Les six jours du Condor de James Grady

Coffret de huit polars réédités par Télérama en 2010 Les vacances ont été l’occasion de ressortir et de terminer le coffret « polars » de Télérama…

Le livre : Les six jours du Condor de James Grady, traduit de l’anglais par Jean-René Major et Sylvie Messinger Ramos, suivi d’une nouvelle, Condor.net, 2006, traduit de l’anglais par Jean Esch, Télérama / Rivages / noir, 253 pages, 2010, ISBN 9782743616625 (première édition en 1974).

L’histoire : à Washington fin 1970. La société américaine de littérature historique abrite une branche de la CIA, où Ronald Malcolm, nom de code Condor, a été recruté via son professeur d’espagnol. Le travail de cette équipe consiste à dresser des fiches à partir de la littérature… Alors qu’il s’est absenté pour aller chercher à déjeuner à ses collègues, toute l’équipe est massacrée par des tueurs implacables. D’une cabine, il appelle le numéro d’urgence, un rendez-vous est donné, mais il s’aperçoit que l’un des officiers est de mèche avec les tueurs… Commencent alors six jours de cavale, où il va tenter de sauver sa peau et de découvrir qui sont ces tueurs et quels sont leurs motivations…

Mon avis : je ne suis pas très amateur de livres ou de films d’espionnage, je n’ai d’ailleurs pas vu l’adaptation de ce livre en trois jours (Les trois jours du Condor, de Sydney Pollack, avec Robert Redford et Faye Dunaway). En dépit des invraisemblances et du super héros qui se sort de toutes les situations, le livre est assez agréable à lire, surtout au second degré, il est assez révélateur de la parano des services secrets américains envers le terrorisme extérieur en négligeant la menace de personnes issues de ses propres services… Quant à la nouvelle, censée être plus actuelle, je n’ai absolument pas adhéré…

Retrouvez tout le coffret Télérama

2 réflexions au sujet de « Les six jours du Condor de James Grady »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *