Chaumont-sur-Loire 2012 (6), le orange à la mode?

Cette année, je suis allée visiter le festival des jardins (sur le thème Jardins des délices, jardins des délires, voir le site du domaine de Chaumont-sur-Loire) le 15 juin 2012 avec Emmanuelle / le Marquoir d’Élise. Comme d’habitude, nous y sommes allées en train, arrêt en gare d’Onzain puis traversée de la Loire à pied (par le pont!)… Pas de grand soleil, mais pas de pluie non plus… Vous retrouverez les liens vers les articles de cette année avec ceux des années précédentes, sur cette page.

Et Emmanuelle vient de donner la recette des délicieuses barres aux céréales maison qu’elle avait préparées pour ce périple…

Je vous présente aujourd’hui trois jardins où le orange (ou presque…) domine…

Chaumont-sur-Loire, festival des jardins 2012, jardin 21, 1, vue depuis l'entrée Je commence avec le jardin n° 21, Le calendrier des sept lunes, conçu par l’agence RCP (voir l’équipe sur leur site). J’avoue qu’il est assez particulier… et que nous n’en avons pas découvert tous les secrets (7 lunes, la durée du festival, bien cachées, 28 semaines avec 28 configurations différentes)… A défaut d’en avoir percé le secret (la structure tournerait-elle au-dessus du bassin?), entrons!

Chaumont-sur-Loire, festival des jardins 2012, jardin 21, 2, calendrier lunaire au sol Au sol, un calendrier lunaire peint en bleu.

Chaumont-sur-Loire, festival des jardins 2012, jardin 21, 3, les sièges Deux sièges… aucun vraiment confortable… Le premier est une sorte de mur de planches… le second est un siège suspendu en métal, quand on s’installe dessus (joli mais moyen côté confort), on semble flotter sur un ressort.

Chaumont-sur-Loire, festival des jardins 2012, jardin 21, 4, les plantes en boîte et en parterre Au mur, des plantes en boîtes (oranges) et au sol, d’autres plantes qui ont besoin de pousser un peu pour que ce jardin ressemble… à un jardin plus qu’à une installation d’art contemporain. J’ai l’impression que ces boîtes s’ouvrent au fur et à mesure des semaines, lorsque la passerelle/curseur se place en face…

Chaumont-sur-Loire, festival des jardins 2012, jardin 14, 1, vue depuis l'entrée Je poursuis avec le jardin n° 14, Orange mécanique, conçu par Rudy Toulotte et Carola Iglesias Garcia De Sola, de l’AtelierDT. Au bout de l’allée, une structure un peu spiralée, comme une pelure d’orange, à la gloire du pétrole et du sel… Oups, de la matière plastique (qui est fabriquée avec du pétrole et du sel…). Les orangers n’exhalaient pas le suave parfum de leurs fleurs… mais les concepteurs auraient dû mettre une ruche à côté, le miel serait excellent, mais bon, les abeilles des ruches placées dans le parc devraient réussir à trouver ces orangers….

Chaumont-sur-Loire, festival des jardins 2012, jardin 14, 2, les plantes et le coin table

Quand les plantes auront poussé, il devrait y avoir un mélange de vert et d’orange, mais c’est encore un peu limité pour l’instant… Le coin repos est très kitch, un oranger dans un grand pot entouré de sièges en forme de demi-oranges.

Chaumont-sur-Loire, festival des jardins 2012, jardin 4bis, armée de nains de jardin Je termine avec le jardin 4bis, Liberté, Égalité, Fraternité, conçu par Sim Flemons et John Warland. Pas vraiment du orange, plutôt du doré… et pas vraiment un jardin non plus. Sur un sol minéral, une armée de nains de jardin veille devant un drapeau français, ironique, je trouve, pour une allusion à l’héritage de la révolution française, par les Anglais créateurs de ce jardin. Enfin, pas vraiment un jardin, pour moi, même si ces nains peuplent nombre d’entre eux…

Pour retrouver les articles de 2012 / Jardins des délices, jardins des délires

  • La Loire haute en 2012 comparée aux années précédentes
  • le jardin n° 1, Coulisses d’un festin, conçu par Étienne Rivière, Aline Gayou, Mathilde Coineau, Marion Delage, Pauline Bertin et Laura Yoro
  • le jardin n° 2, Le jardin bleu d’Absolem, conçu par Jérôme et Christian Houadec
  • le jardin n° 3, Lèche-vitrine, conçu par Benjamin Jardel et Nicolas Epaillard et Yohimbé
  • le jardin n° 4, Le potager, conçu par le bureau d’études de Gally
  • le jardin n° 4bis, Liberté, Egalité, Fraternité, conçu par Sim Flemons et John Warland
  • le jardin n° 5, Un jardin psyché-délice, conçu par Christophe Baerwanger, Léa Dufour, Richard Mariotte, Sara Moreau et Charles Clément li>
  • le jardin n° 6, Le jardin bijou, conçu par Loulou de La Falaise
  • le jardin n° 7, Le jardin de la Belle au Bois Dormant, créé par Niels De Bruin et Nevena Krilic
  • le jardin n° 8, d’un mode à l’autre, conçu par Dominik Scheuch et Edina Massàny, de l’agence Yewo landscape.
  • le jardin n° 9, Locus genii : le génie est partout, conçu par GIGA-G (Genius Inspired Garden Admirers-Group)
  • le jardin n° 10, Toi et moi, une rencontre, conçu par Nicolas Degennes
  • le jardin n° 11, En pâtisserie, tout est permis, conçu par Simon Tremblais et Matthieu Gabillard et leurs professeurs
  • le jardin n° 12, Delirium tremens, conçu par Marine Vigier, Émilie Delerue, Marie-Laure Hanne, Jérôme Jolyet Frédéric Delcayrou
  • le jardin n° 13, Cordon bleu / Le Jardin d’Alain Passard et du jury
  • le jardin n° 14, Orange mécanique, conçu par Rudy Toulotte et Carola Iglesias Garcia De Sola, de l’AtelierDT
  • le jardin n° 15, Paradis terrestre / Mag mell, conçu par Rita Higgins et Peter Little
  • le jardin n° 16, Le jardin des renards rouges, conçu par Katya Crawford, Susan Frye et Veree Parker Simons
  • le jardin n° 17, émeraude , conçu par Dauphins architecture
  • le jardin n° 18, sens dessus dessous, conçu par Adrien Defosse, Damien Roidot et François Bosset
  • le jardin n° 19, Jardin des délires délicieux, conçu par Guillaume Vigan et Alexandre Granger
  • le jardin n° 19bis, En vert, créé par la superstructure, un collectif de créateurs
  • le jardin n° 20, Le délire des sens, conçu par l’école supérieure d’environnement de Nürtingen-Geislingen, en Allemagne
  • le jardin n° 21, Le calendrier des sept lunes, conçu par l’agence RCP
  • le jardin n° 22, Les chrysadélires, conçu par Laurent Fayolle et Noël Pinsard
  • le jardin n° 23, Fruit de l’imagination, conçu par l’institut national d’horticulture
  • le jardin n° 24, le jardin de la bière, conçu par Joost Emmerik
  • le jardin de sorgho, une création de Michel Blazy
  • Dans le parc : oeuvres de Giuseppe Penone (et de nouvelles photos des celles de Rainer Gross, Tadashi Kawamata et Erik Samakh), d’autres artistes (François Méchain, Bob Verschueren, Alex MacLean, Patrick Douherty)
  • Les Prés du Goualoup et les oeuvres de Pablo Reinoso

6 réflexions au sujet de « Chaumont-sur-Loire 2012 (6), le orange à la mode? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *