Archives par étiquette : monument aux morts

Les monuments aux morts de la vallée de la Gartempe, 13 septembre 2018

Une fois n’est pas coutume, je vais vous parler boulot… Pour les journées européennes du patrimoine 2018, la La Région Nouvelle-Aquitaine vous ouvre des portes (clic, clic pour le programme complet). Pour ma part, je serai accueillie dès jeudi soir par le pays d’art et d’histoire / communauté de communes Vienne et Gartempe pour une conférence autour des monuments aux morts de la vallée de la Gartempe (dans sa traversée du département de la Vienne), le centenaire de 1918 approche.

Je parlerai des monuments aux morts et autres plaques, affiches etc. commémorant la Première Guerre mondiale, et aussi des monuments plus anciens (1870-1871) et plus récents (notamment Deuxième Guerre mondiale) de Lathus-Saint-Rémy, Saulgé, Montmorillon, Pindray, Jouhet, Antigny, Saint-Savin, Saint-Germain, Nalliers, La Bussière, Saint-Pierre-de-Maillé, Vicq-sur-Gartempe, Angles-sur-l’Anglin et La Roche-Posay.

Rendez-vous jeudi 13 septembre à 18h30 à Montmorillon, maison des services publics (siège de la Communauté de communes, sur la rocade près du stade et du cimetière Saint-Martial)…

Mon diaporama est près, mais il sera mis en ligne après la conférence sur le site de l’inventaire du patrimoine de Nouvelle-Aquitaine, site de Poitiers, vallée de la Gartempe 😉

Le monument aux morts de 1870 à Limoges

Je remets cet article à la une, à la suite du commentaire d’un lecteur de ce blog, Eric Lancelet, qui me signalait que l’un des membres de sa famille a posé comme modèle pour la République. Il m’a aussi transmis cette carte postale ancienne (et d’autres documents que je vais lire attentivement), merci beaucoup!!!

Limoges, monument aux morts de 1870, 1, vue de loinArticle du 27 octobre 2012
Je ressors mes photographies anciennes… Après le monument aux morts de 1870 à Cahors la semaine dernière, je vous montre ces photographies prises il y a tout juste deux ans, début novembre 2010 à Limoges, à l’angle de l’avenue du Général-de-Gaulle et du cours Jourdan.

Limoges, monument aux morts de 1870, 3, les groupes sculptés Ce « monument à la mémoire des enfants de la Haute-Vienne morts pour la défense de la patrie en 1870-1871 » se compose d’un haut socle et d’un obélisque en pierre, devant lequel se trouve un groupe sculpté en bronze composé de trois éléments, une femme (la Haute-Vienne) au centre, encadrée de deux soldats de chaque côté.

Limoges, monument aux morts de 1870, 2, les trois marques du fondeur Durenne Chacun des blocs porte la marque du fondeur, « Etabts A. Durenne / Sommevoire / fondeur « , Antoine Durenne dont je vous ai déjà montré beaucoup d’œuvres (une fontaine aux amours à Corte, l’éléphant pris au piège et le cheval à la herse à Paris, et dans le parc de Blossac à Poitiers, la fontaine aux amours et aux nymphes ; un Amour sur un griffon ; un Amour sur un dauphin ; un Faune soufflant dans une corne ; un Faune au coquillage). J’ai dû regarder trop vite, je n’ai pas trouvé la signature du sculpteur, Martial Adolphe Thabard (Limoges, 1831 – Clamart, 1905). C’est l’un des rares monuments aux morts de 1870 protégé au titre des monuments historiques (depuis 2001). Le sculpteur a réalisé la maquette définitive en 1894, et le monument a été inauguré en 1895.

Limoges, monument aux morts de 1870, 6, la femme

Au centre, l’allégorie féminine est vêtue d’une longue jupe, d’un corsage à manches courtes et d’une coiffe à larges bords. Elle soutient un drapeau de la main droite et semble exhorter les soldats de l’autre main avec un large geste d’ouverture.

Limoges, monument aux morts de 1870, 7, le rouet Oh, la femme reste rivée à ses activités domestiques… le sculpteur l’a dotée d’un rouet très réaliste…

Limoges, monument aux morts de 1870, 4, les deux soldats à gauche A gauche, un officier brandit une courte épée (ou bien elle a été raccourcie par le temps???), suivi par un franc-tireur agenouillé armé d’un long fusil et chargé d’un lourd équipement sur son dos.

Limoges, monument aux morts de 1870, 5, les deux soldats à droite Les deux soldats de droite portent aussi leur matériel. A gauche, un clairon des troupes mobiles est tombé agenouillé au sol, probablement blessé. Derrière lui, un peu en retrait, un fantassin porte un fusil plus court que le soldat de l’autre côté.

Limoges, monument aux morts de 1870, 8, armoiries Entre les deux groupes, les armoiries de la ville de Limoges surmontées d’un casque à pointe, et en avant, des branches de laurier et une couronne végétale.

Limoges, monument aux morts de 1870, 9, deux vues de côté

Allez, deux vues de profil qui montre le mouvement des cinq personnages, suggéré par la position des mains et des pieds…

Un nouveau monument commémoratif à Poitiers

Le monument aux morts de 1914-1918 à Nantes, vue actuelle (2012)Dans les villes chefs-lieux de préfectures, la liste des morts du conflit de 1914-1918 (souvent complétées de celles des conflits ultérieurs) occupe souvent une série de stèles, soit sur le monument aux morts principal comme ici à  Nantes (voir aussi à Lons-le-Saunier, La Rochelle, Cahors, Niort, Skikda (Philippeville) déplacé à Toulouse, etc.), soit sur un monument érigé par l’association du souvenir français dans un cimetière (voir dans le cimetière de Salonique à Toulouse).

Le monument auxmorts pour 1914-1918 à PoitiersCe n’est pas le cas à Poitiers où la liste des morts a été incluse dans une cartouche insérée dans le socle du monument aux morts de 1914-1918 (œuvre du sculpteur Aimé Octobre) et n’est donc pas visible par celui qui veut se recueillir.

 

Nouveau monument commémoratif à Poitiers, près de l'ancien théâtreIl y a déjà de longs mois (je dirais que ça fait plus de deux ans qu’on en parle), la ville de Poitiers a décidé de confier à deux artistes, Antonin Fourneau et Jean-Loup Bouvier, de réaliser un monument commémoratif (qu’il ne faut pas appeler monument aux morts, qu’ils disent….). Construit en « béton connecté », il est installé juste à côté de l’ancien théâtre (dont le grand miroir/verre églomisé de Pansart a été démonté), dans un secteur où les camions de livraison ont l’habitude de manœuvrer, ce ne sont sans doute pas les quatre potelets qui vont le protéger, il risque un accident de circulation!

Nouveau monument commémoratif à Poitiers, problème technique avant l'inaugurationIl doit faire défiler, grâce à 25000 leds, les « noms de 2107 poitevins morts pour la France », dit le communiqué officiel. En fait tous n’ont pas le statut de « morts pour la France », très réglementé, car la base de données inclut les victimes des bombardements de Poitiers, mais c’est pas mal de mettre les victimes de toutes les guerres, y compris les victimes récentes des régiments localisés à Poitiers. Ce qui est dommage, c’est que cette liste n’est pas accessible sur le site internet couplé à l’œuvre, on peut juste y chercher un nom.  Hier, quelques minutes avant l’inauguration, il avait les « tripes » (électroniques) à l’air et ne semblait pas fonctionner…

Nouveau monument commémoratif à Poitiers, noms qui défilent, peu lisibles

Luminous memento… tel est le titre de ce monument créé par . Luminous laisse rêveur… Là où il est placé, il est en pleine lumière quasi toute la journée, ce vendredi 11 novembre après-midi, la luminosité des leds était très insuffisante pour réussir à lire les noms qui défilent si si, là, sur cette photo, vous devez lire un nom!). En principe, à la date anniversaire du décès,  les noms des victimes décédées le jour concerné se figent le soir…

Nouveau monument commémoratif à Poitiers, en panne dès le 12 novembreLa technique n’a pas l’air très au point. Ce samedi matin vers 9h30, aucun nom ne s’affichait, j’ai attendu un peu, il y a un petit délai entre chaque nom, mais non, le monument était bien éteint ou « en rade »! Beaucoup de publicité de la ville pour « une première nationale », le « seul monument connecté de France », mais il va falloir que ça fonctionne pour les 100.000€ ponctionnés sur nos impôts. Et ça serait pas mal que la liste complète des victimes soit accessible quelque part pour tout le monde, sans devoir rester des milliers d’heures planté devant un totem noir.

 

Le Poilu de l’Espanade (à Metz)

Metz, le Poilu de Bouchard, nouvelle version, trois vuesIl y a quelques jours, je recevais un commentaire de Alain Kolb sur un article qui date déjà, concernant le monument au Poilu libérateur de la Moselle à Metz. Avec son accord, je publie ici son texte, qui sera plus visible qu’en commentaire…

Voici le texte d’Alain Kolb

Pour me rendre en ville à pied par le plan d’eau, je passe au moins une fois par semaine devant la statue du poilu. Un jour je me suis imaginé ce qu’il pourrait dire à un passant comme moi. Cela m’a inspirer le poème ci-dessous:

LE POILU DE L’ESPLANADE

Toi qui passe devant moi sans même lever les yeux,
Souviens-toi que c’est moi, allié à tes aïeux,
Qui avons défendu au péril de nos cœurs,
Ce qu’aujourd’hui pour toi sont beauté et douceur.
Laisse-moi te conter la descente aux enfers
De nos générations vouées à Lucifer.
J’ai couru les tranchées de Verdun à la Somme,
J’ai vu souffrir les hommes comme bêtes de somme,
J’ai vu tous les combats et cent mille batailles,
J’ai vu mes compagnons fauchés par la mitraille.
J’ai vu la bête immonde excitée par ces crimes,
Dévorer les entrailles des héros anonymes.
J’ai marché dans le sang des enfants innocents
Que des Nations indignes ont jeté au néant.
Pour nous pas de répits, pas l’espoir d’une trêve,
On giclait de la boue et c’était marche ou crève.
Mes yeux hallucinés, aveuglés par l’horreur,
Ont tant versé de larmes en ces temps de fureur,
Que j’en ai renié, dans l’éclat des rafales,
Nos Dieux bien à l’abri au fond des cathédrales.

Mais le temps a passé sur les terres de Lorraine,
Oubliées les folies et oubliées les haines.
Même si dans le marbre on grave l’épopée,
La mémoire de l’Histoire fini par s’estomper,
Et les hommes affairés à leurs passions vénales
Ne voient plus les dangers des rancœurs ancestrales.
Toi qui marche tranquille avec sérénité,
Si l’air que tu respires en toute liberté
T’apporte le bonheur et te rempli d’espoir,
Pense, que c’est à moi que tu dois ta victoire.
Maintenant au repos, l’âme parée d’airain,
Je contemple le monde rassuré et serein.
Pourtant je n’abdique pas les devoirs de ma charge,
Mon regard vigilant est tourné vers le large.
J’ai toujours l’arme au pied et l’épée à mon flanc,
Prêt à porter plus haut l’étendard triomphant,
Prêt à défendre encore la Terre de mes parents
Pour la léguer intacte à mes petits enfants.
Dormez peuples de France, je garde la maison,
Je veille, l’amour au cœur et l’œil sur l’horizon.

Kolb Alain Avril 2013

Poitiers et ses morts pour la France…

Poitiers, le monument aux morts de 1914-1918, 2, la VictoireDepuis de longs mois, je suis relancée par un de mes lecteurs pour souligner l’absence de liste exhaustive des morts pour la France à Poitiers. Comme je le disais dans mon article sur le monument aux morts de 1914-1918 de Poitiers (centre-ville)  par Aimé Octobre et comme Grégory l’a rappelé dans le dernier numéro de L’actualité Poitou-Charentes n° 106, automne 2014 (Aimé Octobre, de la femme éplorée à la Victoire, page 24), « les listes des morts de la Vienne ont été déposées dans le socle du monument inauguré le 15 mars 1925 ». Des listes partielles se trouvent dans les différents lieux et plaques commémoratives (revoir le carré militaire de la Pierre Levée et monument aux morts allemands, la plaque commémorative de 1939-1945 au cimetière de la Pierre-Levée, les plaques commémoratives des déportées du lycée Victor-Hugo, le monument au réseau Louis Renard dans le cimetière de Chilvert, également à la gare, à l’université, dans les églises, aux Coloniaux, sur le monument du parc de la Roseraie, sur le monument commémoratif du stade poitevin), mais il n’existe  pas de liste complète des morts pour la France de Poitiers et cela est assurément en contradiction avec les différentes lois commémoratives et la dernière en date, la loi n° 2012-273 du 28 février 2012 fixant au 11 novembre la commémoration de tous les morts pour la France qui précise dans son article 2: « Lorsque la mention « Mort pour la France » a été portée sur son acte de décès dans les conditions prévues à l’article L. 488 du code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de la guerre, l’inscription du nom du défunt sur le monument aux morts de sa commune de naissance ou de dernière domiciliation ou sur une stèle placée dans l’environnement immédiat de ce monument est obligatoire ».

Je ne suis pas sûre que le futur monument qui inscrira virtuellement le nom des morts pour la France dans le « béton connecté », d’abord annoncé dans le parc de Blossac puis près de l’ancien printemps, réponde à cette obligation. Ne me demandez pas comment ça marche, ni si ça vieillira bien, je n’ai pas bien compris ce qui était annoncé dans la presse.

Accès au monument aux morts du parc de la Tête d'Or à Lyon, accès fermé en avril 2012A ce propos, le parc de Blossac a été « judicieusement » contourné par le secteur sauvegardé de Poitiers, sans doute pour permettre ce genre d’aménagement, mais il reste un site classé au sens de la loi de 1930, et donc soumis à des permis d’aménager. Cependant un grand monument dans un parc ne me choque pas, voir à Lyon dans le parc de la Tête d’Or, où il était malheureusement en cours de réhabilitation lors de mon dernier passage à Lyon en avril 2012.

Dans les chefs-lieux de département, les listes des morts peuvent être longues et nécessitent de dresser des stèles ou des plaques sur une grande longueur. Les monuments sont alors souvent aussi dédiés aux morts du département et non aux seuls morts de la ville.

Angers, monument aux morts, 3, le groupe sculpté de plus prèsComme Poitiers, certaines villes n’ont pas de listes de morts sur leurs monument aux morts principal, comme ici à Angers

Angoulême, monument aux morts de 1914-1918, 1, vue de loin et de la République… ou à Angoulême (liste à l’intérieur, non visible du public)…

Metz, le monument aux morts de 1914-1918, carte postale des années 1930… ou encore à Metz, mais les communes d’Alsace et Moselle sont soumises à d’autres réglementations.

Toulouse, le monument morts de Haute-Garonne, face principaleCertaines villes ont choisi de mettre ces stèles à l’écart. Ainsi, il n’y a pas de liste de morts sur le monument aux morts de Haute-Garonne à Toulouse.

Toulouse, monument aux morts de 1914-1918 au cimetière de SaloniqueMais les morts de la ville de Toulouse  figurent sur le monument aux morts du cimetière de Salonique.

Lons-le-Saunier, monument aux morts de 1914-1918, quatre vues de faceUne configuration en grand arc de cercle a aussi été retenu à Lons-le-Saunier.

Le monument aux morts de 1914-1918 à Nantes, vue actuelle (2012)Nantes a choisi de réaliser un grand mur de noms…

Cahors, monument aux morts de 1914-1918, 1, vue de faceDans des villes plus petites, la liste tient à l’avant, comme à Cahors

Niort, le monument aux morts de 1914-1918 par Poisson, 4, le monument à son nouvel emplacement… ou à Niort, …

Monument aux morts de La Rochelle, 02, vu de face… ou derrière le monument comme ici à La Rochelle.

Affaire à suivre…

PS: un généalogiste poitevin, Frédéric Coussay, publie chaque jour jusqu’à la fin de conflit et au-delà (les soldats ou soignants morts après 1918 de leurs blessures de guerre ont pu être reconnus morts pour la France plus tard) au minimum la fiche de Mémoire des hommes, à la date de leur décès, des soldats nés dans la Vienne. Il ajoute dans la mesure du possible aux « morts pour la France » les autres morts (de maladie sans lien avec le conflit, suicidés, fusillés, etc.). A voir sur son blog.

Le monument aux morts de Salins-les-Bains, promis à la destruction?

Le monument aux morts de Salins-les-BainsEn attendant d’aller à Moncoutant demain (9 novembre 2014), je suis allée au printemps au salon de Nans-sous-Sainte-Anne. Marlie m’avait aussi permis de faire quelques dizaines de photographies à Salins-les-Bains dans le . Pour cette semaine consacrée à la première guerre mondiale, je vous présente aujourd’hui le monument aux morts, qui se trouve un peu à l’écart du centre-ville, vers la gare, au carrefour d’Ornans. Il a été érigé non loin du monument aux morts de 1870-1871, dont je vous parlerai prochainement. Situé à un carrefour où il n’est pas simple de se garer pour les cérémonies ni aux anciens combattants de s’asseoir (si, c’est ce qui est écrit dans le bulletin municipal), en 2011, la mairie lançait une consultation pour le déplacer « sur un autre emplacement – plat – accessible – paisible ». Par délibération du 27 mai 2013, décision était prise de le démolir et d’installer un nouveau monument aux morts (décidément c’est la mode, voir dimanche prochain à Poitiers) dans le parc des Cordeliers en lien avec le nouvel établissement thermal, mais une pétition avait été lancée. En mai 2014, il était toujours à son emplacement d’origine. D’autres villes (revoir AmboiseNiort, ou même le gigantesque monument aux morts de Skikda (Philippeville) déplacé à Toulouse) ont opté pour le déplacement du monument, pas pour sa destruction (sauf quand il y a eu destruction pendant la deuxième guerre mondiale comme à Metz pour le monument aux morts de 1914-1918 et le monument au Poilu libérateur) et remplacement par un monument neuf mieux placé.

Le monument aux morts de Salins-les-Bains, dans son environnement sur une carte postale ancienneCe carrefour était un lieu tranquille dans les années 1920, si l’on en juge par cette carte postale ancienne.

Le monument aux morts de Salins-les-Bains, carte postale ancienneIl est l’œuvre d’Eugène [Marie Joseph] Bourgouin (Reims, 1880 – Paris, 1924). Il porte les inscriptions « 1914-1918 / Salins / Bracon / à leurs morts / glorieux ». Il se présente sous la forme d’une très haute stèle. Sur l’avant, deux registres se superposent.

Le monument aux morts de Salins-les-Bains, les deux soldatsEn bas, se tiennent deux soldats, tiens, comme à Amboise, mais dans une disposition très différente: ils sont ici à peine détachés du massif de pierre et se tiennent très droites, au garde à vous, en appui sur les longs fusils qu’ils tiennent devant eux.

Le monument aux morts de Salins-les-Bains, la Victoire ou RépubliqueSur le registre supérieur se tient une allégorie de la République, très raide, sous les traits d’une dont les ailes sont juste gravées sur le fond de la pierre. Les bras tendus vers le bas (et non dressés vers le haut comme pour la République du monument aux morts d’Angoulême), elle tient des ses mains deux couronnes en bronze.

Toulouse, le monument morts de Haute-Garonne, Raynaud, Victoire Personnellement, je préfère la Victoire de Camille Raynaud à Toulouse, nue et grassouillette, qui avait fait scandale à l’époque…

Le monument aux morts de Salins-les-Bains, palmes et dos du monumentPour revenir à Salins, le reste du décor se compose de palmes, traitées ici avec les feuilles et les grappes de fruits (régimes de dattes). Au dos du monument sont portés les noms des morts pour la France de 1914-1918, complétés par des plaques avec les victimes des conflits ultérieurs.

Photographies d’avril 2014

Le monument aux morts d’Amboise

Amboise, le monument aux morts dans son environnement A Amboise, le monument aux morts de 1914-1918 s’est un peu promené… il est aujourd’hui situé sur le Mail (place du Général de Gaulle), côté Loire, à peu près en face de l’office de Tourisme et pas très bien mis en valeur!

Amboise, le monument aux mortsC’est un peu mieux si on traverse…

Amboise, le monument aux morts, carte postale ancienneIl ne se trouve là que depuis mai 1982. Il se trouvait avant sur une place arborée, devenue aujourd’hui square des Anciens d’Afrique du Nord, pas très loin, en fait presque de l’autre côté du boulevard, comme on peut le voir sur cette carte postale ancienne. il a été financé par souscription publique, subvention (au prorata du nombre de morts de la commune, rappelons-le) et des bénéfices sur la vente de poissons de Loire. Il y a été inauguré le 13 juillet 1924.

Amboise, le monument aux morts, carte postale ancienneCette autre carte porte comme mention « Angibault sculpt[eur], Garaud stat[uaire]. En fait, Gustave Angibault était marbrier à Amboise et n’a réalisé que les ornements annexes.

Amboise, le monument aux morts, signatures Angibault et Camille GarandOn retrouve les signatures sur le socle: « G. Angibault et Garand ». Ce dernier est Camille Garand (Nouans-les-Fontaines, 1879 – 1979), sculpteur tourangeau qui est l’auteur de plusieurs monuments aux morts dans le secteur.

Amboise, le monument aux morts, vue de profilLe monument se compose d’un haut socle en granite qui porte des listes de morts sur trois faces (deux pour 1914-1918, une pour les autres conflits) et au sommet, un groupe sculpté en calcaire.

Amboise, le monument aux morts, vue rapprochée du groupe sculptéCe groupe comprend deux soldats qui se recueillent devant la tombe d’un soldat mort (« pro patria »), avec une croix de guerre et recouverte du casque du défunt d’où semble s’échapper une pluie de roses. Une allégorie féminine couronnée (la ville d’Amboise dont elle porte les armoiries), qui tient une couronne, les abrite sous son bras tendu.

Amboise, le monument aux morts, les têtesVoici de plus près, je trouve que la couronne, faite de laurier (victoire) et de chêne (force) est plus une couronne de la Victoire qu’une couronne mortuaire comme j’ai pu le lire ici ou là [même si Grégory défend cette interprétation dans les commentaires ci-dessous].

Amboise, le monument aux morts, les soldatsLe soldat le plus âgé, moustachu et barbu, les yeux fermés, semblent plus affecté et tient, lui, une couronne mortuaire. Le jeune soldat semble lever les yeux vers l’avenir et tient son fusil au repos à sa droite.

Amboise, le monument aux morts, de dosVoici de dos. L’allégorie est vêtue à l’Antique alors que les soldats portent leurs diverses sacoches.

Amboise, stèle aux déportésIl est complété par des stèles aux conflits ultérieurs (Afrique du Nord notamment, voir la première vue) et une stèle aux déportés de la ville.

Amboise, deuxième monument aux morts par Paul DeryckeUn second monument, datant de 1971, se trouve sur l’île de la Loire, après l’auberge de jeunesse.

Amboise, deuxième monument aux morts par Paul Derycke, quatre vuesDe forme triangulaire, installé sur une butte, il se compose de grandes dalles de béton ajouré, avec sur le côté intérieur des listes de morts. La dédicace, « Mère voici tes fils qui se sont tant battus », n’est pas très explicite. Il s’agit d’une œuvre de [Henri] Paul Derycke (Ronq, 1928 – 1998, grand prix de Rome en 1952) est un dépôt de l’État.

D’autres monuments commémoratifs des guerres se trouvent à Amboise: un monument du Souvenir Français (aux morts de 1870-1871, érigé en 1913), les carrés militaires au cimetière, des stèles dans les églises, un monument au maréchal Leclerc par , une stèle au général de Gaulle.

Photographies août 2014

Un vitrail pour célébrer les morts pour la France de Dinan (église Saint-Malo)

Vitrail aux morts pour la France, église Saint-Malo de DinanA Dinan, il y a bien sûr un monument aux morts public et tout ce qu’il y a de laïc comme le veut la loi du 25 octobre 1919 (symboles religieux interdits, la commission départementale créée en 1920 doit y veiller). Mais à côté de ces monuments publics (sordidement subventionnés en fonction du nombre de morts de la commune entre 1920 -loi de finance- et 1925 -suppression des aides), il existe des lieux de commémoration dans la plupart des églises, qui peuvent aller d’une simple plaque avec le nom des membres du clergé et des paroissiens morts pour la France à des monuments plus importants. Dans des cas plus rares, ce sont des vitraux (verrières pour mes collègues et au bureau) qui ont été commandés, c’est le cas dans l’église Saint-Malo, avec en-dessous une plaque avec les noms des morts.

Vitrail aux morts pour la France, église Saint-Malo de DinanLe vitrail se compose de deux grandes parties: en bas un hommage aux soldats, au-dessus l’espoir (il faut y croire…) de l’Église. Et des motifs symboliques dans les lancettes.

Vitrail aux morts pour la France, église Saint-Malo de Dinan, signatures Magne et ChampigneulleIl porte la signature « H.M. Magne del(t) / Ch. Champigneulle pin(t) / Paris 1921 ». Il est donc l’œuvre de Henri Marcel (Urbain) Magne (Paris, 1877 – Paris, 1944), descendant d’une famille d’architectes, et de Charles Champigneulle, issu d’une grande famille de maîtres-verriers originaire de Metz à qui l’on doit de nombreux vitraux à travers toute la France et particulièrement en Bretagne (au passage, la généalogie de cette famille est complexe, sur de nombreux sites, les vitraux de 1917, 1919 (restauration de la Sainte-Chapelle et de Notre-Dame de Paris) à 1925 (monuments aux morts ou sujets religieux) sont attribués à Louis Charles Marie Champigneulle… fondateur de la Société artistique de peinture sur verre mais mort en 1905! (Il faut que je débrouille l’écheveau de la famille en plongeant dans de la documentation plus sérieuse).

Vitrail aux morts pour la France, église Saint-Malo de Dinan, partie inférieureBon, revenons à notre vitrail… la moitié inférieure, dédiée « aux enfants de Dinan morts pour la France », représente le champ de bataille et une scène d’enterrement.

Vitrail aux morts pour la France, église Saint-Malo de Dinan, soldats mortsAu milieu du champ de bataille et des pièces d’artillerie, un soldat semble mort et le porte-drapeau en mauvaise posture, « 94 » rappelle le sacrifice d’hommes jeunes (la classe 1894), même si bien sûr des soldats plus âgés ont aussi payé une lourde contribution à la guerre.

Vitrail aux morts pour la France, église Saint-Malo de Dinan, soldats survivants et priantsA gauche, les survivants, en uniforme bleu horizon, prient… encouragés par un homme en vareuse marron (l’aumônier?)…

Vitrail aux morts pour la France, église Saint-Malo de Dinan, tombeauSur la tombe fraîche, un prêtre célèbre les obsèques…

Vitrail aux morts pour la France, église Saint-Malo de Dinan, la mère, la femme et l'orpheline… face à la veuve, la mère et l’orpheline, un thème fréquemment représenté que je vous invite à (re)voir en sculpture à Angoulême, Confolens, Cahors, etc.

Vitrail aux morts pour la France, église Saint-Malo de Dinan, partie supérieure religieuseAu ciel, un bel aréopage attend les défunts dans la partie supérieure…

Vitrail aux morts pour la France, église Saint-Malo de Dinan, évêque et saint Michel un évêque (saint Malo, titulaire de l’église?), l’archange Saint-Michel (avec sa devise « Quis u [t] deus »),

Vitrail aux morts pour la France, église Saint-Malo de Dinan, Christ et Jeanne d'Arcle Christ et Jeanne d’Arc…

Vitrail aux morts pour la France, église Saint-Malo de Dinan, oriflamme de Jeanne d'Arc portant un oriflamme aux armes de la ville avec les noms « Jhesus Maria ».

 

Photographies d’octobre 2014

Le monument au Poilu libérateur de la Moselle à Metz

Metz, le Poilu de Bouchard, nouvelle versionJe vous ai déjà montré plusieurs monuments commémoratifs des guerres à (revoir : monument aux morts de 1914-1918, hommage aux Hommes de fer, Albert Ier roi des Belges). Aujourd’hui, je vous présente le Poilu libérateur, qui se dresse au bout de l’Esplanade. Et vous allez avoir trois monuments aux morts (voire quatre monuments avec Guillaume Ier) pour le prix d’un! Comme pour les autres monuments de Metz, il a eu une histoire mouvementée.

Metz, le Poilu de Bouchard, première version, 1919Le sculpteur Henri Bouchard (Dijon, 1875 – Paris, 1960), grand prix de Rome en 1901 [revoir le monument à Audouin-Dubreuil à Saint-Jean d’Angély], était lieutenant à Nancy, où il fabriquait des arbres de camouflage [renvoi l’exposition 1917 qui abordait le sujet] et rejoint Metz pour l’entrée des Poilus libérateurs le 19 novembre avec le maréchal Pétain à leur tête. En secret, il réalise entre le 2 et le 7 janvier 1919 ce monument à la façon d’un maquette grandeur nature, en bandes plâtrées (serpillières trempées dans le plâtre) posées sur une armature en fer et grillage, prêt pour la grande parade sur l’emplacement du monument à Guillaume Ier dont il a gardé une partie du socle en remplaçant l’inscription allemande « On les a ». Fragile, le monument n’est jamais fondu en bronze et ne résiste pas aux intempéries mais plusieurs cartes postales l’ont immortalisé.

Metz, monument à Guillaume Ier et Poilu de HannauxUne carte postale propose même un «avant» (monument à Guillaume Ier) et après (monument aux Poilus) qui ne correspond pas au monument de Henri Bouchard mais le suivant…

Metz, Poilu de HannauxSuite à des bisbilles, la municipalité avait en effet décidé de ne pas faire couler en bronze (avec le matériau récupéré des statues allemandes déboulonnées) le Poilu de Bouchard mais de passer commande à un sculpteur local, Emmanuel Hannaux (Metz, 1855 – 1934). Sa maquette est définitivement choisie en 1921 et c’est son Poilu libérateur, inauguré le 5 juin 1922, que l’on peut voir sur cette carte postale et qui sera détruit pendant la Deuxième Guerre mondiale, fondu dès 1940. Il est composé d’un haut socle sur lequel pose un soldat et à sa base, une allégorie de la France victorieuse les bras levés…

Henri Bouchard n’avait toujours pas renoncé à son Poilu et il avait été retenu en 1937 pour le monument aux morts place du Trocadéro (cimetière de Passy). La Deuxième guerre mondiale en décida autrement et ce fut après guerre le projet de Paul Landowski qui fut retenu à Passy…

En 1945, le Souvenir français aurait voulu voir ériger une nouvelle œuvre dédiée aux poilus mais la municipalité se contente d’une stèle. Henri Bouchard est recontacté. En 1956, suite à une souscription publique, le monument d’Henri Bouchard est réalisé par le fondeur Hohwiller et inauguré par le maréchal Juin.

Metz, le Poilu de Bouchard, nouvelle version, trois vuesIl s’agit d’une version un peu différente : alors que le Poilu de 1919 écrasait du pied droit un casque à pointe allemand, il est désormais représenté les deux pieds au sol, une partie du barda et de l’armement (grenade notamment) posé par terre…

Metz, le Poilu de Bouchard, nouvelle version, détail de dos et au sol… ainsi que deux casques, mais dans une position moins « écrasante » par rapport au vaincu…

Metz, le Poilu de Bouchard, nouvelle version, signatureLa signature de Bouchard est bien visible et l’inscription sur le socle fixe le titre: « Au Poilu libérateur – Le Souvenir Français de la Moselle 1918 ».

Le modèle en ciment-pierre qui a servi à cette fonte se trouve à Maizières-lès-Metz.

Pour aller plus loin : Voir l’article en ligne de Jean-Claude Jacoby, Le Poilu libérateur, l’œuvre messine du sculpteur Henri Bouchard

Photographies août 2012.

Monuments aux morts de 1870, 1914-1918 et autres sur mon blog

Angers, monument aux morts, 3, le groupe sculpté de plus près A l’approche du 11 novembre 2014, j’ai essayé de mettre à jour cet article récapitulant les monuments aux morts dont je vous ai parlés… et vous proposerai du 4 au 11 novembre de nouveaux articles sur des monuments aux morts, des lectures et des BD en lien avec la première guerre mondiale! Il faudrait que j’ajoute à la fin des tableaux des sélections de lecture… Qu’en pensez-vous?

Article d’origine… En ce 11 novembre 2012, que d’aucuns voudraient un jour de commémoration de tous les conflits, j’ai préparé un article regroupant tous les monuments aux morts dont je vous ai déjà parlé, en séparant les différents conflits… Parce qu’ils sont directement liés à la Première Guerre mondiale, j’ai mis dans cette catégorie le monument « à la France, la Belgique reconnaissante » à Paris et la fontaine ou monument mémorial américain à Tours. Vous pouvez aussi revoir mon article sur l’exposition 1917 au centre Pompidou-Metz.

Les vignettes sont liées aux articles, et je complèterai cette page au fil des articles à paraître, j’en ai encore beaucoup en stock.

Je ne reprends pas ici la liste des monuments identiques de monuments de Maxime Réal del Sarte ni les monuments de Bénet en France et ailleurs (j’ai complété la liste depuis sa première parution). J’ai juste intégré ici ceux que j’ai publiés personnellement et les photographies de Zazimuth pour celui de Briey.

Et pour ceux que le sujet intéresse, Hérisson propose une bibliographie jeunesse sur la première guerre mondiale. Pour la deuxième guerre mondiale, la liste officielle des prisonniers de guerre est disponible sur Gallica.

Navigation dans la page Monuments aux morts

Monuments de la guerre de 1870

Département Commune Sculpteur Vignette
16-Charente Angoulême, monument aux mobiles de la Charente Le monument aux mobiles de la Charente à Angoulême, 4, la République vaincue
17-Charente-Maritime La Rochelle, monument aux soldats et marins morts de 1870 Pierre Laurent La Rochelle, monument aux soldats et marins, 4, le soldat central
37-Indre-et-Loire Tours Tours, le monument aux morts de 1870, vue 4, le groupe sculpté
46-Lot Cahors Cyprien Antoine Calmon Cahors, monument aux mobiles du Lot (morts de 1870), 1, deux vues générales
79-Deux-Sèvres Bressuire Jules Rispal Bressuire, monument aux morts de 1870, la République de face et de profil
79-Deux-Sèvres Niort, Gloria Victis Niort, Gloria Victis de Mercié, les têtes de la Victoire et du soldat mourant
86-Vienne Châtellerault Aimé Octobre Châtellerault, monument aux morts de 1870, 2, deux vues de loin
86-Vienne Poitiers Jules Coutan Poitiers, monument aux morts de 1870, 7, détail de la vareuse
87-Haute-Vienne Limoges Martial Adolphe  Thabard Limoges, monument aux morts de 1870, 9, deux vues de côté

Monuments de la guerre de 1914-1918

Département Commune Sculpteur Vignette
Algérie Skikda (Philippeville)(déplacé à Toulouse) Camille Alaphilippe Monument aux morts de Skikda/Philippeville à Toulouse, 1, vue générale
16- Charente Angoulême Émile Peyronnet Angoulême, monument aux morts de 1914-1918, 1, vue de loin et de la République
16- Charente Confolens Henri Coutheillas Le monument aux morts de Confolens par Coutheillas, 4, le groupe sculpté
16- Charente Lessac Le monument aux morts de Lessac (Charente), 1, vu de face, de loin et de près
17-Charente-Maritime La Rochelle Joachim Costa Monument aux morts de La Rochelle, 02, vu de face
17-Charente-Maritime Saint-Jean-d’Angély Le monument aux morts de Saint-Jean-d'Angély par Albert Bartholomé, la gloire de face et de trois quarts,
22- Côtes-d’Armor dans l’église Saint-Malo, et Vitrail aux morts pour la France, église Saint-Malo de Dinan, partie inférieure
31-Haute-Garonne Toulouse / monument aux morts de Haute-Garonne André Abbal Henri Raphaël Moncassin et Camille Raynaud (un article sur l’oeuvre de chacun) Toulouse, le monument morts de Haute-Garonne, face principale
31-Haute-Garonne Toulouse / monument aux sportifs morts pour la France Antoine Bourdelle(Heraklès archer) Herakles archer de Bourdelle à Toulouse, 01, dans son square
31-Haute-Garonne Toulouse / monument aux morts du cimetière de Salonique Raymond Isidore Toulouse, monument aux morts de 1914-1918 au cimetière de Salonique
31-Haute-Garonne Toulouse / monument aux morts indochinois Charles Breton Toulouse, monument aux morts indochinois de 1914-1918 au cimetière de Salonique, 1, deux vues
37-Indre-et-Loire Amboise Gustave Angibault et Camille Garand Amboise, le monument aux morts, vue rapprochée du groupe sculpté
37-Indre-et-Loire Tours, la fontaine ou monument mémorial américain Arthur Loomis Harmon Tours, le mémorial américain, 3, trois vues de détail
39- Jura Lons-le-Saunier Augustin Bidot Lons-le-Saunier, monument aux morts de 1914-1918, quatre vues de face
39- Jura Salins-les-Bains Eugène Bourgouin Le monument aux morts de Salins-les-Bains
44- Loire-Atlantique
44- Loire-Atlantique Nantes Émile Guillaume Le monument aux morts de 1914-1918 à Nantes, vue actuelle (2012)
46-Lot Cahors Cahors, monument aux morts de 1914-1918, 1, vue de face
49-Maine-et-Loire Angers Jules Desbois Angers, monument aux morts, 3, le groupe sculpté de plus près
54-Meurthe-et-Moselle Briey Maxime Real del Sarte Monument aux morts de Briey, l'ensemble du monument
57 – Moselle Metz Paul Niclausse Metz, le monument aux morts de 1914-1918, carte postale des années 1930
57 – Moselle le monument au Poilu libérateur de la Moselle (1) Henri Bouchard Metz, le Poilu de Bouchard, première version, 1919
57 – Moselle le monument au Poilu libérateur de la Moselle  (2) Metz, Poilu de Hannaux
57 – Moselle le monument au Poilu libérateur de la Moselle (3) Henri Bouchard Metz, le Poilu de Bouchard, nouvelle version, trois vues
66- Pyrénées-Orientales Perpignan Gustave Violet Perpignan, le monument aux morts sur une acrte postale ancienne
74-Haute-Savoie Les Clefs, le Grand-Bornand, Annecy-le-Vieux : monuments aux morts Peterlongo http://vdujardin.com/blog/wp-content/uploads/2012/11/monument_morts_grand_bornand1.jpg
75-Paris Paris, monument « à la France, la Belgique reconnaissante Isidore De Rudder Paris, monument à l'amitié franco-belge, 1, vu de loin
75-Paris Paris, monument aux morts place du Trocadéro (cimetière de Passy) Paul Landowski Paris, monument aux morts de Passy par Paul Landowski, le groupe sculpté
79-Deux-Sèvres Niort Pierre-Marie Poisson Niort, le monument aux morts de 1914-1918 par Poisson, 4, le monument à son nouvel emplacement
79-Deux-Sèvres Parthenay Elie Ottavy Parthenay, le monument aux morts de 1914-1918, 3, vu de face et de dos
79-Deux-Sèvres Parthenay, monument aux morts du Marchioux (instituteurs) Charles Sabouraud Monument aux morts du Marchioux à Parthenay, 3, deux vues générales
85-Vendée Les Sables-d’Olonne Maurice Legendre Les Sables-d'Olonne, monument aux morts de 1914-1918, 3, Victoire de face et de dos
85-Vendée Les Sables-d’Olonne René Bertrand-Boutée Les Sables-d'Olonne, médaillon à un mort de 1914-1918, 1, immeuble et monument
86-Vienne Angles-sur-l’Anglin Aimé Octobre La Victoire d'Aimé Octobre à Angles-sur-l'Anglin, dans la Vienne, vue de face
86-Vienne Civray Eugène Bénet Le monument aux morts de Civray par Eugène Bénet, 1, vue générale de loin et de dos
86-Vienne Châtellerault Aimé Octobre Châtellerault, monument à la révolution et aux morts de 1914-1918, 13, soldat
86-Vienne Ligugé Albert Désoulières Le monument aux morts de Ligugé, 3, le soldat brandissant un drapeau
86-Vienne Loudun Eugène L’Hoest Le monument aux morts de Loudun, 4 deux vues plus proches du monument
86-Vienne Poitiers (centre-ville) Aimé Octobre Poitiers, le monument aux morts de 1914-1918, 2, la Victoire
86-Vienne Poitiers, monument aux morts allemands Non identifié Le monument aux morts allemands du cimetière de la pierre levée à Poitiers
86-Vienne Poitiers, le monument commémoratif du stade poitevin (Joffre Laurentin et deux conflits mondiaux) Monument commémoratif du stade poitevin à Poitiers
86-Vienne Saint-Benoît Eugène Bénet Saint-Benoît, le monument aux morts, 4, vu de face
86- Vienne Sommières-du-Clain Maxime Real del Sarte Le monument aux morts de Sommières-du-Clain, Face principale, le relief avec Jeanne-d-Arc de Real del Sarte
87-Haute-Vienne Châteauneuf-la-Forêt Auguste Bartholdi La liberté de Châteauneuf-sur-Charente

Monuments de la deuxième guerre mondiale

 

Département Commune Sculpteur Vignette
16-Charente Angoulême, stèle aux déportés Espagnols Angoulême, stèle aux déportés républicains espagnols
17- Charente-Maritime La Rochelle, monument de la résistance Henri Gayot Monument de la résistance de La Rochelle, la stèle avec le nom des camps de concentration
37-Indre-et-Loire Amboise, stèle aux déportés Amboise, stèle aux déportés
37-Indre-et-Loire Tours, la plaque commémorative des enfants juifs déportés de l’école Mirabeau à Tours Ecole Mirabeau à Tours, plaque commémorant la déportation d'élèves et d'un instituteur
39, Jura Lons-le-Saunier, monument à la résistance jurassienne Charles Sarrabezolles Lons-le-Saunier, monument aux résistants du Jura, 1, deux vues de face
44-Loire-Atlantique Nantes, monument aux Cinquante Otages Jean Mazuet Nantes, monument des cinquante otages, deux vues rapprochées
44-Loire-Atlantique Nantes, monument à De Gaulle Françoise Boudier Nantes, monument à De Gaulle, deux vues
57 – Moselle Metz, monument aux morts de 1914-1918 remanié Metz, le monument aux morts de 1914-1918, carte postale pendant la Deuxième guerre mondiale
57, Moselle Metz, Hommage aux Hommes de fer Metz, monument aux Hommes de fer, vue générale et vue rapprochée
69- Rhône Lyon, le monument de la Résistance dit le Veilleur de pierre Georges Salendre Lyon, place Bellecour, Monument de la Résistance dit le Veilleur de pierre, par Georges Salendre
79-Deux-Sèvres Bressuire, stèle commémorative de la déportation Bressuire, stèle aux déportés juifs, vue rapprochée
79-Deux-Sèvres Niort, monument aux soldats sans uniforme et la résistance Jacques Dulau et Klotz Niort, les monuments à la résistance, 1, le monument aux soldats sans uniforme
85-Vendée Les Sables-d’Olonne, le monument aux morts de la déportation R. Langé Les Sables-dOlonne, monument aux morts en déportation, vue générale
85-Vendée Les Sables-d’Olonne, le buste du capitaine Mignonneau M. Suin Le monument du capitaine Mignonneau, le buste
86-Vienne Châtellerault, le monument aux martyrs de la résistance Louis Befroy

Châtellerault, monument aux martyrs de la résistance, 1, vue générale

86-Vienne Poitiers, Frontstalag 230 et camp de la Chauvineries Poitiers, terrain entre les Montgorges et la Chauvinerie, emplacement du Fronstalag 230
86-Vienne Poitiers, camp de la route de Limoges Poitiers, stèle du camp d'internement de la route de Limoges
86-Vienne Poitiers, plaques commémoratives des déportées, lycée Victor-Hugo Poitiers, lycée Victor Hugo, plaques commémoratives pour les élèves victimes de la deuxième guerre mondiale
86-Vienne Poitiers, le monument commémoratif du stade poitevin (Joffre Laurentin et deux conflits mondiaux) Monument commémoratif du stade poitevin à Poitiers
86-Vienne Poitiers, plaque commémorative de 1939-1945 (à la Pierre-Levée) Poitiers, cimetière de la pierre levée, stèle commémorative pour 1939-1945
86-Vienne Poitiers, monument au réseau Louis Renard, cimetière de Chilvert Le monument au réseau Louis Renard, cimetière de Chilvert à Poitiers

Voir aussi le Le quartier de la gare de Poitiers… avant et après le 12 juin 1944

Monuments d’autres conflits et mémoriaux

Département Commune Sculpteur Vignette
37-Indre-et-Loire Amboise, monument érigé en 1971 Paul Derycke Amboise, deuxième monument aux morts par Paul Derycke
44-Loire-Atlantique Nantes, le mémorial de l’esclavage Krzysztof Wodicsko et Julian Bonder Le mémorial de l'esclavage à Nantes, 2, vu depuis le quai de la Fosse
86-Vienne Châtellerault, centenaire de la fête de la fédération Gustave Michel Châtellerault, monument à la révolution et aux morts de 1914-1918, 07, la Révolution, 4 vues

Un peu de lecture

J’ai mis en gras des livres qui me paraissent incontournables.

Première guerre mondiale

et au cinéma, en exposition et en musique…

Deuxième guerre mondiale (BD, romans, témoignages)

et au cinéma et en musique…

Afghanistan

Algérie (décolonisation)

Algérie (guerre civile des années 1990)

Cambodge

Espagne 1936

Israël et Palestine

et au cinéma et en musique…

Ex-Yougoslavie