La bête contre les murs de Edward Bunker

Coffret de huit polars réédités par Télérama en 2010 Les vacances ont été l’occasion de ressortir et de terminer le coffret polars de Télérama…

Le livre : La bête contre les murs de Edward Bunker, traduit de l’anglais par Freddy Michalski, Télérama / Rivages / noir, 297 pages, 2010, ISBN 9782869307230 (première édition en 1977).

L’histoire : dans les années 1970 en Californie, prison de San Quentin. Ronald Decker est jeune, il vient d’être condamné pour trafic de drogue… Enfin, condamné sans durée de peine, une sorte de mise à l’épreuve, le juge fixera la durée de la peine dans deux ans… Une prison violente, avec ses gangs, ses conflits raciaux… la menace permanente du viol entre détenus. Une prison aussi où certains gardiens sont corruptibles (d’autres tirent à vue sur les détenus), où il est possible de faire du trafic, où il y a plusieurs meurtres entre détenus par an… Dans cette jungle, Ron est pris en charge par Earl Copen, qui a monté sa petite entreprise de trafics avec quelques autres détenus dans la prison (la Fraternité Blanche), et qui entreprend d’apprendre les codes et la survie à Ron…

Mon avis : encore une fois, je n’ai pas vu l’adaptation de ce livre au cinéma par Steve Buscemi. J’ai donc découvert le milieu carcéral américain, même si c’était il y a quarante ans, ça reste sans doute d’actualité, vu le peu qui en filtre notamment par des associations des droits de l’homme… Un monde ultra violent, capable en quelques mois de transformer un petit trafiquant de drogue en caïd meurtrier (certes pour défendre sa vie, ou plutôt pour éviter le viol par un autre détenu). Un monde que connaissait l’auteur, qui avait passé plusieurs en prison. Un portrait sans concession sur la violence des détenus et des gardiens, la peine de mort en filigrane, la haine raciale… sans compter les malades mentaux dont la place n’est pas en prison… Un portrait que nos dirigeants aussi devraient lire, même si nos prisons n’en sont pas encore à cet état de non-droit, certaines n’en sont pas loin, la France n’arrête pas de se faire condamner (sans effet) par la cour européenne des droits de l’homme pour traitements inhumains et dégradants (abus de fouilles au corps, fouilles au corps encore comme moyen de pression, cellules insalubres, etc.), pour les suicides si nombreux, pour moultes dérapages…

Retrouvez tout le coffret Télérama

Une réflexion au sujet de « La bête contre les murs de Edward Bunker »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *