Archives par étiquette : peintre

Parce que j’étais peintre de Christophe Cognet

Affiche de Parce que j'étais peintre de Christophe CognetParce que j’étais peintre, l’art rescapé des camps n’a été projeté qu’une semaine à Poitiers, le dernier jour en présence du réalisateur Christophe Cognet.

Le film (présentation officielle):

« Ce film mène une enquête inédite parmi les œuvres réalisées clandestinement dans les camps nazis. Il dialogue avec les rares artistes déportés encore vivants et avec les conservateurs de ces œuvres : des émotions qu’elles suscitent, de leur marginalisation, leurs signatures ou leur anonymat, de leur style, ainsi que de la représentation de l’horreur et de l’extermination. Surtout peut-être, il contemple longuement les dessins, croquis, lavis, peintures, conservés dans les fonds en France, en Allemagne, en Israël, en Pologne, en Tchéquie, en Belgique, en Suisse… Dans ce voyage parmi ces fragments d’images clandestines et les ruines des anciens camps, il propose une quête sensible entre visages, corps et paysages, pour questionner la notion d’oeuvre et interroger frontalement l’idée de beauté. L’enjeu en est dérangeant, mais peut-être ainsi pourrons-nous mieux nous figurer ce que furent ces camps, appréhender les possibles de l’art et éprouver ce qu’est l’honneur d’un artiste – aussi infime et fragile que soit le geste de dessiner ». 

Mon avis : Le réalisateur s’est penché sur les , où le dessin et la peinture étaient interdit, pas sur les camps de transit ou les ghettos, où l’activité était tolérée voire encouragée (cf. le camp de Terezin où je vous ai parlé de la musique avec L’empereur d’Atlantis). Cependant, certains de ces artistes sont d’abord passés dans les camps de transit: Yehuda Bacon est passé par Terezin avant d’être transféré à Auschwitz. Le réalisateur a mis dix ans pour mener à bien ce film, monté sans aucune musique (sauf dans les dernières minutes, avec la Mort d’un camarade sur la route de Bergen-Belsen par Léon Delarbre) mais avec des sons d’ambiance qui permettent de s’imprégner des œuvres. Les dessins ont été sélectionnés avec soin, quelques artistes survivants en  parlent avec émotion, sinon, ce sont les conservateurs qui en sont les médiateurs. Le papier vient le plus souvent du système D (emballage, intérieur de gaines). Les dessins avaient été pour la plupart soigneusement cachés (par exemple le Carnet d’Auschwitz, d’un peintre anonyme aux initiales MM, retrouvé dans des fondations), mais beaucoup ont été perdus. Dans le débat, il a souligné que si certains dessins sont des témoignages (voire des commandes, comme les portraits de tziganes de Dinah Gottliebova réalisés à la demande du Dr Mengele juste avant qu’il ne les exécute), d’autres, comme certains portraits, sont « arrangés » par le dessinateur pour que la personne représentée ne s’inquiète pas trop de son état. C’est le cas de l’ensemble de 144 portraits réalisés par Franciszek Jazwiecki à Buchenwald, Gros Rosen, Sachsenhausen et Auschwitz, et conservés au musée d’Auschwitz-BirkenauWiktor Siminski, le seul artiste à avoir représenté la chambre à gaz, ne l’a pas vue mais reconstituée sur la base de témoignages. Pour les dessins montrant l’univers concentrationnaire (Auschwitz et Birkenau, Sachsenhausen, Ravensbrück, Treblinka, etc.), la confrontation avec les lieux est discrète mais efficace. Les pochoirs (fleurs et soleil) réalisés sur ordre par un artiste inconnu dans le crématorium de Mittelbau-Dora ne peuvent qu’interroger… Quelques lectures (comme un extrait de La peinture à Dora de François Le Lionnais, un des membres fondateurs de l’Oulipo,  déporté à Buchenwald et Mittelbau-Dora, Le Tambour battant de Boris Taslitzky, déporté à Buchenwald), complètent les impressions laissées par les dessins et les vues actuelles des camps. Un film à voir absolument, s’il passe près de chez vous!

Pour aller plus loin : 

Voir l’interview de Christophe Cognet dans l’émission Mémoires Vives du 2 mars 2014 et le dossier pédagogique destiné aux enseignants de philosophie sur le site Zérodeconduite et qui est vraiment très complet (avec un séquençage du film, des pistes thématiques). Grâce à lui, j’ai pu compléter la liste des artistes cités, mentionnés ou interviewés pour les survivants, dans le noir de la salle, j’avais été incapable de prendre les noms. Il y a donc, par ordre alphabétique: Yehuda Bacon, Léon Delarbre, José FostyDinah GottliebovaFranciszek JazwieckiRoman JefimenkoMaria Hiszpanska-Neumann, un inconnu aux initiales MM, probablement dessinateur de presse (le Carnet d’Auschwitz), Zoran Music, Josef Richter, René SalmeWiktor SiminskiWalter Spitzer (qui a réalisé le monument commémoratif de la rafle du Vel’d’Hiv), Jozef Szajna, Boris TaslitzkySamuel Willenberg, Krystyna Zaorska.

Quand ma vue me le permettra avec plus de facilités, j’ajouterai des liens pour chacun d’entre eux… A moins que mes lecteurs ne puissent m’aider à compléter l’article en cherchant « le » site le plus pertinent pour chacun d’eux [merci à Grégory et à Carole!]. Je privilégie les sites officiels (d’abord ceux des musées et mémoriaux des camps, puis éventuellement ceux des artistes quand ils sont survivants ou que leur descendance a ouvert un site), j’exclus wikipédia (pages évolutives, pas toujours fiables, surtout pour des sujets où les négationnistes sévissent régulièrement) et les galeries (liens souvent non pérennes).

Voir également le dossier de la fondation de la résistance : les dessins comme forme de résistance dans les camps ou le site Learning about hococaust through art. Carole signale aussi L’art et la Shoah et Les belges à Buchewald.

Suivre aussi les liens vers les mots-clefs ci-dessous et notamment ceux sur les , et plus largement sur la 

J’ai un peu abordé le sujet à propos du monument de la résistance de La Rochelle, réalisé par Henri Gayot (1904-1981), résistant, déporté, revenu des camps avec de puissants carnets de dessins des camps de Natzweiler-Struthof dans le Bas-Rhin (voir aussi ses dessins dans l’exposition sur ce camp) puis de Dachau en Allemagne. A son retour, il a repris ses dessins et les a fait graver.

Le tombeau d’Auguste Jundt par Bartholdi au cimetière du Montparnasse à Paris

Tombe de Gustave Jundt par Bartholdi au cimetière du Montparnasse à Paris, deux vues généralesJe poursuis ma série sur l’œuvre du sculpteur Auguste Bartholdi (Colmar, 1834 – Paris, 1904). Après la statue de Rouget-de-Lisle à Lons-le-Saunier, la fontaine Bartholdi à Lyon, la statue du sergent Hoff au cimetière du Père Lachaise, le  tombeau de l’artiste par lui-même au cimetière du Montparnasse et la copie du lion de Belfort place Denfert-Rochereau à Paris, les copies de La Liberté éclairant le monde à Poitiers et Châteauneuf-la-Forêt), nous retournons au cimetière du Montparnasse, cette fois sur la tombe du peintre Gustave [Adolphe] Jundt (Strasbourg, 1830 – Paris, 1884), qui porte la dédicace suivante : « A / Gustave Jundt / 1830 / 1884 » (voir quelques-unes de ses œuvres dans la base Joconde).

Sur le piédestal qui tient lieu de stèle est posé un buste du peintre tandis que devant se tient une fillette, alsacienne (le peintre avait dû fuir l’Alsace après l’occupation allemande), qui tient une palette de peintre.

Tombe de Gustave Jundt par Bartholdi au cimetière du Montparnasse à Paris, les deux signaturesDeux signatures se trouvent sur les bronzes, l’une sur le buste (« A. Bartholdi 1885 »), l’autre sur la palette (« A. Bartholdi »).

Tombe de Gustave Jundt par Bartholdi au cimetière du Montparnasse à Paris, le busteLe buste a été présenté au salon des artistes français de 1885, sous le n° 3330. Un modèle en plâtre teinté est présenté au musée Bartholdi de Colmar. La maquette du monument complet figure dans la partie illustrée du catalogue du salon.

Tombe de Gustave Jundt par Bartholdi au cimetière du Montparnasse à Paris, deux vues de l'AlsacienneLa jeune Alsacienne se tient debout sur la pointe de ses pieds nus, dans une position différente de l’Alsacienne de la tombe du sergent Hoff au cimetière du Père Lachaise…

Tombe de Gustave Jundt par Bartholdi au cimetière du Montparnasse à Paris, le visage de l'Alsacienne… mais avec la même longue tresse au milieu du dos, retenue par un fichu noué par un gros nœud au dessus du front. Auguste Bartholdi, Alsacien d’origine, a beaucoup développé ce thème de l’Alsacienne, vous pouvez en voir une autre version, en terre cuite, au musée de Colmar (1883).

Photographies de juin 2013.

Aux salons des artistes français…

Je commence à vous avoir montré beaucoup d’œuvres présentées aux Salons des artistes français… Voici un petit récapitulatif sans doute très incomplet…

Navigation dans la page

Salon de 1841

 

Tombeau de Théodore Géricault par Antoine Etex au Père Lachaise à Paris, le gisant de Géricaultle gisant de Théodore Géricault par Antoine Etex (dans une version en marbre aujourd’hui à Rouen)

Salon de 1850

Metz, cheval pur sang en bronze de Christophe Fratin, deux vues presque de facen° 3394, Le cheval pur-sang, bronze, par Christophe Fratin

Salon de 1852

Jardin des plantes de Mets, aigles de Fratin, vue généralen° 1397, Le triomphe de l’aigle par Christophe Fratin

Salon de 1859

Poitiers, la douleur maternelle par Etex à Blossac, 2, vu de facen° 3214, La douleur maternelle par Antoine Etex

Salon de 1864


Toulouse, le combat de coq de Falguière au Grand rond, carte postale anciennele Vainqueur du combat de coq par Alexandre Falguière

Salon de 1866

Poitiers, le bonheur maternel par Etex, 4, vu de trois quartsn° 2757, Le bonheur maternel par Antoine Etex

Salon de 1869

Poitiers, le lion amoureux de Maindron dans le parc de Blossac, 1, vu de faceLe lion amoureux par Étienne Hippolyte Maindron

Salon de 1874

Niort, Gloria Victis de Mercié, vue de face, rapprochéeGloria Victis par Antonin Mercié

Salon de 1880

 

Niort, la statue d'Amable Ricard devant le donjon, vue rapprochéen° 6085, buste de Amable Ricard par Jean Baptiste Baujault

Louis Pasteur à Dole, 03, buste près de la maison natalen° 6285, buste de Louis Pasteur par Paul Dubois

Tours, la statue de Rabelais, 3, vue de trois quartsn° 6290, François Rabelais par Henri Dumaige

Paris, l'ancien palais du Trocadéro, carte postale ancienne, l'éléphant, 2, avec la tour Eiffeln° 6338, l’éléphant pris au piège par Emmanuel Frémiet

Niort, place Saint-Jean, le monument Spes détruitn° 6452, Spes (l’Espérance) de André Laoust

Angoulême, cour de l'hôtel de ville, buste de Paul Abadie,n° 6700, buste de Paul Abadie par Gabriel Jules Thomas

Salon de 1881

Poitiers, plafond de la salle du blason de l'hôtel de ville, 6, la Boivre en haut et le Clain en basn° 196 La rivière le Clain et 197 La rivière la Boivre par Émile Bin, voir les plafonds peints de Émile Bin

 

Salon de 1882

Poitiers, plafond de la salle du blason de l'hôtel de ville, 2, partie centralen° 259, Plafond destiné à l’hôtel de ville de Poitiers par Émile Bin

Poitiers, salle des mariages de l'hôtel de ville, 1, le plafondn° 2091, le Triomphe de l’Hyménée, plafond pour la salle des mariages de l’hôtel de ville de Poitiers, par Léon Perrault

Parthenay, Le pain de Albert Lefeuvre, 4, détail de la mère et des deux enfantsn° 4054, le pain de Louis Albert-Lefeuvre

Salon de 1883

n° 3517 à venir bientôt, la République de Dalou

Salon de 1884

statue de Béranger dans le square du Temple à Parisn° 3472 à venir bientôt (mieux que sur la vignette), Béranger (pour le square du Temple à Paris), par A.D. Doublemard

Salon de 1886

La tombe de la famille Herbette, cimetière du Montparnasse à Paris, vue générale4879, la tombe de la famille Herbette par Henry Poussin

Salon de 1888

La République de Peynot à Lyon, deux vues de face4525, La République d’Émile Peynot à Lyon

Salon de 1890

La tombe de la famille Herbette, cimetière du Montparnasse à Paris, vue rapprochée de la femme 3713 « Statue, marbre, destinée au tombeau de Mme Louis Herbette » par Jules Coutan

Salon de 1893

Tombe de Guérinot au père Lachaise à Paris, l'allégore de l'architecture par Barriasno 2544, l’Architecture pour la tombe de Guérinot par Barrias

Salon de 1895

3553, Mgr Sebaux par Raoul Verlet (à venir)

Salon de 1897

n° 3441, le monument de Guy de Maupassant par Raoul Verlet au parc Monceau à Paris (à venir)

Salon de 1898

La fontaine Bartholdi à Lyon, 2, vue générale de côtéle n° 3127, la Saône emportant ses affluents par Bartholdi

Salon de 1899

Le monument à Adrien Dubouché à Limoges, 1, vue généralen° 3988, Adrien Dubouché par Raoul Verlet

Salon de 1901

Nantes, le monument à Villebois-Mareuil, deux vues rapprochées, de face et de côtén° 3587, portrait du colonel de Villebois-Mareuil par Raoul Verlet

Salon de 1902

Monument à Villebois-Mareuil à Grez-en-Bouèren° 2915, monument à Villebois-Mareuil par Raoul Verlet

Le Rhône et la Saône de Vermare devant la bourse de Lyon, vue de trois quartsn° 2917, Le Rhône et la Saône par André Vermare (première présentation)

Salon de 1903

Le Grand Rond à Toulouse, carte postale ancienne, monument à Clémence Isaure de Paul Ducuing, sans bassinn° 2735, La Toulousaine présentée par Paul Ducuing correspondant probablement au monument à Clémence Izaure ou les gloires de Toulouse

Héro et Landre par Pierre Laurent à La Rochelle, 4, vue de trois quartsn° 2905, Héro et Léandre par Pierre Laurent

Salon de 1904

La tombe de Hoff par Bartholdi, Paris, cimetière du Père Lachaise, la statue du soldat Hoffn° 2645, Le sergent Hoff par Bartholdi

Le monument au docteur Tarnier à Paris, le relief en marbre 3234, monument au docteur Tarnier par Denys Puech

Salon de 1905

Tours, les mystères douloureux de C. Alaphilippe, 1, vue généralen° 2786, les mystères douloureux de Camille Alaphilippe

Le Rhône et la Saône de Vermare devant la bourse de Lyon, vue de trois quartsn° 2699, Le Rhône et la Saône par André Vermare (deuxième présentation)

Salon de 1906

La Rochelle, monument à Fromentin par Dubois, 02, vu de prèsn° 3062, monument à Eugène Fromentin par Ernest Dubois

Salon de 1907

n° 3250 : Buste de Louis Audiat par Émile Peyronnet (à voir dans le cimetière de Saintes, en attendant des photos ici)

Salon de 1908

Nantes, cerf et biche du jardin des plantes, quatre vues après démontage de l'oeuvre contemporainen° 3155/3156 : le Cerf, faon et biche de Georges Gardet
Paris, monument à Ludovic Trarieux, vues générales de face et de dosLudovic Trarieux par Jean Boucher (sculpteur) et Victor Lesage (architecte) à Paris

Salon de 1909

Le monument à André Lemoyne à Saint-Jean-d'Angély, carte postale anciennen° 3718 : monument à André Lemoyne par Émile Peyronnet à  Saint-Jean-d’Angély

Salon de 1913

L'orpheline de Paul Niclausse à Paris, vue généralel’Orpheline de Paul Niclausse à Cahors (première version)

Salon de 1914

Poitiers, le monument au comte de Blossac par Sudre, 12, la dame avec son bouquet et sa coiffe Offrande fleurie, esquisse pour La Vienne du monument au comte de Blossac par Raymond Sudre

Salon de 1921

L'orpheline de Paul Niclausse à Paris, vue généralel’Orpheline de Paul Niclausse à Cahors (version définitive)

Salon de 1922

Le 29 janvier 2011 à Poitiers, 5, dans le jardin anglais du parc de Blossac le monument au comte de Blossac par Raymond Sudre

Salon de 1924

Niort, le chemin de croix de l'église Saint-Etienne-du-Port, 2, les stations 1 à 8le chemin de croix de l’église Saint-Étienne-du-Port de Niort par Madeleine Nasouska-Chantrel

Angoulême, monument aux morts de 1914-1918, 1, vue de loin et de la République n° 3813: le monument aux morts de 1914-1918 d’Angoulême par Émile Peyronnet

Salon de 1926

Châtellerault, monument à la révolution et aux morts de 1914-1918, 13, soldatn° 3588: : modèle en plâtre du monument aux morts de 1914-1918 de Châtellerault par Aymé Octobre

Salon de 1927

Châtellerault, monument à la révolution et aux morts de 1914-1918, 13, soldatn° 3435 : tirage en bronze du monument aux morts de 1914-1918 de Châtellerault par Aymé Octobre

Salon de 1934

Monument des mères françaises par Petit à Metz, la mère et le bébéle monument aux mères françaises par Henri Marius Petit