David sur la façade de Notre-Dame-la-Grande à Poitiers

Poitiers, la façade de Notre-Dame-la-grande, position de David Je vous ai déjà montré plusieurs fois la façade de Notre-Dame-la-Grande (voir ci-dessous), mais nous n’en avons pas encore fait le tour… Cette fois, nous allons voir le personnage situé à droite de l’arbre de Jessé.

Poitiers, la façade de Notre-Dame-la-grande, David jouant de la harpe-psaltérion Cette fois, la sculpture est mal conservée, et le restaurateur a fait le choix de mettre un bloc non sculpté à la place de la tête détruite. De qui s’agit-il ? Probablement de David, qui est le plus souvent représenté ainsi, assis sur un trône (ici, le siège bas ne semble pas avoir de dossier), richement vêtu (ici un vêtement qui semble en brocard ou richement brodé) et jouant de la harpe ou psaltérion. David est, dans l’Ancien testament, le fils de Jessé, roi de Juda et d’Israël. On le trouve dans les deux livres de Samuel et dans le premier livre des Rois. Il est connu pour avoir vaincu le géant Goliath à l’aide de sa fronde, mais surtout, il est l’auteur présumé des Psaumes, d’où sa représentation sous les traits d’un musicien, et plus particulièrement un joueur de psaltérion, sorte de harpe qui, à l’époque romane, accompagnait les champs des Psaumes.

Les autres articles sur Notre-Dame-la-Grande

La façade occidentale

7 réflexions au sujet de « David sur la façade de Notre-Dame-la-Grande à Poitiers »

    1. Véronique D

      Oui, ici, il y a du recul… Moi qui vais devoir ré-étudier 850 églises romanes de Poitou-Charentes dnas les prochaines années pour le boulot, je sais que ça n’est pas toujours facile… Mais ici, ce sont des photos perso, au travail, je bénéficie du savoir-faire de photographes professionnels, avec un super matériel, ils ont même réussi  à photographier en entier la façade de Notre Dame de la Couldre ) Parthenay, sans déformation (objectif à décentrement), alors qu’avec mon appareil « normal », j’en ai à peine la moitié!

      Répondre
    1. Véronique D

      Le choix lors de la dernière restauration, en 1995, a été de garder cette présentation ici, comme marqueur des interventions précédentes, c’est un choix qui peut se défendre, cela évite toute confusion avec du faux pris pour du vrai, comme pour toute la façade de la cathédrale de Strasbourg!

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *