La vie en sourdine de David Lodge

Couverture de La vie en sourdine de David Lodge pioche-en-bib.jpgJ’ai trouvé ce livre à la médiathèque, un auteur dont j’ai déjà lu un certain nombre de livres avant l’ouverture de ce blog. [Depuis cet article, j’ai aussi lu Un homme de tempérament].

Le livre : La vie en sourdine de David Lodge, traduit de l’anglais par Maurice et Yvonne Couturier, collection Série noire, éditions Payot et Rivages, 2008, 413 pages, ISBN 978-2-7436-1844-5.

L’histoire : dans une ville volontairement non identifiée du nord de l’Angleterre, à partir de novembre 2006 (l’année n’est pas citée, mais il est fait référence aux attentats de Londres du 7 juillet 2005). A la suite de la réorganisation du département d’anglais de l’université, Desmond Bates, professeur de linguistique, a pris sa retraite il y a cinq ans, il a aujourd’hui 65 ans et souffre depuis des années d’une surdité qui le handicapait dans son enseignement et sa vie sociale. Il tient au quotidien ou presque son journal, qui nous est livré ici. Il continue à fréquenter l’université, sa salle des professeurs, sa bibliothèque. Sa femme est morte d’un cancer des années avant, il est remarié à Winnifred, 59 ans, de religion catholique, divorcée, qui tient avec une amie une boutique chic de décoration d’intérieur dans un centre commercial. Régulièrement, il va voir son père qui habite une petite maison jumelée dans une banlieue de Londres. A 89 ans, ancien musicien professionnel de jazz, il est aussi assez sourd et a de plus en plus de mal à tenir sa maison où il vit seul depuis son veuvage. La vie routinière de Desmond est bouleversée par l’apparition d’Alex Loom, 27 ans, américaine inscrite en thèse avec un des ses anciens collègues, Colin Butterworth. La première rencontre s’est mal passée, au cours d’un vernissage, il n’a strictement rien entendu de sa longue discussion, mais a apparemment involontairement accepté de l’aider de manière informelle. Son sujet? L’analyse stylistique des lettres d’adieu de suicidés, que ceux-ci est réussi ou survécu à leur acte…

Mon avis : la partie sur la surdité et son handicap, les problèmes de prothèses, de piles, de compréhension, de lieux bruyants, au théâtre, etc., sont inspirés de la vie de l’auteur, tout le reste est de la fiction, dit-il. Une petite vie tranquille en apparence, mais plein de situations comiques (le repas de noël, les quiproquos dus à la surdité) ou poignantes (la mort de sa première femme, l’AVC de son père, la visite à Auschwitz et Birkenau à l’occasion d’une conférence à Łódź). La forme du journal, régulier et quasi quotidien au début, plus espacé dans le dernier tiers du livre, le rend très vivant. Un gros livre que j’ai dévoré en deux ou trois fois… J’attends avec impatience que la médiathèque achète son dernier paru, Un homme de tempérament.

Logo God save the livre Ce livre entre dans le défi God save the livre, organisé par Antoni / passion livres. Il s’agit de lire un ou plusieurs livres anglais d’ici fin février 2012 et atteindre l’une de ces catégories : « Duty Harry » (1 livre lu), « Prince Charles » (5 livres), « Prince William » (10 livres), « Lady Di » (15 livres), « The Beatles » (20 livres et plus), « Queen Mom » (au moins un livre en VO)…

6 réflexions au sujet de « La vie en sourdine de David Lodge »

  1. danielle

    je suis en train de le lire, lu les 3/4 déjà; l’année 2006 est bien citée au début du chapitre 2. je venais regarder si tu parlais de deux énoooooooormes fautes d’orthographes : exhaussées pour exaucées (soulignée par un précédent lecteur), et dates pour dattes (il s’agit d’un dessert)…  sinon, je le lis aussi assez vite, et je suis très attentive à tout ce qu’il peut dire par rapport à la surdité, comment on le vit…

    Répondre
    1. Véronique D

      je viens de t’envyer un message privé pour le gros paquet trouvé chez moi . J’espère qu’il passera, j’ai l’impression que certains mél ne sont pas distribués en ce moment. Pour les fautes, je n’ai pas dû les noter pour celui-ci, je le fais surtout quand je lis chez moi, quand c’est dans le train, bcp moins… Pour la surdité, c’est assez autobiographiques, il y avait eu une interview assez sur-réaliste dans le Monde lors de la sortie du livre… Bonne soirée!

      Répondre
  2. dalinele

    j’ai des problèmes d’audition pas « suffisants » pour être appareillée, mais pour un mot je peux louper tout le sens d’une phrase; quand je demande une « répétition », souvent on me redit ce que j’ai compris! ou on me dit la même chose mais avec des mots différents, et ça ne m’aide pas! alors je serais curieuse de voir ce qu’en dit cet auteur… le nom me dit vaguement quelque chose, mais je ne crois pas avoir rien lu de lui… c’est vraiment humoristique?

    Répondre
    1. Véronique D

      C’est un ancien prof de lettres à la fac, je trouve que c’est assez drôle, son analyse de son ancien milieu professionnel et son ressenti par rapport à sa surdité… A toi de voir… Je n’ai pas acheté celui-ci, mais j’ai qq de ses livres plus anciens, si tu veux…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *