Ma saison 2010-2011 au TAP

Le TAP pendant l'inauguration en 2008Après la saison 2009-2010 au théâtre et auditorium de Poitiers (TAP, voici ce que j’ai pris pour la saison 2010-2011 [voir aussi ma saison 2011-2012 et 2012-2013] : en théâtre, L’amour conjugal d’Alberto Moravia, adapté et mis en scène par Matthieu Roy de La Compagnie du Veilleur, et Rêve d’automne du suédois Jon Fosse, mis en scène par Patrice Chéreau, en espérant qu’il sera aussi bon que La douleur la saison dernière. Côté danse, du hip-hop (et oui, je renouvelle l’essai après Petites histoires.com de Kader Attou l’année dernière) avec La géographie du danger de Hamid Ben Mahi, inspiré d’un roman de l’algérien Hamid Skif. De la danse contemporaine et un certain risque avec Golgotha de Steven Cohen (je ne suis pas du tout sûre d’apprécier). Beaucoup plus de musique classique cette année, avec l’orchestre national de Lille (programme avec Wagner, Strauss et Ravel) et un récital d’Alexandre Tharaud au piano avec Beethoven et Scarlatti. Aussi une expérience qui me plaît bien pour l’avoir entendu plusieurs fois sur France Inter (que je boycotte depuis la rentrée, je ne supporte plus le journal du matin, les pseudos-engueulades politiques de 7h50 à la place des humoristes), Chamber Music, de Ballaké Sissoko (le malien avec sa kora à vingt et une cordes) et Vincent Segal (le français au violoncelle). Côté humour, j’ai opté pour Nouara Naghouche et son spectacle Sacrifices. Enfin, un ciné-concert animé par le conservatoire, The Kid de Charlie Chaplin, film de 1921 dont il écrivit la musique 50 ans plus tard.

3 réflexions au sujet de « Ma saison 2010-2011 au TAP »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *