La gare de Limoges, l’extérieur

La gare de Limoges, vue rapprochéeLe président de la République l’a décidé, dans la fusion des régions, Poitou-Charentes sera mariée de gré ou de force avec le Limousin et le Centre, formant au choix des internautes Police (POitou LImousin CEntre), CCCP (façon URSS en cyrillique, Centre Charentes Corrèze Poitou) ou, mon préféré, Plouc (PoitouLimOUsinCentre)… Puisque le mariage est annoncé et que l’on ne sait pas encore quelle sera la capitale (Orléans est peu probable, trop excentrée, Poitiers et Limoges trop petits, peut-être Tours?), penchons-nous sur le patrimoine… J’ai déjà consacré une longue série d’articles à , parle de Poitiers chaque dimanche, mais ai peu abordé , la dernière fois l’année dernière contre le projet de LGV Poitiers-Limoges… Retournons-y, avec des photographies de novembre 2010.

[PS: et pour mettre de l’huile sur le feu, à côté de l’Aquitaine d’Aliénor (et des Guillaume, comte de Poitou-duc d’Aquitaine), il y a aussi Charles II de Poitou, futur roi Charles VII, comte de Poitou, duc de Touraine, duc du Berry, LOL!]

La gare de Limoges, vue du parc voisinDébarquement à la gare des Bénédictins, en centre-ville et au coeur des voitures, mieux vaut s’éloigner un peu pour voir l’ensemble.

L'ancienne gare de Limoges de 1856, vue sur une carte postale ancienne antérieure à 1914La première gare construite en 1856, que l’on peut voir sur cette acrte postale ancienne, a été remplacée par la gare actuelle entre 1925 et 1929 par Roger Gonthier (1884-1978), architecte de la compagnie du Paris-Orléans dont les initiales PO parsèment la façade.

La gare de Limoges, vue extérieure du domeDominée par son campanile (haut d’une soixantaine de mètres) et surtout célèbre pour son dôme d’une trentaine de mètres de diamètre, la gare a été inscrite parmi les monuments historiques en 1975, elle a failli être détruite par un incendie en février 1998. Deux ans de travaux de restauration ont été nécessaires et le dôme presque entièrement reconstruit à l’identique.

La gare de Limoges, signatures H. Varenne, 1927, sur les statuesLa large façade est encadrée par deux petites entrées sous marquise, départs à gauche et arrivées à droite. Cette façade est cernée par deux statues monumentales dues à (1860 – 1933), qui a réalisé pour la même compagnie la sculpture de la façade de la gare de Tours (mais pas les allégories de Limoges et Nantes par , les allégories de Bordeaux et Toulouse par ) et beaucoup d’autres œuvres. a laissé sa signature, H. Varenne et 1927 sur les statues, 1926 sur les reliefs qui ont pris place dans les écoinçons monumentaux.

La gare de Limoges, allégorie de Cérès par VarenneA gauche, , déesse de l’agriculture, est représentée nue, acoudée sur l’arc avec un boeuf et des gerbes de céréales.

La gare de Limoges, allégorie de Mercure par VarenneA droite se prélasse , dieu des voyageurs (du commerce et des voleurs), avec son caducée et coiffé de son casque ailé mais accompagné d’attributs industriels plus inhabituels. On retrouve le couple Cérès/Mercure par exemple sur les halles de Niort (1871) ou sur l’ancienne chambre de commerce de Poitiers (1935, par ).

La gare de Limoges, allégorie de la porcelaine par VarenneLes deux statues monumentales sont des allégories des activités industrielles de la ville de , liées aux arts du feu, la porcelaine et l’émail. Les deux sont représentées sous les traits d’une femme assise accompagnée d’un enfant qui se tient par terre, en appui sur les genoux de la femme. La figure de la porcelaine tient un vase…

La gare de Limoges, allégorie de l'émail par Varenne… alors que celle qui figure l’émail tient un petit coffret (en cours d’émaillage?).

La gare de Limoges, allégorie de l'émail et fronton du hall d'arrivéeLe jour de ces photographies, il faisait beau mais … j’avais un train à prendre, lors de mon passage suivant (il y a presque un an, en mai 2013, il y avait de belles giboulées), du coup, je ne peux pas vous montrer de belles photographies dela tête de Mercure sur la façade nord, ni, côté ouest, les armes des villes desservies par le Paris-Orléans (et au-delà), les actuelles gares sur le POLT (revoir LGV Poitiers-Limoges versus Polt) / Paris-Orléans-Toulouse via Montauban, ainsi que les armoiries d’Agen, , Blois, Bourges,  Poitiers et , la boucle du futur PLOUC (et de l’option abandonnée de l’union avec l’Aquitaine) est bouclée! Allez, j’ai quand même quelques photographies prises sous le dôme… pour un autre article! [à lire maintenant ici: La gare de Limoges, l’intérieur].

Photographies de novembre 2010.

7 réflexions au sujet de « La gare de Limoges, l’extérieur »

  1. NiniDS

    Merci pour ce reportage intéressant, je ne connaissais pas la gare de Limoges, j’ai plusieurs fois traversé cette ville pour aller en Corrèze…
    Pour notre nom, je vote sans souci pour PLOUC, histoire de montrer aux Parisiens que nous pouvons avoir le sens de l’humour…
    Je ne comprends pas bien l’intérêt de nous joindre le Centre, j’aurais préféré la Loire Atlantique (j’aime beaucoup Nantes), mais comme on ne nous demande pas notre avis…
    Et Tours sera sans doute choisie comme « capitale » régionale…
    Petite question subsidiaire : les petits départements comme le mien vont-ils peu à peu voir disparaître leur identité ??
    Et autre question vicieuse : puisque l’Etat va faire des économies (il parait), Est-ce que nos impôts locaux vont baisser ? à Niort, ils sont prohibitifs !!
    Bises, bon week-end.

    Répondre
    1. Véronique Dujardin Auteur de l’article

      Je pense qu’il ne faut pas rêver sur les économies (dans un premier temps, il va falloir construire de nouveaux hôtels de région… tu parles, les élus ne seront pas moins nombreux, il faudra loger les services regroupés). Et les finances de Niort, si j’ai bien compris, ne sont pas au plus haut avec les derniers travaux… Mais si ça peut te rassurer, les impôts locaux à Poitiers sont pas mal non plus. Bonne journée!

      Répondre
  2. Maryse

    Ah bonne question sur les impôts locaux à Niort que je connais bien.
    Limoges future capitale régionale grâce à sa magnifique gare où j’ai passé de nombreuses heures d’attente? Ouaouh mais la ligne Limoges-Poitiers défie le temps escargot, à chaque clocher ou troquet on s’arrêtait…. Le trajet durait une éternité, idem pour d’autres destinations: mon fils fait un stage de trois mois aux Sables d’Olonne et pour venir à Poitiers (environ 120km et 2h par la route) de 4 à 5 h de train via Nantes et Tours ou via La Rochelle…. Il faut vouloir faire le déplacement. Seul moyen cool : le covoiturage, quand on en trouve en fonction des horaires … Bref, il faut 3h30 pour faire Lille-Poitiers et de 4 à 5h en moyenne pour les Sables-Poitiers. Bravo les transports collectifs qui doivent pallier les transports individuels et donc éviter les excès de consommation de carburant. ex. Mon fils a choisi le covoiturage mais a dû demander de sortir une heure plus tôt pour en profiter…. Grrrr

    Répondre
  3. mamazerty

    bienvenus chez les Ploucs, alors^^, ceci dit avec respect, hein qu’on ne me fasse pas dire c e que je ne pense pas…d’abord c’est toi qui a s commencé!
    bon et bien j’en ai des articles « en retard « à lire chez toi!
    je me réabonne, OK?et je reviendrai

    Répondre
  4. JM

    Bonjour Véronique

    Encore bravo pour le reportage sur la gare de Limoges.
    Poitiers – Limoges – Tours, polygone des Bermudes…
    grâce à vous, deviendra un triangle d’Or !
    jm

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *