Archives par étiquette : écrivain

Citoyen d’honneur, de Mariano Cohn et Gastón Duprat

Quand j’avais vu la présentation de Citoyen d’honneur, de Mariano Cohn et Gastón Duprat, je n’avais pas vraiment eu envie d’aller le voir, mais la critique de Philippe Lançon dans Charlie Hebdo m’a fait changer d’avis… même s’il est déjà sorti depuis presque un mois et que j’avais lu avant d’autres bonnes critiques qui ne m’avaient pas vraiment décidée ; le ton de Philippe Lançon était différent et m’a intriguée. Oscar Martínez a reçu le prix du meilleur acteur au dernier festival de Venise et le film figurait dans la sélection des Oscar…

Le film : de nos jours à Barcelone puis à Salas, à 750 km de Buenos Aires. Depuis qu’il a reçu son prix Nobel de littérature il y a cinq ans,
l’argentin Daniel Mantovani [Oscar Martínez], la soixantaine, n’a rien écrit, annule sa présence au dernier moment dans de nombreuses réceptions et conférences. Un jour, sa secrétaire lui parle d’une lettre reçue de Salas, sa ville natale qu’il a quittée quand il avait 20 ans et qui est au centre de tous ses romans. Il n’y est jamais retourné, pas même pour l’enterrement de ses parents, et voilà que le maire [Manuel Vicente] l’invite la semaine suivante pour le faire citoyen d’honneur! Il décide d’y aller seul, de renouer avec son passé. Entre les pannes de voiture, les tours de ville à pied ou sur la voiture des pompiers, les conférences, les réceptions, le concours de peintres locaux, le réceptionniste de l’hôtel qui écrit des nouvelles [Julián Larquier Tellarini], le séjour n’a rien à voir avec sa petite vie sur-protégée en Europe! Il retrouve son ami Antonio [Dady Brieva], qui a épousé Irene [Andrea Frigerio], son ex-petite amie, et découvre leur fille, Julia [Belén Chavanne], à l’une de ses conférences puis… envahissant son lit!

Mon avis : j’ai bien fait de me laisser revenir sur la première impression laissée par la bande-annonce! L’acteur principal est vraiment excellent, et le ton très décalé de la narration rend certaines scènes jubilatoires! Le film aborde la place de l’écrivain – et au-delà de l’artiste- dans la cité, la Cité avec un C majuscule même, de star capricieuse en Europe, il devient presque un citoyen ordinaire dans sa ville natale, la voiture venue l’accueillir crève sur le raccourci emprunté par le chauffeur, l’hôtel ressemble à « un hôtel roumain » [sic], les rues sont défoncées mais chacun veut prendre un selfie avec lui… Au fil des jours, l’affluence aux conférences passe de la salle pleine à cinq ou six personnes plutôt âgées… A part la fille de son ami Antonio, le réceptionniste de l’hôtel et le monsieur qui a reconnu son père dans l’un de ses personnages, qui d’ailleurs a vraiment lu ses livres? Ah si, le docteur dont il a recalé la croûte au concours de peinture… Le « citoyen d’honneur » refuse d’assumer le résultat final qui comprend tous les recalés – parce que le maire, lui, il va devoir continuer à vivre au quotidien avec ces gens influents. La photographie des scènes nocturnes est très réussie. Si le film est encore à l’affiche chez vous, je vous le recommande vraiment!

A signaler aussi dans sa villa de Barcelone l’impressionnante bibliothèque qui fait écho à l’article que Télérama a consacré aux bibliothèques des écrivains à l’occasion du dernier salon du livre de Paris. Et ce film me donne envie de reprendre la lecture des prix Nobel de littérature, complètement abandonnée ces derniers mois! 😉

La Mérigot(t)e à Poitiers, résidence de l’écrivain Jean-Richard Bloch

L'entrée du domaine de la Mérigote à PoitiersIl y a trois ans, le projet d’une maison d’écrivains à la Mérigot(t)e, ancienne maison de , était présenté comme devant voir le jour très prochainement. Surprise!!! Même annonce il y a quelques jours, à l’occasion des Editeuriales, manifestation organisée par la médiathèque… Retour d’un serpent de mer ou vrai promesse avec un vrai projet???

Article du 20 avril 2014

Jeudi 10 avril 2014, à l’occasion du 70e anniversaire de la libération de la ville de Poitiers, plusieurs manifestations étaient organisées, la mise en place à l’hôtel de ville d’une plaque en hommage à Raymond Charpentier (son inauguration a été reportée), le témoignage de Marthe Cohn, dont je vous ai parlé la semaine dernière, et la projection gratuite en avant-première du documentaire « Jean-Richard Bloch, la vie à vif« , un intellectuel engagé et témoin de son époque sur France 3, réalisé par Marie Cristiani et co-produit par France 3 Poitou-Charentes et Anekdota production. Marie Cristiani avait déjà réalisé en 2005 un documentaire sur la fille et le beau-fils de Jean-Richard Bloch, France Bloch, Frédo Sérazin un couple en résistance (voir un extrait) qui avait fait l’objet en 2013 d’un ensemble de manifestations à Poitiers à l’occasion du centième anniversaire de la naissance de France Bloch-Sérazin. Ces manifestations sont à l’origine du nouveau film, très intéressant, visible pour quelque temps sur le site de l’émission Doc24 de France 3 Poitou-Charentes… (dès qu’il faut plus de quelques clics, j’ai encore du mal à suivre sur internet, merci à Grégory qui a trouvé le lien. Au passage, merci à ceux qui ont considérablement amélioré mon article sur Parce que j’étais peintre de Christophe Cognet, avec de nouveaux liens!).

Jean-Richard Bloch (Paris, 1884 – Paris, 1947), intellectuel, avait été nommé professeur au lycée de Lons-le-Saunier puis à Poitiers à la rentrée 1908, avant de se mettre en disponibilité dès l’année suivante. Il s’installe au lieu-dit la Mérigot(t)e (avec deux t à l’IGN, voir ci-dessus la vue aérienne de l’IGN/Géoportail, un seul pour sa demeure), où il a écrit la plus grande partie de son œuvre littéraire (voir sur le site de l’Association Études Jean-Richard Bloch) et tenu salon, au sens ancien du terme… En 1941, il fuit vers Moscou et l’URSS. J’avoue que je n’ai jamais lu son œuvre (contes, essais, romans, récits de voyage – Sur un cargo en 1924, Cacaouettes et bananes en 1929-, mais aussi sa correspondance publiée en partie en 1989, 1994,  2007 et 2009), mais je vais m’y atteler dès que je pourrai [PS: en partie fait depuis, voir les liens en fin d’article].

Poitiers, emplacement de la Mérigote sur une vue de Poitiers en 1950, extrait d'une photographie de l'IGNLa Mérigot(t)e, qui domine la vallée du Clain, a été achetée en 2005 par la ville de Poitiers, avec le souhait d’en faire « un centre culturel et un lieu de mémoire ». On a aussi évoqué une résidence d’écrivains dans cette maison qui en a vu beaucoup passer (Aragon, Jules Romains, Georges Duhamel, André Maurois, Diego Rivera, etc.)… Dans le programme électoral d’Alain Clayes en 2008 était inscrit le projet de « réalisation à la Mérigote de la maison Jean-Richard Bloch »… Plus rien ne figure dans son programme de 2014, aucune nouvelle pour l’instant sur ce projet, même si la médiathèque annonce une grande exposition de juillet à septembre 2014 à partir de la bibliothèque par les descendants à la ville [PS: exposition inaugurée le 1er juillet 2014, jusqu’à fin octobre, voir Une fenêtre sur le monde, Jean-Richard Bloch à la Mérigotte]… Les choses bougeront peut-être d’ici là? Il y a déjà eu en 1981 une exposition dans l’ancienne bibliothèque de Poitiers, et une exposition au musée Sainte-Croix en 1993. La bibliothèque nationale de France lui a aussi consacré une exposition et un colloque en 1997.

Pour aller plus loin : 

– voir l’article d’Alain Quella-Villéger (avec des photographies de Marc Deneyer), Jean-Richard Bloch à la Mérigote, L’Actualité Poitou-Charentes n° 46, 1999, p. 18-23.

– voir le site de l’Association Études Jean-Richard Bloch

Affiche de l'exposition Jean-Richard Bloch à Poitiers, jusqu'au 31 octobre 2014 à la médiathèque– l’exposition Une fenêtre sur le monde, Jean-Richard Bloch à la Mérigotte

Paris, cimetière du Père-Lachaise, tombeau de Jean-Richard Bloch, à l'arrière, monument aux déportés d'Auschwitz-Birkenau– sa tombe au cimetière du Père-Lachaise à Paris,

Couverture de Sur un cargo de Jean-Richard Bloch– mes lectures de Jean-Richard-Bloch : Sur un cargo, Cacaouettes et bananes, Espagne, Espagne!, traduction de Karl et Anna, de Leonhard Frank

Le mobile de Javier Cercas

pioche-en-bib.jpgAprès un gros livre qui m’a ennuyée (Le coma des mortels de Maxime Chattam), parmi les nouvelles acquisitions de la médiathèque, j’ai trouvé ce tout petit livre, dont l’auteur explique à la fin qu’il faisait partie d’un recueil de cinq récits qu’il avait publié en 1987 et sauvé uniquement celui-ci pour une ré-édition légèrement retouchée. Il peut entrer dans la rentrée littéraire 2016.

Le livre : Le mobile de Javier Cercas, traduit de l’espagnol par Aleksandar Grujicic et Elisabeth Beyer, éditions Actes sud, 90 pages, 2016, ISBN 978-2-330-06896-7.

L’histoire : de nos jours dans une ville espagnole (où il y a une usine Seat qui licencie…). Álvaro travaille l’après-midi dans un cabinet d’avocats, il veut s’attaquer le matin à la rédaction d’un roman. Chaque jour, il s’y colle à 9h, commence par la trame, puis s’attaque à la rédaction… et à ses voisins aux occupants de son immeuble qui vont lui servir de modèle, la gardienne, le vieux monsieur qui joue aux échecs (un jeu qu’il doit apprendre pour entrer en contact avec lui), le couple qu’il espionne en les enregistrant via les canalisations de sa salle de bain…

Mon avis : ce court roman (ou cette longue nouvelle) est dense et brillant! En quelques pages, il réussit à brouiller les pistes entre ce qui relève du script, de la vie de l’immeuble, du roman en cours de rédaction… jusqu’à la chute finale. Jusqu’où l’écrivain en herbe peut-il influencer les habitants de son immeuble pour les faire « coller » davantage à la trame de son polar? A l’inverse, jusqu’où la vie de ses voisins va-t-elle nourrir les faiblesses initiales de son roman? En tout cas, ce livre me donne envie de découvrir d’autres ouvrages de Javier Cercas.

Logo rentrée littéraire 2016En 2016, le projet de 1% rentrée littéraire est organisé par Hérisson et Léa.

Comment devenir écrivain… de Caryl Férey

pioche-en-bib.jpgCouverture de Comment devenir écrivain quand on vient de la grande plouquerie internationale, de Caryl FéreyJe poursuis ma découverte de l’œuvre de Caryl Férey (voir Mapuche, Les nuits de San Francisco) avec ce livre au titre à rallonge emprunté à la médiathèque.

Le livre : Comment devenir écrivain quand on vient de la grande plouquerie internationale, de Caryl Férey, éditions du Point, 2013, 162 pages, ISBN 9782757833810.

L’histoire : à Montfort-sur-Meu, en Ille-et-Vilaine, au début des années 1970. Le narrateur essaye d’échapper à la tyrannie de son frère, de deux ans son aîné, un peu cancre -ils se retrouvent dans la même classe quand il redouble – , à tester différentes activités sportives. Puis c’est le collège, les quolibets (« pédé » pour ses fréquentations et parce qu’il est hors norme, trop petit), le lycée à Rennes, deux secondes, une première et deux terminales… avant un tour du monde, des tas de petits boulots en attendant de réaliser un rêve, devenir écrivain, passer de la quasi auto-édition à la série noire de Gallimard, le Graal qui paraît inaccessible…

Mon avis : j’avoue que j’ai failli arrêter dès le premier chapitre, une longue longue phrase d’une dizaine de pages sous le titre « l’ennemi » (= le frère)! Le style évolue ensuite, au gré de l’évolution de sa plume, de sa découverte du métier d’écrivain, des doutes, de la nécessité de ré-écrire, encore et encore, le tout avec beaucoup d’humour et de recul, les premières avances calculées en mois de RMI, les espoirs déçus (l’avant-dernier titre des éditions La Baleine avant sa faillite…), la rédaction de scénarios en attendant les réponses des éditeurs -désignés sous des pseudonymes disons… animaliers (Hibou Lugubre, Cheval fougueux*, …) ou affectifs (Gros papa). La vie de l’écrivain vue de l’intérieur, avec recul et humour!

*Cheval fougueux = Aurélien Masson, le jeune directeur de la série noire que j’avais rencontré à Poitiers il y a quelques années, je n’avais pas trop aimé l’un des livres qu’il avait le plus défendu dans les derniers titres qu’il avait édités, Bien connu des services de police de Dominique Manotti.

Tourner la page, de Audur Jónsdóttir

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.comCouverture de Tourner la page, de Audur JónsdóttirJ’ai reçu ce livre dans le cadre d’une opération Masse critique de Babelio, merci à eux et aux Presses de la cité.

Logo rentrée littéraire 2015C’est le premier dans la catégorie roman pour le défi de la rentrée littéraire organisé à nouveau en 2015 par Hérisson.

Le livre : Tourner la page, de Audur Jónsdóttir, traduit de l’islandais par Jean-Christophe Salaün, Presses de la cité, 2015, 458 pages, ISBN 9782258113350.

L’histoire : à Reykjavik, aujourd’hui, hier, il y a vingt ans, plus, moins? Originaire d’un petit village de l’ouest de l’Islande, petite-fille d’un poète, Eyja, jeune femme fauchée, s’est retrouvée mariée à Coup de Vent, un ivrogne de vingt ans son aîné. Après quelque temps de vie commune, elle n’arrive pas à s’en séparer. La grand-mère prend les choses en main: elle lui offre ses économies à condition qu’elle quitte son appartement et parte se mettre au vert avec sa cousine, Rúna, championne de ski qui gère en Suède un village de vacances.

Mon avis : je ne sais pas si c’est mon cerveau qui continue à jouer des siennes, mais j’ai été gênée par l’emploi pour un même personnage de son nom et d’un surnom (le « Coup de Vent », la « Reine du Ski » alias Rúna etc.) sans que le lien entre les deux soit clairement explicité, ce qui a engendré beaucoup de confusion pour moi, peut-être à cause de ma prosopagnosie (incapacité à reconnaître les visages) partielle (je vous en parlerai un de ces jours). Ainsi, j’ai eu beaucoup de mal à comprendre qui était le « Météorologue » et s’il faisait ou non un seul personnage avec le « Futur Mari ».  D’un point de vue plus littéraire -même si l’emploi de surnoms est aussi un procédé littéraire-, je n’ai pas bien compris l’intérêt d’intercaler quelques pages au futur ou au passé au milieu de longs passages au présent, alors qu’il n’est pas facile, au fil de ce récit, de comprendre ce qui se passe de nos jours, il y a longtemps, avant ou après le séjour en Suède, avant ou après une grande avalanche qui a fait plusieurs victimes dans son village natal (ou le village ou elle a habité?). Je suppose que le traducteur a respecté les choix de l’auteur ; cependant, en français, le passé simple peut être juste mais très laid : « Ses dents jaunies […] luisirent » (page 26)… Après une cinquantaine de pages, complètement perdue, je me suis décidée à recommencer en faisant un tableau de correspondance des surnoms et des prénoms et en notant quelques repères temporels. J’ai fini par entrer dans ce gros pavé (450 pages) et en apprécier la deuxième partie, beaucoup plus linéaire car située, lors du séjour en Suède, et recentrée au début de certains chapitres par le titre qui évoque la progression vers une nouvelle vie loin du premier mari (page 332 : « Sixième étape de la rééducation : coucher avec un autre »), si l’on excepte les digressions annoncée par d’autres en-tête (page 322 : « Régime de l’au-delà »). Si vous souhaitez découvrir une écriture un peu déroutante qui sort de la production littéraire « formatée » (facile, tout au présent, avec un récit chronologique), alors ce livre est pour vous!

Comme son héroïne est petite-fille de poète, dans la « vraie vie » (ce qui laisse un doute, roman, auto-fiction?), Audur Jónsdóttir est la petite-fille de Halldór Kiljan Laxness, prix Nobel de littérature en 1955, il est toujours dans ma liste de prix Nobel… à lire et découvrir.

Every thing will be fine, de Wim Wenders

Affiche de Every thing will be fine, de Wim WendersMétéo pourrie donc le week-end dernier. Après Le labyrinthe du silence de Giulio Ricciarelli, je suis allée voir Every thing will be fine will be fine, de Wim Wenders, en version 2D. Contrairement au cinéma commercial, dans la salle art et essai, nous avons la chance de pouvoir choisir entre la 3D (sans supplément) et la 2D, pour ceux qui ne peuvent pas voir en 3D (nous sommes finalement nombreux dans ce cas), ce qui m’a empêchée de voir par exemple le dernier film de Jean-Jacques Annaud, Le dernier loup.

Le film : il y a une dizaine d’années quelque part au Canada. Dans une cabane de pêcheur sur un lac gelé, Tomas [James Franco], un jeune écrivain, tente d’avancer son deuxième livre. Au retour, il se dispute au téléphone avec son amie quand, au détour d’un virage sur un petit chemin de terre, il percute une luge. Un enfant est indemne, il le ramène à la maison où sa mère, Kate [Charlotte Gainsbourg], lit avant de s’apercevoir qu’il manque son deuxième enfant… Tragique accident, la mère, pratiquante fervente, pardonne et poursuit son travail d’illustratrice en élevant Christopher, Tomas fait une tentative de suicide, quitte son amie, déménage, puis refait sa vie, se remet à écrire, un livre bien meilleur qui sort deux ans plus tard. Il revient sur le lieu de l’accident, veut voir la mère, lui dire qu’elle est coupable de ne pas avoir surveillé ses fils. Christopher [Robert Naylor] devient adolescent, est obnubilé par l’accident et son auteur…

Mon avis: j’ai eu l’impression de me perdre parfois dans les à-côtés de cette histoire, les relations avec l’éditeur (pour y rencontrer sa nouvelle amie), avec le père (chez lui puis en maison de retraite), etc. Wim Wenders a mis en scène un personnage pas sympathique, Tomas, un écrivain qui pense d’abord à lui, à ses livres, à son travail, avant ses amies, sa belle-fille, Christopher qui aimerait avoir des explications, la mère qui a perdu son fils. Deuil impossible de la mère (réfugiée dans son travail et la religion), du fils survivant, alors que l’auteur de l’accident rebondit sans vrais remords. Le film est à la fois long (2h) mais sans réussir à approfondir les deux personnages principaux, dont l’une (Charlotte Gainsbourg) disparaît à la fin, on assiste au déménagement, le fils laissé seul explique qu’elle est partie dans sa famille en Angleterre… certainement juste pour expliquer au spectateur d’Amérique du Nord son accent british. Je n’ai pas été entièrement emballée par ce film.

Œuvres vives de Linda Lê

pioche-en-bib.jpgCouverture de Œuvres vives de Linda LêJ’ai déjà essayé, et plus ou moins apprécié, plusieurs œuvres de Linda Lê : Cronos, A l’enfant que je n’aurai pas, Lame de fond. Comme les précédents, je l’ai emprunté à la médiathèque.

Le livre : Œuvres vives de Linda Lê, éditions Christian Bourgeois, 2014, 334 pages, ISBN 978-2-267-02676-4.

L’histoire : de nos jours, au Havre et à Paris. Le narrateur, jeune journaliste, part couvrir quelques événements culturels au Havre. Alors qu’il vient de lire un livre de l’auteur local Antoine Sorel, connu de quelques lecteurs seulement, il apprend par la presse son suicide par  défenestration du sixième étage. Il décide de chercher des témoins pour retracer la vie de celui-ci, le voici sur la piste du grand-père, qui fit partie des Vietnamiens envoyés travailler en France pendant la Première Guerre mondiale, de son père, qui l’a élevé à la dure, de son frère puis peu à peu de ses ami(e)s qui révèlent peu à peu la personnalité sombre et complexe de cet auteur…

Mon avis : la narration à la première personne permet de se glisser assez vite dans la quête de cet écrivain mal-aimé de ses parents, alcoolique, peu lu et en gros oublié de tous. Cette quête est l’occasion pour lui de découvrir et aimer peu à peu la ville du Havre. A Paris, il se réfugie ou donne des rendez-vous dans des lieux que j’aime bien aussi pour leur calme, comme le musée Rodin (voir Matisse-Rodin) ou le musée national Delacroix (voir Une passion pour Delacroix, La collection Karen B. Cohen). Voilà un cocktail qui aurait dû me faire aimer ce livre, et pourtant, je me suis ennuyée par moment. Dans Lame de fond, il était déjà question d’un correcteur (au lieu d’un écrivain), originaire du Vietnam comme l’auteur, et d’une recherche des origines. Comme dans ce livre, il y a beaucoup d’allusions à des lieux (au Havre et à Paris), à des livres, etc., et j’ai eu ici l’impression de reprendre la même quête veine, 3 ans plus tard. Je vous laisse vous faire votre opinion par vous-même…

Sur Le Havre, je vous conseille Un homme est mort de Kris et Étienne Davodeau, qui avait donné lieu à un BD concert, Un homme est mort, il y a quelques années à Poitiers, basé sur le film disparu de René Vautier, lui-même décédé récemment. Sur la présence des Vietnamiens en France pendant la première guerre mondiale, voir le monument aux morts Indochinois dans le cimetière de Salonique à Toulouse.

[PS: 30 août 2015 :
Je trouve que Linda Lê est très irrégulière… Je me suis ennuyée à la lecture d’Œuvres vives. Télérama (n° 3423, p. 17) semble regretter la faible vente de ce titre, mais je ne dois pas être la seule à ne pas en avoir fait la promotion…

Logo rentrée littéraire 2014Ce livre entre dans le cadre du défi 1% de la rentrée littéraire organisé à nouveau cette année par Hérisson (Il faut que je mette mes index à jour…).

Cadavre exquis de Pénélope Bagieu

Logo BD for Womenpioche-en-bib.jpgCouverture de Cadavre exquis de Pénélope BagieuJ’avais déjà lu La page blanche, de Boulet (scénario) et Pénélope Bagieu (dessin et couleurs), cette fois, j’ai choisi un album en solo de cette dernière. Une bande dessinée trouvée dans les bacs de la médiathèque. Et allez vite voir le blog de Pénélope Bagieu, en ce moment, elle relaye en images la pétition contre la pêche au chalut en eau profonde, destruction des fonds marins, des coraux, le tout subventionné par nos impôts… Sur 11 chalutiers de ce type sous pavillon européen, 9 sont français… et 7 appartiennent au groupe Intermarché (à boycotter!), et pêchent des poissons (lingue bleue, sabre noir et grenadier) plein de métaux lourds, limite invendables et en tout cas fortement déconseillés aux femmes enceintes. Évitez de les manger!

Le livre : Cadavre exquis de Pénélope Bagieu (scénario, dessin et couleurs), collection Bayou, éditions Gallimard, 2010, 124 pages, ISBN 9782070627189.

L’histoire : à Paris de nos jours. Zoé doit faire un boulot pas drôle pour gagner sa vie, hôtesse d’accueil sur des salons (automobile, fromage, etc.), avec des costumes ridicules et des « clients » pas toujours très fins, un copain guère mieux. Un jour, alors qu’elle se repose sur un banc, elle aperçoit un rideau qui bouge dans un immeuble voisin, elle sonne, demande au culot à utiliser les toilettes… Elle fait la connaissance de Thomas Rocher, écrivain à succès qu’elle ne connaît pas… car elle ne lit pas! Ils vont peu à peu faire connaissance, lui ne sort jamais de l’appartement, se remet à écrire, son ex-femme et éditrice, Agathe, ré-apparaît, jusqu’à ce que Zoé découvre le secret de Thomas…

Mon avis : un dessin assez simplifié mais efficace, avec une mise en couleur par grands aplats. J’ai bien aimé aussi le scénario et le dénouement de cette histoire, le portrait de l’écrivain à succès qui guette les critiques… et ne supporte pas quand il passe de mode. Le jeu sur les clichés (la fausse naïve Zoé, le « métier » d’hôtesse d’accueil, en opposition à Agathe, l’éditrice qui croît à son rôle, l’écrivain enfermé chez lui) est assez intéressant… et divertissant! A lire ne serait-ce que pour le dénouement!

Pour aller plus loin : voir le blog officiel de Pénélope Bagieu.

Logo du top BD des blogueurs 2013   Cette BD sera soumise pour le classement du TOP BD des blogueurs organisé par Yaneck / Les chroniques de l’invisible. Mes chroniques BD sont regroupées dans la catégorie pour les BD et par auteur sur la page BD dans ma bibliothèque.