Chaumont-sur-Loire 2012 (11), où entre-t-on?

Chaumont-sur-Loire, festival des jardins 2012, jardin 23, 1, entrée dans la bouche Cette année, je suis allée visiter le festival des jardins (sur le thème Jardins des délices, jardins des délires, voir le site du domaine de Chaumont-sur-Loire) le 15 juin 2012 avec Emmanuelle / le Marquoir d’Élise. Comme d’habitude, nous y sommes allées en train, arrêt en gare d’Onzain puis traversée de la Loire à pied (par le pont!)… Pas de grand soleil, mais pas de pluie non plus… Vous retrouverez les liens vers les articles de cette année avec ceux des années précédentes, sur cette page.

Aujourd’hui, je vous emmène visiter trois jardins qui proposent d’entrer sous différents dispositifs… Oserez-vous franchir les différents obstacles???

Chaumont-sur-Loire, festival des jardins 2012, jardin 23, 2, écrans successifs On commence par le jardin n° 23, Fruit de l’imagination, conçu par l’institut national d’horticulture. Ils disent s’être inspirés du Fengshui (vent et eau). Nous n’entrons pas dans ce jardin par la grande bouche qui ouvre l’article, mais il faut quand même la franchir… pour ressortir. Pour l’entrer, il faut passer par deux écrans successifs.

Chaumont-sur-Loire, festival des jardins 2012, jardin 23, 3, plantes et petites bêtes Après cette entrée « carrée », le jardin est tout en courbes et en rondeur, avec une grande variété de plantes… où se cachent d’étranges insectes blancs…

Chaumont-sur-Loire, festival des jardins 2012, jardin 23, 4, plantes et morceaux de corps Plus loin, ce sont des morceaux de corps humains qui jalonnent le parcours, la grande bouche, des doigts surgis de la terre, des coupes de cerveau… Le rapport avec le thème du jardin? Aucune idée…

Chaumont-sur-Loire, festival des jardins 2012, jardin 18, 1, l'entrée Nous poursuivons dans le jardin n° 18, sens dessus dessous, conçu par Adrien Defosse, Damien Roidot et François Bosset. Courage, il faut passer ce mystérieux couloir pour voir la suite… (désolée pour la photo pas terrible…).

Chaumont-sur-Loire, festival des jardins 2012, jardin 18, 2, palissades colorées et plantes

Une fois franchie la porte au bout du tunnel (oui, c’est Emmanuelle / le Marquoir d’Élise qui tient la porte…), les couleurs explosent, d’abord avec ces planches de coffrage peintes de couleurs vives, et par les plantes géantes rouges…

Chaumont-sur-Loire, festival des jardins 2012, jardin 18, 3, deux vues de la structure centrale Nous sommes dans l’un des jardins les plus verts lors de notre visite… avec un côté ludique, le tunnel, puis l’escalier pour monter sur le toit de la structure…

Chaumont-sur-Loire, festival des jardins 2012, jardin 8, 1, vue générale depuis l'entrée Nous voici maintenant dans le jardin n° 8, d’un mode à l’autre, conçu par Dominik Scheuch et Edina Massàny, de l’agence Yewo landscape.

Chaumont-sur-Loire, festival des jardins 2012, jardin 8, 2, sous les cageots Au centre, une grande structure en cageots, mais contrairement au jardin n° 16 de l’année dernière (Lucy in the sky, conçu par Chilpéric de Boiscuillé, Raphaëlle Chéré, Pauline Szwed et Benjamin Haupais), pas question de passer dessous…

Chaumont-sur-Loire, festival des jardins 2012, jardin 8, 3, vue de dessus Au-dessus de la structure, comme une pelouse rase qui pourrait pousser sur un toit de chaume par exemple… Les plantes plus hautes sont reportées sur les bordures du jardin.

Pour retrouver les articles de 2012 / Jardins des délices, jardins des délires

  • La Loire haute en 2012 comparée aux années précédentes
  • le jardin n° 1, Coulisses d’un festin, conçu par Etienne Rivière, Aline Gayou, Mathilde Coineau, Marion Delage, Pauline Bertin et Laura Yoro
  • le jardin n° 2, Le jardin bleu d’Absolem, conçu par Jérôme et Christian Houadec
  • le jardin n° 3, Lèche-vitrine, conçu par Benjamin Jardel et Nicolas Epaillard et Yohimbé
  • le jardin n° 4, Le potager, conçu par le bureau d’études de Gally
  • le jardin n° 4bis, Liberté, Egalité, Fraternité, conçu par Si
    m Flemons et John Warland
  • le jardin n° 5, Un jardin psyché-délice, conçu par Christophe Baerwanger, Léa Dufour, Richard Mariotte, Sara Moreau et Charles Clément
  • le jardin n° 6, Le jardin bijou, conçu par Loulou de La Falaise
  • le jardin n° 7, Le jardin de la Belle au Bois Dormant, créé par Niels De Bruin et Nevena Krilic
  • le jardin n° 8, d’un mode à l’autre, conçu par Dominik Scheuch et Edina Massàny, de l’agence Yewo landscape.
  • le jardin n° 9, Locus genii : le génie est partout, conçu par GIGA-G (Genius Inspired Garden Admirers-Group)
  • le jardin n° 10, Toi et moi, une rencontre, conçu par Nicolas Degennes
  • le jardin n° 11, En pâtisserie, tout est permis, conçu par Simon Tremblais et Matthieu Gabillard et leurs professeurs
  • le jardin n° 12, Delirium tremens, conçu par Marine Vigier, Émilie Delerue, Marie-Laure Hanne, Jérôme Jolyet Frédéric Delcayrou
  • le jardin n° 13, Cordon bleu / Le Jardin d’Alain Passard et du jury
  • le jardin n° 14, Orange mécanique, conçu par Rudy Toulotte et Carola Iglesias Garcia De Sola, de l’AtelierDT
  • le jardin n° 15, Paradis terrestre / Mag mell, conçu par Rita Higgins et Peter Little
  • le jardin n° 16, Le jardin des renards rouges, conçu par Katya Crawford, Susan Frye et Veree Parker Simons
  • le jardin n° 17, émeraude , conçu par Dauphins architecture
  • le jardin n° 18, sens dessus dessous, conçu par Adrien Defosse, Damien Roidot et François Bosset
  • le jardin n° 19, Jardin des délires délicieux, conçu par Guillaume Vigan et Alexandre Granger
  • le jardin n° 19bis, En vert, créé par la superstructure, un collectif de créateurs
  • le jardin n° 20, Le délire des sens, conçu par l’école supérieure d’environnement de Nürtingen-Geislingen, en Allemagne
  • le jardin n° 21, Le calendrier des sept lunes, conçu par l’agence RCP
  • le jardin n° 22, Les chrysadélires, conçu par Laurent Fayolle et Noël Pinsard
  • le jardin n° 23, Fruit de l’imagination, conçu par l’institut national d’horticulture
  • le jardin n° 24, le jardin de la bière, conçu par Joost Emmerik
  • le jardin de sorgho, une création de Michel Blazy
  • Dans le parc : oeuvres de Giuseppe Penone (et de nouvelles photos des celles de Rainer Gross, Tadashi Kawamata et Erik Samakh), d’autres artistes (François Méchain, Bob Verschueren, Alex MacLean, Patrick Douherty)
  • Les Prés du Goualoup et les oeuvres de Pablo Reinoso

7 réflexions au sujet de « Chaumont-sur-Loire 2012 (11), où entre-t-on? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *