Meurtre au philharmonique de Batya Gour

Couevrture de meurtre au philharmonique de Batya Gour, en édition Fayard pioche-en-bib.jpgAprès les mondes de la psychanalyse, de l’université et du kibboutz, Batya Gour et son commissaire, Michaël Ohayon, vont aborder le monde de l’orchestre philharmonique. J’ai emprunté le livre à la médiathèque.

Le livre : Meurtre au philharmonique, de Batya Gour, traduit de l’hébreu par Laurence Sendrowicz, série une enquête du commissaire Michaël Ohayon, Fayard, 1997, 465 pages, ISBN 978-2213599793 (existe dans d’autres éditions, notamment au format poche).

L’histoire : à Jérusalem, à la veille du nouvel an juif, le commissaire Ohayon s’apprête à fêter seul cette fête (il est déprimé, sans affectation dans la police en ce moment) quand il entend les pleurs d’un nourrisson. Il le recueille et décide, de manière irraisonnée, de le garder pour lui et engage une procédure d’adoption avec sa voisine du dessus, Nita Van Helden, une jeune violoncelliste qui a aussi un jeune bébé dont elle n’a pas dit qui était le père… Quelques jours plus tard, il assiste au premier concert de celle-ci depuis longtemps, avec son frère Théo à la tête de l’orchestre et son autre frère Gabriel au violon. Son père, qui devait assister à la représentation, n’est pas là… Il est retrouvé mort chez lui un peu plus tard, apparemment étouffé par un bâillon alors qu’une toile de maître hollandais d’un grand prix et toutes ses économies en liquide (il avait peur des banques) ont disparu. Peu après, c’est Gabriel qui est sauvagement assassiné après une répétition à laquelle avait participé le commissaire avec les deux bébés. qui pouvait lui en vouloir ? Ce n’est quand même pas son projet d’orchestre baroque et de festival Wagner (interdit de pupitre en Israël) qui en est la cause ? Engagé auprès de Tina, le commissaire pourra-t-il mener l’enquête ou devra-t-il céder la place à Balilti, un agent des services secrets ? Qu’est devenu le tableau ? Pourra-t-il adopter le bébé qu’il a trouvé ?

Mon avis : comme dans les livres précédents, les cent premières pages sont surtout consacrées à dresser le tableau, celui de la voisine dépressive depuis sa grossesse, celui de l’orchestre philharmonique, de son fonctionnement, des concurrences entre musiciens, etc. J’ai passé un agréable moment avec ce livre.

Ce livre me donne envie de poursuivre la lecture de la série, dans l’ordre :

2 réflexions au sujet de « Meurtre au philharmonique de Batya Gour »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *