Archives par étiquette : médecine

Médecin de campagne de Thomas Lilti

Affiche de Médecin de campagne de Thomas LiltiDimanche dernier, je suis allée voir Médecin de campagne de Thomas Lilti [revoir mon avis sur Hippocrate].

Le film : de nos jours, dans une campagne reculée à la limite du Val-d’Oise et de la Normandie. Tous les jours, à domicile ou à son cabinet, Jean-Pierre Werner [François Cluzet] soigne avec engagement ses patients. Un jour, il doit consulter son ami Norès [Christophe Odent], le verdict tombe, tumeur au cerveau, il lui faut se soigner, se reposer, lever le pied. S’il accepte le traitement (chimio dans un premier temps), il ne ralentit pas son travail. Norès lui envoie Nathalie Delezia [Marianne Denicourt], une jeune consœur, une ancienne infirmière qui vient de terminer son internat et originaire d’un village voisin. Ils vont devoir petit à petit s’apprivoiser, Nathalie va aussi devoir se faire accepter par les patients…

Mon avis : un film touchant qui montre les différentes facettes du médecin de campagne, à la fois médecin, psychologue, assistante sociale, petit chirurgien, radiologue… Le film aborde également la question des déserts médicaux (débat sur la création d’une maison de santé, éloignement des hôpitaux et maternités), la question du maintien à domicile de certains patients. A travers le portrait du médecin, c’est toute la vie du village qui est tracée, sans pathos, avec des scènes assez drôles. J’ai beaucoup aimé ce film. Juste une petite remarque, l’héminégligence (le fait de ne pas « voir » la moitié de l’environnement, en fait l’œil voit bien mais le cerveau n’interprète pas l’image), conséquence de la tumeur au cerveau, s’exprime curieusement, juste sur l’assiette et lors d’un test neurologique (le genre de ceux que je réussis, ouf!, mais j’en réussis de plus en plus), pas dans le reste de la vie courante (se raser, se laver, etc.). Dans l’absolu, ce n’est pas très grave qu’un film simplifie l’héminégligence, sauf pour le message délivré à ceux qui en souffrent et à leurs proches: le médecin continue à conduire, alors que l’héminégligence est une contre-indication stricte à la conduite automobile (c’est d’ailleurs pour ça que j’ai été testée sur ce plan aussi, et de mon côté, je continue à passer d’autres tests pour vérifier mes capacités à conduire). C’est assez irresponsable de laisser croire que ce médecin est apte à la conduite!

Hippocrate de Thomas Lilti

Affiche de Hippocrate de Thomas LiltiTrois semaines sans cinéma, c’est assez rare pour moi… Je suis allée voir hier Hippocrate de Thomas Lilti [du même réalisateur, voir aussi mon avis sur Médecin de campagne].

L’histoire: de nos jours dans un grand hôpital parisien. Benjamin [Vincent Lacoste] commence son premier semestre d’internat dans le service de médecine interne de son père, le professeur Barois [Jacques Gamblin]. Il va faire équipe avec Abdel [], médecin algérien qui fait fonction d’interne pour valider en France son diplôme. Une nuit de garde, un patient alcoolique et SdF pour lequel le jeune interne ne fait pas d’électro-cardiogramme (la machine est en panne), et au réveil, il est mort. La hiérarchie couvre, ça l’arrange. Mais voici qu’une vieille dame est admise, qui va poser de graves questions de conscience et d’éthique…

Mon avis: interne débordé (et qui fume trop), baisse des moyens des hôpitaux, salle de garde avec blagues de carabins, père grand patron absent, voilà un cocktail pour une comédie assez réussie. S’y ajoutent des sujets qui méritent un débat sérieux, les FFI (médecins étrangers faisant fonction d’interne, des médecins expérimentés qui repassent un internat pour valider leur diplôme étranger) et la question de la fin de vie. Côté acteurs, j’ai un faible pour , découvert dans Gare du Nord de Claire Simon. Le cas de la vieille dame, d’abord opérée d’une fracture du col du fémur alors qu’à 88 ans, elle souffre d’un cancer généralisé. Elle arrive dans un service de médecine interne, avec la morphine elle peut avoir un meilleur confort de vie, mais l’intérêt du service est de la faire transférer ailleurs, quitte à la nourrir de force par sonde gastrique pour la faire sortir plus vite (elle émargerait sur un autre budget et le service récupèrerait un livre lit [oups, grosse fatigue pour moi! merci Grégory!]). On dépasse l’acharnement et la maltraitance quand elle est ranimée contre sa volonté. Et là, on rejoint la question des directives anticipées, et de leur caractère non contraignant pour les médecins, ce qui est à mon avis inadmissible. Une bonne comédie, n’hésitez pas à aller la voir!

Ce film a été inclus dans le festival Télérama 2015, dans lequel j’ai vu:

Nouvelles sur ordonnance de Denis Labayle

Couverture de Nouvelles sur ordonnance de Denis LabayleUn livre qui m’a été envoyé par Zazimuth. il y a déjà un moment… Elle l’avait reçu dans le cadre d’une opération masse critique de Babelio  (elle en a parlé ici). A mon tour, je peux le faire circuler, s’il intéresse quelqu’un..

Le livre : Nouvelles sur ordonnance, de Denis Labayle, éditions Dialogues, 2013, 151 pages, ISBN 9782369450214.

L’histoire : un recueil de dix nouvelles dont le narrateur est un médecin qui rapporte diverses relations avec ses patients, praticien hospitalier parisien. Il s’ouvre par Le mensonge amoureux, le médecin d’abord troublé par une patiente impertinente d’une vingtaine d’années, qui s’avère avoir un grave cancer et que l’on suit au fil de sa maladie, invasion de la chambre par ses amis de banlieue, opération, traitements éprouvants. Dans Le secret du père Jérôme, il est à nouveau question de cancer, mais cette fois d’un ami perdu de vue depuis vingt ans, mais plus que de la maladie, il est ici question du passé des deux hommes et d’un enfant secret… Au fil des nouvelles, vous trouverez aussi une médecin en burn-out (La dérive), un condamné qui sauve un enfant par le don d’un lobe de son foie (Le repenti), l’infarctus du voisin de la maison de campagne (Le jour du 14 juillet), un vieux couple de sans domiciles fixes pour lequel le médecin va découvrir un inhumain centre de séjour (La révoltée des quatre saisons), encore un cancer pour cette femme soumise à son mari entrepreneur (L’inquiétant M. Kervel), le choc des cultures avec la togolaise Célestine (Le ventre de Célestine), l’aide à un ami alcoolique (Bistrot), un cancer qui mène à un grand concert (Docteur Schumann).

Mon avis : Merci à toi, Zazimuth, pour ce livre qui m’a bien plu… et n’hésitez pas à lire son article. Des nouvelles de longueurs variables, de quelques pages à une trentaine de pages, qui sont le reflet de la carrière d’un médecin, de ses amitiés, de ses relations avec ses patients. Il y est aussi question d’éthique, d’adaptation au monde différent de certains patients, du sors réservé aux SdF dans des lieux qui n’ont pas beaucoup évolué depuis les hospices médiévaux, à commencer par le manque d’hygiène et l’éloignement de la ville. Des nouvelles souvent graves, parfois drôles, toujours empreintes d’humanité… à découvrir absolument!