Archives par étiquette : Grèce

Les boîtes en carton de Tom Lanoye

Couverture de Les boîtes en carton de Tom Lanoyepioche-en-bib.jpgUne amie m’avait recommandé un autre titre de cet auteur (La langue de ma mère) mais il n’est pas au catalogue de la médiathèque, j’ai donc pris ce titre en attendant qu’il soit (peut-être?) acheté…

Le livre : Les boîtes en carton de Tom Lanoye, traduit du néerlandais (Flandre) par Alain van Crugten, éditions de la Différence, 2013, 160 pages, ISBN 9782729120122.

L’histoire : au début des années 1970, en Belgique néerlandophone. Alors qu’il a une douzaine d’années, il est inscrit par sa mère à une colonie de vacances organisée et payée par Les Mutualités Chrétiennes, qui fournissent même la « boîte en carton », un carton à plier qui fera office de valise, la même pour chaque participant, histoire qu’il n’y ait pas de distinction sociale. Sa vie à la maison, sa mère, sa sœur, sa tante (que de femmes!), et la colonie de vacances, la découverte du corps d’un autre colon, qu’il fantasme… Quelques années plus tard, il retrouve ce compagnon de colonie et participe avec lui à un voyage scolaire en Grèce. Déclarera-t-il sa flamme ? Connaîtra-t-il l’amour avec ce jeune homme ?

Mon avis : dans ce roman à fort caractère autobiographique, traduit en français plus de dix ans après sa parution en Belgique, Tom Lanoye n’hésite pas à faire de nombreuses digressions (sa mère jetant la friteuse en flammes et se brûlant gravement pour éviter à la maison de prendre feu, les nationalistes flamands, le milieu ultra-catholique, etc.) avant de revenir à son sujet principal, le récit de ce voyage scolaire où il connut son premier amour homosexuel. L’ensemble est narré avec beaucoup de recul et d’humour -quelques pages à ne pas rater sur le voyage en Grèce-, même s’il raconte en de brefs mais explicites passages ses fantasmes et ses masturbations après le retour de colonie. Le récit met également en avant les regards, les gestes, bref, la communication non-verbale entre les deux garçons. Je vais essayer de trouver La langue de ma mère, si l’écriture est aussi intéressante que pour cette première découverte, le thème (la mère victime d’un AVC qui « perd sa langue ») devrait être moins compliqué que la lecture de descriptions de masturbation masculine, même si rien n’empêche de sauter une page lors de la lecture d’un livre, car la majorité du livre est consacré à autre chose.

Logo de Octobre, le mois FritissimeIl y a quelques années, ce titre aurait eu toute sa place dans le défi Octobre fritissime, littérature et patrimoine du Benelux..

La mémoire et les jours de Charlotte Delbo

Logo de pioché en bibliothèque

Couverture de La mémoire et les jours de Charlotte DelboAvant de programmer de nouveaux articles, il faut que je fasse quelques mises à jour de WordPress… Comme je souhaite ajouter pas mal de photographies à l’article sur Poitiers initialement programmé pour aujourd’hui (suite à une invasion massive d’ovins en ville hier), je le reporte à demain, histoire de répartir mon temps possible sur ordinateur (ça va mieux mais je ne peux pas abuser de la vue fine) à faire les mises à jour de wordpress et de traiter mes photographies… tout en profitant un peu du soleil s’il n’y a pas trop de vent!

Après l’exposition Autour de Charlotte Delbo à Poitiers et la lecture de Aucun de nous ne reviendra et Le convoi du 24 janvier, j’ai choisi de poursuivre la découverte de avec La mémoire et les jours, trouvé à la médiathèque [la suite en fin d’article].

Le livre: La mémoire et les jours de Charlotte Delbo, éditions Berg international, 1985, 138 pages, ISBN 2900269415 (le texte a été réédité en 1991 puis en 2013 / ISBN 978-2900269411).

La quatrième de couverture:

Ces images d’Auschwitz enfouies dans la mémoire, les visages, les paroles d’autres « revenants », des récits entendus une seule fois et jamais oubliés, est-ce là une connaissance inutile à cette femme qui voyage, interroge et nous investit de son regard?

Ce regard porté sur notre histoire depuis la Deuxième Guerre mondiale, tisse une sorte de continuité logique entre le passé et le présent. Les événements relatés par une écriture chargée d’émotion, prennent un sens irrévocable. Cette connaissance devient alors indispensable.

Mon avis: ce livre rassemble plusieurs textes de Charlotte Delbo, en prose ou en rimes. La plupart évoquent la déportation (Rajsko / Raisco, Auschwitz, Birkenau, Ravensbrück, le retour, l’exil, Paris, la Suède, les Etats-Unis reviennent au fil des pages), mais pas tous, comme Les folles de mai (p. 95 et suivantes) qui parle  de la dictature en Argentine et des veuves de la place de Mai. Un autre texte, Kalavrita des mille Antigone aborde le massacre de Kalavrita le 13 décembre 1943 en Grèce (1300 hommes tués). Au fil des pages, elle évoque également la torture en Algérie, l’utilisation du napalm en Indochine, du massacre du 17 octobre 1961 à Paris, pour rappeler que le « plus jamais ça » n’est qu’un vœu pieux. Dans l’une des histoires du Tombeau du dictateur, en 1942 à Vienne, une infirmière (ou médecin?) attend dans un hôpital délabré l’arrivée d’une quarantaine de malades… en fait des amputés, qui seront expédiés probablement à la solution finale, alors que l’infirmière qui avait osé écrire à une famille pour donner des nouvelles est déportée à Ravensbrück. Varsovie présente en vers une rafle dans le ghetto. La succession de tableaux dresse un panorama terrible de la guerre et de ses méfaits, hier et aujourd’hui…

Pour aller plus loin:

Voir le site de l’Association « Les Amis de Charlotte Delbo »

Revoir mon article sur l’exposition Autour de Charlotte Delbo à Poitiers, les mots-clefs ci-dessous et notamment ceux sur les , et plus largement sur la … Revoir aussi L’empereur d’Atlantis, un opéra écrit dans un camp de concentration de Terezin, écrit par Viktor Ullmann avec un livret de Peter Kien, et de nombreux liens dans mon article sur Parce que j’étais peintre de Christophe Cognet, sur la peinture dans les camps de concentration.

Quelques pistes de lecture:

Le convoi du 24 janvier, La mémoire et les jours, Aucun de nous ne reviendra, Une connaissance inutile, Mesure de nos jours, de Charlotte Delbo

– Maus, de Art Spiegelman, tome 1 : mon père saigne l’histoire, et tome 2 : Et c’est là que mes ennuis ont commencé, témoignage en bande dessinée sur la déportation de ses parents

Le wagon d’Arnaud Rykner, histoire d’un convoi parti de Compiègne pour Dachau

La vie en sourdine de David Lodge, roman où il aborde un voyage à Auschwitz-Birkenau

Miss Seeton à la barre de Hampton Charles

Couverture de Miss Seeton à la barre de Hampton CharlesUn livre que m’a passé Dalinele (avec quelques autres, accompagnés de ces ATC).

Le livre : Miss Seeton à la barre de Hampton Charles (pseudonyme pour cette série de Roy Peter Martin, qui a aussi pris parfois le pseudo de James Melville), traduit de l’anglais par Katia Holmes, collection Grands détectives, n° 3104, éditions 10/18, 1999, 223 pages, ISBN 978-2264029492.

L’histoire : en juillet 1972 à Londres puis sur un bateau de croisière en Méditerranée (départ de Venise, direction la Grèce). En entrant voir une exposition à la Royal Academy of Art, Miss Seeton, professeur de dessin à la retraite, tombe littéralement sur sir Wormelow et bientôt Ferencz Szabo, un riche antiquaire qui vient de dénoncer la vente frauduleuse d’un faux buste antique. Tout ce petit monde, le faussaire, le professeur d’histoire de l’art qui a permis la vente, l’antiquaire, Miss Seeton et quelques amis vont se retrouver sur un bateau pour une riche croisière entrecoupée de savantes conférences. Dès l’embarquement à Venise, Ferencz Szabo est victime d’un « accident », il a été poussé dans un canal mais s’en est sorti sans grand mal grâce à Miss Seeton qui passait pas loin…

Mon avis : j’ai lu pas mal de séries proposées par Grands détectives, mais je découvre Miss Seeton avec ce titre (trois auteurs se sont succédé pour écrire ses aventures : Heron Carvic puis Hampton Charles/James Melville/Roy Peter Martin et enfin Hamilton Crane/Sarah J. Mason). Un polar gentillet, pas trop de crimes (quelques tentatives avortées, un meurtre), une enquête genre « chambre jaune », tous les passagers du bateau sont suspects.

Logo God save the livreCe livre entre dans le défi God save the livre, saison 3, organisé par Antoni / passion livres. Il s’agit de lire un ou plusieurs livres anglais d’ici fin février 2014 et atteindre l’une de ces catégories : « Duty Harry » (1 livre lu), « Prince Charles » (5 livres), « Prince William » (10 livres), « Lady Di » (15 livres), « The Beatles » (20 livres et plus), « Queen Mom » (au moins un livre en VO)…

Alexandre-le-Grand en Macédoine… et au Louvre!

Expo-2011-La-croix-et-la-maniere.jpg Samedi dernier, Marlie avait organisé une virée à Paris avec quelques ami(e)s… L’objectif principal était l’exposition de Michèle Gleizer à la boutique La croix et la Manière (36 rue Faidherbe dans le 11e arrondissement), tenue par Monique Lyonnet (ça fait un moment que j’ai son livre ABC textiles, Trompe-l’œil au point de croix, mais je n’ai pas encore réalisé de modèles…). Papotage, échanges, dédicaces du livre, quelques photographies de Marlie (à voir ici), une belle rencontre… avec une petite remise de marque-page jardin à la française et une ATC vache… clin d’œil au concours de Nans-sour-Sainte-Anne (PS: il est maintenant terminé, vous pouvez découvrir ici l’ensemble que j’ai réalisé).

A Paris la queue devant le Louvre (novembre 2010) Le matin, nous étions allés voir au Louvre l’exposition Au royaume d’Alexandre le Grand, la Macédoine antique au musée du Louvre (jusqu’au au 16 Janvier 201). Décidément, Alexandre-le-Grand ne me quitte plus cette année, après l’exposition D’Heracles à Alexandre le Grand à l’ashmolean Museum à Oxford… Beaucoup de monde, trop pour voir certaines pièces qui sont vraiment exceptionnelles. pour l’occasion, le Louvre a sorti beaucoup de pièces de ses réserves, dont celles « collectées pour les protéger » (volées selon nos critères actuels, je pense…) en 1915, en pleine première Guerre mondiale. Il n’empêche, si vous passez par Paris et avez un peu de temps, c’est une magnifique exposition… Un petit reproche, les objets y sont plus présentés « façon beaux-arts » qu’à Oxford, sans présentation en contexte (ne serait-ce que sur des silhouettes ou des mannequins), la seule tombe présentée en position de découverte aurait mérité que le corps soit suggéré en volume, toute personne qui n’a pas étudié ce type d’objet ne comprendra pas le rôle de certains, comme les petits embouts en or qui se mettaient à l’extrémité des tresses de la coiffure. Certains cartels nécessitent aussi d’avoir fait des études approfondies en archéologie pour comprendre ce qu’ils veulent dire! Dommage de ne pas penser à la majorité du public. Mais vous y verrez de magnifiques pièces, à défaut de réussir à comprendre parfois leur fonction…

Trois nouvelles de Marguerite Yourcenar

Couverture de Conte bleu etc. de Marguerite Yourcenar pioche-en-bib.jpg
Logo du défi J'aime les classiques Logo du challenge ABC critique de BabelioAujourdh’ui, je fais d’une pierre deux coups avec ce livre de Marguerite Yourcenar : il entre à la fois dans le défi J’aime les classiques proposé par les Carabistouilles de Marie (clic sur le logo pour voir mon récapitulatif) et dans le défi ABC critique organisé par Babelio Il ne me reste plus que la lettre U avec Sigrid Unset pour ce dernier Défi… J’ai longuement hésité dans le rayon de la médiathèque avant de choisir ce volume.

Le livre : Conte bleu. Le premier soir. Maléfice de Marguerite Yourcenar, collection NRF, éditions Gallimard, 1993, 88 pages (plus 21 pages d’introduction numérotées de I à XXI), ISBN 9782070730629 (a aussi été édité en Folio, le premier conte était inédit, écrit en 1927, le second a paru en 1929 dans la Revue de France et le troisième en 1933 au Mercure de France).

L’histoire : trois récits indépendants. Conte bleu se passe dans la Grèce antique, un groupe s’empare de saphirs et va peu à peu en être violemment dépossédé. Le premier soir et Maléfice sont contemporains de leur écriture (à la fin des années 1920), dans le premier, un mari, qui vient de plaquer sa maîtresse, part en train en voyage de noce avec sa jeune épouse… Le récit de cette première journée et première nuit ensembles. Dans le dernier, un groupe de femmes et l’amant organisent une soirée de magie noire avec un homme un peu sorcier pour comprendre qui a jeté un sort à l’une de leurs amies, qui se meurt lentement de maladie.

Mon avis : je n’ai pas trop mordu au premier récit. Le second, dit la préface, a été inspiré à Marguerite Yourcenar par un manuscrit de son père, je l’ai bien aimé, comme le dernier, qui montre la crédulité et la manipulation possible d’un groupe, et rappelle de sombres affaires d’exorcisme qui peuvent encore aujourd’hui défrayer la chronique.

Les Analogies de la lumière de Odysséas Elýtis

Couverture de l'analogie de la lumière de Elytispioche-en-bib.jpgJe poursuis ma lecture des livres des prix Nobel de littérature (regroupés par auteur sur cette page) avec Odysséas Elýtis, prix Nobel de littérature en 1979, écrivain grec (1911-1996), un auteur à découvrir par exemple sur ce site. Je l’ai fait sortir de la réserve de la médiathèque, il n’avait pas dû sortir depuis un moment… J’ai l’impression que tous les prix Nobel de littérature un peu ancien ont été relégués à la réserve…

Le livre : Les Analogies de la lumière de Odysséas Elýtis, Poèmes et proses choisis, traduits, présentés et annotés par Jacques Phytilis avec la collaboration de Andréas Helmis, éditions Actes sud, 1983, 262 pages, ISBN 2.86446.023.8.

L’histoire : impossible pour moi de vous raconter ces poèmes aux thèmes variés, je ne suis vraiment pas douée pour parler de poésie… Quelques figures récurrentes, la femme, la mer (mer Égée, mer méditerranée), l’Antiquité grecque, la Grèce tout court (et l’Albanie), le soleil, omniprésent, et ses rayons…

Mon avis : je n’avais pas vu le sous-titre (pas sur la fiche de la médiathèque), textes présentés et annotés… Les 105 premières pages, je les ai sautées, c’était le traducteur qui déblatérait et s’écoutait parler d’Odysséas Elýtis, alors, non merci, trop ch…t. (j’ai aussi arrêté page 225, après, des notes pour ceux qui veulent de l’exégèse, pas pour ceux qui veulent savourer un texte d’auteur…). Arrivée à la deuxième partie, le miracle! Ne pas rater vers la fin un poème intitulé L’après Nobel, un retour très humoristique sur la remise du prix… Un ami a qui je parlais de ce livre m’a dit avoir d’autres titres d’Odysséas Elýtis dans sa bibliothèque, j’accepte volontiers l’offre de poursuivre mes lectures de cet auteur…

La lecture de ce livre m’a donné envie de reprendre ma série sur mon voyage en Grèce il y a deux ans, interrompu suite aux émeutes puis à la crise grecque, je n’avais plus envie de vous parler de bonheur dans un pays qui souffre beaucoup ces derniers mois… Je la reprendrai tous les 15 jours le jeudi, quand j’aurai fini ma série sur Chaumont 2010. Voici en attendant un petit retour sur ce voyage :

  1. le départ du Pirée
  2. Mykonos ;
  3. Éphèse, la bibliothèque ;
  4. Éphèse (2) ;
  5. Patmos ;
  6. le port de Rhodes ;
  7. les remparts de Rhodes ;
  8. vieilles rues de Rhodes ;
  9. l’hôpital des hospitaliers et le musée archéologique de Rhodes ;
  10. l’acropole du Mont Smith à Rhodes ;
  11. Rhodes, la rue des Chevaliers et le Palais des Grand-Maîtres ;
  12. Rhodes, une villa ;
  13. Rhodes, le départ
  14. la Crête, Knossos ;
  15. Crète, Heraklion
  16. débarquement à Santorin
  17. sur l’île de Santorin
  18. et bientôt la suite…

Vous pouvez aussi voir une image de déesses des Cyclades sur cet article.

logo tour du monde en lecture Ce livre entre dans le cadre du défi du tour du monde des livres, organisé par Livresque, au titre de la Grèce.

Logo du challenge ABC critique de BabelioCe livre constitue aussi la lettre E du Challenge ABC de Babelio. Il ne me manque plus que des auteurs en U et Y, lettres pour lesquelles j’ai choisi Sigrid Undset et Marguerite Yourcenar.

Le cerveau de Kennedy de Henning Mankell

Couverture du cerveau de Kennedy de Mankell J’avais acheté ce livre en poche dans une librairie de la rue Mouffetard à Paris (retrouvez l’arbre à lettres sur leur blog), lors de mon séjour en février, pour le train… mais ne l’ai lu qu’un peu plus tard. Henning Mankell est un écrivain engagé, il a été arrêté le 31 mai 2010 dans les eaux internationales lors de la scandaleuse bavure d’Israël contre la flottille de la paix qui voulait ravitailler Gaza.

Le livre : Le cerveau de Kennedy, de Henning Mankell, traduit du suédois par Rémi Cassaigne, collection Points (n° 2301), éditions du Seuil, 426 pages, 2009, ISBN 9782757816356 (première édition en suédois : 2005, en français : 2009).

L’histoire : à l’automne 2004, en Europe (Grèce, Suède, Espagne), en Australie, en Afrique (Afrique-du-Sud et Mozambique). L’archéologue Louise Cantor part de son chantier du Péloponnèse pour rentrer en Suède, où elle doit présenter une communication sur la céramique à un colloque. En sortant de la salle de conférence, elle se réjouit de revoir son fils Henrik. Mais celui-ci ne répond pas au téléphone, et pour cause, elle le retrouve quelques heures plus tard mort dans son lit. Suicide aux somnifères, dit la police. Elle croit plutôt à un meurtre, parce qu’il était en pyjama et n’en portait jamais… Elle part d’abord à la recherche de son ex-mari, Aron, crack d’informatique, qu’elle retrouve en Australie. Ils découvrent que Henrik avait un appartement inconnu d’eux, à Barcelone. Ils commencent une enquête à deux, mais très vite, Aron disparaît. Morte de peur, Louise poursuit son enquête au Mozambique, découvre que son fils était riche, et séropositif, en quête de réponse sur des mensonges d’État: qui a subtilisé le cerveau de Kennedy après sa mort, qui a tué Henrik, qu’avait-il découvert?

Mon avis : j’ai moins aimé que la série des Wallander, père et fille ensuite. Mais il s’agit d’une enquête dans un pays que Henning Mankell connaît bien, puisqu’il vit une partie de l’année au Mozambique. Il y décrit un pays littéralement décimé par le SIDA, abandonné par l’Occident, sauf quand des laboratoires sans scrupules décident de se servir de cobayes humains pour leurs recherches totalement illégales…

PS : depuis, je vous ai parlé, aussi de Mankell, des chaussures italiennes et de L’homme inquiet.

De la fête des mères (1)

Vitrine avec des déesses mères en terre cuite, Âge du Bronze, musée nationale d'archéologie à Athènes Mon article étant un peu long, je le coupe en deux, qui paraîtront à une demi-heure d’intervalle… Pas d’article sur Poitiers aujourd’hui… mais il y en aura un demain. Pour les fanatiques de la fête des mères, passez la lecture et revenez demain, je risque de vous fâcher…

La mère, la matrone, et d’autres femmes étaient fêtées dans l’Antiquité, voire déifiées dès le Néolithique (peut-être avant ?) car elles étaient indispensables au renouvellement des populations. Je vous mets ici une photographie d’une vitrine de statuettes en terre cuite de déesses-mères de l’Âge du Bronze en Grèce, conservées au musée national d’archéologie à Athènes. Même la Nature (résultat d’une longue évolution de l’espèce humaine mais aussi des mammifères en général) favorise la femelle, la femme, les bourrelets dans les fesses et le ventre, ce n’est pas que pour nous embêter, c’est avant tout pour permettre de nourrir le futur bébé en cas de disette. Les régimes sont souvent vains, car cette graisse est génétiquement protégée par notre organisme, vitale pour la survie de l’espèce humaine. L’Église (chrétienne, catholique et autres), en se fondant sur la Genèse et la Tentation, récits mythiques qui ouvrent la Bible, a diabolisé la femme.

aulnay_adam_eve.jpg La Tentation est attribuée à la seule Ève, qui aurait cédé aux propos du serpent, incarnation du diable et de Satan, en mangeant le fruit défendu, alors qu’Adam aussi croque ce fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal. La preuve sur ce chapiteau d’Aulnay (et oui, une de mes églises préférées), Adam aussi a goûté au fruit… Et dans les textes, vous pouvez (re)lire les premières pages de la Genèse, en particulier la fin de Ge 3, 6, pour ceux qui ont la flemme de chercher une Bible, un petit clic pour une traduction ici (pas ma préférée, mais ça ira). Petit rappel, Adam et Ève s’appellent l’homme et la femme jusqu’à ce qu’ils soient chassés du Paradis, ils ne sont nommés Adam et Ève qu’après avoir « fauté », « chuté » ou tout autre terme judéo-chrétien culpabilisant. Tant que vous y êtes, comparez Ge 1, 27 (Dieu créa l’homme et la femme à son image) au second récit de la création, le plus souvent cité, et le seul qui parle de côte… (dans Ge 2, 21). Quel rapport avec la fête des mères ? Et bien, grâce à ces textes machistes, écrits par des hommes et pour des hommes, la femme est condamnée à enfanter dans la douleur, est souvent assimilée au mal, à la tentation, il n’y a que par la maternité qu’elle trouve un peu grâce aux yeux de ces hommes… Il faut bien assurer sa descendance .

affiche de Alain Saint-Ogan pour la fête des mères de 1941Beaucoup d’autres pays la fêtaient le 9 mai cette année, comme nos ami(e)s belges par exemple. Mais chez nous, elle a été d’abord instituée par le décret du 25 mai 1941 par le Maréchal Pétain, la « journée nationale des mères » s’inscrivant dans l’idéologie nazie du Kinder, Kirche, Küche (les enfants, l’Église, la cuisine ou les tâches ménagères, si vous préférez). Nous n’en sommes pas si loin… Combien de mixers et autres aspirateurs auront été vendus cette année à l’occasion de la « fête des mères »? Et ces messieurs, combien en recevront lors de la fête des pères dans quelques semaines ? Certes, la fête des mères était célébrée avant, dans certaines villes en France. Le Ministre de l’Intérieur crée médaille de la famille française le 26 mai 1920 (elle est toujours délivrée à ce jour en France, et à même un site officiel que j’appellerais de propagande… au risque de blesser certains lecteurs, ou si vous préférez, les mêmes informations générales se trouvent sur le site de la CAF, caisse d’allocations familiales). Elle fut délivrée pour la première fois le 19 décembre 1920 dans le cadre de la première journée des mères de famille nombreuse… La suite dans une petite demi-heure sur le prochain article.

Voyage en mer Egée (16) : Santorin

Santorin, le débarquement Nous voici donc à nouveau à Santorin. La promenade en bus jusqu’à Oia m’a déçue, hors du village, le paysage est pelé, plein d’ordures et de sacs en plastiques qui volent… J’ai quand même apprécié les vignes qui, en raison du vent, sont plantées dans des trous assez profonds et rampent au sol (pas de photo, celle prise derrière la vitre est inutilisable).

Santorin, le village de Fira Retour vers le village principal, Fira.

Santorin, le village de Fira L’orage menace toujours au fond, mais quelques vues qui sont les mêmes que tout le monde… Deux sentiers pour faire le tour du village…

Santorin, les bateaux dans la caldera … et quelques milliers de touristes débarqués de ces bateaux au loin !

Pas désagréable quand même…

Santorin, le village de Fira, une maison fleurie … bien fleuri…

Santorin, le village de Fira, des pins couchés par le vent … et devinez d’où viennent les vents dominants ?

Santorin, le village de Fira, une ruelle calme Quelques ruelles quand même, un peu plus loin, sont moins encombrées. La semaine prochaine, je vous présenterai… la descente !

Petit récapitulatif des articles que j’ai publiés sur ma croisière en mer Égée (octobre 2008) :

  1. le départ du Pirée
  2. Mykonos ;
  3. Éphèse, la bibliothèque ;
  4. Éphèse (2) ;
  5. Patmos ;
  6. le port de Rhodes ;
  7. les remparts de Rhodes ;
  8. vieilles rues de Rhodes ;
  9. l’hôpital des hospitaliers et le musée archéologique de Rhodes ;
  10. l’acropole du Mont Smith à Rhodes ;
  11. Rhodes, la rue des Chevaliers et le Palais des Grand-Maîtres ;
  12. Rhodes, une villa ;
  13. Rhodes, le départ
  14. la Crête, Knossos ;
  15. Crète, Heraklion
  16. débarquement à Santorin
  17. et bientôt la suite…

Voyage en mer Egée (15) : Santorin

L'arrivée à Santorin, la caldera Je vous avais abandonnés en quittant la Crète et Heraklion… Quelques heures de navigation et un ciel à l’orage (fin septembre 2008), et nous voici arrivant sur l’île de Santorin…

L'arrivée à Santorin, la caldera C’est vraiment impressionnant, l’explosion du volcan de Santorin et la formation de la caldera, tous ceux qui ont fait un peu de géologie (y compris au lycée en SVT pour les séries S) en ont entendu parlé…

L'arrivée à Santorin, les îlots dans la caldera Mais c’est gigantesque ! Voici les îlots formés après l’explosion, vous imaginez la quantité de matières expulsées ! Et les tremblements de terre, les ras-de-marée (peut-être à l’origine de la légende de l’Atlantide), les cendres, les gaz soufrés, etc. La dernière explosion date d’environ 1650 avant notre ère, l’île était peuplée… Si vous voulez en savoir plus sur ces volcans des cyclades, je vous invite à aller voir ce blog de volcanologie, qui regroupe de nombreux liens sérieux.

L'arrivée à Santorin, les bateaux au fond de la caldera Pour mieux vous rendre compte, voici les bateaux de croisières et les ferries qui semblent minuscule au fond du cratère…

L'arrivée à Santorin, la descente du bateau Nous sommes descendus en chaloupe, avons fait un petit tour en bus (la route serpente au milieu de l’image, le ferry donne l’échelle) puis dans le village (en blanc en haut de la photo précédente), mais ça sera pour une prochaine étape ici…

Petit récapitulatif des articles que j’ai publiés sur ma croisière en mer Égée (octobre 2008) :

  1. le départ du Pirée
  2. Mykonos ;
  3. Éphèse, la bibliothèque ;
  4. Éphèse (2) ;
  5. Patmos ;
  6. le port de Rhodes ;
  7. les remparts de Rhodes ;
  8. vieilles rues de Rhodes ;
  9. l’hôpital des hospitaliers et le musée archéologique de Rhodes ;
  10. l’acropole du Mont Smith à Rhodes ;
  11. Rhodes, la rue des Chevaliers et le Palais des Grand-Maîtres ;
  12. Rhodes, une villa ;
  13. Rhodes, le départ
  14. la Crête, Knossos ;
  15. Crète, Heraklion
  16. et bientôt la suite…