Le monument de la résistance de La Rochelle

Monument de la résistance de La Rochelle, vue généralePrès du casino de la Rochelle, à quelques centaines de mètres du monument aux morts de 1914-1918, a été érigé un monument aux Forces Françaises Intérieures / FFI. Il se compose d’une grande stèle à la Résistance, avec la copie de l’appel du 18 juin, une croix de Lorraine et l’inscription « Résistance / 1940-1945 / Forces françaises libres / résistance intérieure »…

Monument de la résistance de La Rochelle, la stèle avec le nom des camps de concentration… et d’une stèle plus petite où est incluse une plaque en bronze dominée par un déporté et qui porte le nom des camps de concentration européens (y compris certains rarement cités, comme le camp de Rawa-Ruska en Ukraine) et ainsi que le nom de camps d’internement en Poitou-Charentes et au-delà, j’espère n’avoir rien oublié dans mon relevé, je reparlerai dimanche prochain des camps de Poitiers / Pierre Levée et Biard (la Chauvinerie aux Montgorges: voir le Frontstalag, le camp de la Chauvinerie et le camp de la route de Limoges, ainsi que le témoignage de Paulette).

Voici la liste qui figure sur la stèle :

Auschwitz
Ravensbruck
Neuengamme
Sachsenhausen
Buchenwald
Mathausen
Dachau
Rawa-Ruska
Struthof
Miranda
Tonnay-Charente
Rétaud
Ferrières
Marans
Saujon
Château-Gaillard
Gué-d’Alleré
Yves
Saint-Simon-de-Bordes
Marignac
Heurtebise
Eysses
Souges
Mont-Valérien
Biard
Romainville
Pierre-Levée
Fort du Ha
Saint-Maurice
Lafond

 

Monument de la résistance de La Rochelle, signature de H. GayotIl porte la signature de Henri Gayot, qui a donné son nom au square où se trouve le monument. Professeur de dessin à La Rochelle, Henri Gayot (1904-1981) fut résistant du groupe « honneur et patrie » sous le pseudonyme de « le normand », déporté, revenu des camps avec de puissants carnets de dessins des camps de Natzweiler-Struthof dans le Bas-Rhin (voir aussi ses dessins dans l’exposition sur ce camp) puis de Dachau en Allemagne. A son retour, il a repris ses dessins et les a fait graver.

Monument de la résistance de La Rochelle, détail du déportéLa stèle est dominée par un déporté de retour des camps, rasé et décharné, portant une flamme de la liberté. L’artiste a utilisé toutes les possibilités de la sculpture, du haut-relief de la flamme et de la main droite à la gravure fine pour les jambes. Une sculpture d’une très grande force, je trouve…

Photographies de juin 2011.

Pour aller plus loin :

– Henri Gayot, Occupation, Résistance, Libération en Charente-Maritime, Comité d’histoire de la deuxième guerre mondiale, 196 pages, 1973.

– le site du camp de Natzweiler-Struthof.

– Service départemental de l’ONAC de Charente-Maritime et l’Union départementale des Combattants Volontaires de la Résistance, La plume, le crayon et le bronze, sources de mémoire – Henri Gayot, un résistant rochelais déporté au Struthof, 2002.

Retrouvez d’autres monuments aux morts et monuments à la résistance sur cet index des monuments aux morts.

8 réflexions au sujet de « Le monument de la résistance de La Rochelle »

  1. zazimuth

    Coucou !
    Je reviens doucement sur internet… Je viens de découvrir ton message concernant les images sur Eklablog.
    Il va falloir que je me penche un peu sur la question, surtout pour savoir si les images disparaissent du nouveau blog si je supprime l’ancien (pour l’instant j’ai supprimé des articles mais les galeries d’images demeurent).

    Répondre
  2. mamazerty

    c’est très poignant….et vraiment beau….la liste que tu donnes m’aidera peut être à retrouver trace d’un « nouvel » ancêtre décédé en 39/45 et qui m’a t on dit était un « grand résistant » (quoiqu’à mon avis, résistant c’est grand!!!!!),j’ai cherché sur le net aux alentours de là où il a habité ,il faut peut être que j’agrandisse mes lieux de recherche….cette période me bouleverse, on n’en ressort toujours pas indemne devant tant de haine et d e douleurs…

    Répondre
  3. Nini79

    Un monument, sobre, mais puissant. Je reste sans voix devant l’image de ce déporté, symbole fort et de la résistance à l’oppression, des ravages de la haine et de la barbarie.
    Bises.

    Répondre
  4. Claudia

    Dans le livre de Mr Gayot « Occupation Resistance, Liberation en Charente Maritime », il parle un peu de l’oncle de ma Mere Gaston Pierre dit Guichard.
    Savez-vous si ce livre peut se trouver encore ? (je ne vis pas en France)
    Merci de bien vouloir me epondre sur mon adresse de contact.

    Répondre
  5. DELEPELAERE

    Bonjour,
    Nous sommes une équipe constituée à l’Université Permanente de Nantes et nous faisons des recherches sur l’histoire et l’évolution des commémorations de la libération des poches de l’atlantique. Je suis particulièrement chargé des poches de Royan et de La Rochelle. Ceci en vue d’une communication à St Nazaire lors d’un colloque qui portera sur les dites poches. Pourriez-vous m’aider, avez-vous des informations sur la façon dont les commémorations ont évoluées des lendemains de la guerre à nos jours.
    Cordialement
    Thierry Delepelaere

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *