Archives de catégorie : Blabla général

Tout ce qui n’entre pas dans les autres catégories

De la fête des mères (2)

affiche de Alain Saint-Ogan pour la fête des mères de 1941Dimanche 28 mai… Fête des mères 2017… Je réédite cet article du 30 mai 2010!!!

Article du 30 mai 2010

Je poursuis mon article de ce matin.

Officiellement, la fête des mères (de toutes les mères) est donc instaurée en France par un décret de 1941. Pour votre culture générale, je vous invite à le lire très attentivement l’allocution prononcée le 25 mai 1941 par Pétain… Elle avait été placardée dans toutes les écoles de France. Tirée à des centaines de milliers d’exemplaires, j’ai eu beaucoup de mal à la trouver sur un site institutionnel… Je vous mets ici une photo que j’avais prise il y a quelques années, lors d’une exposition. Et vous verrez que ce texte est encore appliqué dans beaucoup de familles et d’écoles…

Ta maman a tout fait pour toi…
Le Maréchal
te demande de l’en remercier gentiment
Invente la surprise la
plus belle que tu pourras
celle qui lui fera le
plus grand plaisir

Offre lui des fleurs que tu auras cueillies…
ou un cadeau que tu auras fabriqué exprès pour elle…
Fais lui un dessin aussi beau que tu pourras…
Fais un effort en classe pour rapporter une bonne note…
Va faire les commissions sans qu’elle te le demande…
Aide au ménage en souriant…
Apprends une jolie récitation

Combien d’entre vous ont reçu un collier de nouilles ou une jolie boîte à bijoux en boîte de camembert, accompagnée d’une poésie ?

Affiche des fêtes des mères 1942, 1943 et 1944Vous pouvez aussi « admirer » l’affiche de 1942 sur le site des Archives départementales de la Savoie et celle de 1943 sur le site de l’académie de Caen, celle de 1944 sur le site des archives de la ville de Meudon (avec un bouquet de muguet…)… J’ai essayé de varier les sources, en ne prenant que des sites sans contestation possible. Elles sont presque toutes de Pierre Grach, qui signa aussi Phili (l’affiche de 1943 par exemple). Celle de 1941 est de Alain Saint-Ogan, et oui, le créateur de Zig et Puce en 1925… mais cette affiche est souvent gommée de sa biographie.

En France, finalement, la fête des mères a été instituée par un texte de loi voulu par le Président de la République Vincent Auriol, le 24 mai 1950. Vous pouvez en lire le fac-simile sur le site du journal officiel. Lisez donc l’article deux, pour admirer la séparation de l’église (des églises) et de l’État, soit-disant en application depuis 1905… je cite : » La fête des mères est instituée au dernier dimanche de mai ; si cette date coïncide avec celle de la Pentecôte, la fête des mères a lieu le premier dimanche de juin « . Laïcité, vous avez dit ? Et qui fête encore la Pentecôte d’un point de vue religieux ? Faites un petit effort, si vous êtes chrétien, de quelque obédience que ce soit, et que vous êtes choqué par cet article, allez au moins relire les Actes des Apôtres et plus particulièrement Ac 2, 2-3, pour vous remettre dans le texte d’origine. Pour vous faciliter la tâche, je vous mets même un lien direct, mais vous avez le droit de choisir une autre traduction. Remarquez, week-end de Pentecôte rétabli sous la pression des professionnels du tourisme et fête des mères commerciale, tout va bien pour les marchands du temple… Alors, désolée, même sans le contexte personnel, je me refuse à célébrer cette fête.

Je suis Charlie…

Je suis Charlie, hommage aux journalistes et dessinateurs de Charlie Hebdo… que dire de plus? Bernard Maris est, était, celui que j’entendais le plus, sur France Inter, avec le débat économique du vendredi avec Dominique Seux, un débat toujours intéressant… Cabu, je ne ratais jamais le Beauf et, depuis quelque temps, son fils aux oreilles pointues chaque semaine en page 7 du Canard Enchaîné, que j’allais lire immédiatement après la une, ni ses dessins au fil des pages du Volatile. Je ne prenais pas chaque semaine Charlie Hebdo chez la buraliste, c’est elle qui m’a annoncé l’attentat hier à midi et demi, quand je me suis arrêtée prendre Le Canard, justement. Je feuilletais presque toujours Charlie Hebdo à la médiathèque, aimais (pas toujours) les propositions de Cabu, Charb, Wolinski, Tignous et Philippe Honoré, leurs impertinences qui ne laissaient pas le lecteur indifférent. L’équipe de Charlie Hebdo était toujours très présente au festival international de la Bande dessinée d’Angoulême, Wolinski notamment, grand prix en 2001… En 2006, après les caricatures de Mahomet, le festival avait tenu à exprimer tout son soutien à Charlie Hebdo. Le rôle des caricatures et du dessin de presse, du journalisme de presse, il en fut longuement question lors des assises de la Presse en 2012 à Poitiers, au cours de la mémorable soirée animée par Plantu le jour anniversaire des 40 ans de son premier dessin à la une du Monde, où il parla abondamment de Cartooning for Peace, l’association qu’il a co-créée pour la liberté d’expression des dessinateurs de presse du monde entier, en montrant des dessins de tous ceux qui sont menacés ou ont été blessés voire tués pour leurs dessins. La liste s’est cruellement allongée avec cinq d’entre eux tués et un blessé (Riss). Ne les oublions pas, pour une presse libre, contre tous les intégrisme. Si les journalistes de Charlie et leurs amis (les grands titres de la presse française ont proposé hier une aide technique et matérielle) arrivent à sortir une édition la semaine prochaine ou plus tard, ne laissons pas le titre mourir avec la plus grande partie de sa rédaction, achetons-le massivement et durablement [j’ai depuis pris un abonnement pour deux ans].

Une pensée pour les 12 tués (les dessinateurs Cabu, Charb, Wolinski, Tignous et Philippe Honoré, les chroniqueurs Bernard Maris et Elsa Cayat, le correcteur Mustapha Ourad, Michel Renaud, invité de la rédaction, deux policiers, Franck Brinsolaro, chargé de la protection de Charb, et Ahmed Merabe, ainsi qu’un agent d’entretien, Frédéric Boisseau), les blessés (dont Riss, dessinateur, Simon Fieschi, webmaster, et les journalistes Philippe Lançon et Fabrice Nicolino, ainsi que deux policiers), leurs familles et leurs proches.

Voici l’adresse OFFICIELLE pour faire des des dons à Charlie, géré par la caisse des dépôts www.jaidecharlie.fr

Vous pouvez aussi vous abonner

et bien sûr participer aux rassemblements citoyens.

PS: Le Petit Quotidien a mis en ligne son dernier numéro en accès gratuit, pour aborder la question avec vos enfants…

PPS: voir le premier dessin de Dilem, Dieu est humour, caricaturiste algérien lui-même menacé, qui avait échangé pris la une du monde à la place de Plantu pendant une semaine en 2012 (qui dessinait cette semaine là pour lui dans le journal algérien francophone Liberté)

PPPS: aux victimes précédemment citées, il convient d’ajouter Clarissa Jean-Philippe, policière municipale stagiaire abattue jeudi 8 janvier à Montrouge, et les quatre victimes juives du supermarché casher (Super Cacher) de Vincennes, Yoav Hattab, Philippe Braham, Yohan Cohen, François-Michel Saada, exécutées le vendredi 9 janvier. Les terroristes ne seront pas mentionnés ici.

Article du 7 janvier 2015, mis à jour quotidiennement jusqu’au 10 janvier.

Bonne et heureuse année 2015!

Ensemble de 7 cartes adressées à une habitante de Vouillé de 1912 à 1919De 1912 à 1919, un monsieur a présenté ses voeux de bonnes fêtes et de bonne année à une habitante de Vouillé, dans la Vienne (revoir une carte de permission en juillet 1916)… mais de mon côté, je n’ai pas encore définitivement choisi quelle carte je vais envoyer par les divers réseaux virtuels!

Je vous souhaite à tout et à toutes une

bonne et heureuse année 2015!!!

De retour de Moncoutant!

Moncoutant 2014, aperçu des kimonosJe suis donc allée à Moncoutant avec Maryse dimanche… une journée visiblement beaucoup plus calme que le samedi, à en croire les exposants et les organisateurs: entre 2500 et 2800 visiteurs dont 9 cars, je n’ai pas les chiffres de la police (mais Cagouillette en parlera sans doute bientôt)! L’occasion de faire la connaissance de Sylvie, fidèle lectrice de mon blog (elle participe à l’organisation d’un salon de dentelles et broderies à Airvault dans les Deux-Sèvres les 6 et 7 juin 2015), de croiser au détour des tables devant le concours Laura et de repérer celui d’Edith (qui suivait un atelier), … Hasard du placement, leurs kimonos étaient rassemblés!

Moncoutant 2014, aperçu des kimonosAucune de nous n’a remporté l’un des prix (voir les résultats sur le site officiel Moncoutant/création autour des fils) mais chacune est fière d’avoir participé! Six participantes n’ont pas respecté toutes les consignes (utilisation de boutons et de perles), mais l’ensemble était très réussi… beaucoup mieux que mes photos!

L’occasion aussi de passer le bonjour de Marlie à Gisella Tamagno, qui avait invité les bannières brodées à Vinovo en 2014, …

La broderie pour le concours de Nans-sous-Sainte-Anne en 2012, 5, deux vaches et un vacher à Bernadette Baldelli (j’ai réalisé plusieurs de ses poyas à broder et à coudre de Bernadette Baldelli : pour Nans 2014 et pour le concours de Nans 2012, deux vaches qui entourent un vacher, et deux autres vaches, une autre broderie rouge) et

Le village de Nans-sous-Sainte-Anne vu par MTSA, ma broderie, étape 5 à Marie-Thérèse Saint-Aubin, rencontrée par le passé à Moncoutant et à Nans-sous-Sainte-Anne (revoir le village de village brodé de Nans-sous-Sainte-Anne).

Mes achats à Moncoutant 2014J’ai aussi vu Anne-So / Gardanimaux, Elfie tricot (j’ai justement commencé ma fiche achetée à Nans, mais chut, c’est un secret), … et j’ai été raisonnable sur mes achats: des accessoires en bois de l’atelier des elfes (il m’en reste de précédents achats, mais comment résister?), une grille de broderie de grandes dimensions (avec plusieurs couleurs mais beaucoup de contraste) de Par forts vents d’est et un minikit de Les Brico’lises.

Grand salon national de l’économie sociale et solidaire à Niort ce week-end!

Affiche du salon de l'Economie sociale et solidaire à Niort, 17 et 18 octobre 2014Le week-end prochain (17, 18 et 19 octobre 2014), si je n’avais pas prévu d’aller à   pour l’ouverture de l’atelier d’artiste de mon père dans le cadre des Poaa/portes ouvertes d’ateliers d’artistes, je serais allée à  (les vendredi 17 et samedi 18, salle de l’Acclameur), pour le premier grand salon national de l’économie sociale et solidaire (ESS), coordonné par la caisse régionale de l’économie sociale et solidaire / CRESS et la Région Poitou-Charentes, qui y tiendra sa session. Suivez le lien pour avoir tout le programme! Plein de lycéens y seront le vendredi, dans le cadre d’une opération conjointe de découverte de l’ESS organisée par la MGEN et la Maif. Des ministres et quelques pointures sont annoncées aux débats (Laurence Parisot, ancienne présidente du Médef, défendra sans doute le modèle capitaliste dominant face à Étienne Caniard, président de la Fédération Nationale de la Mutualité Française, et Roger Belot, président du Conseil des Entreprises, Employeurs et Groupements de l’Économie Sociale, etc.), des ateliers divers, des rencontres sans aucun doute très riches… Je vous mets en fin d’article un petit film de présentation de l’ESS… pour ceux qui doutent encore!

Logo d'EnercoopSi j’y étais allée, j’aurais sans aucun doute passé un petit -grand!- moment avec Enercoop, une Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC), mon fournisseur d’électricité (plus cher, c’est un choix!), le seul à garantir une énergie électrique sans apport du nucléaire. Je fais une piètre coopératrice, je n’ai pas encore pu assister à une assemblée générale, mais n’oublie pas de voter!

Vous y trouverez aussi, entre autres, Les ateliers du bocage (réparation de téléphones, ordinateurs etc.), Atemporelle (études archéologiques, animation du patrimoine etc., bonjour à toute l’équipe!), compost’age (association qui œuvre pour… le compostage comme moyen de réduction des déchets), la ligue de l’enseignement (loisirs, éducation populaire), la ruche qui dit oui (vente de produits en circuits courts), terre de liens (achat de terres agricoles pour permettre l’installation de jeunes agriculteurs), et beaucoup d’autres avec qui j’ai des contacts plus ou moins directs et/ou réguliers etc…

Logo de j'adopte un projetA l’occasion de ce salon sera lancée une plateforme locale (Poitou-Charentes) de financement solidaire, J’adopte un projet… je me suis inscrite, même si pour l’instant, le choix de projets est limité, j’en reparlerai sans doute prochainement.

Mes participations chez KivaJe vous rappelle que je suis déjà engagée dans ce type de démarche depuis longtemps (presque 10 ans) via Kiva (microcrédit),

Les vaches maraîchines de la Frole et leur fromage Ulule (financement participatif, revoir ma participation au projet d’achat d’une vache maraîchine de la grole Bagnade, il faudrait que je vous parle de quelques livres et BD achetés aussi par ce moyen)

Livraison du miel 2013 de Parrains d'abeilles
ou du miel, désormais en pré-financement direct à l’apiculteur, parrains d’abeilles, dans l’Indre.

 

Alors, si vous ne venez pas dans le Nord (dommage, mon père organise une super expo!), foncez au salon national de l’économie sociale et solidaire (ESS) à Niort les 17 et 18 octobre!

Un petit film de présentation de l’ESS (Jeun’ess), si ça ne marche pas, voir sur youtube.

Petite pause…

Trousse avec une miniature rouge pour Mamazerty  Il y a très peu de lecteurs sur les articles des derniers jours… même si l’activité globale du blog sur les articles anciens (liens extérieurs, moteurs de recherche) est assez stable… Je préfère donc suspendre les publications pour une quinzaine de jours, histoire de pouvoir partager avec mes habitués les créations, les lectures, etc. Je laisse juste les articles programmés en BD le vendredi (car j’ai pas mal de BD programmées en avance) et l’article d’actualités poitevines programmé pour dimanche prochain, dont certains sujets ne seraient plus d’actualité une ou deux semaines plus tard… A très bientôt, je passe de toute façon régulièrement faire un petit coucou à celles et ceux qui publient ces jours-ci.

La gare de La Rochelle, 17, le vieux port avec la tour de la Chaîne et la tour Saint-NicolasNon, je ne pars pas en vacances à , mais j’ai trouvé que cette photo des tours, illustrait bien la pause estivale! Photographie de fin juin 2011, où il faisait bien meilleur que cet « été »! A bientôt, j’ai une quarantaine d’articles en réserve, pré-programmés, je vais en profiter pour mettre à jour mes différents index (peu fait depuis un an sauf lecture et cinéma) et les liens entre les articles.

Poissons… d’avril!

Niort, le monument à Liniers par Poisson, 5, le buste en bronzeJ’ai complètement laissé passer la date du 1er avril cette année pour faire quelques envois aux copines… J’ai donc préféré vous faire une petite visite en poissons sur mon blog… en commençant par le buste de Liniers, une œuvre de… Pierre Marie Poisson ! (bon, je sais, il ne faut pas se moquer des noms de famille!).

Toulouse, fontaine Belle Paule, une gargouille en bronzePour rester dans la sculpture, je vous ai sélectionné ce poisson sur le bord du bassin de la fontaine Belle-Paule à Toulouse.

Chef sur un poisson, en broderie rougeOn peut aussi partir à la pêche (revoir le cahier pour les recettes de cuisine)…

Croquettes de poisson… ou passer en cuisine avec des galettes au poisson!

ATC poisson d'avril 2013Mes poissons de 2013 étaient en ATC…

 

Poisson au bord d'un bassin à CahorsSuivez le lien poissons pour en découvrir d’autres! (ici au bord d’un bassin à Cahors).

 

Le devoir de payer l’impôt…

Couverture de Éléments d'instruction morale et civique, par Gabriel CompayréAlors que la morale va faire son retour à l’école et que les impôts ont été au cœur des discussions parlementaires (et de nos porte-monnaie) ces dernières semaines, je ne résiste pas à partager avec vous cette leçon de morale extraite de Éléments d’instruction morale et civique, par Gabriel Compayré, 112e édition (et oui! je n’ai pas trouvé l’année de parution, mais l’exemplaire a appartenu à Edmond Sardiev, acheté en brocante il y a longtemps, la 99e édition avait été publiée en 1897), conforme au programme officiel… du 27 juillet 1882 (Paris, librairie classique Paul Delaplane)… article classé (je vous l’accorde, un peu tiré par les cheveux) en rubrique Poitiers… l’auteur étant à l’époque recteur de l’académie de Poitiers (tout comme un peu plus tard) 😉 ! L’ouvrage se présente comme l’histoire de Georges, au fil de sa vie, à l’école puis par correspondance avec son ancien instituteur… Direction la partie La société et la patrie, chapitre Les devoirs envers la patrie, III Le devoir de payer l’impôt (pages 92-94). Je vous recommande tout particulièrement le résumé à la fin (à recopier sur votre cahier et à apprendre par cœur…) et prévoie une petite surprise à celui/celle qui me distraira le plus en répondant aux questions des exercices! Faut pas déc…er, la morale, c’est sérieux! Les impôts aussi! Et méditez sur cette phrase: « vous devez vous préparer à payer, de bon cœur et sans murmure, des impôts qu’on exige de vous que pour vous assurer tous les bienfaits de la vie sociale ». Qui proposera la nouvelle leçon de morale 2013/2014 sur l’impôt?

Vous savez déjà, mes enfants, que la patrie entretient des écoles pour vous instruire, une armée pour vous défendre: l’armée seule lui coûte plus de 500 millions par an.

Mais l’intérêt général exige beaucoup d’autres dépenses. C’est la patrie qui s’en charge. Elle fait des routes, creuse des canaux, bâtit des digues pour contenir le cours des eaux. Elle paie les magistrats qui rendent la justice, les gendarmes qui intimident ou arrêtent les malfaiteurs. Enfin, elle rémunère tous les services publics, police, administration, instruction, etc.

Mais pour tout cela il faut de l’argent, beaucoup d’argent. A qui la patrie le demandera-t-elle, sinon à ceux qui précisément profitent de toutes ces dépenses, c’est-à-dire les citoyens? Il est juste que tous les citoyens, chacun pour sa part et à proportion de ses ressources, participent à des dépenses dont tous bénéficient.

Voilà pourquoi l’impôt est légitime. Sans doute il est quelquefois dur de le payer: l’année est mauvaise, le travail ne va pas, et il faut tout de même le payer. C’est que la patrie toujours continue son œuvre. Vous avez toujours besoin qu’elle protège vos personnes, vos propriétés publiques et privées, qu’elle tienne vos chemins, vos rues, en bon état.

L’impôt est comme le salaire que vous devez à la patrie en échange des services qu’elle vous rend.

Quand vous venez à l’école, vous avez le droit de vous dire : « Cette école, c’est un peu moi; car c’est avec les contributions de mes parents, ajoutées à celles des autres citoyens, qu’on l’a bâtie. » De même pour la route qui vous conduit à la ville voisine, de même pour l’église, de même pour mille choses.

L’impôt n’est du reste légitime que quand il frappe ceux qui possèdent en proportion de ce qu’ils possèdent. Il y a par suite divers impôts: l’impôt foncier, atteint ceux qui sont propriétaires d’immeubles, c’est-à-dire de maisons, de vignes, de bois, de champs; l’impôt mobilier, ceux qui, sans posséder d’immeubles, occupent des chambres, un appartement dans une maison; l’impôt personnel enfin frappe tout le monde, parce que nous avons tous, pauvres ou riches, cette première propriété qui est notre personne. Cet impôt n’est d’ailleurs pas bien lourd, il varie entre 1fr.50 et 4fr.50.

Il était permis autrefois de protester contre l’impôt, quand il servait à satisfaire les caprices d’un monarque et n’était pas employé pour le bien de tous: de même qu’il était permis de protester contre les armées permanentes, quand elles servaient non à la défense de la nation, mais aux entreprises ambitieuses d’un conquérant. Aujourd’hui au contraire que la nation est souveraine, vous devez vous préparer à payer, de bon cœur et sans murmure, des impôts qu’on exige de vous que pour vous assurer tous les bienfaits de la vie sociale.

– Quand j’aurai payé l’impôt, rempli le devoir militaire et le devoir d’aller à l’école, serai-je quitte envers la patrie? demanda Georges – Non, reprit le maître, sans parler de vos devoirs politiques, il vous restera encore à être un homme digne de votre nom d’homme, un homme juste et charitable, un honnête homme enfin, c’est ce que je vais maintenant vous apprendre.

Résumé: l’impôt est la participation pécuniaire de chaque citoyen aux dépenses communes qu’exigent les divers services publics. La patrie, qui entretient une armée, des magistrats, des fonctionnaires de toute espèce, a besoin pour tout cela de beaucoup d’argent, et c’est aux citoyens de lu fournir, chacun selon ses moyens et proportionnellement à sa fortune.

Exercices: qu’arriverait-il dans un pays, si on abolissait l’impôt? – Pourquoi l’impôt s’appelle-t-il aussi contribution? – Quelles sont les diverses formes de l’impôt? Quelles sont les principales conditions nécessaires pour que les impôts soient justes?

A la fin du livre, il y a un autre chapitre sur l’impôt, livre La société politique, chapitre Les questions d’économie sociale, VIII, les diverses formes de l’impôt

Pour vous donner une idée des chiffres donnés dans l’article, si l’on utilise le convertisseur de l’Insee, en francs/euros constants, après correction de l’inflation etc.,selon la table utilisée (nous devons être autour de 1900, la 99e édition du livre en 1897, ici, c’est la 112e édition), 1,5 francs de 1901 (le convertisseur ne remonte pas plus haut) correspond quand même à 5,72 € de 2012 (si on est plus tard pour cette édition, 1,5 francs de 1914 correspond à 4,95 €, Gabriel Compayré étant décédé en 1913, on doit être dans le bon créneau). Le budget de l’armée, 500 millions, correspond donc à moins de 2 milliards d’euros (1907427584,72 en francs de 1901 ou 1651792959,96 € en francs de 1914), mais ce chiffre me paraît bizarre, nous sommes dans la course à l’armement entre la défaite de 1870 et la première guerre mondiale (le budget militaire de 1914 fut couvert par un emprunt de 815 millions de francs, le budget actuel de la Défense tourne autour de 60 milliards d’euros, alors même si un uniforme garance coûte moins cher qu’un Rafale, ça fait un sacré écart).