Archives par étiquette : Parthenay

La Meilleraye au musée de Parthenay jusqu’au 31août 2014

Affiche de l'exposition sur La Meilleraye au musée de Parthenay, 2014Je n’avais pas pu aller à l’inauguration au mois de février, mais comme l’exposition sur La Meilleraye a été prolongée jusqu’au 31 août 2014 au Musée municipal Georges Turpin à (entrée libre et gratuite), j’y suis allée en car SNCF. Merci à Maria Cavaillès, conservatrice du musée, pour son accueil (et la petite virée aux alentours)!

Les ducs de La Meilleraye avaient leur château, aujourd’hui en ruines, à Beaulieu-sous-Parthenay. Quelque peu tombé dans l’oubli, le duc Charles de La Porte fut maréchal de France, cousin de Richelieu, a participé à de nombreuses batailles sous le règne de Louis XIV (Port-Louis, Hesdin, siège de Perpignan, etc.). En 1663, à la fin de sa vie, ses principaux fiefs en Poitou (baronnies de Parthenay et de Saint-Maixent, comté de Secondigny) sont érigés en duché-pairie. Son fils, Armand-Charles de La Porte de La Meilleraye, épouse Hortense Mancini, nièce de Mazarin, qui ose le quitter, il se venge sur ses sculptures remarquables accumulées (notamment de belles sculptures antiques)… la famille, l’une des plus riches d’Europe, est ruinée en moins de 40 ans.

Si la splendeur du château est difficile à reconstituer, l’exposition et le catalogue (au prix défiant toutes concurrence! 15€ pour 368 pages en couleur, en vente uniquement au Musée municipal Georges Turpin de Parthenay) retracent l’histoire de cette famille.

Si vous ne pouvez pas y aller ou pour avoir un aperçu avant de partir pour , voir une vidéo sur l’exposition proposée par le musée (visualiseur ci-dessous si ça fonctionne). Le 26 avril, le prince Albert II de Monaco, descendant de cette famille et qui a prêté plusieurs objets, est venu en visite privée.

Voir mes autres articles sur et notamment une précédente exposition, Un travail d’orfèvre à Parthenay et en Gâtine.

Le pain de Albert-Lefeuvre à Parthenay

Parthenay, Le pain de Albert Lefeuvre, 1, vue lointaine

La ville de Parthenay a reçu en dépôt de l’État un certain nombre d’œuvres d’art dont certaines sont dans le jardin public autour du monument aux morts de 1914-1918, et celle-ci, Le Pain, sur la place du Drapeau, la grande place devant le palais des congrès. Il s’agit d’un groupe sculpté en marbre il a été présenté au salon des artistes français de 1882 sous le n° 4054 et inauguré le 28 octobre 1887, qui représente une mère et ses deux enfants installés sur un socle aussi haut que les sculptures. Il aurait besoin d’un nettoyage (par un professionnel de la sculpture, en évitant « l’erreur d’appréciation » du kärcher poitevin).

Le musée d’art et d’histoire de Parthenay (Musée municipal Georges Turpin ) a acquis en 1986 un modèle en plâtre de 40cm de haut de ce groupe sculpté.

Parthenay, Le pain de Albert Lefeuvre, 2, signature du sculpteur et date 1886 Ce groupe porte la signature du sculpteur et la date de sa réalisation :  » Albert-Lefeuvre / 1886″. Il s’agit du sculpteur Louis Albert-Lefeuvre (Paris, 1845 – Neuilly-sur-Seine, 1924).

Parthenay, Le pain de Albert Lefeuvre, 3, vue de face et de dos La femme est représentée en tenue de tous les jours, avec un fichu sur la tête et un tablier noué par des rubans. Elle découpe une grosse miche de pain. Les deux enfants portent également des vêtements de tous les jours.

Parthenay, Le pain de Albert Lefeuvre, 4, détail de la mère et des deux enfants

Les enfants s’agrippent aux jambes de leur mère, le garçonnet est coiffé court, la fillette a les cheveux longs tressés.

Photographies de février 2012.

Le monument aux morts de Parthenay (Deux-Sèvres)

Parthenay, le monument aux morts de 1914-1918, 1, vue de loin Je vous ai déjà montré le monument aux instituteurs morts pour la France, au Marchioux à Parthenay. Ce monument ne concernait que les instituteurs élèves de l’école normale. Je vous emmène cette fois dans le jardin public avenue du Général-de-Gaulle (entre la gare et le centre-ville).

Parthenay, le monument aux morts de 1914-1918, 3, vu de face et de dos Dédié « Aux morts pour la Patrie », il se compose d’un socle en pierre surmonté d’un obélisque massif sur lequel est apposée une plaque en bronze avec un soldat dans un médaillon, auquel une fillette vient apporter un bouquet de fleurs. Il a été inauguré le 26 novembre 1922.

Parthenay, le monument aux morts de 1914-1918, 2, la signature du sculpteur Elie Ottavy

Il porte la signature du sculpteur [Antoine] Élie Ottavy (Lyon, 1887 – Paris, 1951), auteur de monuments aux morts dans toute la France (voir dans l’Aude, de l’un des monuments de Cambrai, etc.), qui avait proposé en 1923 de compléter le monument avec des plaques en bronze, mais ce projet, trop cher, a été rejeté par la commune. L’architecte du monument est E. Bidet (voir un dessin du projet en figure 1 et une description du projet rejeté p. 97 de l’article de Michel Bernier, en référence en bas de cette page).

Parthenay, le monument aux morts de 1914-1918, 4, la fillette de face et de dos

La fillette est représentée debout, à peu près grandeur nature, un pied légèrement en avant, elle vient se recueillir sur le médaillon représentant son père mort à la guerre. Elle est vêtue d’une robe à manches courtes dont les deux jupons ne descendent pas plus bas que les genoux, serrée à la taille par une cordelette nouée dans le dos. Elle est coiffée d’une longue tresse retenue par un nœud.

Parthenay, le monument aux morts de 1914-1918, 5, bouquet de fleurs et souliers de la fillette

Elle tient un bouquet de marguerites et de roses au creux de son bras gauche et porte des souliers plats.

Parthenay, le monument aux morts de 1914-1918, 6, détail du médaillon avec le soldat

De sa main droite elle dépose une fleur sur le médaillon où est figuré le portrait de profil de son défunt père, coiffé du casque de Poilu. Le médaillon est encadré de palmes et de branches de chêne, surmontées de rameaux de chêne (symboles de la force) et de laurier (symboles de la victoire) entre lesquels prennent place de matériel du soldat (grenade, ceinturon, gourde, pochette-cartouchière en cuir, fourragères, couteau).

Ces photographies datent de février 2012.

Pour aller plus loin : voir l’article de Michel Bernier, Les monuments commémoratifs de la Première Guerre mondiale en Gâtine, Bulletin de la société historique de Parthenay et du Pays de Gâtine, n° 3, 2007, p. 91-106.

Vierge à l’Enfant à Poitiers et à Parthenay

Poitiers, église Sainte-Radegonde, Vierge de la Rédemption

Une fois n’est pas coutume, je vous présente deux œuvres du milieu du 19e siècle qui représentent le même thème, l’une se trouve dans l’église Sainte-Radegonde de Poitiers, l’autre sur la façade de l’église Saint-Laurent à Parthenay. Bon, si vous préférez revoir une magnifique statue du milieu du 17e siècle dans l’église Sainte-Radegonde de Poitiers, vous pouvez retourner lire l’article sur statue d’Anne d’Autriche en sainte Radegonde, auquel Grégory Vouhé vient de consacrer un article dans le dernier numéro de l’Actualité Poitou-Charentes (Grégory Vouhé, Nicolas Legendre, Anne d’Autriche et Radegonde, L’actualité Poitou-Charentes, n° 98, octobre-décembre 2012, p. 36). Revenons à notre Vierge du jour… A Sainte-Radegonde, il s’agit d’une œuvre de série en plâtre, comme on en trouve dans de nombreuses églises. Elle a été tirée d’après un moulage approximatif d’une belle Vierge à l’Enfant en marbre du 12e siècle donnée par la famille royale à l’église Saint-Laud d’Angers. Cette Vierge, très endommagée, avait fait l’objet d’une restauration approximative, mais son modèle en plâtre a connu, dès sa parution vers 1850, un certain succès… La Vierge tient dans ses bras l’Enfant Jésus et foule au pied une femme nue croquant une pomme, l’artiste (de l’original) jouant sur EVA (Ève) / AVE (Maria), le culte de Marie la nouvelle Eve, rédemptrice des péchés, se développe justement à la fin du 12e siècle. Un autre exemplaire de ce plâtre se trouve dans l’église de Civaux, une variante avec l’Enfant qui joue avec un oiseau dans l’église de Lhommaizé, toutes deux dans la Vienne.

Vierge de la rédemption à Saint-Laurent de Parthenay C’est probablement de l’un de ces moulages que s’est inspiré le sculpteur de Parthenay. L’église Saint-Laurent y a été profondément modifiée à partir de 1852 par l’architecte Segrétain (dont je vous ai parlé pour la préfecture des Deux-Sèvres à Niort). La statue a été commandée en 1861 à M. Bonneau, sculpteur de Châtellerault, qui l’a réalisée en pierre de Chauvigny.

Pour aller plus loin : voir sur le site du diocèse de Poitiers La statue de la façade du collatéral nord de l’église Saint-Laurent de Parthenay

Anne d'Autriche en Radegonde (Poitiers, église Sainte-Radegonde) avec des rubans sur son sceptre Allez, je vous montre quand même la jolie Radegonde / Anne d’Autriche de Legendre… photographies prises cette semaine, le 10 octobre 2012. Qui a mis ces rubans de satin et quels vœux ont alors été prononcés? Clic sur l’image pour voir l’article…

Le monument aux morts du Marchioux à Parthenay

Monument aux morts du Marchioux à Parthenay, 1, le monument devant l'école normale

A Parthenay, dans le nord des Deux-Sèvres, se trouve un monument au mort entre la gare et le centre-ville, pour les morts de Parthenay (voir ici le monument aux morts de 1914-1918), et un autre, dont il est question ici, dédié aux instituteurs des Deux-Sèvres morts pour la France, situé devant l’ancienne école normale d’instituteurs, devenue collège du Marchioux. Il a été inauguré le 9 mars 1924.

Monument aux morts du Marchioux à Parthenay, 2, vue générale Ce monument est un concentré de symboles républicains. Le plâtre préparatoire a été dessiné par Charles Sabouraud, ancien élève de l’école normale, et réalisé par un sculpteur espagnol qui habitait à Parthenay. Il a été inauguré le 9 mars 1924. Le monument se compose d’un haut socle formant un obélisque trapu, devant lequel s’appuie une femme et sur lequel se dresse un coq sur une sphère. La femme est une allégorie de la République, coiffée ici d’un chignon, vêtue à l’Antique, pieds nus, encadrée d’une épée et d’un bouclier.

Monument aux morts du Marchioux à Parthenay, 3, deux vues générales

On voit mieux sur ces deux photographies, la République est représentée dos au passant, éplorée, les deux mains en appui contre l’obélisque qui porte sur ses côtés le nom des instituteurs des Deux-Sèvres morts pour la France.

Monument aux morts du Marchioux à Parthenay, 4, la tête de la République Sur ce détail, vous voyez le visage tourné légèrement sur le côté, à la fois triste mais comme apaisé de la République, le drapé de son vêtement dégage son bras droit, nu, en appui sur l’obélisque. Elle est coiffée d’un chignon très soigné.

Monument aux morts du Marchioux à Parthenay, 5, détails du blouclier et des pieds nus

A droite de la République est posé son bouclier. Vous voyez mieux sur ces détails le drapé de son vêtement. En bas, vous remarquerez son pied gauche nu, légèrement en recul et en appui sur la pointe, ce qui donne un certain mouvement à cette représentation.

Monument aux morts du Marchioux à Parthenay, 6, épée et feuilles de chênes

A gauche de la République est posée une grande épée. Sur les faces latérales sont sculptées des branches de chêne entrecroisées.

Monument aux morts du Marchioux à Parthenay, 7, croix de guerre et légion d'honneur

Sur les faces latérales sont sculptées deux symboles républicains.Sur la photographie de gauche (face droite de l’obélisque quand on fait face à l’école), on reconnaît, sur un fond de une couronne végétale (chêne et laurier mêlés), la croix à cinq branches de la Légion d’honneur qui renferme dans le médaillon central le profil de la République de 1870 sous les traits de la la déesse Cérès. Sur l’autre face (photographie à droite, à gauche sur le monument) a été figurée la croix de guerre, à quatre branches avec deux épées entrecroisées et un profil de Marianne portant le bonnet phrygien dans le médaillon.

Monument aux morts du Marchioux à Parthenay, 8, le coq au sommet du monument Au sommet de l’obélisque, un coq (gaulois, symbole de force) se dresse sur une sphère devant laquelle se trouve un rameau de laurier.

Vous trouverez d’autres informations sur cette œuvre dans le Parcours du patrimoine consacré aux monuments aux morts avec une allégorie de la République, et dans le dossier documentaire réalisé par le service de l’inventaire du patrimoine culturel de la région Poitou-Charentes).

Défi photo de Bidouillette, endroit/envers

Poitiers, le 21 juin 2011, 14, le funambule sur la tête Pour cette semaine, Monique / Bidouillette / Tibilisfil nous a proposé de photographier le bon roi Dagobert… endroit/envers… J’ai cherché en vain un panneau de chantier à l’envers, pourtant, Monsieur Echo, de Centre Presse, nous en a montré un joli il y a peu… J’aurais aussi pu sortir des photographies anciennes, comme celle-ci tirée du superbe spectacle de funambule par la compagnie DAVASI et toute la série dans le diaporama ici… photographies prises lors de la ré-ouverture de la place d’Armes à Poitiers le 21 juin 2011…

Mais foin de triche, le principe, c’est de prendre son appareil photographie (avec les batteries chargées, de la place sur la carte mémoire etc.) et de sortir! Direction donc les églises du plateau de Poitiers, pour de nouvelles photographies bien cadrées sur le thème…Vous trouverez aussi dans cet autre article l’interprétation du même défi tout en reflets par mon ami Jac

Défi photo, endroit/envers, Poitiers, 1, saint Pierre sur le grand vitrail de la cathédrale Je file d’abord à la cathédrale avec une idée bien précise en tête, prendre la crucifixion de saint Pierre sur la maîtresse vitre (le grand vitrail central derrière le chœur) datée des environs de 1162… (juste à la transition art roman / art gothique, une commande d’Alienor d’Aquitaine et de Henri II, roi d’Angleterre) Et oui, saint Pierre a été crucifié tête en bas, je vous ai déjà montré une scène similaire, à peine plus anciennes, sur la façade romane de l’église Saint-Pierre à Aulnay en Charente-Maritime… Bon, il faudra vraiment que je fasse un article complet sur cette grande verrière, ce n’est ici qu’une petite partie de ce chef-d’œuvre… pas facile à prendre en photographie avec un petit appareil photo (enfin, un appareil compact assez puissant, mais pas assez pour cela).

Défi photo, endroit/envers, Poitiers, 2, métopes de Saint-Hilaire Juste derrière chez moi, sur les métopes du chevet de l’église Saint-Hilaire, des lions se demandent où est l’endroit et l’envers… La queue est passée entre les pattes, reviens sur le corps et est avalée par la tête complètement retournée vers l’arrière… (pour un petit schéma expliquant le vocabulaire, voir Corniche, modillons, métopes, chapiteaux sur un chevet roman).

Défi photo, endroit/envers, Poitiers, 3, arcatures nord de la façade de Notre-Dame-la-Grande Mais l’art roman comme l’art gothique sont des arts de la contorsion, aiment jouer avec l’endroit et l’envers… Petit passage par la façade de Notre-Dame-la-Grande. Je vous promets, c’est une nouvelle photographie, même si je passe plusieurs fois par jour devant… J’ai choisi deux oiseaux complètement emmêlés, sur l’arcature aveugle sud de la façade occidentale (à droite, copie d’après l’original)…

Défi photo, endroit/envers, Poitiers, 4, animaux sur des modillons du baptistère Les animaux du baptistère Saint-Jean, eux aussi romans, se contorsionnent quant à eux sur les modillons (ces pierres qui portent la corniche et dont l’extrémité visible est souvent sculptée). Celui du haut est dans une position très classique à cette époque, le corps dans un sens et la tête retournée dans l’autre… Celui du bas est beaucoup plus rare, il a les pattes collées au plafond… Endroit? Envers?

Défi photo, endroit/envers, Poitiers, 5, des modillons avec acrobates dans deux églises gothiques On saute environ un siècle, et nous voici en haut dans la nef de la cathédrale et en bas, dans celle de l’église Sainte-Radegonde. Désolée pour les photos, ces modillons sont placés trop haut pour mon flash… Le sculpteur (« gothique ») a repris un thème déjà abondamment utilisé à l’époque « romane » précédente, celui des acrobates et des contorsionnsites…

Défi photo, endroit/envers, Poitiers,6, les singes du portail de Sainte-Radegonde A Sainte-Radegonde, il y a aussi les petits singes monstrueux plus récents (du 15e siècle) qui dansent dans tous les sens sur le portail… Je n’ai pas résisté à reprendre une autre photographie, pour celles plus détaillées, suivez le lien précédent…

Il y a encore, tant pour l’art roman que pour l’art gothique, les anges qui ne savent souvent pas où sont l’endroit et l’envers… Pour l’illustrer, j’ai plongé dans mes archives et non en ville…

Poitiers, église Saint-Hilaire, chapiteau de la mort d'Hilaire, 1, vu de face

D’abord avec cette photographie que je vous ai déjà montrée sur le chapiteau dit de la mort d’Hilaire dans l’église qui porte son nom… En haut à droite et à gauche, les anges portent son âme (le petit homme nu) libérée de son corps mortel allongé sur le lit…

Défi photo endroit enveres, ange de la Couldre à Parthenay Et sur la façade occidentale de Notre-Dame de la Couldre à Parthenay (une série de photographies prises il y a une dizaine de jours, que je n’ai pas encore triée), l’archange tête en bas vient annoncer à Marie qu’elle porte en elle l’Enfant Jésus… Une représentation de l’Annonciation assez différente de celle que je vous ai montrée sur la façade de l’église Notre-Dame-la-Grande ou sur la partie droite du portail Saint-Michel à Poitiers.

Une plaque de la rue Montgautier à Poitiers avant et après correction Et pour terminer, hors sujet, mais comme je suis passée juste à côté… La plaque de la rue Montgau(l)tier, qui avait été reposée avec un L en trop à un bout (mais était correcte à l’autre bout, voir par le lien précédent) a été reposée avec la correction faite… En haut avant, en novembre dernier, en bas fin février 2012… Ils auraient pu mettre une plaque aux mêmes dimensions ou reboucher les trous des chevilles de la plaque précédente (à côté des angles entourés en rouge), cela ne fait pas un travail très propre, mais au moins, la rue a le même nom avec la même orthographe que l’on arrive par la grand’rue (où la plaque est en majuscules) ou par la rue de la cathédrale (la nouvelle plaque)…

Un travail d’orfèvre à Parthenay et en Gâtine

Parthenay, exposition orfèvrerie, 2012, 1, installation

Je suis enfin allée voir l’exposition Un travail d’orfèvre à Parthenay et en Gâtine, qui se tient au Musée municipal Georges Turpin à Parthenay (au nord des Deux-Sèvres) jusqu’au 18 mars 2012, entrée gratuite pour le musée et l’exposition. Si vous passez dans le secteur, n’hésitez pas à y aller! Et grâce à sa conservatrice, Maria Cavaillès, vous pouvez bénéficier de photographies exceptionnelles… Je commence par l’installation des tastevins (récipients plus petits qu’une tasse, pour goûter le vin), vous pouvez ainsi voir une phase qui n’est en général pas accessible au public. Il s’agit de mettre en position les objets avant de définir leur emplacement définitif, avec les petits numéros provisoires, ensuite, ils seront mis au propre, en concordance avec les cartels, les petites étiquettes explicatives… Les gants blancs en coton, indispensables pour la manipulation des objets (pas seulement l’orfèvrerie): la transpiration est acide, ils évitent qu’à force de manipulation, les objets ne se dégradent…

Parthenay, exposition orfèvrerie, 2012, 2, exemple de vitrine Et voilà, le montage presque terminé, les objets en argent sur les socles oranges, les autres (surtout de l’étain) sur des socles blancs, avec des explications claires sur les objets et sur les orfèvres, des gobelets de baptême, des couverts en argent, de l’orfèvrerie religieuse (également en argent, avec plaquage d’or) du 18e siècle, etc.

Parthenay, exposition orfèvrerie, 2012, 3, étains et tableau J’ai beaucoup aimé l’association de tableaux aux pièces présentées, ici une aiguière en étain avec une nature-morte qui en présente une assez similaire, plus loin des mouchettes (pinces à moucher les chandelles) en vrai et en peinture…

Je vous conseille aussi vivement l’achat du catalogue (sous la direction de Thierry Allard, Maria Cavaillès, Arnaud Clairand et Albéric verdon)… Il n’est vendu que sur place, mais seulement pour 10 euros! Il y a aussi des animations en lien avec cette exposition… dont des découvertes œnologiques (prochain rendez-vous le 2 mars 2012)! Programme sur le site du Musée municipal Georges Turpin.

Une petite exposition, le musée dispose d’une petite salle, mais très riche, avec de nombreux prêts de musées mais aussi de personnes privées, et qui a renouvelé le sujet, avec par exemple la découverte d’une erreur dans d’anciennes identifications et donc une nouvelle identification d’orfèvre pour un poinçon…

Et si vous possédez des objets avec des poinçons d’orfèvres de Parthenay, en argent ou en étain, n’hésitez pas à contacter le musée, il y a encore des orfèvres connus par leurs poinçons déclarés mais pas encore retrouvés sur des objets… Il faut dire que ces objets étaient aussi une sorte de réserve de numéraire, pouvaient être refondus, revendus, etc. Contribuer à l’inventaire des pièces d’orfèvrerie qui existent encore enrichit la connaissance commune…

La compagnie Carabosse dans le festival des Nuits romanes à Parthenay

La nuit romane Carabosse à Parthenay le 12 août 2011, quatre vues Pour la septième année, la Région Poitou-Charentes organise le festival des nuits romanes [site supprimé par la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes], je vous en ai déjà parlé plusieurs fois, un ensemble d’une centaine de spectacles dans des édifices (églises et châteaux) en principe romans (au moins en partie, voire très petite partie…), avec un instant convivial, largement financé par la Région, gratuit pour les spectateurs. En plus, cette année, elle a confié à la compagnie Carabosse, basée à Saint-Christophe-sur-Roc dans les Deux-Sèvres, d’animer un certain nombre de soirées avec ses installations d’objets en fer et avec une mise en feu.

La nuit romane Carabosse à Parthenay le 12 août 2011, quatre autres vues Voici quelques images de celle qui a eu lieu dans et autour de l’église Saint-Pierre de Parthenay-le-Vieux vendredi dernier… Pas terrible, à la tombée de la nuit et plus tard dans la soirée… Il reste deux nuits romanes avec cette compagnie, la semaine prochaine vendredi et samedi (26 et 27 août) à La Couronne, près d’Angoulême, si vous êtes dans la région… Il reste aussi pas mal de nuits romanes ce week-end et la semaine prochaine, retrouvez tout le programme sur le site des nuits romanes… Et la nuit romane de Poitiers aura lieu ce soir (à 21h comme toutes ces soirées) à Notre-Dame-la-Grande (j’en serai loin…).

PS: de la même compagnie, voir le spectacle à Poitiers en 2013.