Deux éléphants affrontés

La façade de Notre-Dame-la-Grande à Poitiers, position du chapiteau aux éléphants Revenons à l’église Notre-Dame-la-Grande à Poitiers. Cette fois, je vous emmène sur la façade, mais dans une partie que les visiteurs oublient souvent de regarder, subjugués par les scènes du registre supérieur.

Poitiers, Note-Dame-la-Grande, façade occidentale. Les chapiteaux gauches de l'arcature aveugle nord Le thème de l’éléphant n’est pas rare en Poitou, il se trouve à Poitiers à Saint-Jean-de-Montierneuf (copie sur place, original déposé au musée Sainte-Croix à Poitiers), dans la Vienne à Saint-Nicolas à Civray ou sur le chevet de l’église de Saint-Maurice-la-Clouère, près de Gençay. Les plus connus sont sans doute ceux d’Aulnay, dans la nef, où le sculpteur a ajouté l’inscription HI SUNT ELEPHANTES. Les sculpteurs pouvaient trouver les modèles dans des manuscrits ou sur des tissus.

Poitiers, façade de Notre-Dame-la-Grande, le chapiteau aux éléphants, 1, vu de trois-quarts Sur la façade de Notre-Dame-la-Grande à Poitiers, ils sont affrontés au sens propre: leurs deux fronts se touchent sur l’angle du chapiteau.

Poitiers, façade de Notre-Dame-la-Grande, le chapiteau aux éléphants, 2, l'éléphant extérieur L’éléphant qui se trouve à l’ouest (en façade) a été le plus soumis aux intempéries et est très érodé.

Poitiers, façade de Notre-Dame-la-Grande, le chapiteau aux éléphants, 3, l'éléphant intérieur Celui qui se trouve au sud, dans l’ébrasement de l’arcature, est mieux conservé. Vous remarquez sur son ventre le harnachement que l’on trouve sur quasiment tous les éléphants romans de la région, et la queue qui se termine de feuille, trait décoratif assez systématique sur la façade de Notre-Dame-la-Grande.

Un peu d’histoire, même si je reparlerai de cette église : mentionnée au Xe siècle, l’église Notre-Dame-la-Grande est construite en partie sur des fondations romaines et conserve sur son élévation nord un mur qui pourrait dater entre l’Antiquité tardive et l’époque carolingienne… Elle a été reconstruite et consacrée en 1086 par Eudes de Châtillon, le futur pape . Il s’agissait alors d’une collégiale (avec un chapitre de chanoines). Une vingtaine d’années plus tard, l’église est considérée comme trop petite et allongée vers l’ouest de deux travées, la façade prend sa place actuelle. Il faudra que je vous montre le reste de la façade et l’intérieur…
Schéma d'un chapiteau: astragale, corbeille et tailloir
Un peu de lecture : pas cher et pratique à emporter pour une visite sur place, paru à l’occasion de la fin des travaux de restauration de la façade, un Itinéraire du patrimoine, n° 85, dirigé par Yves-Jean Riou, La collégiale Notre-Dame-la-Grande, éditions Connaissance et promotion du patrimoine de Poitou-Charentes (CPPPC), 1995.
Beaucoup plus cher, très illustré, sous la direction de Claude Andrault-Schmitt et Marie-Thérèse Camus, Notre-Dame-la-Grande, l’œuvre romane, éditions Picard, CESCM, 2002.

Et retournez lire mes articles consacrés à cette église, petit joyau de l’art roman :

Notre-Dame-la-Grande…

La façade occidentale

12 réflexions au sujet de « Deux éléphants affrontés »

  1. michel+valière

    Merci Véronique de cette leçon dominicale qui nous permet à la fois de nous remémorer les détails architecturaux 1000 fois revus depuis 50 ans et chaque fois oubliés; merci aussi de la révision lexicale… et ça donne des idées pour le scrabble des jours pluvieux; celui-ci en étant un de premier choix.
    Nos amitiés.
    Michèle et Michel.

    Répondre
  2. Emmanuelle

    J’aime beaucoup cette église, et l’art roman picto-charentais en particulier, avec un gros coup de coeur depuis longtemps pour Aulnay de Saintonge. ces éléphants sont bien sympa, avec leur traitement un peu maladroit… Bises !

    Répondre
  3. alexandrine

    Je découvre ton blog via celui d’Emmanuelle. BNous avons habité à Poitiers grend rue et boulevard bajon.Quel plaisir de revoir des photos de la ville. Mon fils a été baptisé à Ste Radegonde et moi à St Pierre en baptême d’adulte la nuit de Pâques.
    Que de souvenirs!!!
    je reviendrais te voir!

    Répondre
  4. Bidouillette/Tibilisfil

    Heureusement que tu es là, sérieusement je ne penserais pas à décrypter ainsi, mais pourquoi les éléphants seraient-ils mis ainsi à l’honneur particulièrement dans le Poitou, y a t’il une raison?
    Bisousssssssssss

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *