour la décoration (facultatif)

Asperges vertes à l'italienne de Maryse, tronçons poêlésLaver et sécher les asperges sans les éplucher (vérifier qu’elles soient bio) et couper les en petits morceaux de 3 ou 4 cm. Réserver les pointes et faites revenir doucement les autres morceaux dans l’huile d’olive. Au bout de 7/8mn, ajouter les pointes d’asperges et la coppa coupée en lamelles. Laisser cuire encore une quinzaine de minutes à feu doux en remuant. Les asperges doivent rester croquantes.
Les mettre dans un plat (ou dans des assiettes) et déglacer avec le vinaigre balsamique. Le verser sur les asperges.

Asperges vertes à l'italienne de Maryse, parmesan et anethRâper le parmesan avec un économe et le parsemer. Ajouter l’aneth ciselé dessus « pour faire joli » et/ou pour ajouter un goût légèrement anisé.

Asperges vertes à l'italienne de Maryse, assiette dresséeServir tel quel, à midi en entrée ou le soir en plat principal.

Fines herbes et champignons en mug

Couverture de Mug cakes, de Joséphine et Valérie Piot, aux éditions SolarIl y a quelques semaines, une amie m’a conseillé un petit livre de recette, idéal selon elle quand on n’a pas envie de faire à manger, elle pour la flemme, moi plutôt parce que faire à manger chaque jour quand on est anosmique / agueusique, ça n’est pas stimulant: Mug cakes, de Joséphine et Valérie Piot, aux éditions Solar. En revanche, je trouve que comme les recettes utilisent très peu de chaque ingrédient, c’est un risque de gaspillage. J’ai donc profité d’acheter les ingrédients pour d’autres plats et tester en même temps une recette en l’adaptant.

Coriandre, ail, ciboulette et estragonAinsi, comme je vous l’ai signalé il y a longtemps, j’achète presque chaque samedi au marché des champignons frais cuisinés par exemple en soupe (voir aussi revoir des champignons aux oignons, à la grecque version hiver), du fromage de chèvre de la ferme du Maras de la famille Gauvreau (frais ou sec) à Chauvigny, et plein d’herbes depuis que j’arrive à les sentir un peu, c’est à dire bien fraîches et en grande quantité. Samedi donc, j’avais pris pour 2€ trois gros bouquets, estragon, coriandre et ciboulette.

Fines herbes ciseléesPremière étape, je les lave rapidement, les laisse sécher un peu sur du papier absorbant (réutilisable une fois sec), puis opération un peu longue de ciselage, j’en utilise à peu près un quart tout de suite (avec les champignons et dans le chèvre frais, moins la dîme gardée pour la recette que je vais partager), j’en garde un quart au frigo pour la semaine (dans des boîtes hermétique avec du papier absorbant qui régule l’humidité), et je congèle le reste pour une utilisation différée, ainsi que le tiges qui finiront dans une soupe. Je ne jette (au compost) que le petit tas au centre en bas, tige trop dures d’estragon et quelques feuilles fanées.

Il faudra aussi que j’essaye la recette de tarte aux herbes de Moqueplet, que j’ai vue après avoir choisi mes repas de la semaine.

J’ai donc décidé de tester la recette de mug champignon, mais en l’adaptant… Pas question d’utiliser 15g de fromage frais à l’ail et aux fines herbes d’une marque connue… Burk!!! Si vous avez la flemme, vous pouvez le faire, pour ma part, j’ai fait du maison!

Les ingrédients:

2 champignons moyens (chez mon marchand, des petits champignons, ce sont vraiment des petit, juste poussés pour les cuisiner à la Grecque)
1 œuf (n° 0, bio, ou 1, élevage en plein air, jamais un n° supérieur, attention en faisant vos achats, des œufs industriels -2 ou 3 – peuvent se déguiser en « œufs fermiers » disposés dans un panier au marché, faites attention à ce qui est marqué sur la coquille)
1 cuillère à soupe de lait (mesuré à la dosette, prélevé sur mes yaourts maison… à la confiture, à l’avoine et aux fruits secs)
15 g de fromage frais de chèvre donc, agrémenté de fines herbes, un éclat d’oignon et une demie gousse d’ail
(sel inutile) et poivre.

Champignons et autres ingrédients avant cuisson J’ai donc commencé par préparer le fromage frais avec les herbes, l’ail, l’oignon et le poivre. Pour limiter la vaisselle, j’ai fait un trou au milieu et cassé l’œuf, battu à la fourchette puis incorporé peu à peu au fromage frais, puis ajouté le lait.  J’ai ensuite coupé directement dedans les champignons.

Champignons en mug...Cuisson au micro-onde 1minute 45 secondes, à 750W, laisser reposé 2 minutes avant de sortir, à manger démoulé ou… directement dans le mug! Au passage, vous voyez, j’ai choisi un mug assez large, lui aussi made in Chauvigny pour Philippe Baudelot / Tout Poitiers.come! Version locale de la recette, je vous dis! Résultat très satisfaisant, mais difficile à faire avec tous les ingrédients locaux en dehors des jours de marché.

Le retour de la saison des asperges

Asperges 2012 bien salesJe réédite un article d’actualité saisonnière… Pour information, les asperges de calibre étaient entre 4,5 et 6 € le kg suivant le calibre, début de saison à prix déjà bas, la chaleur de ces derniers jours a dû leur plaire, la pluie annoncée la semaine prochaine sera moins propice…

Sinon, grande première samedi, j’ai senti pour la première fois un plat mis à mijoter depuis l’entrée de la cuisine et non la tête penchée sur le jet de vapeur. Il faut dire que j’avais forcé sur ce que je suis capable de percevoir et que le plat, à peine avec un peu de goût pour moi, doit être immangeable pour quelqu’un d’autre! Poulet mariné la nuit à la bière avec clémentines, gingembre frais (beaucoup), thym, sarriette, oignons, estragon frais (la moitié d’une botte), laurier. Dans le bac vapeur, du riz basmati, des carottes et des poireaux coupés en petits morceaux, un quart de l’estragon restant, j’ai utilisé le reste ciselé dans l’assiette. Bref, je ne vous conseille pas la recette, mais ce n’est plus le désert total côté odorat. Je me passerais bien du diesel mal brûlé, je perçois beaucoup d’huiles essentielles au sortir du flacon ou du stick, quelques unes dans l’eau bouillante. Bref, il faut beaucoup de principes aromatiques pour que le nerf olfactif transporte un message et je passe encore l’essentiel du temps dans un monde sans odeurs. Ce fut zéro pointé dimanche pour les asperges…

Article du 30 avril 2012… La saison des asperges est de retour. En Poitou, elles sont surtout produites, dans le nord du département, entre Loudun et Lencloître en gros. Cette semaine, elles avaient bien baissé en prix sur le marché, 4 euros le kilogramme pour ce calibre, j’en ai pris 500g. Bon, comme il a beaucoup plu ces deux dernières semaines, elles sont bien sales, premier lavage à la main, deuxième lavage à la brosse…

… car j’ai décidé de tout cuisiner cette fois encore… à part le tout petit bout de la base [attention, il faut vous assurer auprès de votre fournisseur que les asperges n’ont pas été traitées, pas de problème ici, comme pour les autres épluchures que je cuisine, voir pour le céleri en poudre, la confiture d’épluchures et de trognons de pomme, le un pesto aux fanes carottes, une quiche ou une soupe aux fanes de radis]. J’utilise mes casseroles à deux niveaux, cela permet aussi des économies d’énergie, et de récupérer tous les sels minéraux. Mais vous pouvez aussi préparer en deux fois.

Asperges 2012, à gauche, épluchures et à droite, bac vapeur Donc, dans le bac du dessous, j’ai mis deux pommes de terre moyennes (épluchées et coupées en petit morceaux), les épluchures d’asperges, le bout qui peut être plus dur (en fait, j’ai encore ajouté après cuisson un autre morceau de chaque asperge, qui restait un peu fibreux), un peu de poivre (du sel pour ceux qui salent), un glaçon de bouillon concentré maison (vous pouvez aussi mettre un cube du commerce, dans ce cas, ne pas saler). Recouvrir d’eau (juste au ras des pommes de terre, la soupe ne sera pas trop liquide).

Porter à ébullition à couvert à feu moyen/fort.

Ajouter alors le bac vapeur avec les asperges bien allongées.

Cuire à feu moyen 15 minutes (contrôler la cuisson avec la pointe du couteau, adapter selon la grosseur des asperges).

Pendant ce temps, préparer votre sauce préférée (pour moi, un sabayon citronné, mais j’ai oublié de prendre la photo…).

Asperges 2012, soupe aux asperges Mouliner la soupe, la passer au chinois pour enlever les parties fibreuses des asperges… Et voilà, deux bons bols de soupe maison pour la semaine, il restera à la réchauffer et à ajouter au dernier moment des herbes fraîches (persil, coriandre), éventuellement une cuiller de crème fraîche…

Petite bannière de cuisine pour Élisabeth

Aujourd’hui, la parole est à Maryse!!! Elle a choisi une grille de , dont j’ai toujours en cours le projet de terminer un jour (quand j’arriverai mieux à suivre les grilles avec plusieurs couleurs) le Bienvenue dans la famille

Petite bannière de cuisine pour Élisabeth

Bannière pour la cuisine de Maryse, vue générale et détail de la broderieUn petit cadeau préparé pour une copine dont l’anniversaire est le 14 avril.

Au début, j’ai hésité entre le mettre sous verre ou en faire une bannière, et finalement, j’ai opté pour la deuxième solution après avoir demandé avis à Véronique et à d’autres copines. Le modèle est inspiré d’un marquoir issu du livre de Perrette Samouïloff: Marquoirs d’hier à aujourd’hui. J’ai repris l’idée des poteries, du petit pot de confiture et de quelques frises décoratives. Le reste, je l’ai improvisé en fonction de mes inspirations personnelles et de quelques détails vus ça et là. Mais j’ai évité de faire un marquoir classique, le but étant de faire une bannière destinée à être suspendue dans sa cuisine.

Bannière pour la cuisine de Maryse, le dos, en entier et détailJe l’ai renforcée par un tissu thermocollant et doublée d’un tissu écru en faisant une petite poche au revers pour y glisser éventuellement des recettes de cuisine.
En haut, j’ai cousu un galon en tissu plus épais pour glisser la baguette de bois nécessaire à fixer les rubans destinés à l’accrocher. Ensuite j’ai fait quelques nœuds aux rubans que l’on peut modifier pour raccourcir ou rallonger la bannière selon les besoins.
Dimensions : 28 x 13,5 cm

Pâté de Pâques…

Pâté de Pâques 2015Le printemps arrive, Pâques approche… Il est temps de rééditer cet article sur le pâté de Pâques, publié pour la première fois le 1er avril 2013… et surtout d’en faire à nouveau! Quant à la remarque de 2013 sur la qualité de l’air, elle reste hélas d’actualité cette année! Grégory aurait sans doute référé un gâteau (mais gâteau n’est pas pâté…) de Pâques, dessert à base de pruneaux… PS: j’ajoute ici la photo de la version 2015, plus « verte », recette très bientôt…

Article du 1er avril 2013

Pâté de Pâques, la farce et à la sortie du fourJ’ai découvert il y a une vingtaine d’années en arrivant dans le Poitou. La plupart des régions de France ont des recettes riches en œufs, histoire d’écouler les stocks constitués pendant le carême… Ce dernier n’est plus guère suivi, mais les traditions culinaires (y compris les beignets ou autre) perdurent. Emmanuelle (Effondrille et abat-faim)  a testé la recette des cornuelles des Rameaux de Pierrette, le gâteau au chocolat et la friture maison…

La semaine dernière [2013], Philippe de Tout Poitiers lançait un appel pour des recettes de pâté de Pâques. Chaque pâtissier, chaque boulanger en fait un différent, j’en ai goûté plein ces dernières années. Vendredi soir, avant de rentrer chez moi, je fais un petit saut au LM café à Poitiers (un super bistrot de quartier avec plein d’activités le soir, langue des signes, coups de pouce à la création d’entreprises, informatique, bistrot de l’emploi, handi-café, etc., le programme en suivant le lien LM café). La discussion glisse à un moment sur le pâté de Pâques… et là, Odile (la patronne) me propose de scanner la recette de la mère de James (le patron) que lui a transmise sa sœur…

Pour une première, j’ai pris samedi de la chair à saucisse (non préparée, à gauche, en fait, il y en a moins, elle est moins tassée) et de la farce de veau (aux herbes), deux fois la queue, la première chez le charcutier, la deuxième chez le boucher! L’année prochaine, je la ferai moi-même, je pense…

Avec l’autorisation de James et Odile, voici donc la recette… (n’oubliez pas d’aller leur rendre visite, si vous êtes sur Poitiers, au début de la rue de la Tranchée côté ville, horaires sur LM café, fermé le week-end)… J’ai ajouté des commentaires entre parenthèses, le sel aussi, puisque je mange en principe sans sel.

Pâté de Pâques, coupé en deuxLes ingrédients

– de la pâte brisée (ici, maison, si vous la prenez du commerce, il faudra résoudre la quadrature du cercle…)

– 600 à 700 g de farce, mélange de veau et de porc, un peu plus de veau que de porc

– (sel), poivre, quatre-épices

– 4 œufs durs écalés + 1 œuf + 1 jaune d’œuf (et oui, il faut passer les œufs!)

La recette

Cuire les œufs durs, les écaler

Préparer la pâte brisée (je préfère la préparer un peu avant et la laisser reposer au froid avant de l’étaler, mais chacun fait comme il veut)

Préparer la farce: mêler les deux viandes hachées, 1 œuf, (sel), poivre, épices, éventuellement des herbes (persil, …)

Étaler la pâte, 3/4 pour le fond, 1/4 pour le couvercle

Mettre la pâte brisée dans un plat à cake (certains font de jolis paquets sans moule, pour ma part, je mets du papier sulfurisé au fond, ça facilite grandement le démoulage, sans risque de cassure)

Mettre la farce dans le moule, caler les œufs au milieu (oui, j’en ai un qui a glissé à la cuisson)

Mettre le reste de la pâte sur le dessus (souder en pressant légèrement, pour ma part, j’ai ménagé une petit cheminée au milieu, ça évite ça gonfle à la cuisson). Dorer avec le dernier jaune d’œuf.

Cuire à four chaud (200°, thermostat 7/8) pendant 1heure. (Surveiller et couvrir en fin de cuisson si ça cuit trop, ou baisser un peu le four, mais vous devez avoir vos petites habitudes pour maîtriser votre four).

Laisser tiédir 10 minutes avant de démouler. Manger tiède (je préfère) ou froid.

Indice de la qualité de l'air en Poitou-Charentes, 31 mars 2013A servir avec une salade… plutôt qu’en entrée suivie d’un chevreau (en Poitou, plutôt chevreau qu’agneau) à l’aillet (ail vert) et d’un gâteau au chocolat! Et impossible d’aller faire une bonne marche pour éliminer, depuis hier, l’indice de la qualité de l’air est le pire possible, à 10 (il a déjà été plusieurs fois à 9 la semaine dernière)… PS: vive le vent! L’indice est redescendu à 4 ce matin! [en 2015, ce n’est pas mieux ces jours-ci!]

[Remarque de 2013, plus d’actualité… Dans la soirée de vendredi d’ailleurs a été créé un grand événement: la création d’une liste composée de sourds et d’amis de la langue des signes pour les prochaines municipales à Poitiers! N’hésitez pas à soutenir cette liste en adhérent à leur page!]

 

 

 

Fajitas de poulet et purée de haricots

Pas d’idée pour la cuisine ce week-end? Avant de partir au marché, lisez donc attentivement cet article de Maryse… Recette relue, corrigée, amendée, approuvée par M. V. alias Zhom mexicain! Et Maryse « été obligée » d’en préparer pour faire les photographies! Et gare aux tâches si vous n’avez pas l’habitude, LOL! Pas

Fajitas de pollo y frijoles refritos

(Fajitas de poulet et purée de haricots)

Recette maison
…. Enfin presque maison, puisqu’il faut bien utiliser le kit fajitas que l’on trouve dans le rayon épicerie exotique des épiceries ou des supermarchés pour avoir les épices nécessaires pour préparer ce plat.

Ingrédients pour 3 ou 4 personnes:

Un kit fajitas (Old el Paso par exemple)
1 poivron rouge et 1poivron vert
1oignon
4 escalopes de poulet
1 canette de bière blonde
Huile, sel, poivre
Un paquet de tortillas de blé (compris dans le kit)
Pour accompagner: une boîte 4/4 de haricots rouges

Fajitas de poulet et purée de haricots, épicesDeux heures avant, diluer la poudre du sachet d’épices dans un verre de bière et faire mariner dedans le poulet coupé en lamelles et l’oignon émincé.
Fajitas de poulet et purée de haricots, poivrons et poulet dans le wokÀ l’heure du repas, faire revenir les poivrons coupés en lamelles jusqu’à ce qu’ils soient bien cuits (nous, on utilise un wok car ça permet d’utiliser moins d’huile). Les réserver. Remettre de l’huile dans le wok et la faire chauffer très fort, mettre le poulet et la marinade et la laisser frire jusqu’à ce qu’elle soit bien réduite et dorée. Rajouter les poivrons, bien mélanger, saler et poivrer à votre goût.

Pendant ce temps, préparer les « frijoles refritos » (purée de haricots rouges que l’on fait frire):
Mettre les haricots avec leur jus dans un mixer pour obtenir une purée. Faire revenir cette purée à feu doux dans une poêle en remuant pour qu’elle ne colle pas au fond.

Fajitas de poulet et purée de haricots, haricots rougesRajouter un peu d’huile deux ou trois fois en remuant de temps en temps jusqu’à ce qu’elle prenne une couleur plus foncée et devienne bien épaisse (voir la photo). Saler selon votre goût.

Tout est prêt, reste à passer les tortillas dans une poêle sans matière grasse resto verso comme des crêpes, puis vous en prenez une et vous la préparez comme suit (cf. photos):

Fajitas de poulet et purée de haricots, tortilla dans l'assiettevous posez une tortilla dans votre assiette…

Fajitas de poulet et purée de haricots, tortilla vace haricots, poulet et légumes…vous étalez une cuillerée de haricots, vous mettez une bonne cuiller du mélange poulet/poivron/oignon, vous ajoutez un peu de la sauce à la tomate qui se trouve dans le kit et …

Fajitas de poulet et purée de haricots, taco terminé… vous roulez la tortilla: vous pouvez alors déguster votre taco de fajitas. C’est assez consistant, mais ça se mange facilement et pas besoin de couverts.

Bon appétit!

Au Mexique on boit de la bière le plus souvent (du Coca aussi hélas), mais le vin rouge n’est pas interdit.

PS. Cette recette a été revue et corrigée par mon mari qui est le spécialiste des recettes mexicaines (entre autres) à la maison.

Vous en reprendrez bien une part?

Il vous reste encore une petite place pour un menu de fête? Maryse partage avec vous son menu de réveillon, il peut convenir pour d’autres occasions! Les Saint-Jacques étaient aussi au menu du cours de cuisine que j’ai eu avant Noël, il faudrait que je vous écrive un article…

Réveillon du Nouvel An de Maryse

Cassolettes de Saint-Jacques et purée aux patates douces et carottesCette année le réveillon du 31 s’est passé dans l’intimité familiale et on l’a préparé à deux, mon fils aîné et moi. Très bonne idée.
Je vous passe l’entrée foie gras mi-cuit maison et confiture d’oignons rouges préparée il y a quelque temps.

Cassolettes de Saint-Jacques et filets de rouget et purée

Ingrédients:
2 Saint-Jacques par personne
1 filet de rouget par personne
Crème fleurette: 20cl
2 poireaux
1 échalote grise
Vin blanc sec: 1 verre
Sel, poivre. Curry facultatif.

Pour la purée:
1 patate douce
3 belles pommes de terre
2 carottes
Beurre, crème
Sel, poivre et une pointe de noix de muscade.

On a préparé une fondue de poireaux avec l’échalote émincée finement.
Puis on a poêlé rapidement les coquilles (1′ de chaque côté), idem pour les filets.
Dans chaque cassolette préalablement beurrée on a mis la fondue de poireau, les coquilles et le filet. À part, on a fait réduire le vin blanc dans lequel on a versé la crème.
On a laissé encore réduire un peu. On a salé, poivré et ajouté une pointe de curry et on a versé cette sauce dans chaque cassolette. Puis au four une quinzaine de mn à four chaud 180°.
On les a sorties et posé le couvercle dessus.

Cassolettes de Saint-Jacques et purée aux patates douces et carottesOn a servi à l’assiette en posant une cassolette accompagnée d’un riz pilaf et d’une purée de patate douce, pommes de terre et carottes écrasées au presse-purée et préparée à l’avance puis réchauffée au dernier moment en ajoutant beurre et crème, sel, poivre et pointe de muscade (facultatif)

Le dessert était aussi maison: une tarte Tatin classique et bien réussie.

On s’est régalés

Avec l’un de mes paniers…

Avec le panier de la semaine 46, 1, soupe de fanes de radis

Quelques idées pour la cuisine… article publié il y a juste trois ans, le 9 décembre 2011, c’était avec l’un des paniers de légumes que je prends parfois! Comme ce sont des produits de saison, ce sont aussi de bonnes idées pour les prochaines semaines! Pour le céleri, vous pouvez aussi essayer la recette de l’autre jour, la tarte tatin au céleri et au miel.

Certain(e)s m’ont demandé comment je faisais avec un panier de légumes, les miens viennent de Fermopanier… C’est juste une question d’organisation pour une utilisation optimale, en variant les recettes. J’ai donc pris l’exemple de celui de la semaine 46. Pour 10 euros, j’ai eu:

– 1 tranche de Musquer (une courge à chair très orangée et peau verte)

– 1 céleri boule

– 1 kg de pomme Belchard

– 1 kg de topinambours

– 3 oignons

– 500 g de carottes

– 250g de mâche

– 1 botte de radis.

Reçu le vendredi. Le midi, j’ai grignoté quelques radis… après avoir coupé les tiges assez haut, quand le lien était encore en place. Il s’agissait d’avoir ensuite le moins de travail possible pour laver les feuilles en vue de me préparer une soupe… Vite faite le soir! Une grosse pomme de terre, les feuilles de radis, un cube de bouillon de poule congelé (je n’utilise pas de bouillons cubes, trop salés pour moi), 350 ml d’eau, une petite demi-heure de cuisson, et voilà une soupe bien verte, servie avec juste une cuiller de crème au moment de servir (j’aurais aussi pu refaire une quiche aux fanes de radis ou une sauce).

Je nettoie aussi la mâche, que je mets dans le bac à légumes dans un torchon…

Avec le panier de la semaine 46, 2, salade Samedi matin, courses complémentaires au marché pour moins de dix euros (une poule avec tous ses abats, quelques foies de volaille, 1 kg de pommes de terre). Pour samedi midi, salade de mâche, avec les dernières tomates cerises du balcon (enfin, avec le temps qu’il fait, j’en ai encore récolté ce dimanche), des noix et des foies de volaille.

Puis je lance la cuisson de la poule. Je la farcis avec les abats (foie, rognons, cœur, gésier), hachés au couteau avec 1/2 oignon, 1 œuf et du pain rassis. Je fais revenir 1 oignon et demi, la poule, le cou de la poule (excellent pour le bouillon) puis couvre d’eau et ajoute les carottes et un bouquet garni (je force un peu sur le laurier). Quand elle est cuite (compter 1h15 à 1h30), je réserve une cuisse et prélève tout le reste de la viande en petits morceaux (en ne résistant pas à manger tout de suite les sots-l’y-laisse). Je mets aussi le bouillon à refroidir au frigo…

Avec le panier de la semaine 46, 3, topinambours et soupe de musquer et topinambours Pour le soir, je fais cuire les topinambours à l’étouffée, une moitié épluchés, les autres tels quels, la peau bien brossée est comestible (voir chez cuisine libre). J’arrête la cuisson quand ils sont encore un peu fermes, environ 15 minutes. J’avais vu plusieurs recettes qui associaient des courges (potiron ou butternut) et des topinambours. J’ai fait cuire la courge musquer (à l’eau sans l’éplucher). Quand elle est cuite, la peau se détache toute seule, je la mixe avec du bouillon de poule tout frais, fais revenir deux topinambours à la poêle et voilà, une soupe orange après la soupe verte de la veille!

Attention, le topinambour contient beaucoup de fibres et notamment de l’inuline, qui peut fermenter dans le colon… Excellent pour le transit intestinal si vous n’êtes pas fragile de ce côté là, sinon, il y a un risque de ballonnements et de gêne intestinale (j’ai une amie chez qui le topinambour a agi une heure après ingestion… et l’a indisposée pendant 3 à 4 heures, alors, si vous n’en avez jamais mangé, allez y à petite dose).

Avec le panier de la semaine 46, 5, parmentier de poule, céleri, carottes et pommes de terre Pour le dimanche soir, j’ai préparé un parmentier avec au fond, un oignon juste revenu à la poêle, la poule et sa farce coupés en petits morceaux. Au-dessus, j’ai préparé une purée avec les carottes et les oignons cuits avec la poule, les pommes de terre et la moitié du céleri cuites séparément à l’étouffée. Un peu de gruyère au-dessus, 20 minutes au four thermostat 6/7. Je l’ai servi avec de la mâche et quelques noix… J’en ai gardé une part, et congelé le reste en parts individuelles (comme ça, j’alterne dans la semaine des plats préparés sainement que je n’ai plus qu’à réchauffer).

Avec le panier de la semaine 46, 7, poudre de céleri Dans le four en train de refroidir, j’ai mis les épluchures de céleri. En fait, je l’épluche très finement au couteau après l’avoir bien lavé à la brosse. Je le mets ensuite à sécher comme les tomates, porte du four ouverte, à thermostat 2 pendant 1h ou 2. A la sortie, il n’est pas complètement sec, je le détaille en petits morceaux, laisse sécher encore un peu à l’air libre (ou au four s’il fait humide), puis quand c’est bien sec, je le réduis en poudre au robot et le mets dans un petit pot hermétique en verre (1 pot pour 1/2 céleri environ). Si vous pouvez mangez salé, vous pouvez le mélanger dans du sel, cela sera infiniment moins cher et meilleur que le sel de céleri du commerce (compter 1/3 de céleri et 2/3 de sel), pour un régime sans sel, c’est un excellent condiment.

Avec le panier de la semaine 46, 6, bouillon de poule et bouillon réduit Pendant ce temps, j’ai fait réduire le bouillon après l’avoir dégraissé, de manière à n’avoir plus qu’un tiers du volume. Une fois refroidi, je congèle le bouillon dans des bacs à glaçons, pour cuisiner au fil des besoins…

Avec le panier de la semaine 46, 4, topinambours fris J’ai mangé la cuisse de poule repassée à la poêle (on la distingue à peine sur la photo) avec des topinambours revenus aussi et de la mâche le lundi midi…

Avec le panier de la semaine 46, 8, gratin pomme céleri Le mercredi, j’ai préparé un gratin de pommes et céleri, en suivant plus ou moins la recette de Cerise Clafoutis : j’ai cuit le céleri coupé en lamelles (facile en appui sur la planche à découper avec un grand couteau de cuisine), 15 minutes à l’étouffée, j’ai fait revenir à la poêle les pommes en quartiers (coupées au coupe pomme, les épluchures et les trognons au congélateur pour la prochaine fournée de gelée de pommes), et hop, au four en alternant les couches avec de la béchamel relevée à la noix de muscade à la place de la crème de la recette… 20 minutes à thermostat 6/7. Idem, j’ai mangé une part, en ai gardé une autre et le reste au congélateur en part individuelle.

Avec un peu d’organisation, il est très simple, pas très long de cuisiner ces plats, avec des produits sains, sans sel ou presque (mais vous pouvez bien sûr saler!), j’ai au passage reconstitué mon stock de bouillon de poule concentré, et de la poudre de céleri pour un petit moment… Mais j’en referai avec le prochain céleri: il faut un peu de réserve, pour quand ce ne sera plus la saison…

Et pour la semaine de réduction des déchets (c’était cette semaine là…), cette fois, ce n’est pas trop mal: pour la poubelle, il restait le papier d’emballage de la poule (trop gras), sa carcasse, le sac en plastique qui enveloppait la mâche, le sachet du gruyère et le lien des radis… Le reste est parti sur mon tas de compost au jardin. Pour une vingtaine de repas, ce n’est pas trop mal…