Jeanne d’Arc par Real del Sarte à Poitiers

Poitiers, Jeanne d'Arc de real del Sarte, plaque avant et après sablage

Je vous ai montré en janvier 2011 (voir à la suite de cet article) le monument réalisé en 1929 par Maxime Real del Sarte pour les 500 ans du passage de Jeanne-d’Arc à Poitiers. Le monument se compose d’une Jeanne-d’Arc dressée sur un haut socle sur lequel est apposée une plaque en bronze du même auteur, et qui avait sur les côtés deux autres plaques de dédicaces disparues depuis 1994, voir dans les commentaires de cet article et le relevé du texte dans la base Monumen. Fin 2011, elle a subi un nettoyage violent… qui se repatinait déjà en février 2012… Et pour mémoire, cette plaque de bronze avant (en 2010) et après traitement (photo du 22 février 2012)… Voir plus de détails dans l’article sur le décapage du monument aux morts de 1870. La société Tollis qui est intervenue pour restaurer le monument de 1870 est également intervenue sur cette plaque…

Poitiers, restauration de la plaque de Jeanne-d'Arc, 1, en cours … qui a bien failli disparaître! Alors qu’elle était en cours de restauration (ici une des phases du traitement), elle avait pris une couleur cuivrée… et des voleurs de métaux ont dû croire qu’elle était en cuivre et non en bronze! Une patrouille de police l’a retrouvée au sol et déposée dans la nuit à la mairie… Frayeur des restaurateurs qui l’ont crue volée le lendemain matin, dépôt de plainte au commissariat… avant qu’un autre service de la mairie ne la « retrouve » à la mairie… La plainte pour tentative de vol est toujours en cours d’instruction…

Poitiers, restauration de la plaque de Jeanne-d'Arc, 2, la plaque restaurée La restauration de la plaque a pu être achevée, et la plaque remise en place.

Poitiers, restauration de la plaque de Jeanne-d'Arc, 3, le monument complet Le choix d’un vert foncé peut se justifier pour le monument aux morts, et peut-être aussi ici d’un certain point de vue, plus proche de la couleur d’origine que le vert d’oxydation qu’elle avait pris, mais comme la statue en pied de Jeanne-d’Arc n’a pas été restaurée, il y a un gros décalage entre les deux éléments du monument…

Article publié le 9 janvier 2011 (légèrement complété après recherche sommaire dans des bases de données)

Poitiers, Jeanne-d-Arc de Real del Sarte, 01, de loin

Née le 6 janvier 1412 à Domrémy, Jeanne d’Arc arrive à Chinon le 6 mars 1429 où elle a une entrevue avec Charles VII de France. Elle est envoyée à Poitiers pour passer devant une commission de théologiens de Paris (réfugiés à Paris dans cette période difficile de la guerre de Cent Ans) qui l’interrogent à plusieurs reprises et chargent des matrones de s’assurer de sa virginité ; elle prend ensuite la tête de l’armée et marche à partir de 15 avril sur Orléans, qu’elle atteint le 29 avril, et réussit à contraindre les Anglais à lever le siège de la ville dans la nuit du 7 au 8 mai 1429.

Poitiers, Jeanne-d-Arc de Real del Sarte, 02, le pas de Jeanne À Poitiers, la légende veut que l’examen ait eu lieu dans ce square des Cordeliers, à l’arrière du palais des ducs d’Aquitaine, comtes de Poitou (la Tour Maubergeon, depuis palais de justice), square dont je vous ai déjà parlé pour le rempart romain. Ce caillou en serait le témoin…

Poitiers, Jeanne-d-Arc de Real del Sarte, 03, de plus près Bon, si vous voulez trouver l’histoire de Jeanne d’Arc, vous n’aurez guerre de difficulté. Je vous rappelle juste qu’elle a été béatifiée en 1909 et canonisée en 1920, et que la semaine du 29 avril au 7 mai donnait lieu à de grandes fêtes johanniques dans toute la France et particulièrement à Poitiers (je vous montrerai un jour des cartes postales des années 1920). Lors de la fête du 2 juin 1929, ce ne fut pas la statue mais une simple « maquette de la future statue en bronze » qui a été dévoilée (voir références dans la presse locale en fin d’article), en présence de François Poncet, sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts. Elle fut accompagnée d’un concours de décoration des rues…Il s’agit sans doute de la maquette en bronze de 115 cm de haut réalisée en 1929 (aujourd’hui au musée Sainte-Croix à Poitiers) plutôt que du modèle en plâtre, réalisé en 1928 et qui ne mesure que 50 cm de haut…(conservé dans le même musée). La maquette en plâtre de la plaque se trouve aussi dans ce musée.

Je n’ai pas eu le temps de chercher la date réelle de la mise en place du bronze dans sa taille actuelle, en tout cas, pas dans les mois qui ont suivi… Il semble y avoir eu un problème de financement (une troisième souscription est lancée en juin 1929…). La maquette de 115 cm ayant été donnée au musée en 1931 par le comité d’érection, il faut peut-être pousser la recherche jusqu’à cette année là… à raison de 60 à 70 vues numérisées par mois pour l’avenir de la Vienne, ça en fait des pages à feuilleter… je complèterai si je tombe dessus un jour (ou si quelqu’un le trouve avant moi et me le signale).

Poitiers, Jeanne-d-Arc de Real del Sarte, 04, signature sur l<br /><br /><br /><br /><br />
e relief Je vous montre aujourd’hui l’œuvre commandée en 1929 au sculpteur ultra-catholique et royaliste Maxime Real del Sarte, dont je vous ai déjà parlé pour les monuments aux morts de Sommières-du-Clain et de Briey (Meurthe-et-Moselle), qui portent aussi une représentation de Jeanne d’Arc. Le monument est composé d’un haut socle avec un bas-relief en bronze surmonté d’une statue en bronze de Jeanne-d’Arc représentée debout. La signature est portée à la fois sur le bas-relief (sous les pieds de Jeanne-d’Arc)…

Poitiers, Jeanne-d-Arc de Real del Sarte, 05, signature sur la statue … et sur la base de la statue. Les maquettes en plâtre de la statue et du bas-reliefs sont conservées au musée Sainte-Croix à Poitiers.

Poitiers, Jeanne-d-Arc de Real del Sarte, 06, le bas-relief en bronze Allez, on s’approche… Il y a toujours des dingues catholiques ou des étudiants avinés qui viennent la fleurir (en ce moment, il y a un collier rouge autour du cou de la statue). Dans un décor qui évoque une église (mais pourquoi pas non plus une partie de la tour Maubergeon), sous un arc brisé reposant sur des chapiteaux, huit personnages assis (les théologiens) écoutent Jeanne-d’Arc qui, debout face à eux, s’explique à grands gestes, bras droit levé, légèrement sur la pointe des pieds (ou en tout cas, talons décollés du sol).

Poitiers, Jeanne-d-Arc de Real del Sarte, 07, détail des théologiens et de Jeanne-d'Arc (relief) Voici encore plus près… Parmi les théologiens, vous repérez au moins un franciscain (reconnaissable à la cordelette) et au moins un moine encapuchonné. Les noms de ces théologiens est donné dans diverses chroniques, Real del Sarte donne juste l’idée qu’ils représentent diverses branches de l’église.

Poitiers, Jeanne-d-Arc de Real del Sarte, 08, la statue en pied La statue est beaucoup plus conventionnelle. Sa maquette a été présentée au salon des artistes français de 1930 sous le nom titre L’ange de la paix.

Poitiers, Jeanne-d-Arc de Real del Sarte, 09, détail de la statue de Jeanne-d'Arc Jeanne-d’Arc, debout, en armure sous sa robe, porte l’épée au côté gauche, un drapeau dans la main gauche et brandit un rameau de la main droite… Cette statue et le bas-relief sont un condensé de réinterprétation, de mystification, de préjugés sur les vêtements et sur la position de Jeanne-d’Arc. Une autre représentation classique de Jeanne-d’Arc est un groupe sculpté à cheval… C’est ce qui a été choisi pour la statue équestre de Jeanne d’Arc par Antonin Mercié à Toulouse par exemple, mais il y a beaucoup d’autres exemples (j’en ai quelques-uns en stock, si le sujet vous intéresse…, dont le médaillon en bronze (1929) de Georges Henri Prud’homme rue de la cathédrale à Poitiers).

Poitiers, carte postale ancienne, square des Cordeliers, Jeanne d'Arc et tour MaubergeonAh, si, encore une chose, la statue a été déplacée, en 1929, elle se tenait au milieu du square, ainsi qu’on peut le voir sur cette carte postale ancienne.

Dans L’Avenir de la Vienne:

juin 1929 : 4 juin (vue 8), les 500 ans du séjour de Jeanne d’Arc à Poitiers ; 27 juin (vue 60), liste de souscripteurs

juillet 1929 : 28 juillet (vue 58), résultat du concours de façades à l’occasion de la fête du 2 juin

20 réflexions au sujet de « Jeanne d’Arc par Real del Sarte à Poitiers »

  1. desages mireille

    bravo pour ces promenades à Poitiers. Ferez vous un jour une visite de l’hotel Fumé, un faux petit chateau gothique? Merci pour ma nostalgie . Mireille

    Répondre
    1. Véronique D

      Plutôt qu’un faux petit chateau gothique… c’est un bel hôtel particulier Renaissance, un peu retouché au 19e siècle!!! En fait, une restrauration de la cour est prévue, cdu coup, j’attends un peu pour faire les articles sur cet hôtel… Peut-être quand même l’extérieur, tout propre deuis 2/3 ans…

      Répondre
  2. Richard.soussaintjean

    Il existait deux plaques, une de chaque côté de la stèle en pierre de la statue de Sainte Jeanne d’arc ou l’ange de la Paix de Maxime Réal d’El Sarté. L’une devait commémorrer la pose de la statue (la société des antiquaires de L’ouest). L’autre, une parole de Sainte Jeanne d’Arc disant bouter les Anglois hors de France.

    Avez vous connaissance du contenu exact de ces inscriptions. et du devenir de ces plaques après leur dépose ?

    Répondre
  3. Soussaintjean

    Une des plaques de la statue de Jeanne d’Arc de Poitiers , square des cordeliers, mentionnait la société des antiquaires de l’ouest avec la date 2 juin 1929, l’autre, Roi d’Angleterre, rendez à la Pucelle, les clefs de toutes les bonnes villes que vous avez enforcées. Elle est venue de par Dieu, pour réclamer le sang Royal. Elle est toute prête de faire la paix, si vous voulez faire raison. Extrait de la lettre dictée par Jeanne d’Arc à Poitiers le 22 mars 1429. La pose de la statue doit dater de 1928 et peut être l’innauguration de 1929

    Répondre
  4. Chantal

    Bonjour,

    Vaut mieux tard que jamais…

    Ci-après mes notes, sans prétention de ma part, relatives aux textes des plaques latérales en bronze, qui ornaient, jadis, le piédestal, de la statue de Jehanne d’Arc de Poitiers, dite « l’Ange de la Paix », due à Maxime Réal del Sarte, qui ont purement et simplement disparu :

    • A droite : Le texte relatait l’inauguration :

    C’est à l’initiative de la société des antiquaires de l’ouest, et avec l’aide des poitevins – un comité avait même été créé – que cet hommage à la Pucelle put être rendu.

    La statue fut inaugurée par le sous-secrétaire aux Beaux-Arts de l’époque, François Poncet, le 21 juin 1929.

     

    Ce Comité était placé sous le patronage de Maître Roux.

     

    • A gauche : Texte de la lettre de Jehanne d’Arc aux Anglais :

    Roi d’Angleterre, rendez à la Pucelle les clefs de toutes les bonnes villes que vous avez enforcées.

    Elle est venue de par Dieu pour réclamer le sang royal.

    Elle est toute prête de faire la paix, si vous voulez faire raison.

    Extrait de la lettre dictée par Jeanne d’Arc à Poitiers le 22 mars 1429.

     

    Bribes article « Nouvelle République » du 15 mai 1994 :

    LA PUCELLE ORPHELINE…

    …Après de nombreux coups de téléphone aux services techniques municipaux, au service ville d’art et d’histoire, à l’office de tourisme, aux espaces verts, au musée, il a été impossible d’en avoir des nouvelles. Donc, tout laisse à penser qu’elles ont été volées, mais personne ne s’en est vraiment inquiété jusqu’à maintenant et la disparition des deux plaques qui doivent peser quelques dizaines de kilos est même passée inaperçue…

     

    Chantal

    Répondre
  5. Soussaintjean

    De toutes ces précisions, il résulte que personne ne se soucie de ces plaques. Peut être la Société des Antiquaires de l’Ouest a t’elle une réponse ?

    Anecdote: Une pierre, fendue et recollée, se trouve à côté du monument. Tradition populaire poitevine, se serait appelée: « le montoir de Jeanne ». La Pucelle aurait pris appui de son pied sur cette pierre pour se hisser sur son cheval à son départ de Poitiers. A l’origine, cette pierre était sous le porche de la maison de la rue de la Cathédrale, où Jeanne était logée pendant son séjour poitevin. La présence de ces pierres porchaires, se justifiaient pour la protection des pilasses contre les agressions des roues des fiacres ou des carrosses.

    Répondre
    1. Véronique D

      la pierre y est toujours, quant aux plaques, aucune idée, j’ai d’autres priorités dans la vie que d’écrire à la SAO! Surtout que la SAO a fait don de ses collections à la ville depuis des dizaines d’années…

      Répondre
  6. Dianou

    Bonjour ma belle , merci pour tes nombreux commentaires , ma mésaventure me laisse triste, mais bon, ça va passer , je viens de lire ton article avec attention , pauvre Jeanne , elle ne méritait pas la mort affreuse qu’elle a eue . Ils étaient vraiment horribles à l’époque surtout qu’avant elle a du souffrir un moment dans les geoles , brr ça fait froid dans le dos . On le voit maintenant en Sainte mais elle a certainement pas voulu ça de son vivant. Curieux ces fleurs qui sont ainsi posées sur cette plaque . Quand au vol , il y a des habitants peut scrupuleux . je te fais de gros bisous, Dianou

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *