Les anciens théâtres de Poitiers

Poitiers, la façade du TAP cinéma (ancien théâtre) Depuis l’ouverture du théâtre auditorium de Poitiers (TAP) en 2008, le sort de l’ancien théâtre est en suspens. La ville voudrait bien le vendre à un promoteur immobilier, quitte à sacrifier le cinéma d’art et essai en le reléguant dans des salles partagées et louées dans le cinéma commercial voisin. Poitiers est l’une des salles d’art et essai à une seule salle qui accueille le plus de spectateurs en France, et ces spectateurs dont je suis sont fermement décidés à défendre cette spécificité. un multi-salle d’art et essais, oui, mélangé avec un gestionnaire de salles commerciales, sans les débats, sans le respect des œuvres et du générique, non. Par ailleurs, le grand décor en verre églomisé (une sorte de grand miroir sur lequel sont posées, au dos, des feuilles d’or et d’argent) créé par Robert Pansart en 1954 est remarquable et mériterait une protection au titre des monuments historiques, ainsi que tente de le faire reconnaître notamment Daniel Clauzier, guide-conférencier de la ville. Un groupe facebook a aussi été créé pour la défense de l’ancien théâtre de Poitiers. Mais je vous reparlerai de ces verres églomisés quand j’aurai réussi à faire des photographies correctes de cette œuvre, pas facile, entre les reflets et autres obstacles (suivre le dernier lien…)…

Poitiers, le premier théâtre, la façade, carte postale de Robuchon En attendant, je vous propose une visite des façades du théâtre précédent, élevé sur la place d’Armes (pardon, son nom officiel est la place Leclerc, mais personne à Poitiers ne l’appelle ainsi…), à partir d’une série de cartes postales anciennes. Le premier théâtre fut construit en 1819, sur un projet de Vétault fils et de Zacharie Galland. Ici, la façade sur la place, sur une vue de Jules Robuchon, donc entre 1898 et 1922.

Le premier théâtre de Poitiers, 02, carte postale ancienne, façade sur la rue de la Marne À peu près à la même époque, la façade sur la rue de la Marne, où se trouvait l’entrée…

Le premier théâtre de Poitiers, 03, carte postale ancienne, façade sur la rue de la Marne Une autre vue, surtout pour la tenue des passants et le marché aux fleurs qui se tenait ce jour là…

Le premier théâtre de Poitiers, 04, carte postale ancienne colorisée, façade sur la place Retournons sur la place, avec une vue colorisée… Les Poitevins reconnaîtront les bistrots, mais bien sûr pas le tramway (devenu après guerre un trolley bus).

Poitiers, place d'armes, au fond, les anciennes galeries et l'ancien théâtre Encore une vue qui montre aussi les galeries qui ont été incendiées en 1961 et remplacées en 1963 par la hideuse façade du magasin le Printemps, mais c’est aussi une autre histoire dont je vous reparlerai.

Le premier théâtre de Poitiers, 06, carte postale ancienne, vue aérienne avec le théâtre et les galeries Le théâtre est reconstruit en 1954 par l’architecte Édouard Lardillier (architecte de nombreuses salles de spectacles et cinéma, voir cet article sur un blog spécialisé dans le cinéma), avec une forme en arrondi qui reprend les dimensions du bâtiment précédent. Cette vue aérienne, où l’on voit le nouveau théâtre et les anciennes galeries, a donc été prise entre 1954 et 1961.

Le nouveau théâtre de Poitiers, carte postale ancienne, vers 1955, façade sur la place Cette vue de la façade doit dater de peu de temps après la construction du théâtre, puisque l’on y voit encore les caténaires du tramway / trolley-bus… Trolley ici…

Place d'Armes à Poitiers, tramway devant l'ancien théâtre et les anciennes galeries… mais plus tôt (c’est encore le théâtre précédent) bien un tramway, avec les rails.

Pour en savoir plus :
Grégory Vouhé, Théâtre de Poitiers, pour Pansart et LardillierL’Actualité Poitou-Charentes, n° 97, juillet 2012, p. 25.

Daniel Clauzier et Laurent Prysmicki, Poitiers. Le théâtre municipal, une salle de spectacle du milieu du XXe siècleBulletin monumental, tome 172-1, 2014, p. 65-68.

Sur les différents cinémas de Poitiers au fil du temps: voir l’article de Laurent Comar.

PS : voir le blog du Comité de défense de l’ancien théâtre de Poitiers, avec de très belles photographies de Laurent Prysmicki.

15 réflexions au sujet de « Les anciens théâtres de Poitiers »

  1. darexy

    Bonjour, vos photos sont impressionnantes… Puis-je en faire une copie écran pour les utiliser sur un support video ?

    Ce serait très gentil de votre part, j’avoue avoir énormément de difficultés à trouver des clichés anciens sur Poiiers. Auriez-vous également des tuyaux à me donner ?

    Très sincèrement.

    Répondre
    1. Véronique D

      Pas une copie d’écran… j’ai volontarement mis ces clichés à un format insuffisant. Je peux, sous certaines conditions, vous envoyer de meilleures résolutions, mais cela dépend de votre type d’usage (je vous mets un message en privé)… Sinon, toutes ces cartes postales, je les ai achetées sur un site spécialisé dans la vente de cartes postales anciennes, Delcampe.fr, qui vend des millions de cartes postales… et plusieurs miliers en permanence sur Poitiers. Aucune (ou presque) ne m’a coûté plus de 2 euros pièce… en patientant, vous pouvez facilement en trouver à ce prix.

      Répondre
  2. darexy

    Bonjour,

    Merci pour votre réponse. En fait ce sont les clichés sur le tramway qui m’intéressent. Nous préparons un guide audio video sur la ville de Poitiers. Sur ce guide, défilent un certain nombre de clichés que nous avons réalisé, à l’exception des prises de vue anciennes. C’est pour cette raison que je vous ai sollicité comme d’autres d’ailleurs. Dans ces cas là, nous indiquons nos sources sur les photos présentées. Ce guide audio vidéo sera mis sur un petit baladeur video et mis à disposition des touristes et habitants de la vienne.

    Pourriez-vous donc si notre projet vous intéresse, nous fournir les photos concernant le tramway et la place d’arme, quitte à ce que nous les achetions. Ces clichés nous seraient d’un grand secours…

    Ensuite si vous le souhaitez, je suis tout à fait prêt à vous rencontrer et vous présenter notre support en avant première.

    Très sincèrement.

     

    Répondre
    1. Véronique D

      Je vous prépare un petit dossier ce week-end… J’ai quelques centaines de CPA sur Poitiers, je ferai la recherche sur ce que j’ai numérisé, plus facile à retrouver par ma base de données que les originaux dans les classeurs…

      Répondre
  3. DAREXY

    OK merci, c’est extrèment gentil de votre part. De mon côté je suis allé sur le site que vous m’avez recommandé, c’est une mine d’or !

    Très sincèrement,

    Répondre
  4. Lilipopo

    Bonjour, quel boulot réalisé!!!

    Merci pour ce retour! Etant pictavienne de naissance, j’ignorais totalement cet aspect de la ville. Je voudrais savoir si vous aviez le nom des directeurs de ces théâtres depuis 1940 environ jusqu’en 1950? Ou sinon, savez-vous où je peux me renseigner pour trouver cette info? Je vous remercie en tous cas et j’espère avoir de vos nouvelles.

    Cordialement

    Répondre
    1. Véronique D

      Le théâtre mettait des publicités dans la presse locale presque toutes les semaines, je pense que les noms des directeurs y apparaissent. Voir par exemple dans l’avenir de la Vienne. En revanche, il faudra aller aux archives départementales (ou peut-être au fond patrimonial de la médiathèque), car la presse n’est en ligne que jusque 1940 (après, elle n’est pas encore tombé dans le domaine public). Si ce bâtiment vous intéresse, j’ai aussi mis un article sur l’exceptionnel grand miroir églomisé, et Grégory Vouhé publie dans le numéro d’été de la Revue L’actualité Poitou-Charentes (consacré aux lieux de spectacle en Poitou-Charentes) au théâtre de Poitiers, il y aura de très belles photos du miroir, réalisées par Coccinelle Poitiers, sans reflet!

      Répondre
  5. massias

    En ce qui concerne les caténaires : il s’agit de ceux des trolleybus, qui existait encore dans les années 60 (je les ai connu), donc longtemps après la construction du théâtre. Ils étaient vert foncé et vert clair. C’était en quelque sorte des bus montés sur pneus. (on voit sur la photo qu’il n’y a pas de rails. Ce ne sont donc pas des tramways.

    MM

    Répondre
  6. michel massias

    Le dernier directeur « privé » du théâtre était Monsieur Brémont, qui avait commencé sa carrière avant guerre avec sa famille en tenant un cinéma forain. Il avait obtenu de la ville l’exploitation à vie, du théâtre de Poitiers. A sa mort, la ville a récupéré le théâtre en en confiant la gestion à une association, l’AGAT dont le directeur était Bernard Fleury.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *