Kampuchéa de Patrick Deville

Couverture de Kampuchéa de Patrick Deville pioche-en-bib.jpgJ’ai trouvé ce livre parmi les nouvelles acquisitions de la médiathèque. Depuis, j’ai aussi lu Peste et choléra et Viva.

Le livre : Kampuchéa de Patrick Deville, éditions du Seuil, 2011, 253 pages, ISBN 9782020992077.

L’histoire : au Cambodge (Kampuchéa) de 1860 à nos jours. 1860, c’est l’année zéro de ce livre, date de la découverte des temples d’Angkor par Henri Mouhot parti à la chasse aux papillons. De nos jours, c’est la fin du procès de Douch, le bourreau du camp S 21 des Khmers rouges. Le narrateur remonte le fleuve Mékong depuis son delta jusqu’aux frontières de la Chine, sur les traces de Pavie, conseiller du « futur roi Monivong auquel succède Sihanouk, renversé par Lon Nol, lui-même chassé par Pol Pot » (ça, c’est une phrase tirée de la présentation de l’éditeur), en avril 1975. La colonisation française aussi en toile de fond, les massacres des Khmers rouges, assez peu la reconstruction du pays.

Mon avis : confus!!! Je ne dirai pas comme R. Jauffret dans le monde des livres du 6 janvier 2012 que c’est le livre qui m’a fait rater une station! Il manque au minimum une chronologie et une carte dans le livre… et je l’ai donc lu avec ce qu’il fallait en complément à portée de la main (donc pas dans le bus ou le métro!), sinon, impossible de s’y retrouver dans ce récit qui saute sans arrêt d’une époque et d’un lieu à l’autre. La double chronologie, la nôtre et celle en années avant ou après Henri Mouhot (en fait avant ou après la découverte d’Angkor) n’aide pas non plus à se fixer dans ce récit qui « zappe » sans arrêt. Insupportable… autant que les scènes de massacres des Khmers rouges et la destruction systématique du « monde d’avant », y compris celle de tous ceux qui résistent, celle des livres aussi. Alors certes, un récit érudit, où l’on croise au fil des pages Conrad, Graham Greene, Pierre Loti, André Malraux ou Joseph Kessel, mais difficile à suivre dans son désordre et sa confusion.

Sur une histoire plus longue du Cambodge, voir aussi Kampuchéa de Patrick Deville et L’élimination de Rithy Panh. En bande dessinées, voir L’eau et la terre et Lendemains de cendres de Séra et L’année du Lièvre, tome 1, Au revoir Phnom Penh de Tian.

Logo rentrée littéraire 2011Ce livre est le dernier lu dans le cadre du défi 1 % rentrée littéraire 2011, coordonné cette année par Hérisson

2 réflexions au sujet de « Kampuchéa de Patrick Deville »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *