Des fèves… et leurs cosses!

Retour du marché, 18 mai 2012
Tous les légumes sont en avance cette année… c’est déjà la fin ou presque pour les asperges locales, et les fèves sont arrivées au marché! L’occasion de rééditer cet article publié il y a deux ans, n’hésitez pas, c’est excellent! J’ai arrêté de prendre des paniers bio depuis quelques mois, mais me sers toujours au marché bio du vendredi soir ou en bio (au pire en raisonné) au marché du samedi.

Article du 22 mai 2012

Pas de livraison de panier vendredi dernier, week-end de l’Ascension oblige… Mais le vendredi soir, je suis passée au marché bio près du monument aux morts de 1870-1871 (qui a perdu ses grilles puis sa patine), chez un couple de maraîchers où je continue de toute façon à prendre presque chaque semaine un petit complément de légumes… Sans doute les dernières asperges (et donc aussi la dernière soupe aux épluchures d’asperge) et les premières fèves de la saison… Les fèves, cela ne fait que quelques années que je les cuisine, mes parents n’en préparaient jamais. La maraîchère me dit qu’elles ont été cueillies la veille au soir, et que je peux les manger à la croque au sel et cuisiner les cosses… Devant mon air interrogatif, elle me dit qu’il suffit de les préparer comme une jardinière de printemps, avec de l’oignon, de l’ail, des lardons (pas pour mon régime sans sel!), il faut enlever les fils au couteau, et les citronner légèrement au fur et à mesure pour éviter quelles noircissent. Quant aux fèves, elle me conseille de les manger sans enlever la deuxième peau, à la croque au sel… mais je les préfère cuites.

Des fèves, fricassée de cosses De retour chez moi, je vois que quelques blogs proposent des recettes avec des cosses de fèves, ça tombe bien, finalement, parce que sinon, les fèves, c’est beaucoup de déchets entre les cosses et la deuxième peau qui doit encore représenter 1/3 de la graine…

Bon, me voici donc avec 500g de fèves… et très peu de déchet à la fin (souvent, on dit que pour 1kg de fèves, il y a 250g de consommable…).

Pour la fricassée:

– 1 oignon jaune (ceux de la photo étaient pour des salades!)

– 1/2 citron

– 2 gousses d’ail

– deux tiges d’oignon frais ciselées (parce que j’en avais sous la main, sinon, une autre verdure, cerfeuil, persil, livêche…)

– 500g de fèves non traitées (bio ou pas, mais dont vous êtes sûr qu’elles n’ont pas été traitées)

– et l’habituel, un peu d’huile, (sel), poivre…

Laver soigneusement les fèves (à la petite brosse), couper les deux bouts, enlever les graines, enlever les fils le long des nervures (au couteau, c’est plus facile), couper en tronçons de 3 à 4 cm, citronner légèrement au fur et à mesure.

Dans le faitout, faire revenir l’oignon émincé (et éventuellement des lardons) dans un peu d’huile. Quand ils sont dorés, ajouter les fèves, l’ail pressé, assaisonner (sel, poivre), un petit fond d’eau, fermer, laisser cuire à feu doux un gros quart d’heure/20 minutes.

Je les ai mangées avec du boudin noir artisanal. J’ai beaucoup aimé, le goût est assez doux, mais je ne sais pas comment le décrire… La prochaine fois, je les ferai avec les autres légumes d’une jardinière.

Des fèves, crues et cuites De l’autre côté, il me restait un demi-bol de fèves crues (en haut). Je les ai blanchies 1 minute dans l’eau bouillante, il restait alors à enlever la seconde peau un peu amère (comme celle encerclée en bas après pré-cuisson). En fait, comme elles étaient très fraîches, et très jeunes, la seconde peau peut se manger aussi, j’ai goûté (je me laisse influencer par ma maraîchère!), pas mauvais, mais pas pour tout le bol… A cuire ensuite une dizaine de minutes à l’étouffée ou à la poêle.

24 réflexions au sujet de « Des fèves… et leurs cosses! »

  1. Emmanuelle

    Cuisiner les cosses de fêves, en voilà une belle idée ! C’est vrai que ça rentabilise l’achat de ce légume dont il ne reste souvent qu’une poignée au final ! Bisous et bonne journée !

    Répondre
  2. danielle

    j’en apprends de bonnes ici!  on peut manger les cosses? ça alors! j’adore les fèves à la croque-au-sel, mais comme tu dis ça fait beaucoup d’enveloppes! encore une bonne recette….

    Répondre
  3. flo

    C’est un légume que nous ne mangeions pas enfants et peu ne mange encore … Je les aime aussi l’hiver en potage avec celles de Mr Picard qui sont très bonnes … C’est un temps à soupe pfff !!!! Gros bisous Véro et bon mardi.

    Répondre
    1. Véronique D

      Au marché, chez les producteurs locaux, la saison est assez brève, de mi mai à fin juin en gros… Sinon, il y a des importations espagnoles, mais là, je ne mangerais pas les cosses!

      Répondre
    1. Véronique D

      Tu as qq semaines pour en avoir des fraîches au marché… Tu as trouvé de la livêche? J’en ai vu dans plusieurs marchés aux lantes, aussi à Toulouse et à Saint-Antonin Nobleval…

      Répondre
  4. Maryse

    Ben çà alors! Les cosses sont peut-être meilleures que les fèves elles-mêmes?Mon grand-père en cultivait dans son grand jardin et ma grand-mère s’est ingéniée à chaque vacances de Pâques à essayer de m’en faire manger en potage, en purée, sournoisement cachées par des pommes de terre (mais je les repérais), à la croque au sel (sans enlever la 2ème peau).., mais les cosses étaient données aux cochons me semble-t-il. Ceci dit, est-ce que ça a le goût de fève malgré tout?

    P.S. Pourrait-on faire la même chose avec les cosses de petits pois puisqu’on mange les pois gourmands?

    Répondre
  5. cathdragon

    mes parents m’ont donné des fèves, je les ai blanchies mais maintenant je ne sais pas trop comment les cuisiner ! Tu as mis un peu d’huile dans une poêle ? bises cath

    Répondre
  6. pascal

    Je mange les fèves comme les maghrébins:
    à cuire dans un quart d’huile d’olive et 3 quart de d’eau avec beaucoup de cumin
    Je mange la casserole entière quand j ‘en fait tellement c’est bon ainsi

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *