Semaine hongroise (1): le faon de Magda Szabo

http://vdujardin.com/blog/wp-content/uploads/2011/03/60890631_p2.jpgpioche-en-bib.jpgComme je vous l’avais annoncé, cette semaine sera hongroise, organisé du 7 au 13 mars 2011 chez par Schlabaya (qui organise aussi le défi du 1 % rentrée littéraire 2010) et Cryssilda (qui a créé le logo) : il s’agira de présenter des lectures, des recettes, des voyages en Hongrie… Sur sa recommandation notamment, j’avais lu L’héritage d’Esther de Sándor Márai. Je vais essayer de vous poster un article chaque jour sur ce thème… en commençant par une lecture, lundi oblige (emprunté à la médiathèque, bien sûr).

Couverture du faon de Magda Szabo Le livre : Le Faon de Magda Szabó, traduit du hongrois, texte revu et corrigé par Suzanne Canard, éditions Viviane Hamy, 2008, 237 pages, ISBN 978-2-87858-236-5 [première édition en Hongrie : 1959].

L’histoire : à travers la Hongrie avant (enfance en périphérie de Budapest) et après (la tournée de la comédienne) la deuxième guerre mondiale. Eszter est une comédienne célèbre. Elle a eu une enfance difficile, à avoir faim parfois, déménageant de plus en plus loin du centre ville, pour finir dans une petite maison dans une zone insalubre. Ses parents, issus d’une vieille aristocratie, sont ruinés. Son père, avocat, ne passe plus ses journées qu’à déprimer au lit… Sa mère se débat pour faire vivre sa famille en donnant des cours sur le piano qu’elle a sauvé de la débâcle (mais elle va bientôt mourir…). Une tante lui passe ses souliers pour qu’elle puisse au moins être chaussée. Elle a quinze ans, va au collège grâce à une bourse… créée jadis par son grand-père. Elle n’a guère qu’une amie, Angela. Après la guerre, elle est devenue une actrice célèbre, en tournée à travers tout le pays. De retour dans son ancien quartier, elle découvre qu’Angela, une ancienne camarade de classe, a épousé l’homme qu’elle aimait, qu’elle aime toujours… et elle le prend pour amant.

Mon avis : j’ai eu un peu de mal au début à entrer dans la narration à la première personne d’Eszter, qui oscille entre la comédienne de l’après guerre et la collégienne pauvre. Une grande confusion de dates, de personnages (malgré la liste donnée au tout début du livre). Et puis, en se laissant aller dans le texte, quitte à ne pas savoir tout de suite à quelle époque on se situe, on entre dans une tragique histoire d’amour et surtout de jalousie… Et le faon du titre? Un petit faon recueilli par Angela, qui va vite mourir d’un accident.

Mes articles de la semaine hongroise :
– une lecture : Le Faon de Magda Szabó ;
– une découverte de blog : Falby de là bas et son p’tit bonheur
– un vin : le tokay ou tokaji aszù
– une découverte patrimoniale : saint Martin (né en Hongrie et fondateur de Ligugé)

– une broderie : un berlingot sur une grille hongroise

– des timbres hongrois

– des découvertes : le stylo à billes, les allumettes et la vitamine C.

7 réflexions au sujet de « Semaine hongroise (1): le faon de Magda Szabo »

  1. flo

    Je suis prise par un livre , encore très difficile  »Purges  » de Sophie Oksanen.

    Le club demain alors le compte-rendu pour vous.

    Je vais lire , bonne nuit véro et bon mardi.

    Répondre
  2. Schlabaya

    Un véritable coup de coeur, j’adore cet auteur. Par contre, la seule amie de la narratrice n’est pas Angela (qu’elle déteste et jalouse) mais celle à qui elle donne des cours, et dont le père assassinera la mère parce qu’elle est adultère. J’ai oublié son prénom, mais je me souviens qu’elle aimait cette file-là et détestait Angela qui était riche et gâtée.

    Répondre
  3. dianou

    bonjour, ben là , c’est pas le genre de livre que je lis volontiers ! C’est rare quand je t’en parle , mais celui là ne me dit rien de rien hihihi je reviens donc aux grosses enveloppes que tu as recue , dit donc les filles t’on bien gatée, ça fait plaisir , les cartes postales en pub, je croyais en avoir mais au final, non, mais je vais continuer à chercher je te fais de tout gros bisous ett e remercie de ton passage chez moi , ça m’arrange bien!hihihi gros bisous a toi , dianou

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *