Le trésor des Minamoto de Marine Carteron

Couverture de Le trésor des Minamoto de Marine Carteron

J’ai reçu au début de l’été ce gros livre dans le cadre d’une opération Masse critique de Babelio, merci à eux et aux éditions Bayard jeunesse.


Le livre : Le trésor des Minamoto, Les apprentis Samouraïs, tome 1, de Marine Carteron, éditions Bayard jeunesse, 2021, 252 pages, EAN : 9791036316159, 11,90€.

La présentation de l’éditeur : Sakura la kendoka, Léon le judoka et Logan le karatéka sont invités par le célèbre maître Saburo à un stage d’arts martiaux dans son dojo. Ils découvrent par hasard, dans une ancienne boîte en laque noire, un mystérieux origami en forme d’étoile, et trois anneaux magiques. Ces derniers ont appartenu à Hiro, Eiko et Ako du clan Minamoto, des guerriers samouraïs chargés de veiller sur un trésor. En les enfilant, les trois enfants se retrouvent projetés au Japon au XVIe siècle… [16e siècle est sans doute plus accessible pour la cible visée, 8 ans, n’en déplaise à certains, voir la polémique récente autour de certaines fiches de salles du musée Carnavalet, les chiffres romains ne sont pas – plus – lus par tout le monde].

Nouveau logo de Masse critique de Babelio
https://www.babelio.com/

Mon avis : ce livre, au format un peu plus grand qu’un poche mais plus petit qu’un format « manga », est destiné à un public de 8 ans. La police de caractères et le double interlignage conviennent bien à cet âge… et à ceux qui ont des difficultés visuelles. Partagés en trois parties, une pour chaque mission confiée à un enfant, les chapitres sont calibrés autour de 6 pages, ce qui est raisonnable pour de jeunes lecteurs de CE1/CE2, les plus aguerris pourront lire plusieurs chapitres à la suite. Le texte alterne dialogues et descriptions pas trop longues, le jeune lecteur ou la jeune lectrice pourront s’identifier à l’un des trois enfants « héros » de cette histoire, même si l’un est moins sympathique au début du livre, à la limite du harceleur en donnant des surnoms désobligeants à ses camarades, qui ne se laissent pas faire. Un bref passage fait allusion au Club de Cinq, de la bibliothèque rose, que j’ai dû dévorer à l’âge des lecteurs auxquels ce livre est destiné. D’ailleurs, il semble s’agir du premier tome qui fait suite à une mini série de trois livres, de la même auteure (autrice?), regroupés sous le titre le Club des apprentis Samouraïs. Bayard jeunesse édite un livre soigné, sans faute d’orthographe repérée, adaptée à l’âge des enfants auquel il est destiné, même si l’histoire n’est pas très originale, elle fera vivre l’imaginaire d’un enfant en phase de découverte du plaisir de lire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *