Cinéma : Une histoire italienne

Hier soir, je suis allée voir Une histoire italienne (Sanguepazzo) de Marco Tullio Giordana. Il faut dire qu’il fallait viser juste : il passe six soirs sur sept cette semaine, à 20h30 uniquement (avec une durée du film de 2h30), au CGR Castille du centre-ville de Poitiers. Bonne nouvelle quand même, pour une fois, ils passent un film en VO. Mais les spectateurs n’étaient guère au rendez-vous : 8 en tout et pour tout. Et si le CGR fait des progrès dans sa programmation, il continue de rallumer la lumière pendant le générique. Cette fois, les 20 premières secondes ont été respectées… Et cinq des huit spectateurs sont quand même restés jusqu’au bout de celui-ci. Mais voici le film.

L’histoire : à l’aube du 30 avril 1945, à Milan, quelques jours avant la libération de cette ville, deux corps sont retrouvés, identifiés par une pancarte : Osvaldo Valenti (Luca Zingaretti) et Luisa Ferida (Monica Bellucci). Il s’agit en fait de deux acteurs qui ont été encouragés par le régime fasciste et viennent d’être exécutés par des partisans. Ensuite, le film revient sur la genèse de leur amour jusqu’à leur mort, mêlant des scènes de diverses époques et surtout un troisième personnage, comte et réalisateur avant la guerre et résistant connu sous le nom de Taylor (Alessio Boni). La quête de la drogue, cocaïne puis morphine, par Osvaldo Valenti est un autre fil rouge…

Mon avis : s’il y a des passages un peu longs, une histoire finalement ordinaire en toile de fond (une femme, deux hommes follement amoureux d’elle), cette plongée dans l’Italie fasciste, des premiers aux derniers jours avec les résistant de la dernière heure, les collaborateurs etc. vaut vraiment le déplacement. Dépêchez-vous, le film est sorti le 9 juillet, mais s’il a ailleurs aussi peu de spectateurs qu’ici, il risque fort de quitter vite les affiches.

Une réflexion au sujet de « Cinéma : Une histoire italienne »

  1. Bidouillette

    Véronique, il y a trente ans, j’étais une folle des films italiens, même sur des scénaris quelconques, leur implication sociale, historique, politique, est toujours très critique!!!!
    Merci je vais zieuter s’il sort ici aussi!!!!!!!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *