Avenue de la Gare, de Michel Métreau

Couverture de Avenue de la Gare, de Michel Métreau

pioche-en-bib.jpgUn livre trouvé parmi une sélection de livres régionaux à la médiathèque.

Le livre : Avenue de la Gare de Michel Métreau, collection Imaginaires, éditions du Croît Vif, 2005, 132 pages, ISBN 978-2-907967-98-3.

L’histoire : à Chalais, au sud du département de la Charente, pendant la seconde guerre mondiale. Les fils du boulanger vivent cette période, des accords de Munich à l’épisode des femmes tondues, à leur rythme, surtout à celui des bêtises de leur âge (à la fin de la guerre, l’aîné a l’âge de l’apprentissage, le cadet termine son certificat d’étude)… au grand désespoir de leurs parents (ils sautent sur les genoux d’un nazi, provoquent une explosion, etc.). Les punitions physiques du père ne parviennent pas à les faire rentrer dans le droit chemin, les clients plaignent les parents…

Mon avis : le narrateur est le fils cadet des boulangers… Une autre époque, où les enfants avaient plus de liberté… mais étaient aussi sévèrement punis, visiblement sans grande réussite, puisque cela ne les empêchera pas de commettre une nouvelle bêtise… La guerre semble lointaine, sauf quand les Allemands s’établissent en ville, qu’une bombe s’égare en ville, que les avions passent en rase-motte pour aller bombarder Royan ou que les femmes sont tondues en place publique à la fin de la guerre. La lecture est rapide, agréable, mais ce livre ne fait pas partie de ceux qui resteront longtemps en mémoire… Dommage qu’il ne soit presque pas fait allusion au château (qui a appartenu aux Talleyrand du 13e siècle à la Révolution, puis à la maison de retraite et a été vendu récemment à un humoriste qui y a engagé des restaurations) ni à la belle église (pour partie romane, avec un cloître et des sculptures qui valent le détour si vous passez dans le secteur).

6 réflexions au sujet de « Avenue de la Gare, de Michel Métreau »

  1. danielle

    l’humour rapporte tant que ça?! fichtre! je le lirais bien tiens, ce livre, ça devrait me changer du « Proust » en cours…  tiens au fait, tu connais une salle de théâtre/spectacles dont le propriétaire serait justement qqun du « show-biz »? environs de Poitiers, ou en tout cas dans la Vienne

    Répondre
  2. molinier

    BONJOUR MICHEL,

    JE VIENS DE LIRE LA CHARENTE LIBRE ET TON ARTICLE  A SAVOIR SI TU VAS TE SOUVENIR DE MOI ANCIENNE CHALAISIENNE

    MON NOM DE JEUNE FILLE    ANNE MARIE BOURGUIGNON  MON PERE ETAIT GENDARME A CHALAIS,  NOUS AVIONS EU PEU DE CONTACT DANS NOTRE JEUNESSE.

    MAIS JE ME RAPELLE AVOIR DANSE AVEC TOI TOUT UN APRES MIDI(un lundi) CHEZ MESNARD DANS LA RUE PRINCIPALE. CECI DIT J’AI LU TON PREMIER LIVRE QUE REMY TROLONGE T’AVAIT FAIT DEDICACER MARI DE MA SOEUR CHRISTIANE;  UN BONJOUR DE TA PART ME FERA PLAISIR      ANNE MARIE

    Répondre
  3. molinier

    MADAME,

    veuillez m’excuser je ne suis pas tres fiere de ma betisse; je voudrai prendre contacte avec mr METREAU MAIS JE NE SAIS OU TROUVER SON ADRESSE

    ENCORE PARDON

    MADAME MOLINIER

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *