Est-ce l’effet du printemps à Poitiers???

Poitiers, rue des Trois Rois le 6 avril 2012, chaussures suspendues Après de petites promenades en ville cette semaine, j’ai reporté l’article patrimoine prévu pour vus montrer ces quelques photographies prises à Poitiers… Tout d’abord vendredi, rue des Trois-Rois… Est-ce un effet des soirées estudiantines trop arrosées le jeudi soir? [PS: il paraît que c’est une sorte de nouveau rituel estudiantin (fin d’études, etc.), mais cela cause des courts-circuits et d’autres ennuis aux villes… j’en ai aussi trouvé à Nantes].

Poitiers, rue des Trois Rois le 6 avril 2012, chaussures suspendues, vue rapprochée Voici de plus près… chaussures suspendues… Peut-être un geste artistique, après tout…

Avril 2012, dégradations des étudiants, rétroviseurs cassés Des étudiants bourrés peuvent aussi arriver à commettre des délits… dans la nuit de vendredi à samedi (du 6 au 7 avril 2012), un groupe d’étudiants de l’Escem (l’école supérieure de commerce de Tours et Poitiers, ils en portaient les couleurs) s’est défoulé en hurlant à tue-tête et en cassant les rétroviseurs de voitures garées dans la rue de la Cathédrale et de la rue Montgautier… riverains réveillés, arrestations (pour une fois, la police est intervenue), comment cette école (qui a perdu certains labels internationaux) peut-elle justifier le débordement de ses étudiants apparemment rassemblés ce week-end à Poitiers??? Le service vie associative et ouverture sociale de cette école a du boulot, j’espère que ces étudiants répareront l’intégralité des dégâts, y compris le coût de remplacement des rétroviseurs, et qu’ils auront droit à une journée de prévention de l’alcoolisme la prochaine fois qu’ils se retrouveront en groupe… Une condamnation pénale avec peine d’intérêt général et mise à l’épreuve leur feraient peut-être enfin prendre conscience de la gravité de leurs débordements.

Avril 2012, dégradations des étudiants, sacs poubelles sur un toit Encore dans la rue Montgautier, des sacs poubelles ont été balancés sur un toit assez bas… mais qui va aller les chercher? Sûrement pas la propriétaire âgée, un petit geste de réparation des étudiants est-il envisageable?

Avril 2012, dégradations des étudiants, enseigne cassée Rue Scévole-de-Sainte-Marthe, juste à côté, je vous avais montré cette enseigne d’Arsène couture avec d’autres enseignes du même artiste… Des étudiants s’y sont suspendus (la barre était déjà dessoudée vendredi matin, ce n’est donc pas le même groupe qui est l’auteur de cette dégradation, ou bien ils étaient passés aussi le jeudi)… Une autre du même artiste a lui eu un accident de chantier: l’enseigne de Roberte et Julienne a été en partie emportée par un engin de chantier…

Poitiers, recépage des berbéris près du musée (3 avril 2012), vue générale Cette fois, c’était mardi en fin d’après-midi… le matin, Monsieur Echo avait fait état d’un étrange communiqué de presse de la mairie, sur le recépage de la haie de béribéris près du musée Sainte-Croix, qui avait gelé cet hiver…

Poitiers, recépage des berbéris près du musée (3 avril 2012), vue rapprochée C’est peut-être parce qu’ils ont été coupés très ras et recouverts de copeaux de bois que la ville a pris des précautions pour dire qu’elle ne les avait pas coupés… Il a fallu que je regarde de très près pour découvrir les touffes… reprendront ou pas? A suivre… (PS: la plupart ont bien repris)

Contournement des plots voitures rue du Marché à Poitiers Comment dépasser les bornes? Au rayon incivisme à nouveau, une pratique que j’avais observée plusieurs fois ces derniers mois, mais je n’avais pas réussi à photographier… Puisqu’une borne bloque la rue le long de la place du Marché (place de Gaulle de son vrai nom), le nouveau sport consiste à la contourner en montant sur le trottoir, la bordure est haute, en accélérant fort, au moment du passage de la bordure, j’ai vu une fois un piéton frôlé par ces abrutis qui pratiquent ce nouveau sport… Espérons que la ville trouvera vite la parade à cette pratique dangereuse… [PS : la ville de Poitiers a mis en place des poteaux qui empêchent désormais cette attitude dangereuse].

Voitures mal garées rue Sainte-Radegonde à Poitiers, 3 et 7 avril 2012 Enfin, je suis passée rue Sainte-Radegonde, à deux pas de chez le maire, le 3 (en haut) et le 7 avril (en bas)… toujours une voiture mal garée… à comparer avec celle de ce précédent article.

13 réflexions au sujet de « Est-ce l’effet du printemps à Poitiers??? »

  1. Daniel C

    ça me désole, surtout pour le superbe travail d’Olivier… des initiatives privées pour enjoliver la ville et voilà…

    Répondre
  2. criquette17

    j’aime bien tes ballades toujours aussi surprenates!! quel debordement ces jeunes , dommage pour tous ces gégats , espérons qu’ils repareront leurs delits, le persan n’est vraiment plus ce qu’il était ! bisous véro

    Répondre
    1. Véronique D

      Les étudiants de l’Escem ont eu un rappel à la loi et devront indemniser les victimes (les parents de ces fils à papa de l’école de commerce, je suppose), d’après la brève parue en ligne dans la nouvelle République, il y aura sans doute un article demain…

      Répondre
  3. mamazerty

    je ne sais pas ce que signifient ces chaussures en l’air , je m’étais posé la question en en voyant ici et là à Nantes et à Paris, on m’avait dit peut être un signe de reconnaissance de gangs????çà ressemble à de la légende urbaine, je ne suis pas très encline à y croire….pour le reste….bigre!!!!!

    Répondre
  4. Luna

    J’ai vu un sujet aux infos à propos de ces chaussures suspendues. C’est le nouveau jeu à la mode chez les jeunes, suspendre ses vieilles chaussures un peu partout. ca occasionne pas mal de problèmes aux agents EDF chargés de les déloger… Encore une belle imbécillité…

    Répondre
    1. Véronique D

      Je ne savais pas pour les chaussures suspendues, une nouvelle coutume pas cool… Pour les rétros, jsq présent, à chaque fois, c’étaient des marginaux qui avaient été mis en cause, mais cette fois, ils ont été pris par la police, et ce sont des étudiants fils à papa!

      Répondre
  5. dalinele

    les chaussures, il y en a une paire aussi en bas de la pénétrante, près du boulevard, sous la haie, je n’avais pas d’appareil-photo, pas de preuve!!!  mais ça m’a étonnée…  ces étudiants en commerce pratiqueraient-ils les tests « raisineux »?  pour les dégâts, oui ça serait normal qu’ils réparent…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *