Le monument aux morts de Haute-Garonne à Toulouse (1) : Léon Jaussely

Toulouse, le monument morts de Haute-Garonne, face principale Comme à Poitiers (monument aux morts de la Vienne en 1914-1918, monument aux morts de 1870-1871, monument aux morts allemands de la Pierre Levée ou encore celui du cimetière de Chilvert) et dans toutes les villes, Toulouse conserve plusieurs monuments aux morts : monument aux morts de la guerre de 1870 (allées Jules-Guesde), Héraklès archer, monument aux sportifs morts à la guerre de 1914-1918 par Antoine Bourdelle (boulevard Lascrosse), monument aux morts de la guerre de 1914-1918 des quartiers Bayard, Matabiau, Concorde, Chalets (place Roquelaine), monument aux morts de la guerre de 1914-1918 des quartiers Saint-Michel, Busca, Port-Garaud (33 allée Jules-Guesde), plusieurs dans les cimetières voisins de Terre-Cabade et de Salonique (dont le monument aux morts de Skikda (Philippeville) déplacé à Toulouse), ou encore le monument aux combattants de la Haute-Garonne en 1914-1918, allées François-Verdier. C’est de lui dont je vais vous parler aujourd’hui, vous pouvez aussi le découvrir par le dossier établi par les archives de la ville de Toulouse (quelques petits clics sur les numéros pour des vues de détail dans les photos de la fenêtre gauche de ce site). Comme c’est un monument complexe, je vous le tronçonne en plusieurs articles. Je commence par une vue de la face principale (antérieure).

Toulouse, le monument morts de Haute-Garonne, face postérieure Aujourd’hui, quelques vues générales, prochainement, des vues de détail, par sculpteur. Voici la face arrière (postérieure).

Toulouse, le monument morts de Haute-Garonne, signatures En effet, si la conception globale du monument a été confié en 1919 à l’architecte Léon Jaussely (1875-1932, grand prix de Rome en 1903) par le Conseil général de la Haute-Garonne. Il a présenté un projet en forme d’arc de triomphe. Le concours qui a suivi a retenu trois sculpteurs (clic sur les liens suivants pour voir les différents reliefs), André Abbal pour la frise de la face principale et du côté droit, Henri-Raphaël Moncassin pour la frise de la face postérieure et du côté gauche (tous deux réalisent des sculptures sur le thème des principales batailles) et Camille Raynaud pour les deux reliefs monumentaux à l’intérieur. L’équipe est complétée par Jean Fourès, ornementaliste (qui poursuit les travaux commencés par son père Jean-Marie, décédé en 1926 ; ils ont réalisé les décors de fleurs, etc.) et les entrepreneurs Belard et Tixeire, comme vous pouvez le lire sur ces signatures. Ce sont donc les Fourès père et fils qui ont sculpté tous les symboles républicains, la Légion d’Honneur, la Médaille militaire, la Croix de Guerre, les feuilles de laurier (vertus militaires), les feuilles de chêne (force et vertus civiques), les chiffres RF (République Française) et HG (Haute-Garonne), entremêlées avec la lettre capitale de la préfecture et de chaque sous-préfecture du département : T pour Toulouse , M pour Muret , SG pour Saint-Gaudens et V pour Villefranche-de-Lauragais.

Toulouse, le monument morts de Haute-Garonne, dédicaces Le monument fut inauguré en 1928, ainsi que le montre cette dédicace à la longue liste, mais les sculptures de Camille Raynaud furent contestées pendant des années… Si ce dernier a consacré ses reliefs à la victoire, André Abbal et Henri Raphaël Moncassin soulignent le sous-équipement des soldats, le recours au chevaux et aux boeufs, même s’ils représentent aussi l’aviation et les chars.

tToulouse, le monument morts de Haute-Garonne, côté droit Pour les longs textes gravés sur les faces internes et externes, je vous invite à lire leur transcription dans le le dossier établi par les archives de la ville de Toulouse (lien direct). Voici le côté droit…

tToulouse, le monument morts de Haute-Garonne, côté gauche … et le côté gauche.

Les monuments aux morts de Toulouse dont j’ai déjà parlé ou dont je parlerai prochainement:

– le monument aux morts de Haute-Garonne (inauguré en 1928) : vue générale de l’oeuvre de l’architecte Jaussely, les reliefs de André Abbal, de Henri Raphaël Moncassin, et ceux de Camille Raynaud

– le monument aux morts de Toulouse en 1914-1918 dans le cimetière de Salonique

– le monument aux morts de Indochinois, au dos du précédent, dans le cimetière de Salonique

– le monument aux morts de Skikda (Philippeville) dans le cimetière de Salonique

– le monument aux sportifs morts (Héraklès archer d’Antoine Bourdelle)

– le monument aux morts des quartiers Bayard-Matabiau-Concorde-Chalets, non loin de la gare

– le monument aux morts des quartiers Colone, Arago, Juncasse, Marengo, près de l’observatoire

– le monument aux morts du quartier Saint-Michel, allées Jules Guesde, non loin du muséum

– et pour la guerre de 1870, le monument du Souvenir français dans le cimetière de Terre-Cabade

8 réflexions au sujet de « Le monument aux morts de Haute-Garonne à Toulouse (1) : Léon Jaussely »

  1. Moqueplet

    je suis passée à Toulouse il y a trois ans, et bien je n’ai pas vu ce monument…..voilà ce que c’est que d’y aller en car…… les visites sont assez restreintes……passe un beau mercredi

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *