Archives par étiquette : André Marcon

En route pour le festival Télérama 2016

Affiche du festival Télérama 2016Le festival Télérama 2016 commencera mercredi 20 janvier et se poursuivra jusqu’au 26… toujours le même principe, 15 films sélectionnés plus un jeune public, à 3,50 euros dans les cinémas d’art et essai participants… et en vous munissant du bon qui sera dans les Télérama du 13 et du 20 janvier 2016. Je suis pas mal allée au cinéma cette année et j’ai vu un certain nombre de films de la sélection. Il y a aussi deux films dont je ne vous ai pas parlé, Marguerite de Xavier Giannoli et La loi du marché de Stéphane Brizé, vous trouverez mes avis sous les films de la sélection.

Comme en 2015, 2014, 2013, 2012, 2011, 2010 et 2009, il y a:

les films que j’ai vus avant le festival, 8 sur 16, c’est pas mal!

– les films que j’ai vus pendant le festival

– les films que je ne verrai pas, ceux qui ne me tentent pas et ceux qui ne passeront pas à Poitiers!

  • Life d’Anton Corbijn
  • Much loved de Nabil Ayouch
  • Birdman d’Alejandro González Iñárritu
  • Phoenix de Christian Petzold
  • Fatima de Philippe Faucon

 

Marguerite de Xavier Giannoli

Affiche de Marguerite de Xavier GiannoliL’histoire : à Paris dans les années 1920. Marguerite Dumont [Catherine Frot] chante pour ses amis pour des œuvres de bienfaisances. Elle chante faux mais ne s’en rend pas compte, personne n’ose le lui dire, surtout pas Madelbos, son majordome [Denis Mpunga] qui la photographie dans chacun de ses rôles. Elle est même encouragée par le journaliste Lucien Beaumont [Sylvain Dieuaide] et son ami, l’artiste d’avant-garde Kyril von Priest [Aubert Fenoy].Et voilà qu’elle veut se produire à l’opéra. Georges, son mari [André Marcon], qui l’a épousé pour sa fortune, engage un professeur de chant, Atos Pezzini [Michel Fau], ancien chanteur sur la fin de sa carrière, qui débarque avec son gigolo, une femme à barbe et un ­pianiste…

Mon avis : Xavier Giannoli a transposé dans les années 1920 à Paris l’histoire de Florence Foster Jenkins (1868-1944) à New-York. Si beaucoup de critiques ont loué la performance de Catherine Frot, avec sa voix cassée, j’ai trouvé celle-ci insupportable et me suis vraiment ennuyée… presque pendant les 2 heures du film. Les leçons sont interminables, les exploits de l’équipe de bras cassés qui essayent de profiter de l’argent de Marguerite traînent en longueur. Deux personnages passés sous silence par la critique sortent néanmoins du lot pour moi, le majordome et le médecin qui tente de soigner sa voix.

La Loi du marché de Stéphane Brizé

Affiche de La Loi du marché de Stéphane BrizéL’histoire : de nos jours… Après quinze mois de chômage, Thierry [], 51 ans, a du mal à vivre avec sa femme [Karine de Mirbeck] et Matthieu [Matthieu Schaller], leur fils adolescent infirme moteur cérébral. Aussi, quand le conseiller de Pôle Emploi [Yves Ory], après plusieurs propositions décalées, lui propose un poste de vigile dans un supermarché, il ne peut pas refuser. Le voici à devoir fliquer plus ses nouveaux collègues que les clients. Alors que son couple vacille, il doit faire des choix, accepter d’être du côté du patron [Saïd Aïssaoui] pour garder son emploi ou refuser des délations infamantes pour ses collègues caissières [Gisèle Gerwig, Françoise Anselmi, Sakina Toilibou].

Mon avis : toute la critique s’est extasiée sur cette histoire qui retrace un monde du travail cruel, et sur le rôle de Vincent Lindon (récompensé au festival de Cannes). Oui, des patrons qui font licencier une caissière pour avoir utiliser un coupon de réduction, ça s’est vu (mais les prud’hommes ont été saisis), oui, il y a du flicage et des suicides au travail, oui, certains patrons exercent des pressions pour faire démissionner le personnel plutôt que de payer le licenciement, mais franchement, j’ai trouvé que beaucoup de scènes sonnaient faux (l’entretien d’embauche via Skype existe peut-être, mais la scène manque de crédibilité, comme beaucoup d’autres), et que l’histoire était très en-deçà de ce que j’ai pu voir dans des films documentaires dans le cadre du festival Filmer le travail, dont le point fort de la septième édition aura lieu début février (une semaine de films et de débats, expositions, etc.), ce festival propose des films souvent suivi d’un débat toute l’année en collaboration avec les salles d’art et essai à Poitiers.

Les garçons et Guillaume, à table ! de Guillaume Gallienne

Affiche de Les garçons et Guillaume, à table ! de Guillaume GallienneSortie cinéma samedi, avec une amie, nous sommes allés voir Les garçons et Guillaume, à table ! de et avec Guillaume Gallienne, qui a adapté au cinéma une pièce qu’il a également écrite et jouée.

Le film : de nos jours, sur scène. Guillaume Gallienne [lui-même dans son rôle] joue une pièce de théâtre et passe régulièrement dans son propre passé dans une riche famille. Sa mère [Guillaume Gallienne] aurait préféré une fille plutôt qu’un troisième garçon. Adolescent, il préfère jouer Sissi l’impératrice que les sports auxquels son père [André Marcon] aimerait qu’il participe. Pour lui faire passer ses manières efféminées, le voici dans un pensionnat en France puis en Angleterre…

Mon avis : une comédie légère dans laquelle Guillaume Gallienne joue avec brio son propre rôle adolescent mais aussi et surtout celui de sa mère. Le sujet est pourtant « grave »: élevé comme une fille, est-il vraiment homosexuel, comme tout le monde (ses frères, son père, sa mère, sa tante, ses compagnons d’internat) semble le penser, même lui finalement, jusqu’au coming-out (hétéro) final! La scène du conseil de révision est très réussie (le pauvre psychiatre militaire finit par en bégayer lui-même), le voici réformé… et avec des séances de psy. Un bon moment de détente!