Le monument aux morts du Marchioux à Parthenay

Monument aux morts du Marchioux à Parthenay, 1, le monument devant l'école normale

A Parthenay, dans le nord des Deux-Sèvres, se trouve un monument au mort entre la gare et le centre-ville, pour les morts de Parthenay (voir ici le monument aux morts de 1914-1918), et un autre, dont il est question ici, dédié aux instituteurs des Deux-Sèvres morts pour la France, situé devant l’ancienne école normale d’instituteurs, devenue collège du Marchioux. Il a été inauguré le 9 mars 1924.

Monument aux morts du Marchioux à Parthenay, 2, vue générale Ce monument est un concentré de symboles républicains. Le plâtre préparatoire a été dessiné par Charles Sabouraud, ancien élève de l’école normale, et réalisé par un sculpteur espagnol qui habitait à Parthenay. Il a été inauguré le 9 mars 1924. Le monument se compose d’un haut socle formant un obélisque trapu, devant lequel s’appuie une femme et sur lequel se dresse un coq sur une sphère. La femme est une allégorie de la République, coiffée ici d’un chignon, vêtue à l’Antique, pieds nus, encadrée d’une épée et d’un bouclier.

Monument aux morts du Marchioux à Parthenay, 3, deux vues générales

On voit mieux sur ces deux photographies, la République est représentée dos au passant, éplorée, les deux mains en appui contre l’obélisque qui porte sur ses côtés le nom des instituteurs des Deux-Sèvres morts pour la France.

Monument aux morts du Marchioux à Parthenay, 4, la tête de la République Sur ce détail, vous voyez le visage tourné légèrement sur le côté, à la fois triste mais comme apaisé de la République, le drapé de son vêtement dégage son bras droit, nu, en appui sur l’obélisque. Elle est coiffée d’un chignon très soigné.

Monument aux morts du Marchioux à Parthenay, 5, détails du blouclier et des pieds nus

A droite de la République est posé son bouclier. Vous voyez mieux sur ces détails le drapé de son vêtement. En bas, vous remarquerez son pied gauche nu, légèrement en recul et en appui sur la pointe, ce qui donne un certain mouvement à cette représentation.

Monument aux morts du Marchioux à Parthenay, 6, épée et feuilles de chênes

A gauche de la République est posée une grande épée. Sur les faces latérales sont sculptées des branches de chêne entrecroisées.

Monument aux morts du Marchioux à Parthenay, 7, croix de guerre et légion d'honneur

Sur les faces latérales sont sculptées deux symboles républicains.Sur la photographie de gauche (face droite de l’obélisque quand on fait face à l’école), on reconnaît, sur un fond de une couronne végétale (chêne et laurier mêlés), la croix à cinq branches de la Légion d’honneur qui renferme dans le médaillon central le profil de la République de 1870 sous les traits de la la déesse Cérès. Sur l’autre face (photographie à droite, à gauche sur le monument) a été figurée la croix de guerre, à quatre branches avec deux épées entrecroisées et un profil de Marianne portant le bonnet phrygien dans le médaillon.

Monument aux morts du Marchioux à Parthenay, 8, le coq au sommet du monument Au sommet de l’obélisque, un coq (gaulois, symbole de force) se dresse sur une sphère devant laquelle se trouve un rameau de laurier.

Vous trouverez d’autres informations sur cette œuvre dans le Parcours du patrimoine consacré aux monuments aux morts avec une allégorie de la République, et dans le dossier documentaire réalisé par le service de l’inventaire du patrimoine culturel de la région Poitou-Charentes).

6 réflexions au sujet de « Le monument aux morts du Marchioux à Parthenay »

  1. DUFOUR

    Bonjour
    j’ai été à l’école annexe qui touche l’EN cela ma ravivé beaucoup de souvenirs
    et surtout bravo pour le détail des photos
    cordialement

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *