Chaumont-sur-Loire 2012 (8), palmes de l’originalité

Cette année, je suis allée visiter le festival des jardins (sur le thème Jardins des délices, jardins des délires, voir le site du domaine de Chaumont-sur-Loire) le 15 juin 2012 avec Emmanuelle / le Marquoir d’Élise. Comme d’habitude, nous y sommes allées en train, arrêt en gare d’Onzain puis traversée de la Loire à pied (par le pont!)… Pas de grand soleil, mais pas de pluie non plus… Vous retrouverez les liens vers les articles de cette année avec ceux des années précédentes, sur cette page.

Je vous présente aujourd’hui trois jardins qui présentent des éléments originaux (enfin, de mon point de vue…).

Chaumont-sur-Loire, festival des jardins 2012, jardin 19bis, 1, deux vues générales La palme revient au jardin n° 19bis, En vert, créé par la superstructure, un collectif de créateurs. Un jardin très vert au sol, d’où émergent des arbres morts…

Chaumont-sur-Loire, festival des jardins 2012, jardin 19bis, 2, endroit ou envers... Et des dispositifs avec des miroirs permettent de remettre l’image à l’endroit (un peu comme dans les vieux théodolites à image inversée…). Comme vous ne pouvez pas voir l’image qui se forme sur le miroir, je vous ai inversé la photographie, et maintenant, nous voici face à une forêt luxuriante.

Chaumont-sur-Loire, festival des jardins 2012, jardin 19bis, 3, retournement d'une vue générale

Et voici une des premières images remise à l’envers, cette fois, les arbres semblent bien vivants… le sol s’est transformé en canopée… et l’échelle monte au lieu de descendre (illusion d’optique…). Ce jardin aurait remporté la palme d’or du défi photo de Monique / Bidouillette / Tibilisfil (revoir endroit/envers par moi / par Jac).

Chaumont-sur-Loire, festival des jardins 2012, jardin 07, 1, les roses de l'entrée

Je continue avec le jardin n° 7, Le jardin de la Belle au Bois Dormant, créé par Niels De Bruin et Nevena Krilic.

Chaumont-sur-Loire, festival des jardins 2012, jardin 07, 2, à l'intérieur

De larges allées blanches, un petit coin ombragé sympa avec des sièges… Chaumont-sur-Loire, festival des jardins 2012, jardin 07, 3, des solanacées qui piquent Mais ce qui m’a le plus impressionnée, ce sont ces plantes de la famille des solanacées (celle des pommes de terre et des tomates). Elles sont hérissées d’épines, sur les feuilles comme sur les tiges… Aïe, ce n’est pas qu’à la quenouille que risque de se piquer la Belle du conte…

Chaumont-sur-Loire, festival des jardins 2012, jardin des sorcières, 1, des balais

Attention au bal des sorcières… ou au moins à leur rassemblement, à l’entrée de l’espace pour les enfants et du jardin expérimental… Pas sûr que la Belle (du jardin précédent) s’en sorte indemne…

Chaumont-sur-Loire, festival des jardins 2012, jardin des sorcières, 2, deux vues Attention, les balais s’agitent au vent… Seraient-ils habités par les sorcières? Ce Jardin de sorgho une création de Michel Blazy (voir d’autres créations de cet artistes dans cette galerie). Le sorgho pousse peu à peu, comme l’année dernière (2011) la cane à sucre du jardin n° 7, la sève à la croisée des chemins, conçu par Ernesto Neto et Daisy Cabral Nogueira.

Chaumont-sur-Loire, festival des jardins 2012, les murs végétaux

Juste à côté se trouvent les murs végétaux entre le jardin des enfants et le jardin expérimental (photo de gauche). Comme celui de la cour des écuries, ils se portent très bien, contrairement à d’autres (et en particulier celui du musée du quai Branly à Paris, dont les plantes sont sans arrêt changées, revoir ici)… Vous pouvez retrouver ces murs végétaux de Patrick Blanc ici en 2011 ainsi qu’en 2010.

Pour retrouver les articles de 2012 / Jardins des délices, jardins des délires

  • La Loire haute en 2012 comparée aux années précédentes
  • le jardin n° 1, Coulisses d’un festin, conçu par Étienne Rivière, Aline Gayou, Mathilde Coineau, Marion Delage, Pauline Bertin et Laura Yoro
  • le jardin n° 2, Le jardin bleu d’Absolem, conçu par Jérôme et Christian Houadec
  • le jardin n° 3, Lèche-vitrine, conçu par Benjamin Jardel et Nicolas Epaillard et Yohimbé
  • le jardin n° 4, Le potager, conçu par le bureau d’études de Gally
  • le jardin n° 4bis, Liberté, Égalité, Fraternité, conçu par Sim Flemons et John Warland
  • le jardin n° 5, Un jardin psyché-délice, conçu par Christophe Baerwanger, Léa Dufour, Richard Mariotte, Sara Moreau et Charles Clément
  • le jardin n° 6, Le jardin bijou, conçu par Loulou de La Falaise
  • le jardin n° 7, Le jardin de la Belle au Bois Dormant, créé par Niels De Bruin et Nevena Krilic
  • le jardin n° 8, d’un mode à l’autre, conçu par Dominik Scheuch et Edina Massàny, de l’agence Yewo landscape.
  • le jardin n° 9, Locus genii : le génie est partout, conçu par GIGA-G (Genius Inspired Garden Admirers-Group)
  • le jardin n° 10, Toi et moi, une rencontre, conçu par Nicolas Degennes
  • le jardin n° 11, En pâtisserie, tout est permis, conçu par Simon Tremblais et Matthieu Gabillard et leurs professeurs
  • le jardin n° 12, Delirium tremens, conçu par Marine Vigier, Émilie Delerue, Marie-Laure Hanne, Jérôme Jolyet Frédéric Delcayrou
  • le jardin n° 13, Cordon bleu / Le Jardin d’Alain Passard et du jury
  • le jardin n° 14, Orange mécanique, conçu par Rudy Toulotte et Carola Iglesias Garcia De Sola, de l’AtelierDT
  • le jardin n° 15, Paradis terrestre / Mag mell, conçu par Rita Higgins et Peter Little
  • le jardin n° 16, Le jardin des renards rouges, conçu par Katya Crawford, Susan Frye et Veree Parker Simons
  • le jardin n° 17, émeraude , conçu par Dauphins architecture
  • le jardin n° 18, sens dessus dessous, conçu par Adrien Defosse, Damien Roidot et François Bosset
  • le jardin n° 19, Jardin des délires délicieux, conçu par Guillaume Vigan et Alexandre Granger
  • le jardin n° 19bis, En vert, créé par la superstructure, un collectif de créateurs
  • le jardin n° 20, Le délire des sens, conçu par l’école supérieure d’environnement de Nürtingen-Geislingen, en Allemagne
  • le jardin n° 21, Le calendrier des sept lunes, conçu par l’agence RCP
  • le jardin n° 22, Les chrysadélires, conçu par Laurent Fayolle et Noël Pinsard
  • le jardin n° 23, Fruit de l’imagination, conçu par l’institut national d’horticulture
  • le jardin n° 24, le jardin de la bière, conçu par Joost Emmerik
  • le jardin de sorgho, une création de Michel Blazy
  • Dans le parc : oeuvres de Giuseppe Penone (et de nouvelles photos des celles de Rainer Gross, Tadashi Kawamata et Erik Samakh), d’autres artistes (François Méchain, Bob Verschueren, Alex MacLean, Patrick Douherty)
  • Les Prés du Goualoup et les oeuvres de Pablo Reinoso

7 réflexions au sujet de « Chaumont-sur-Loire 2012 (8), palmes de l’originalité »

  1. Dianou

    bonjour toi, quel beau jardin, on voit qu’il n’à pas soif , ici le jardin resemble a un champ de paille ! Donc tout ce vert est ravissant, j’ai passé tes pages en revue depuis les petits miams, hihi je te fais de gros bisous, dianou

    Répondre
  2. robinne tollu

    bonjour,
    je fais partie de la Superstructure , nous étions 6 à bosser sur ce projet (jardin En vert de Chaumont ) et j’ai découvert avec amusement votre blog ! Merci pour vos commentaires sympathiques et vos photos car le jardin à l’envers et ses boites avec les lentilles de Fresnel n’était pas vraiment facile à photographier !
    Cordialement !
    Béatrice

    Répondre
    1. Véronique Dujardin Auteur de l’article

      Merci à vous pour votre commentaire! Chaumont est un lieu que j’aime bcp, différent chaque année… Et si vous avez d’autres projets en France, n’hésitez pas à m’en informer, si j’ai l’occasion de passer…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *