Poitiers, risque de massacre au square de la République

Poitiers, square de la République, 1, carte postale ancienne

De nouveaux massacres sont annoncé à Poitiers, cette fois dans le square de la République… [PS de du 24 février 2012: le massacre continue… le monument lui-même a subi un nettoyage intempestif, avec un décapage par hydrogommage, sablage si vous préférez. Sa restauration a commencé en juin 2012.].

Alerte pour la sauvegarde des grilles et de deux arbres

Le 19 novembre dernier, les Verts (Europe-Ecologie-les-Verts) organisaient une manifestation devant le square de la République (localement généralement appelé square Magenta). Parallèlement, en cherchant des informations sur le changement de nom des rues Renaudot et Carnot (dates précises toujours pas trouvées…), j’étais tombée sur un article de l’Avenir de la Vienne, 124e année, n° 301, mardi 24 et mercredi 25 décembre 1895, vues numérisées 41 et 42 notamment, racontant l’inauguration, avec les discours et le menu du banquet… Plus de détails sur l’article Le monument aux morts de 1870-1871, publié une première fois en janvier 2009 et complété en janvier 2010… puis au début du mois avec la presse locale.

Aujourd’hui, ce sont les grilles qui risquent d’être détruites. Depuis la fin de la semaine dernière (je l’ai vu dimanche, je n’avais pas mon appareil photo), le réaménagement de la zone de chantier laisse présager une intervention imminente. Celle-ci risque fort de se traduire par l’abattage de deux arbres (objet de la manifestation du 19 novembre), mais aussi par la destruction de la remarquable grille en fer forgé qui enclot le square. On la voit bien sur cette carte postale ancienne. [voir une vue du projet en commentaire ci-dessous et dans l’article de Grégory Vouhé : Édouard André et Jean-Camille Formigé. Le square de la République, L’Actualité Poitou-Charentes, n° 95, 2012, p. 45]. Le soldat est une œuvre de Jules Félix Coutan, fonte des frères Thiébaut, le square et les grilles ont été dessinés par Édouard André, et le monument et les autres bronzes de Jean-Camille Formigé, le tout a été inauguré en 1895.

Poitiers, square de la République, 2, le pseudo affichage légal

Sur le dessin affiché sur les grilles de chantier (photographies du 19 novembre 2011 à midi), sur un panneau qui ne peut pas être considéré comme un affichage légal (il manque entre autre le numéro et la date du permis d’aménager…), les ateliers Lion, qui pilotent le projet Poitiers cœur d’agglomération, cœur de pagaille…,ont supprimé les grilles de ferronnerie côté rue et remplacé les autres par quelque chose qui ressemble à des barreaux de prison. Du coup, si l’on en juge par la définition du mot square, ça n’en sera plus un : « Jardin public généralement peu étendu, entouré d’une grille, au milieu d’une place« . Il ne s’agira même plus d’un jardin, il n’y aura plus aucune herbe ni plante en dehors des bacs surélevés qui entoureront les arbres, juste des pavés, encore des pavés… Avant, il y avait un peu de verdure en périphérie du monument et autour du square…

 

Peut-on savoir quel sort est réservé à ces grilles en fer forgé??? La casse? Le remploi? La fonte? Aucune information n’a jamais été donnée à ce sujet.

Poitiers, square de la République, 3, l'affichage d'Europe Ecologie les Verts

Je vous mets aussi quelques photographies du 19 novembre 2011… de 15h à 16h environ, le temps de la manifestation. Les Verts y ont procédé à l’affichage légal du permis de construire, plus quelques slogans bien sentis sur la minéralisation du centre-ville (parmi les rares arbres plantés, il y a des poiriers de Chine sur lesquels je reviendrai bientôt… une espèce potentiellement invasive dont je vous ai déjà parlé cinq jours après le démarrage des travaux, il y a plus d’un an). Alors qu’en réunion publique, il avait été dit que les arbres du square de la République seraient sauvegardés, il est prévu d’en abattre deux pour créer une nouvelle rue au fond du square. Au fait, pourquoi tracer une rue alors que la philosophie de cœur d’agglo est de chasser les voitures du centre-ville? Je n’ai pas dû bien comprendre…

Poitiers, square de la République, 4, comparaison du montage de Lion et du monument il y a deux ans

Un dernier montage photo… A gauche, le projet de Yves Lion, à droite, une photographie du monument aux morts de 1870/1871 deux ans avant les travaux… Cherchez l’erreur? Allez, je vous aide, ce cabinet d’architecte en principe « mondialement réputé » () n’est même pas capable de mettre le bon monument aux morts sur son photo-montage! L’obélisque (la « pyramide » offerte par la famille Vareilles-Sommières, je cherche encore une source certaine comme quoi il s’agit de la pyramide de Saint-Hilaire, rapporté ici et là, mais aucune source primaire fiable et même il y a plutôt des arguments contre) a été remplacé par une colonne brisée, et le soldat est placé en miroir. Faut-il y voir aussi une menace sur le monument lui-même ou juste une bourde de l’architecte?

PS : dans le photo-montage plus récent sur le projet artistique, le soldat du monument est le bon… mais il n’y a même plus un brin de verdure au pied des arbres. Grrr!

Poitiers, square de la République,6, coupe des grilles le 29 novembre 2011 Mardi 29 novembre : les grilles ont été passées à la meuleuse, voici une photographie en cours de découpe, envoyée par B.D. Il suggère que les grilles soient remployées rue des Quatre roues, où une promenade vient d’être aménagée après le rachat par la ville des terrains riverains. C’est une très bonne idée, je trouve! J’ai des photos de l’aménagement, quand les travaux n’étaient pas tout à fait terminés, j’en referai aux beaux jours…

Poitiers, square de la République, 5, sans les grilles Mercredi 30 décembre 2011: photographies de ce midi… les grilles ont été enlevées dès hier, il n’en reste plus de trace, elles ont semble-t-il été découpées et entassées sur des camions sans ménagement hier. Pour quelle destination??? Pas la casse, j’espère… Au moins qu’elles puissent être remployées (rue des Quatre-Roues?).

PS2 : sur la pyramide de Saint-Hilaire: elle est signalée dans l’arrêté de protection du musée de Chièvres (dont je vous ai parlé pour le portail des Augustins, il faut d’ailleurs que je mette cet article à jour avec des photographies après restauration) : « Petit monument commémoratif dit Pyramide de Saint-Hilaire sis 21 rue Bourbeau démonté (au musée de Chièvres) en attente de réédification soit au musée même, soit dans la ville : inscription par arrêté du 21 juin 1952« .

Pour aller plus loin : voir les articles de Grégory Vouhé, Édouard André et Jean-Camille Formigé. Le square de la République, L’Actualité Poitou-Charentes n° 95, janvier 2012, p. 45 et Édouard André, jardins pour Poitiers, L’Actualité Poitou-Charentes n° 96, avril 2012, p. 42-44.

Voici en complément une carte postale envoyée par Grégory montrant l’aménagement d’Édouard André, publiée dans cet article, il y a maintenant à la place une rue bétonnée…

Photo : Paysagiste de renommée internationale, Edouard André avait créé en 1893-1894 le Square de la République. Cette carte postale garde seule mémoire de sa végétation luxuriante : une chape de béton a été coulée sur ce jardin, et désormais une rue passe à l'emplacement du bassin et des rocailles. ©Grégory Vouhé Pour en savoir plus : "Edouard André. Jardins pour Poitiers", L'Actualité Poitou-Charentes n° 96, p. 42-44.

18 réflexions au sujet de « Poitiers, risque de massacre au square de la République »

  1. Pierre Fleurisson

    J’observe aussi que sur le photo-montage de l’urbaniste-brillant-et-réputé les arbres ont des troncs magnifiques (mieux que les vrais) : la société du spectacle peut-être ?

    Répondre
  2. Daniel C

    Je suis pour le réemploi des grilles, mais je suis de l’avis que la placette, aérée, sera pas mal tout de même (à condition de conserver les marroniers, chose qui avait tout le temps été présenté comme telle).

    Ceci dit, pour appuyer ta théorie de la légende urbaine concernant le fameux obélisque de Vareilles-Sommières, je partage aussi ton avis. Pour preuve, la médiathèque conserve une photo du dit monument de la « pyramide Saint-Hilaire » toujours en place (ou du moins, insérée dans un mur de la ville) avant le percement de la rue Paul-Guillon (si je ne me trompe). Cette photo a été prise dans les années 40-50 par François Eygun, donc longtemps après l’inauguration du dit monument de la guerre de 70. De même le monument a en effet une forme pyramidale un peu trapue, mais il s’agit d’un bas relief ce qui ne concorde pas tellement avec l’obélisque (visiblement un réemploi) tel que nous le voyons aujourd’hui. De même il a l’air, du moins, bien complet.

    Pour piste (et là j’avoue que ma mémoire est réduite) j’ai le souvenir, mais je ne sais plus du tout où ni si c’est fiable, d’avoir lu que l’obélisque provenait de l’ancienne église abbatiale de Saint-Cyprien. Je n’ai jamais réussi à retrouver ce texte…

     

     

    Répondre
    1. Véronique D

      Merci pour ton long comm! C’est probablement Vareilles-Sommières qui a fait don de l’obélisque, il apparaît plusieurs fois comme donateur dans la presse locale, mais il peut très bien n’avoir payé que le transport… Pour Saint-CYprien, si je trouve, je te fais signe!

      Répondre
  3. dianou

    bonjour toi, rhooo il y a des villes ou ils font de vrais massacres ! remarque mettre de la pelouse sous les roues des trams dans montpeller quand on sais combien ça a besoin d’eau pour vivre ce n’est pas mieux! le monde deviens fou on marche sur la tête, bisous ma belle, à plus dianou

    Répondre
  4. Emma

    Si les projets pour le square vont dans le même sens que ce qui a été fait pour la place Leclerc et celle de la préfecture, Poitiers va ressembler à certaines villes d’Europe de l’Est avec de grands espaces immaculés, minéraux et vides.

    Répondre
  5. Emma

    C’est un leurre de croire que ces espaces accueilleront moult promoneurs (il n’y a qu’à voir le desarroi des chalands qui traversent la place Leclerc !) ou seront un lieu privilégié pour diverses manifestations ! Le vide appelle ici le vide…

    Répondre
  6. Dane

    Je l’aime bien ce square, il est pas toujours bien fréquenté mais des arbres dans la ville c’est nettement plus beau et je trouve que Poitiers mérite autre chose !

    Bonne journée

    Répondre
  7. Grégory

    Il suffit de demander Véronique ! 

    Point de « légende » ainsi qu’on le prétend à tort : en se donnant la peine de retourner aux sources (ce qui évite de perpétuer bien des erreurs et autres théories infondées !), on apprend donc qu’il s’agit de la « piramide qui est à l’entrée de la rue Neuve devant l’hôtel de ville », déplacée à l’occasion du passage du comte d’Artois (ce que signalait déjà Crozet BSAO 1948, 121).

    Reg. delib. n° 186, 26 mai 1777 : 
    « a été représenté que la piramide qui est à l’entrée de la rue Neuve devant l’hôtel de ville genoit la voye publique que monseigneur comte d’Artois y doit passer et ses équipages, il a été arreté que cette piramide seroit démolie et que les ornements seroient posés dans une face de la maison voisine à droit(e), laquelle on batit actuellement » p. 39.
    L’obélisque, non remonté, fut en fait remplacé par une pyramide de pierre, celle démontée et protégée au titre des MH en 1952.
    En effet, par délibération du 29 juin 1785,
    « M. de La Broüe de Vareilles, baron de Sommieres, commissaire des guerres en Poitou, avoit demandé au corps de ville (…) un morceau de gros marbre en forme de piramide qui étoit dans la cour de cet hôtel pour le placer à son château de Sommières (…) ce morceau de marbre a été accordé d’une voix unanime avec le plus grand plaisir à M. le baron de Sommières », Reg. p. 131.

    Je rectifie au passage l’inadvertance de mon précédent commentaire : « c’est l’obélisque qui est de marbre, et LES tables de granit ».
    Répondre
  8. dalinele

    le plateau gardera ses arbres bien cachés dans les jardins privés, et tant pis pour les passants?… bon, les grilles, je ne sais pas si ça me fait de la peine, mais la verdure oui; encore que ce square ne m’a jamais paru très accueillant… plutôt sale, sombre… 

    Répondre
    1. Véronique D

      Il n’était plus entretenu, mais sur des cartes anciennes, il était super accueillant, avec des landeaux, etc… Les grilles semblent être l’oeuvre d’un grand ferronnier. Ca serait dommage de les mettre à la fonte, qu’elles soient au moins remployées ailleurs… Sur le dessin de l’architecte, à la place, ça sera de gros barreaux…

      Répondre
  9. Coccinelle

    Les grilles sont parties… on ne sait pas où, il n’en reste plus rien, juste un bout de murs reste ce soir sur quelques mètres.
    La Coccinelle se demande pourquoi personne n’a réagit avant, le projet a été présenté durant le mois de juin avec l’expo « Tout Poitiers » toutes les photos du projet ont été mise sur le site dédié à Coeur d’Agglo. Lors des diverses réunions de présentation de Cœur d’Agglo, les photos avaient été présentées aux Poitevins. Il n’a jamais été cachée que le square allait devenir un place
    On ne peut pas dire que l’on n’a pas été prévenu. Il y a aussi eut des enquêtes publiques. Maintenant le projet est plié depuis des mois.  C’est clair que parfois il faut fouiller pour avoir des infos, mais il était toujours possible de consulter les documents. Si sur certains dossiers il y a de la mauvaise volonté ou des ratés, voir le problème de destructions de pièces archéologiques sans qu’il y ait eut des fouilles comme pour les travaux dans la rue des Arènes ce n’est pas toujours le cas. La destruction des pièces est un acte obligé lors de travaux seulement à condition que celles-ci aient été étudiées et répertoriées.
    Mais en France, comme ailleurs ont a souvent tendance à attendre le dernier moment ou une catastrophe pour réagir.

    Donc sans vouloir avoir l’air de défendre la municipalité. la Coccinelle se pose des questions.

    Merci beaucoup pour le travail et cette leçon d’histoire.

    Alors au passage la Coccinelle signale que bientôt cela va être le tour de la passerelle des Rocs et que les enquêtes publique sont closes depuis le début du mois de juillet…

    Répondre
    1. Véronique D

      Aucun problème pour la passerelle des Rocs, j’avais lu le dossier lors de l’enquête publique… et à la demande du commissaire enquêteur, c’est la seule partie de coeur d’agglo qui a TOUS les documents en ligne, toutes les délibérations, enquête publique, rapport du commissaire enquêteur et ses annexes! Quant aux dessins du dossier de coeur d’agglo version centre ville, ils ne sont pas toujours conformes au réalisé…

      Répondre
  10. Grégory

    Bonsoir Véronique, 

    La lecture de l’inscription commémorative qui figure sur le monument suffit à prouver que « La pyramide a été donnée par la famille de Vareilles-Sommières » : la provenance ne doit pas être mise en doute. 

    Cette pyramide ne doit d’évidence pas être confondue avec celle, bien connue, qui était toujours visible rue Neuve (aujourd’hui rue Boncenne) au moment de l’inauguration de ce monument élevé à la mémoire des enfants de la Vienne morts pour la Patrie en 1870-1871, le 22 décembre 1895.
    Son origine supposée est elle-même tout à faire remarquable et fut habilement commentée.
    Un coup d’oeil sur place montre par contre que la presse confond les matériaux : en fait c’est l’obélisque qui est de marbre, et la tables de granit (ne jamais croire aveuglément à ce qu’on lit dans le journal !), contrairement à ce qui est rapporté ici : http://vdujardin.over-blog.com/article-le-monument-aux-morts-de-1870-1871-a-poitiers–40663258.html
    Je fais le point sur l’érection de ce monument dans un article dont la parution est prévue dans le prochain numéro de L’Actualité Poitou-Charentes : la qualité patrimoniale du jardin, hélas tout à fait méconnue, fait regretter qu’il n’ait pas été restauré, et qu’il disparaisse pour faire place nette à une « placette (…) pas mal tout de même » selon un commentaire ci-dessus. Cela se passe de commentaire… à se demander où sont les défenseurs du patrimoine ? – étant entendu qu’il est toujours possible de faire coexister patrimoine et création contemporaine.

    Répondre
  11. Grégory

    Pour en savoir plus : « Edouard André et Jean-Camille Formigé. Le square de la République », L’Actualité Poitou-Charentes n° 95 p. 45, dans lequel je publie le dessin pour la grille, donné par un architecte paysagiste de renommée internationale. Nécessairement succinct, l’article sera suivi de l’étude des « Projets pour Poitiers d’Edouard André » dans le prochain numéro.

    En avant goût ce détail (cl. Christian Vignaud/musées de Poitiers) :

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *