J’étais Dora Suarez de Robin Cook

Coffret de huit polars réédités par Télérama en 2010 Il y a quelques mois, Télérama a réédité une série de polars, dont celui-ci, de Robin Cook, l’auteur anglais (1931-1994), pas l’auteur américain (1940-) de polars à dominantes médicales (que j’ai à peu près tous lus).

Le livre : J’étais Dora Suarez, de Robin Cook, traduit de l’anglais par Jean-Paul Gratias, Télérama / Rivages / noir, 264 pages, 2010, ISBN 978-2-86930-476-5 (première édition en anglais : 1990, en français : chez Rivages en 1990).

L’histoire : à Londres, en 1990 (une victime, Betty Carstairs, a 86 ans et il est dit plus loin qu’elle est née en 1904). La prostituée Dora Suarez, âgée d’une trentaine d’années, est massacrée avec une extrême violence, à coups de haches. Son meurtrier a bu de son sang. La vieille dame qui la logeait, ayant surpris le meurtrier, est violemment projetée contre une vieille horloge et meurt aussi. La même nuit, Felix Roata, proxénète et copropriétaire d’un club très particulier, est abattu à quelques rues de là par le même tueur. La hiérarchie policière rappelle un des ses policiers solitaires qu’elle avait mis à pied pour avoir frappé un de ses supérieurs dans une précédente affaire. Il réintègre donc son service. Très vite, l’autopsie révèle que Dora Suarez était en train de mourir du SIDA (en phase terminale) et l’enquête qu’elle préparait son suicide pour le soir même. Coïncera-t-il le tueur?

Mon avis : noir, c’est noir… La narration est originale, alternant la troisième personne (surtout au début et à la fin) quand il s’agit du point de vue du tueur, et la première personne pour le point de vue du policier, qui reste sans nom tout au long du récit. Ce policier est un vrai écorché, sa femme avait sombré dans la folie et assassiné leur fille de neuf ans. Il mène l’enquête à sa façon, presque seul, il n’accepte l’aide que de l’enquêteur chargé du meurtre de Roanna. Où l’on touche de près la corruption de la police, mais notre enquêteur ne se laisse pas acheter, et la contamination criminelle de filles pour satisfaire de riches atteints (et le sachant) du SIDA.

Pour aller plus loin : ce volume est le quatrième de la série Factory qui comprend On ne meurt que deux fois (1984), Les mois d’avril sont meurtriers (1985), Comment vivent les morts (1986) et donc J’étais Dora Suarez (1990). Je ne me souviens pas avoir lu les premiers…

Retrouvez tout le coffret Télérama

8 réflexions au sujet de « J’étais Dora Suarez de Robin Cook »

  1. flo

    Si c’est trop noir, je ne sais pas …

    Demain je vais à la média, chercher le policier pour la rentrée  » Le poète  » de Connely, je pense que tu dois connaître … je n’ai jamais lu cet auteur encore.

    Je te reparle de celui que je termine, il est dans la liste des 60 pages : Pierre Jourde  » Pays Perdu  » noir aussi mais dans un autre genre, je ne connais pas l’histoire mais l’écrivain aurait eu un procés pour les révélations faites ici …

    Merci et bonne soirée pour toi

    Répondre
  2. clob

    Ouvrages inconnus pour moi ….. 

    Je prepare mon sejour Londonnien … avec un polar très humour anglais de PG Wodehouse …Bonjour jeeves !!! et question flegme britannique je suis servie !!!!

     bise

     passe un bel été riche en lecture et decouvertes !

    Répondre
    1. Véronique D

      Ah les aventures de Wodehouse, j’adore! Chez 10/18, je crois, de mémoire, il y a aussi une série de polars qui se passent sur des champs de course et qui sont très sympas (enfin, lus il y a longtemps…). Si ça t’intéresse, je peux chercher dans ma bibliothèque ce soir!

      Répondre
  3. clob

    oui exact chez 10/18 ! j’ai trouve les 6 premiers  sur Montolieu (11) le village du livre ( bouquinistes plein les ruelles !)   en parfait etat  sans odeur de vieux papier ( j’aimepô  !) pour 5 euros !!!!! alors je me regale

    je crois que pour mes vacances entre mes achats depuis 1 mois et cette serie je suis pourvue !!!!!   merci à toi mais non ne cherche pas je n’aurais pas le temps avant le jour « D »

     clo 

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *