Archives par étiquette : lecture

Cette chose étrange pour moi, d’Orhan Pamuk

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.comCette chose étrange pour moi, d'Orhan PamukJ’ai reçu au début de l’été ce gros livre dans le cadre d’une opération Masse critique de Babelio, merci à eux et aux éditions Gallimard, paru pour la rentrée littéraire 2017 (587 romans annoncés cette année).

Le livre : Cette chose étrange pour moi, d’Orhan Pamuk, traduit du turc par Valérie Gay-Aksoy, collection du monde entier / NRF, , éditions Gallimard, 685 pages, ISBN : 978207011368.

L’histoire : en Turquie, en Anatolie et surtout à Istanbul, de 1968 à 2012. Le père de Mevlut a quitté son village natal en 1963 pour essayer de faire vivre sa famille en lui envoyant de l’argent depuis Istanbul. Quelques années plus tard, en 1969, il fait venir à son tour Mevlut, à peine âgé de douze ans, officiellement pour qu’il poursuive ses études au collège (lycée Atatürk). Ils achètent à un grossiste du yaourt et de la boza (boisson fermentée à base de Millet), l’aromatisent et la revende à la criée à travers les rues, en porte à porte, dans deux seaux suspendus à une grande perche appuyée sur leur cou. Au fil des ans, le bidonville où ils habitent s’étend, se construit en dur (et anarchiquement). Chaque été, ces hommes émigrés à Istanbul rentrent chez eux, en Anatolie ; Mevlut y retourne en 1982 pour « enlever » sa femme, une jeune fille d’un village voisin aperçue dans un mariage et avec qui il échange par lettres depuis des années. Au moment de la rencontrer, il s’aperçoit que ce n’est pas celle qu’il avait vue mais sa sœur, mais ils se marient quand même. En ville, il y a de moins en moins d’acheteurs de boza, le raki ayant de plus en plus de succès auprès des urbains. Mevlut continue néanmoins son commerce ambulant… tiendra-t-il longtemps face aux transformations de la ville? Que fera-t-il après l’agression dont il est victime?

Mon avis : le livre s’ouvre par une généalogie et se ferme par une chronologie ; une carte, ou plutôt deux, auraient aussi été utiles : un plan d’Istanbul et de ses extensions au fil du temps et la position des villages dont il est question en Anatolie. Car il s’agit d’une saga écrite « à l’ancienne », avec un découpage en parties et chapitres qui comprennent titres et sous-titres, comme dans la grande tradition des romans parus en feuilleton au XIXe siècle ou celle des épopées. Le sous-titre général du livre donne d’ailleurs une idée plus précise sur son sujet :  » La vie, les aventures, les rêves du marchand de boza Mevlut Karatas et l’histoire de ses amis et tableau de la vie à Istanbul entre 1969 et 2012, vue par de nombreux personnages « . Cette épopée se lit très facilement, même si l’on ne cesse pas de changer de narrateur, mais chaque changement est clairement indiqué (merci pour mon cerveau !). Le mode de narration varie également, le récit se fait en général à la première personne, sauf lorsqu’il s’agit du personnage central, Mevlut, toujours à la troisième personne.

Quoique, Mevlut est-il vraiment le personnage central, ne s’agit-il pas plutôt d’Istanbul, la ville qui s’étend, où cohabitent les anciens habitants, plutôt aisés (ceux qui sont aux premiers rangs dans la salle de classe du lycée au début du livre), et ceux qui arrivent de la campagne et en particulier d’Anatolie, d’abord des hommes seuls et de jeunes adolescents (qui comme Mevlut se retrouvent au fond de la salle de classe, sèchent les cours pour pouvoir travailler seuls ou avec leur père), puis des familles.

Les coups d’État (celui de 1971 par exemple) ne sont pas sans rappeler la situation actuelle de la Turquie, et pourtant, il faut avoir en tête que le livre a été publié en 2014 (et juste traduit cette année), avant donc les événements les plus récents de ce pays avec les dizaines de milliers d’arrestation. L’histoire est un perpétuel recommencement. Au fil des pages, par petites touches, on voit la ville évoluer, les bidonvilles être repoussés, remplacés par des habitations en dur, mais toujours construites sans plan d’urbanisme, au gré de l’influence et des pots-de-vin. Mevlut aussi finit par changer de métier, devenant marchand de glaces. L’apparition des caisses enregistreuses (en 1994) pour lutter contre le commerce au noir est l’un de ces petits tableaux de la vie quotidienne qui rythme ce livre. A lire absolument, en cet automne maussade!

PS: dommage que pour un livre de la NRF, il reste quelques coquilles ( » Istanbul ne VAS pas se sauver  » page 64 par exemple)… mais sur un aussi gros livre, il est inévitable que les correcteurs laissent passer des fautes.

Du même auteur, voir mon avis sur  Neige et aussi la page sur les prix Nobel de littérature.

Brunetti entre les lignes, de Donna Leon

Couverture de Brunetti entre les lignes, de Donna LeonPour l’été, j’ai acheté quelques polars en format poche, je commence avec une aventure du commissaire Brunetti à Venise, je vous ai déjà parlé de plusieurs titres lus en français mais aussi en anglais. Je vous ai déjà parlé de L’affaire Paola, Mort à la Fenice, La femme au masque de chair, Requiem pour une cité de verre.

Le livreBrunetti entre les lignes, de Donna Leon, traduit de l’anglais par Gabriella Zimmermann, éditions Calmann-Lévy, 284 pages, ISBN 9782702139950 [lu au format poche, collection Points n° P4486, ISBN 9782757862827].

L’histoire : de nos jours à Venise, un jour de printemps pluvieux. Le commissaire Guido Brunetti reçoit un appel de la directrice de la Dotoressa Fabbiani, directrice de la Bibliotheca Merula, une prestigieuse bibliothèque. Des livres ont disparu de la bibliothèque, elle souhaite une enquête discrète, pour ne pas affoler les donateurs. Elle soupçonne un américain venu récemment, mais il y a aussi ce pilier de bibliothèque, un prêtre défroqué qui vient quotidiennement consulter des ouvrages au point de faire quasiment « partie des meubles »… Par sa belle-famille, le commissaire va entrer en contact avec l’une des donatrices et commencer son enquête.

Mon avis : à chaque polar, l’auteure choisit un thème qui sert de guide à l’intrigue… Cette fois, Dona Leon emmène son lecteur dans le milieu des collectionneurs d’art, des donateurs plus ou moins intéressés et du trafic qui existe pour le commerce des livres anciens et surtout des illustrations, sauvagement arrachées ou découpées des ouvrages, à travers toute l’Europe (sans oublier bien sûr les ruelles et canaux de Venise). Rien de trop sanglant, pas trop de personnages, un thème qui m’a bien plu, je vous recommande ce livre, à emporter pour le lire sur la plage, dans un train, au bord de la piscine ou sur n’importe quel lieu de vacances – ou dans le métro, aux pauses déjeuner, au bureau si vous avez repris 😉 , au parc, bref, là où vous avez un peu de temps pour lire sans vous prendre la tête avec une littérature plus exigeante!

De cette auteure, je vous ai parlé de :

Le pays que j’aime, de Caterina Bonvicini

pioche-en-bib.jpgJ’ai trouvé ce livre parmi les nouvelles acquisitions de la médiathèque. Il entre aussi dans les lectures de la rentrée littéraire 2016.

Le livre : Le pays que j’aime, de Caterina Bonvicini, traduit de l’italien par Lise Caillat, Collection Du monde entier, éditions Gallimard, 311 pages, 2016, ISBN 9782070143153.

L’histoire : à Bologne (puis Rome), de 1975 à nos jours. Olivia est la fille de riches entrepreneurs en BTP, Valerio le fils du jardinier et homme à tout faire. Petits, ils sont élevés ensembles, sous la houlette de Manon, la truculente grand-mère, et du grand-père qui craint de se faire assassiner. Riche villa du XVIIIe siècle, avion privé, vacances à la neige et à la mer, c’est la vie aisée pour les deux enfants, jusqu’à ce jour où la mère de Valerio tombe amoureuse d’un escroc et parte avec lui et son fils à Rome… Direction un quartier populaire, la vie de la rue. L’assassinat du grand-père est l’occasion de retrouvailles à Rome, puis ils s’éloignent à nouveau, se retrouvent, au gré des aléas de la vie, de la ruine et du rebond des Morganti…

Mon avis : l’histoire entre les deux personnages principaux, racontée du point de vue de Valerio, est le prétexte à raconter l’histoire de l’Italie des années rouges (attentat de la gare de Bologne), de la corruption des entreprises de travaux publics, entre mafia et recherche de profits maximums, promesses aux édiles et utilisation « optimisée » des fonds européens, ruines et rebonds, prison et bracelet électronique ne découragent pas la récidive. Le style est agréable, la lecture facile, cela ne va pas au-delà, l’histoire des deux protagonistes est prévisible, celle de l’Italie corrompue – pas que dans les années Berlusconi – reste superficielle.

Logo rentrée littéraire 2016En 2016, le projet de 1% rentrée littéraire est organisé par Hérisson et Léa.

Celui-là est mon frère, de Marie Barthelet

pioche-en-bib.jpgJ’ai trouvé ce livre parmi les nouvelles acquisitions de la médiathèque. Il entre aussi dans les lectures de la rentrée littéraire 2016.

Le livre : Celui-là est mon frère, de Marie Barthelet, éditions Buchet-Chastel, 2016, 167 pages, ISBN 978-2-283-02974-9.

L’histoire : de nos jours dans un pays africain ou du Proche-Orient fictif. Un dictateur, marié avec un enfant, reçoit la visite de son « frère », adopté quand ils étaient enfants par son père, avec qui ils ont passé des moments complices, qui lui reviennent en souvenir, jusqu’à ce qu’il disparaisse il y a dix ans, après avoir tué un policier… Ce retour coïncide avec une série de catastrophes et de fléaux qui vont aller croissants.

Mon avis : les fléaux qui s’abattent sur ce pays imaginaire m’ont semblé bien trop bibliques… et du coup, le souverain et son frère, au lieu de refléter deux frères de deux ethnies différentes qui s’affrontent, héritage d’un passé pas si lointain (deux générations auparavant), renvoient plus aux grands duels de la Bible (Caïn et Abel / Moïse et Pharaon, avec les sauterelles, la peste etc.) qu’à l’histoire de l’Afrique et aux séquelles post-coloniales (qui aurait pu être abordé avec cet affrontement de deux frères de deux ethnies différentes), beaucoup, beaucoup trop de relents bibliques à mon goût. Le pays et le nom des deux frères ne sont jamais proposés, contrairement à la femme, au fils, au garde du corps ou au médecin officiel, à consonance arabe / hébraïque. La narration, alternant le présent et le passé, à la première personne du singulier, dans la bouche du dictateur, qui s’adresse à son frère directement (« tu »), est assez efficace. Mais franchement, ce remake des fléaux et plaies d’Égypte de la Bible, très peu pour moi… Ce premier roman de Marie Barthelet ne m’a pas plu.

Cathédrale de Metz, vitraux de Marc Chagall, déambulatoire, baie gauche, Moïse et le buisson ardent

Disons que pour ce qui est de Moïse, je préfère la vision de sur ce vitrail de la cathédrale de Metz (Moïse devant le buisson ardent)…

Façade de Notre-Dame-la-Grande à Poitiers, les prophètes … ou quelques représentations romanes, ici sur cette représentation des prophètes Daniel, Jérémie, Isaïe et Moïse, sur la façade de , il y en a aussi un qui fait face au Saint-Nicolas que je vous ai montré sur la façade du prieuré Saint-Michel à Champagne-Mouton en Charente (clic clic pour le voir) ou faisant le pendant à son frère Aaron sur la façade de l’église Notre-Dame à Genouillé

… à ce livre ou aux réflexions de Sylvie Germain sur des thèmes voisins dans  Rendez-vous nomades.

Logo rentrée littéraire 2016En 2016, le projet de 1% rentrée littéraire est organisé par Hérisson et Léa.

Les insurrections singulières, de Jeanne Benameur

Un livre offert par des copines!!! Vous pouvez (re)lire mes avis sur Laver les ombres et Profanes, de la même auteure, Jeanne Benameur.

Le livre : Les insurrections singulières, de Jeanne Benameur, éditions Actes sud, 2011, 208 pages, ISBN 9782742795307 (lu en édition de poche, Babel n° 1152, 2013, réimprimé 2015, 230 pages, ISBN 9782330014506).

L’histoire : de nos jours dans un pavillon à Montreuil, en banlieue parisienne. Alors que son frère Loïc est devenu professeur, Antoine, après trois premières années d’université et pas mal d’errance, est devenu ouvrier. Aujourd’hui âgé d’une quarantaine d’années, il est en lutte dans son usine qui va fermer et être relocalisée au Brésil ; il vient de se séparer de son amie et de rentrer chez ses parents retraités, père ouvrier, mère au foyer qui désormais tient une mercerie ambulante le dimanche sur un marché. En allant l’aider, il fait la connaissance de Marcel, le bouquiniste, avec qui il va finir par aller à Monlevade, au Brésil, voir l’usine qui va prendre on travail, mais aussi découvrir Jean de Monlevade, « créateur » de la sidérurgie dans ce pays au début du 19e siècle…

Mon avis : le livre comprend deux parties très différentes. Dans la première, il est beaucoup question d’estime de soi et d’une fugue sous l’orage du petit garçon quand il avait 8 ans. La délocalisation d’une activité industrielle, c’est aussi la relocalisation ailleurs, un autre point de vue, abordé dans la deuxième partie, au Brésil, qui mêle la recherche de l’usine (qui devient lusine en un mot) et la rencontre avec une jeune fille qui a hérité du matériel et du talent d’une modiste… transmission de savoir-faire artisanal contre transmission de savoir-faire industriel, ce dernier est abordé par le biais du « carnet d’usine » du père, ou la prise en vidéo par les patrons de gestes des ouvriers… là nous ne sommes plus dans de la « mémoire ouvrière » ou de la transmission façon compagnonnage ou maître / apprenti mais dans du « pillage » (optimisation patronale) de bonnes pratiques. L’auteure ne va peut-être pas aussi loin dans cette idée, mais aborde le sujet à plusieurs reprises par petites touches. J’ai bien aimé ce livre…

Pour aller plus loin : Jeanne Benameur explique en note à la fin du livre qu’elle s’est inspiré de la fermeture d’une usine d’Arcelor-Mittal et de sa visite à l’usine Godin de Guise. Il faut vraiment que je vous montre un jour la restauration du familistère de Guise, dans l’Aisne, en attendant, vous pouvez (re)lire De briques et de sang de François David et Régis Hautière.

Sur Jean [Antoine Félix Dissandes] de Monlevade (Guéret 1791 – Monlevade 1872), il ne semble pas exister beaucoup de bibliographie en français, peut-être au Brésil? Il y a un portrait sur la notice que lui consacre la bibliothèque nationale de France.

Le mobile de Javier Cercas

pioche-en-bib.jpgAprès un gros livre qui m’a ennuyée (Le coma des mortels de Maxime Chattam), parmi les nouvelles acquisitions de la médiathèque, j’ai trouvé ce tout petit livre, dont l’auteur explique à la fin qu’il faisait partie d’un recueil de cinq récits qu’il avait publié en 1987 et sauvé uniquement celui-ci pour une ré-édition légèrement retouchée. Il peut entrer dans la rentrée littéraire 2016.

Le livre : Le mobile de Javier Cercas, traduit de l’espagnol par Aleksandar Grujicic et Elisabeth Beyer, éditions Actes sud, 90 pages, 2016, ISBN 978-2-330-06896-7.

L’histoire : de nos jours dans une ville espagnole (où il y a une usine Seat qui licencie…). Álvaro travaille l’après-midi dans un cabinet d’avocats, il veut s’attaquer le matin à la rédaction d’un roman. Chaque jour, il s’y colle à 9h, commence par la trame, puis s’attaque à la rédaction… et à ses voisins aux occupants de son immeuble qui vont lui servir de modèle, la gardienne, le vieux monsieur qui joue aux échecs (un jeu qu’il doit apprendre pour entrer en contact avec lui), le couple qu’il espionne en les enregistrant via les canalisations de sa salle de bain…

Mon avis : ce court roman (ou cette longue nouvelle) est dense et brillant! En quelques pages, il réussit à brouiller les pistes entre ce qui relève du script, de la vie de l’immeuble, du roman en cours de rédaction… jusqu’à la chute finale. Jusqu’où l’écrivain en herbe peut-il influencer les habitants de son immeuble pour les faire « coller » davantage à la trame de son polar? A l’inverse, jusqu’où la vie de ses voisins va-t-elle nourrir les faiblesses initiales de son roman? En tout cas, ce livre me donne envie de découvrir d’autres ouvrages de Javier Cercas.

Logo rentrée littéraire 2016En 2016, le projet de 1% rentrée littéraire est organisé par Hérisson et Léa.

Le coma des mortels de Maxime Chattam

pioche-en-bib.jpgCela fait un moment que je n’ai pas rédigé d’articles dans ma rubrique lecture… J’ai pourtant quelques livres dont je souhaite vous parler, des gros ou des petits, et aussi quelques bandes dessinées. J’ai trouvé ce livre parmi les nouvelles acquisitions de la médiathèque.

Le livre : Le coma des mortels de Maxime Chattam,  éditions Albin Michel, 2016, 389 pages, ISBN 9782226320780.

L’histoire : à Paris de nos jours. Pierre, la trentaine, a été arrêté… En rentrant chez lui, il a trouvé sa dernière compagne, Constance, assassinée, du sang partout. ET ce n’est pas le premier cadavre trouvé dans son sillages depuis quelques années… Retour en arrière, il cherche un boulot alimentaire pour vivre avec une mystérieuse fille qu’il a rencontrée, Ophélie, le voici ramasseur de la merde des animaux de la ménagerie du jardin des plantes, il se simplifie le travail en droguant les animaux (un peu d’imodium aux pandas, etc.). En arrière plan, le psychiatre qu’il a cessé de voir mais qui le harcèle…

Mon avis : le livre est construit à rebours, après le préambule qui pose la scène du meurtre de Constance, les chapitres sont numérotés de 39 à 1. Je n’avais jamais lu de livres de cet auteur « à succès », comme on dit. J’y ai trouvé pas mal de sexe, de meurtres, de portraits de personnages étranges ou inquiétants, un dîner clandestin au cimetière du Père-Lachaise, un autre dans un grand magasin de nuit, des facilités dans certains personnages, comme le vieil Antoine qui retrouve les objets oubliés par les gens et habite… rue de Padoue (et pour le lecteur qui n’aurait pas compris, il explique le « jeu de mot » 30 ou 40 pages plus loin). Ici ou là apparaissent aussi des idées de lecture, tiens par exemple page 82, je croise à nouveau Chants de Maldoror du comte de Lautréamont, il faut vraiment que j’essaye de me ré-attaquer à ce livre que je n’ai jamais réussi à lire vraiment et qui était au centre de deux spectacles de Scorpène, Réalité non ordinaire et A l’envers,et que j’ai recroisé dans Moi, assassin d’Antonio Altarriba et Keko. Bon, revenons au Coma des mortels, comment dire, s’il y a des passages qui m’ont intéressée, je me suis quand même globalement ennuyée, ai parfois somnolé un peu, bercement des trains aidant (j’ai lu la plus grosse partie entre Poitiers et La Rochelle et retour le week-end dernier, une belle journée où j’ai rencontré Maxime Lemoyne)… mais l’ai quand même terminé, quand j’ai réussi à passer la première centaine de pages (humm… à part Lautréamont, j’ai un autre gros cadavre commencé des dizaines de fois, Ulysse de James Joyce), j’ai du mal à appliquer l’un des droits des lecteurs avancés par Daniel Pennac dans Comme un roman, à savoir abandonner la lecture! Je n’ai même pas passé quelques pages, mais j’en ai lu quelques-unes en diagonale ou en lecture photographique.

Parmi les livres mentionnés au fil des pages, j’ai noté (Maxime Chattam aurait pu mettre plus systématiquement les prénoms des auteurs dans le livre… et ne pas tronquer le titre dans certains cas) :

  • Les chants de Maldoror du comte de Lautréamont
  • Melmoth ou l’homme errant de Charles Robert Maturin
  • L’homme qui rit de Victor Hugo
  • Pourquoi pas de David Nichols
  • D’espoir et de promesse de Françoise Bourdin
  • Crime et châtiment de Fiodor Dostoievki (le relire tous les 5 à 10 ans…)
  • Bilbo le Hobbit de J.R.R. Tolkien

Le dentier du maréchal etc., d’Arto Paasilinna

pioche-en-bib.jpgJ’ai trouvé ce livre parmi les nouvelles acquisitions de la médiathèque. Pour la date de parution, il peut entrer dans la rentrée littéraire 2016, même s’il s’agit en fait de la traduction récente d’un livre paru il y a longtemps en Finlande. Du même auteur, j’ai déjà lu pas mal d’autres livres et je vous ai parlé de Sang chaud, nerfs d’acier.

Le livre : Le dentier du maréchal Madame Volotinen et autres curiosités, d’Arto Paasilinna, traduit du finnois par Anne Colin du Terrail, éditions Denoël, 2016, 240 pages, ISBN : 9782207130179 (parution en Finlande en 1994).

L’histoire : avril 1942, dans le village de Tammela en Finlande. Volomari Volotinen naît en pleine nuit d’orage. Son père collectionnait des vieilleries, mais dix ans plus tard, tout fut perdu dans un incendie, à l’exception d’un curieux objet, un bâillon en bois (pour les amputés) qui était dans la poche de Volomari. Celui-ci jure alors de devenir à son tour collectionneur. De son côté, Laura, de 20 ans son aînée, a été mariée (vendue… pour sa dot, une vache) à un soldat pendant la guerre, échec d’une nuit qui aurait pu devenir une vie! Devenue boulangère, elle rencontre Volorami 20 ans plus tard, jeune étudiant en droit, ivre. Elle paye ses études, s’installe à son compte alors que lui devient agent d’assurance, toujours en quête d’un objet à collectionner.

Mon avis : un livre curieux, le lac Inani y devient une réalité et plus seulement une définition dans une grille de mots croisés! Plaisanterie à part, la collectionnite aigüe mène le collectionneur (et le lecteur) un peu partout en Scandinavie et même au-delà, dans un voyage déjanté (la marque de l’auteur), avec parmi ses prises une vraie guillotine de la Révolution française, les poils pubiens d’un cadavre préhistorique, la clavicule du Christ ou un canon (et ses munitions) qui fera quelques victimes collatérales. Sous ses histoires légères, des chapitres de quelques pages qui pourraient presque être autonomes, pointe la critique du régime soviétique si voisin de la Finlande ou le pillage des restes archéologiques et ethnographiques par les collectionneurs. Je pense que ce n’est pas le livre d’Arto Paasilinna à lire en premier si vous n’avez jamais découvert cet auteur, il faut déjà connaître un peu son style décalé et son humour si particulier pour entrer dans ce voyage également fort arrosé (en alcool) et pas très moral (côté agent d’assurance non plus). J’ai bien aimé!

Logo rentrée littéraire 2016En 2016, le projet de 1% rentrée littéraire est organisé par Hérisson et Léa. I

 

Prix Nobel de littérature

Le prix Nobel de littérature 2016, Bob Dylan, ne me donnera pas beaucoup de lecture!!! Mais c’est peut-être l’occasion de reprendre la lecture des ouvrages de certains auteurs devenus des grands classiques ou tombés dans l’oubli…

Article du 11 février 2013 : Sur mon ancien blog, les Prix Nobel étaient regroupés sur une page, j’ai préféré en faire ici un article… et cela me rappelle que j’avais comme objectif d’en lire au moins un par mois… A reprendre très vite! Cela intéresserait quelqu’un de participer avec moi, histoire de se soutenir dans cette aventure???

En commençant la lecture de Une histoire d’amour et de ténèbres, long récit autobiographique d’Amos Oz je me suis aperçue que je ne connaissais absolument pas Samuel Yosef Agnon, dont il parle et qui reçut le prix Nobel de littérature en 1966 conjointement et symboliquement avec la poétesse suédoise d’origine juive allemande (émigrée avec sa famille en Suède en 1940), Nelly Sachs. Je me suis alors penchée sur la liste des prix Nobel de littérature. Bilan : j’en avais lu très peu. Je me propose donc de lire ou relire chaque mois une de leurs œuvres, et de compléter au fur et à mesure cette nouvelle page Prix Nobel de littératures, livres lus avec les liens vers mes articles. Et pour l’occasion, j’ouvre aussi une nouvelle rubrique, livre et lecture, prix Nobel.

Voici la liste des prix Nobel de littérature, avec la liste de leurs livres présents dans ma bibliothèque (honte à moi, il y en a très peu, mais tous ont été lus) et les liens vers les articles lorsque j’en ai rédigés à leur sujet.

  • 1901 : Sully Prudhomme, France ;
  • 1902 : Theodor Mommsen Empire allemand ;
  • 1903 : Bjørnstjerne Martinus Bjørnson, Norvège ;
  • 1904 : Frédéric Mistral, France, et José Echegaray y Eizaguirre, Espagne ;
  • 1905 : Henryk Sienkiewicz, Pologne ;
  • 1906 : Giosuè Carducci, Italie ;
  • 1907 : Rudyard Kipling, Royaume-Uni : Le livre de la jungle ; Le second livre de la jungle ; La première apparition de Mowgli ; Kim ; Simples contes des collines ; Fantômes et prodiges de
    l’Inde ; Capitaines courageux ;
  • 1908 : Rudolf Christoph Eucken, Empire allemand ;
  • 1909 : Selma Lagerlöf, Suède : Le merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède ;
  • 1910 : Paul Heyse, Empire allemand  ;
  • 1911 : Maurice Maeterlinck, Belgique ;
  • 1912 : Gerhart Hauptmann, Empire allemand ;
  • 1913 : Rabîndranâth Tagore, Royaume-Uni (colonie, Calcutta, Inde) ;
  • 1914 : non attribué ;
  • 1915 : Romain Rolland, France ;
  • 1916 : Verner von Heidenstam, Suède ;
  • 1917 : Karl Adolph Gjellerup, Danemark, et Henrik Pontoppidan, Danemark ;
  • 1918 : non attribué ;
  • 1919 : Carl Spitteler, Suisse  ;
  • 1920 : Knut Pedersen Hamsun, Norvège : Rosa ; Un vagabond joue en sourdine ;
  • 1921 : Anatole France, France : Les autels de la peur ;
  • 1922 : Jacinto Benavente, Espagne ;
  • 1923 : William Butler Yeats, Irlande ;
  • 1924 : Wladyslaw Stanislaw Reymont, Pologne ;
  • 1925 : George Bernard Shaw, Irlande ;
  • 1926 : Grazia Deledda, Italie ;
  • 1927 : Henri Bergson, France ;
  • 1928 : Sigrid Undset, Norvège ;
  • 1929 : Thomas Mann, Allemagne : La mort à Venise ; Tristan ; Les Buddenbrook ;
  • 1930 : Sinclair Lewis, États-Unis ;
  • 1931 : Erik Axel Karlfeldt, Suède ;
  • 1932 : John Galsworthy, Royaume-Uni ;
  • 1933 : Ivan Bounine, URSS ;
  • 1934 : Luigi Pirandello, Italie : Henri I ; Le jeu des rôles ; Qui sait la vérité ? ;
  • 1936 : Eugene O’Neill, États-Unis ;
  • 1937 : Roger Martin du Gard, France ;
  • 1938 : Pearl Buck, Etats-Unis : La famille dispersée ; Le patriote ; Pavillon des femmes ; Es-tu maître de l’aube ?
  • 1939 : Frans Eemil Sillanpää, Finlande ;
  • 1940 à 1943 : non attribué ;
  • 1944 : Johannes Vilhelm Jensen, Danemark ;
  • 1945 : Gabriela Mistral, Chili ;
  • 1946 : Hermann Hesse, Allemagne : Lettre à un jeune artiste ; Mon enfance ; Le loup des steppes ; Die Märchen ; Narciss und Golmund (ces deux derniers en allemand, car étudiés en classe préparatoire) ;
  • 1947 : André Gide, France : Les caves du Vatican ; La symphonie pastorale ; L’immoraliste ; La Porte étroite ;
  • 1948 : Thomas Stearns Eliot, États-Unis ;
  • 1949 : William Faulkner, États-Unis : Monnaie de singe ;
  • 1950 : Bertrand Arthur William, comte Russell, Royaume-Uni ;
  • 1951 : Pär Lagerkvist, Suède ;
  • 1952 : François Mauriac, France : Tante Zulnie ; Le Baiser au lépreux ; Genitrix ; Le désert d’amour ; Thérèse Desqueyroux ; Thérèse chez le docteur ; Thérèse à l’hôtel ; Destins ; Le nœud de vipères ; Le mystère Frontenac ; Les anges noirs ; Le Rang ; Conte de Noël ; la Pharisienne ; Le Sagouin ;
  • 1953 : Sir Winston Leonard Spencer Churchill, Royaume-Uni ;
  • 1954 : Ernest Hemingway, États-Unis : 50000 dollars ; Les neiges du Kilimandjaro suivi de Dix indiens ; Pour qui sonne le glas ; Le vieil homme et la mer ;
  • 1955 : Halldór Laxness, Islande ;
  • 1956 : Juan Ramón Jiménez, Espagne ;
  • 1957 : Albert Camus, France : Caligula ; Le malentendu ; L’étranger ; La peste ; Noces ; L’été ;
  • 1958 : Boris Pasternak, URSS (contraint à refuser le prix) ;
  • 1959 : Salvatore Quasimodo, Italie ;
  • 1960 : Saint-John Perse, France: Amers suivi de Oiseaux ;
  • 1961 : Ivo Andric, Yougoslavie : Visages
  • 1962 : John Steinbeck, États-Unis ;
  • 1963 : Giorgos Séféris, Grèce ;
  • 1964 : Jean-Paul Sartre, France (refuse le prix) : Le Diable et le Bon Dieu ; Les mots ;
    Huis clos ; Les mouches ;
  • 1965 : Mikhaïl Cholokhov, URSS ;
  • 1966 : Samuel Yosef Agnon : Israël, et Nelly Sachs, juive allemande exilée en Suède ;
  • 1967 : Miguel Ángel Asturias, Guatemala ;
  • 1968 : Yasunari Kawabata, Japon : Le lac ;
  • 1969 : Samuel Beckett, Irlande ;
  • 1970 : Alexandre Soljenitsyne, URSS ;
  • 1971 : Pablo Neruda, Chili ;
  • 1972 : Heinrich Böll, République fédérale d’Allemagne : Lettre à un jeune catholique ; Lettre à un jeune non-catholique ;
  • 1973 : Patrick White, Australie : La ceinture de feuille ;
  • 1974 : Eyvind Johnson, Suède, et Harry Martinson, Suède ;
  • 1975 : Eugenio Montale, Italie ;
  • 1976 : Saul Bellow, États-Unis ;
  • 1977 : Vicente Aleixandre, Espagne ;
  • 1978 : Isaac Bashevis Singer, États-Unis ;
  • 1979 : Odysséas Elýtis, Grèce : Les Analogies de la lumière ;
  • 1980 : Czeslaw Milosz, Pologne ;
  • 1981 : Elias Canetti, Royaume-Uni, né en Bulgarie ;
  • 1982 : Gabriel García Márquez, Colombie : La mala hora ; L’amour aux temps du choléra ; Douze contes vagabonds ;
  • 1983 : William Golding, Royaume-Uni ;
  • 1984 : Jaroslav Seifert, Tchécoslovaquie ;
  • 1985 : Claude Simon, France : Le tramway ;
  • 1986 : Wole Soyinka, Nigeria ;
  • 1987 : Joseph Brodsky, URSS ;
  • 1988 : Naguib Mahfouz, Égypte : Le voleur et les chiens ; Récits de notre quartier ;
  • 1989 : Camilo José Cela, Espagne ;
  • 1990 : Octavio Paz, Mexique ;
  • 1991 : Nadine Gordimer, Afrique du Sud ;
  • 1992 : Derek Walcott, Sainte-Lucie ;
  • 1993 : Toni Morrison, États-Unis : La chanson de Salomon ; Home
  • 1994 : Kenzaburo Oe, Japon ;
  • 1995 : Seamus Heaney, Irlande ;
  • 1996 : Wislawa Szymborska, Pologne ;
  • 1997 : Dario Fo, Italie : Mystère bouffe, jonglerie populaire ;
  • 1998 : José Saramago, Portugal : Pérégrinations portugaises ;
  • 1999 : Günter Grass, Allemagne : Le chat et la souris ;
  • 2000 : Gao Xingjian, France, né en Chine : La montagne de l’âme ; Le livre  d’un homme seul ;
  • 2001 : Vidiadhar Surajprasad Naipaul, Royaume-Uni ;
  • 2002 : Imre Kertész, Hongrie ;
  • 2003 : John Maxwell Coetzee, Afrique du Sud : L’été de la vie ; Scènes de la vie d’un jeune garçon  ;
  • 2004 : Elfriede Jelinek, Autriche ;
  • 2005 : Harold Pinter, Royaume-Uni ;
  • 2006 : Orhan Pamuk, Turquie : Neige ; Cette chose étrange pour moi ;
  • 2007 : Doris Lessing, Royaume-Uni : Le rêve le plus doux ;
  • 2008 : Jean-Marie Gustave Le Clézio, France : La ronde et autres faits divers.
  • 2009 : Herta Müller, Allemagne (auteure d’origine roumaine) : L’homme est un grand faisan sur terre, La convocation, Animal du cœur, La bascule du souffle
  • 2010 : Mario Vargas Llosa, Espagne (auteur d’origine péruvienne)
  • 2011 : Tomas Tranströmer, Suède: Baltiques et autres poèmes
  • 2012 : Mo Yan, Chine : Grenouilles, Le veau et le coureur de fond
  • 2013 : Alice Munro, Canada : Amie de ma jeunesse
  • 2014 : Patrick Modiano, France : Un pedigree, Du plus loin de l’oubli
  • 2015 : Svetlana AlexievitchBiélorussie
  • 2016 : Bob Dylan, États-Unis
  • 2017 : à venir à l’automne…

Comment devenir écrivain… de Caryl Férey

pioche-en-bib.jpgCouverture de Comment devenir écrivain quand on vient de la grande plouquerie internationale, de Caryl FéreyJe poursuis ma découverte de l’œuvre de Caryl Férey (voir Mapuche, Les nuits de San Francisco) avec ce livre au titre à rallonge emprunté à la médiathèque.

Le livre : Comment devenir écrivain quand on vient de la grande plouquerie internationale, de Caryl Férey, éditions du Point, 2013, 162 pages, ISBN 9782757833810.

L’histoire : à Montfort-sur-Meu, en Ille-et-Vilaine, au début des années 1970. Le narrateur essaye d’échapper à la tyrannie de son frère, de deux ans son aîné, un peu cancre -ils se retrouvent dans la même classe quand il redouble – , à tester différentes activités sportives. Puis c’est le collège, les quolibets (« pédé » pour ses fréquentations et parce qu’il est hors norme, trop petit), le lycée à Rennes, deux secondes, une première et deux terminales… avant un tour du monde, des tas de petits boulots en attendant de réaliser un rêve, devenir écrivain, passer de la quasi auto-édition à la série noire de Gallimard, le Graal qui paraît inaccessible…

Mon avis : j’avoue que j’ai failli arrêter dès le premier chapitre, une longue longue phrase d’une dizaine de pages sous le titre « l’ennemi » (= le frère)! Le style évolue ensuite, au gré de l’évolution de sa plume, de sa découverte du métier d’écrivain, des doutes, de la nécessité de ré-écrire, encore et encore, le tout avec beaucoup d’humour et de recul, les premières avances calculées en mois de RMI, les espoirs déçus (l’avant-dernier titre des éditions La Baleine avant sa faillite…), la rédaction de scénarios en attendant les réponses des éditeurs -désignés sous des pseudonymes disons… animaliers (Hibou Lugubre, Cheval fougueux*, …) ou affectifs (Gros papa). La vie de l’écrivain vue de l’intérieur, avec recul et humour!

*Cheval fougueux = Aurélien Masson, le jeune directeur de la série noire que j’avais rencontré à Poitiers il y a quelques années, je n’avais pas trop aimé l’un des livres qu’il avait le plus défendu dans les derniers titres qu’il avait édités, Bien connu des services de police de Dominique Manotti.