Chaumont-sur-Loire 2012 (9), l’art en plein air, suite…

Cette année, je suis allée visiter le festival des jardins (sur le thème Jardins des délices, jardins des délires, voir le site du domaine de Chaumont-sur-Loire) le 15 juin 2012 avec Emmanuelle / le Marquoir d’Élise. Comme d’habitude, nous y sommes allées en train, arrêt en gare d’Onzain puis traversée de la Loire à pied (par le pont!)… Pas de grand soleil, mais pas de pluie non plus… Vous retrouverez les liens vers les articles de cette année avec ceux des années précédentes, sur cette page.

Je vous ai déjà montré les œuvres de Giuseppe Penone, je poursuis cette semaine dans les espaces de la ferme modèle et dans le parc… N’hésitez pas à suivre les liens pour aller sur les sites des artistes…

Chaumont-sur-Loire 2012, art, 1, arbre Durban de Méchain Je commence avec cet arbre complètement plâtré par François Méchain, qui a réalisé dans le parc l’arbre aux échelles, à revoir en 2009, 2010 et 2011. Il a appelé son œuvre Durban, en référence au processus de Durban, dont le congrès sur le climat, en 2011, n’avait pas été plus fructueux que Rio+20 cette année… Quand prendra-t-on enfin conscience des risques de notre mode de vie sur l’environnement?

Chaumont-sur-Loire 2012, art, 2, arbre de Verschueren Juste devant, il y a toujours dans le bassin Réflexion, installation II/10, qui était déjà là l’année dernière et que j’avais oublié de photographier de Bob Verschueren, créée en 2010 (à revoir ici en 2011).

Chaumont-sur-Loire 2012, art, 3, photographie de MacLean Dans la bibliothèque (ancienne asinerie), Alex MacLean expose un ensemble surprenant de photographies, Sur les toits de New York. Où l’on découvre des coins insoupçonnés de verdure, coincés entre les climatiseurs et la sortie des cages d’ascenseurs…

Chaumont-sur-Loire 2012, art, 4, un inconnu dans la grange Il y a aussi un artiste mystère dans la grange aux abeilles… Je n’ai pas pris de note sur place, et impossible de trouver la moindre information sur le site du domaine de Chaumont-sur-Loire… Si quelqu’un peut me transmettre la bonne information sur cette installation, je l’ajouterai…

Chaumont-sur-Loire 2012, art, 5, deux vues de l'oeuvre de Dougherty Quand on arrive par la grande rampe depuis le bas (pour les piétons, ceux qui arrivent en voiture se garent en haut…), impossible de rater ces grandes meules… ou plutôt, quand on s’approche, on s’aperçoit que ça ressemble plutôt à des cabanes, œuvre sans titre de Patrick Douherty.

Chaumont-sur-Loire 2012, art, 6, deux autres vues de l'oeuvre de Dougherty Les voici sous deux autres angles… Ce sont des branches de saule tressées…

Chaumont-sur-Loire 2012, art, 7, le serpentin vert de Poirée-Ville Dans la prairie entre la château et les écuries, Jean-Philippe Poirée-Ville a installé Sylphes, tour d’Amboise, une structure avec des plantes nourries par hydropénie (un mélange nutritif leur ai donné, sans terre). Je n’ai pas reconnu la tour d’Amboise, mais l’ensemble est surprenant…

Chaumont-sur-Loire 2012, art, 7, siège des Poirier Je termine avec le siège de Anne et Patrick Poirier (voir aussi des photographies en 2011). Je n’ai pas repris de photographies des autres œuvres, suivre les liens précédents pour les revoir…

Pour retrouver les articles de 2012 / Jardins des délices, jardins des délires

  • La Loire haute en 2012 comparée aux années précédentes
  • le jardin n
    ° 1
    , Coulisses d’un festin, conçu par Étienne Rivière, Aline Gayou, Mathilde Coineau, Marion Delage, Pauline Bertin et Laura Yoro
  • le jardin n° 2, Le jardin bleu d’Absolem, conçu par Jérôme et Christian Houadec
  • le jardin n° 3, Lèche-vitrine, conçu par Benjamin Jardel et Nicolas Epaillard et Yohimbé
  • le jardin n° 4, Le potager, conçu par le bureau d’études de Gally
  • le jardin n° 4bis, Liberté, Egalité, Fraternité, conçu par Sim Flemons et John Warland
  • le jardin n° 5, Un jardin psyché-délice, conçu par Christophe Baerwanger, Léa Dufour, Richard Mariotte, Sara Moreau et Charles Clément
  • le jardin n° 6, Le jardin bijou, conçu par Loulou de La Falaise
  • le jardin n° 7, Le jardin de la Belle au Bois Dormant, créé par Niels De Bruin et Nevena Krilic
  • le jardin n° 8, d’un mode à l’autre, conçu par Dominik Scheuch et Edina Massàny, de l’agence Yewo landscape.
  • le jardin n° 9, Locus genii : le génie est partout, conçu par GIGA-G (Genius Inspired Garden Admirers-Group)
  • le jardin n° 10, Toi et moi, une rencontre, conçu par Nicolas Degennes
  • le jardin n° 11, En pâtisserie, tout est permis, conçu par Simon Tremblais et Matthieu Gabillard et leurs professeurs
  • le jardin n° 12, Delirium tremens, conçu par Marine Vigier, Émilie Delerue, Marie-Laure Hanne, Jérôme Jolyet Frédéric Delcayrou
  • le jardin n° 13, Cordon bleu / Le Jardin d’Alain Passard et du jury
  • le jardin n° 14, Orange mécanique, conçu par Rudy Toulotte et Carola Iglesias Garcia De Sola, de l’AtelierDT
  • le jardin n° 15, Paradis terrestre / Mag mell, conçu par Rita Higgins et Peter Little
  • le jardin n° 16, Le jardin des renards rouges, conçu par Katya Crawford, Susan Frye et Veree Parker Simons
  • le jardin n° 17, émeraude , conçu par Dauphins architecture
  • le jardin n° 18, sens dessus dessous, conçu par Adrien Defosse, Damien Roidot et François Bosset
  • le jardin n° 19, Jardin des délires délicieux, conçu par Guillaume Vigan et Alexandre Granger
  • le jardin n° 19bis, En vert, créé par la superstructure, un collectif de créateurs
  • le jardin n° 20, Le délire des sens, conçu par l’école supérieure d’environnement de Nürtingen-Geislingen, en Allemagne
  • le jardin n° 21, Le calendrier des sept lunes, conçu par l’agence RCP
  • le jardin n° 22, Les chrysadélires, conçu par Laurent Fayolle et Noël Pinsard
  • le jardin n° 23, Fruit de l’imagination, conçu par l’institut national d’horticulture
  • le jardin n° 24, le jardin de la bière, conçu par Joost Emmerik
  • le jardin de sorgho, une création de Michel Blazy
  • Dans le parc : oeuvres de Giuseppe Penone (et de nouvelles photos des celles de Rainer Gross, Tadashi Kawamata et Erik Samakh), d’autres artistes (François Méchain, Bob Verschueren, Alex MacLean, Patrick Douherty)
  • Les Prés du Goualoup et les oeuvres de Pablo Reinoso

11 réflexions au sujet de « Chaumont-sur-Loire 2012 (9), l’art en plein air, suite… »

  1. Emmanuelle

    Plus je regarde ces meules-cabanes, plus je leur trouve un air spectral inquiétant… ! J’aime bien aussi la comparaison avec l’éléphant… même si j’y verrais plutôt un mammouth !

    Répondre
  2. Capucine_o

    Je ne commente pas tous tes articles sur ce thème (je rattrape mon retard de lecture entre vacances et pbm d’ADSL), mais là… que c’est beau, surtout les sylphes & les saules tressés

    Merci pour la balade ;D

    Répondre
  3. danielle

    le siège me fait penser à une tombe… les cabanes en saule à des silhouettes chevelues… je pense que j’aurais aimé les sylphes..  j’ai repensé à la visite l’an passé en voyant la salle à manger du château des Rohan à Josselin… mais il n’y avait pas d’assiettes dégoulinant de vert sur la table .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *