Le nouveau mobilier urbain de Poitiers

Le nouveau mobilier urbain de Poitiers, mars 2012, 01, arrivée des poubelles Pas d’article sur le patrimoine aujourd’hui, mais une petite visite du nouveau mobilier urbain de Poitiers, celui qui peut nous améliorer (ou pas) la vie au quotidien en ville… Je vous ai quand même semé des liens tout au long de l’article, pour revoir d’anciens articles… La ville a été livrée en nouvelles poubelles, stockées dans feu le square de la République, près du monument aux morts de 1870-1871, qui a ensuite perdu ses grilles et ses aménagements paysagers, puis sa patine. Voilà un nouveau modèle pour enrichir encore la variété des poubelles photographiées il y a quelques mois en ville…

Le nouveau mobilier urbain de Poitiers, mars 2012, 02, les poubelles en place Ces poubelles sont soit collées au sol, soit, sur la place d’Armes (Leclerc), mises sur de petits socles moches et pour pouvoir être déplacées…

Le nouveau mobilier urbain de Poitiers, mars 2012, 03, poubelle décolée, enfin, la colle Colle extra-forte pour poubelles indécollables… Mais rue de la Marne (tout en haut, à côté de l’ancien théâtre), il reste la trace de colle, et plus de poubelle… Il faudrait maintenant enlever ce ciment-colle qui dépare sur les pavés…

Le nouveau mobilier urbain de Poitiers, mars 2012, 04, spot mal positionné rue de la Marne Juste en face, toujours rue de la Marne, des spots sont censés éclairer les consoles (revoir le vocabulaire pour une façade de maison) qui soutiennent le balcon d’une maison du 19e siècle assez décorée (il faudra que je vous la montre de jour)… Mais le spot de gauche a été mal positionné… Il éclaire surtout la gouttière et la corniche sans intérêt de la maison voisine…

Le nouveau mobilier urbain de Poitiers, mars 2012, 05, repose-fesses dans la Grand'Rue Dans la grand’rue (qui monte et qui descend fort), un repose-fesses a été installé il y a quelques mois… je passe devant quasiment quatre fois par jour pour aller et revenir du bureau, je ne l’ai vu occupé qu’une fois, par un couple de personnes âgées (la « cible » de ce pseudo-banc), qui a eu beaucoup de difficultés à se relever… Et pour cause, il est installé beaucoup trop bas, et il n’y a pas de barre pour faciliter le relevage… L’assise devrait être à la hauteur des fesses, un peu comme dans le métro à Paris (où ils se réduisent parfois à une simple barre)…

Le nouveau mobilier urbain de Poitiers, mars 2012, 06, bancs et lampadaires place d'Armes Sur la place d’Armes (Leclerc), je vous ai déjà montré les bancs lors de leur installation et les lampadaires… A comparer aux autres bancs publics de la ville… De ce côté là de la place, ils sont trop près des terrasses, dès qu’il fait humide, ils restent longtemps humides, et non fréquentables, sauf par les BMX (ces vélos urbains), leurs tranches sont déjà chargées d’épaufrures (voir les photographies ici)…

Le nouveau mobilier urbain de Poitiers, mars 2012, 07, lampadaires boules place de la Cathédrale Surprise, je croyais que tous les lampadaires boules, si nuisibles pour les insectes et autres animaux nocturnes, qui envoient plus de lumières dans l’espace que dans la zone à éclairer, avaient tous été remplacés… Seul un est d’un nouveau modèle près de la cathédrale, tous les autres, de plusieurs modèles (!), sont encore des boules dans ce secteur… Pour revoir toute la variété des lampadaires, suivre le lien…

Le nouveau mobilier urbain de Poitiers, mars 2012, 08, les nouvelles attaches à vélo Les nouveaux cadres où il est possible d’accrocher les vélos, ici juste à côté de l’hôtel de ville. Quelques vélos y étant attachés, je suppose qu’ils sont utiles (en tout cas, ils étaient très attendus), mais sont-ils vraiment pratiques?

Le nouveau mobilier urbain de Poitiers, mars 2012, 09, les anciennes attaches &#xE<br /><br />
0; vélo Les anciennes attaches à vélo n’étaient pas non plus très belles, ici au bout de la rue du trottoir, près de la statue de la Liberté.

Le nouveau mobilier urbain de Poitiers, mars 2012, 10, trucs pour faire grimper les plantes Non, ce ne sont pas les sens interdits que je voulais vous montrer, mais l’alibi de verdure dans la rue Édouard Grimaux… Vous ne les voyez pas? Les mâts à leur droite doivent accueillir des plantes grimpantes… Au moins le rosier à droite a survécu, pour le reste, les plantes ne semblent pas trop vivaces… Au bout de la rue, d’un côté, il y a la maison du Dr Letang, à l’autre extrémité, le théâtre et auditorium (TAP).

Le nouveau mobilier urbain de Poitiers, mars 2012, 11, bornes Les nouvelles bornes sont censées empêcher le stationnement anarchique dans les rues piétonnes, en délivrant dans les prochaines semaines un ticket avec une heure d’entrée… les automobilistes ne pourront alors plus se garer que pendant 30 minutes en bas de chez eux. Je suis sceptique sur le fait que ça limite le stationnement anarchique dans ces rues… Au passage, le service voirie va poser un potelet pour éviter le contournement de la borne que je vous ai montré l’autre jour (vers la fin de cet article).

Négatif de voiture mal garée rue de la Cathédrale

Au passage, voici ce que ça donne, les voitures mal garées… Les pavés de briques ont été nettoyées… en contournant justement l’une de ces voitures, un beau rectangle sale pour les mois à venir… (rue de la cathédrale).

Le nouveau mobilier urbain de Poitiers, mars 2012, 12, distributeurs de sacs à crottes Je termine avec du mobilier déjà ancien, mais mal positionné… Les distributeurs de sacs à crottes de chien, qui n’empêchent pas d’avoir une ville semée de déjections canines, et ces deux là sont positionnés dans des zones interdites au chien… Donc si vous en avez besoin, en promenant votre chien, vous n’avez pas le choix, vous y aller avec lui… Le premier est situé square des Cordeliers, près de statue et la plaque en bronze (1929) de Maxime Réal del Sarte, le second près de la fontaine du légat au bout du pont Joubert.

10 réflexions au sujet de « Le nouveau mobilier urbain de Poitiers »

  1. Dianou

    bonjour toi, alors la lyonnaise, tu t’y est plue? tu as pu tout voir? je pense que tu as du voir les défauts comme tu vois ceux de la ville d’angers ! rhoo ma belle, le ville parfaite n’existe pas ! il y a toujours un bidule ou un truc qui ne conviens pas, que veut tu y faire ? En tout cas merci pour ton com, ça me fais bien plaisir de te lire , j’aime bien ta broderie aussi , il est beau ce fil et j’aime bien les motifs, je te fais de gros bisous, dianou

    Répondre
  2. Bastien

    Bonjour, je ne peux m’empêcher, à la lecture de votre blog de m’interroger sur le sens de votre démarche… N’est-elle pas plus politique que réellement « patrimoniale » ?

     

     

    Répondre
    1. Véronique D

      Vous n’avez pas dû lire mon blog… Il est avant tout consacré aux travaux manuels (la moitié des articles) et à la lecture (20% des articles)… Quant au patrimoine, il est dans la cité, la « polis » des Grecs… et donc partie intégrante de la politique!!! ET j’écris ce que je veux, libre à vous de lire ou pas… (il y a moins de 1% d’articles que vous devez qualifier de politiques sur mon blog, et quand bien même j’en ferai 100%… vous pouvez toujours lire ailleurs)

      Répondre
  3. dalinele

    penses-tu que tous les lampadaires doivent forcément être identiques?  pour les vélos, c’est comme pour les chaussures, l’esthétique ne rime pas avec pratique, pas toujours…

    Répondre
  4. Louis

    Haha votre article m’a bien fait rire ! Il me rappelle l’état déplorable de l’aménagement urbain de certaines villes.

    J’espère que la situation s’est arrangée chez vous !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *