Tétramorphe de la façade de Notre-Dame-la-Grande à Poitiers

Poitiers, façade de Notre-Dame-la-Grande, la mandorle avec le Chirst et le tétramorphe. Cet article est une réédition augmentée de mon article d’avril 2009, publié à l’occasion de la saint Marc, mais avec des photographies de détail, j’ai joué les touristes à Poitiers en juillet 2011… et repris un peu le texte.

Dans la mandorle (le décor en forme d’amande qui entoure un personnage saint, le Christ, parfois la Vierge) tout en haut du pignon de la façade occidentale de Notre-Dame-la-Grande à Poitiers. Tout en haut se trouvent soleil et la lune, dont j’ai aussi mis à jour l’article avec de nouvelles photographies (je ne le réédite pas, suivez le lien)…

Poitiers, façade de Notre-Dame-la-Grande, le Tétramorphe, 1, le Christ au centre Au centre mais légèrement décalé vers la gauche par rapport à l’axe de la mandorle se trouve le Christ. Il a perdu sa tête mais est reconnaissable à son nimbe cruciforme (le disque avec une croix qui entoure sa tête). Il est représenté debout, les pieds nus pointes vers l’extérieur. Il porte le Livre (la Bible) dans sa main gauche. Quand le Christ est ainsi représenté dans une mandorle, on parle aussi de Christ en gloire ou en majesté (qu’il soit debout comme ici ou assis sur son trône). Il est ici encadré par le symbole des évangélistes.

Poitiers, façade de Notre-Dame-la-Grande, le Tétramorphe, 3, le lion de Marc en bas à gauche Marc est souvent symbolisé par un animal, vous ne voyez pas ? Pensez à Venise… Ça y est, en bas à gauche, le lion… Le lion est ici représenté avec des ailes, comme un griffon. Pourquoi le lion ? Pourquoi quatre êtres ailés associés, qui forment le tétramorphe, soit le lion, le taureau/bœuf, l’aigle et l’homme ? Ils apparaissent une première fois dans l’Ancien Testament, dans les visions du prophète Ézéchiel. Puis dans l’Apocalypse de Jean (IV, 6-8) :  » Devant le trône, on dirait une mer, aussi transparente que du cristal. Au milieu du trône et autour de lui, se tiennent quatre Vivants, constellés d’yeux par-devant et par-derrière. Le premier Vivant est comme un lion ; le deuxième Vivant est comme un jeune taureau ; le troisième Vivant a comme un visage d’homme. Le quatrième Vivant est comme un aigle en plein vol. Les quatre Vivants, portant chacun six ailes, sont constellés d’yeux tout autour et en dedans « .

Le tétramorphe donc symbolise les quatre évangélistes : un lion pour Marc. Ils ont tous la tête entourée d’une auréole, symbole de leur sainteté, et ont tous ici un livre, l’Évangile dont ils sont chacun l’auteur… Il est ici entre les pattes du lion.

Poitiers, façade de Notre-Dame-la-Grande, le Tétramorphe, 2, l'ange de Matthieu en haut à gauche … Un homme ou un ange pour Matthieu, ici en haut à gauche. il est ici représenté en buste, les mains serrées sur le ventre et maintenant le Livre ouvert. Il émerge des flots.

Poitiers, façade de Notre-Dame-la-Grande, le Tétramorphe, 4, l'aigle de Jean, en haut à droite …Un aigle pour Jean. Sous ses pattes se trouve un livre.  Il se trouve en haut à droite.

Poitiers, façade de Notre-Dame-la-Grande, le Tétramorphe, 5, le boeuf de Luc, en bas à droite … un taureau ou un bœuf pour Luc,lui aussi ailé, et avec le livre sous sa patte avant gauche. Il est représenté en bas à droite de la mandorle.

Façade de la collégiale Notre-Dame-la-Grande de Poitiers, position du Christ en gloire Cette figuration est fréquente sur les tympans des églises romanes. Problème en Poitou, il y a très peu de tympans romans… La sculpture est portée sur les voussures (arcs des portails composés de claveaux), sur les modillons (pierres souvent sculptées qui supportent la corniche), sur les chapiteaux, parfois envahit la façade comme ici à Notre-Dame-la-Grande à Poitiers. Le tétramorphe a donc été mis au sommet du pignon… où il est difficile à distinguer, et très abîmé. La flèche vise le lion de saint Marc.

Et retournez lire mes articles consacrés à cette église, petit joyau de l’art roman :

Notre-Dame-la-Grande

La façade occidentale

8 réflexions au sujet de « Tétramorphe de la façade de Notre-Dame-la-Grande à Poitiers »

  1. LEJEUNE

    Madame,

    Suite à une conversation avec ma mère (Catherine Lejeune), j’ai appris que vous vous intéressiez au travail de mon arrière grand père Henri Pierre Lejeune. Ma grand mère est en possession d’une centaine de toiles, esquisses, projets de panneaux décoratifs etc.

    Vous pouvez me contacter si cela vous interresse encore.

    Cordialement

    Julie LEJEUNE

    Répondre
    1. Vincent

      Bonjour,

      Je viens de tomber sur votre commentaire. J’aimerai pouvoir échanger avec vous afin de parler de votre arrière grand père, Henri-Pierre Lejeune. N’hésitez pas à me contacter par mail où au 05/49/91/13/99

      Très cordialement,

      Vincent Billaudeau
      Responsable du Musée de Montmorillon

      Répondre
  2. cathdragon

    C’est vrai qu’à Venise c’est le Lion ! Et j’avoue que je n’ai jamais fait le rapprochement avec St marc mais maintenant que tu le dis… tout s’éclaire !!! bisous cath

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *