Archives par étiquette : rééducation

Pochette à tickets de métro, broderie finie!

La broderie pour l'étui à tickets de métro terminéeIl y avait beaucoup de problèmes avec l’ancien système de newsletter, j’en teste un autre, en réimportant la liste des abonnés. Vous me dires ce que ça donne, je ne suis pas sûre d’avoir paramétré correctement l’envoi.

En deux jours, j’ai fini le tour de la broderie de la pochette à tickets de métro… Zone brodée de 11 sur 5 cm, modèle de l’ensemble « Bon baisers de Paris » créé par Marielle Zang-Pujol paru dans Plaisirs de broder n° 17, septembre/octobre 2011, dans lequel j’ai déjà réalisé un chat sur un toit, toile de lin jaune façon canevas souple, facile à broder, et un fil vert DMC 699 (avec deux fils). Il me reste le cartonnage!

Maintenant, je voulais quand même comprendre pourquoi j’ai beaucoup énormément moins de difficultés à broder cette grille que le Bienvenue dans la famille. Intuitivement, je pensais que c’était parce qu’il y a moins de couleurs (euh, oui, une contre 10). En fait, c’est lié à plusieurs choses, d’après la neurologue, elle ne s’ennuie pas avec moi, j’ai toujours plein de questions que personne ne lui avait posé avant, en tout cas pas de cette manière, et comme je note les anomalies sur un petit carnet (oui, j’ai toujours plein de carnets!), je n’oublie pas ce qui m’a intriguée d’un rendez-vous sur l’autre. Sur le mot Métropolitain, j’ai décalé sans le voir le M d’un point vers la gauche, failli me tromper plusieurs fois d’un point (corrigé à temps ou après deux ou trois points), mais pas de problème pour le tour, plus facile, les repères des lettres aident, une sorte de rétro-contrôle inconscient qui tire la sonnette d’alerte quand on se trompe. En fait, les difficultés sur l’autre grille (Bienvenue dans la famille), agrandie à la même taille, viennent des problèmes de tri des informations par le cerveau. Comme le codage des couleurs est déficient et la vue encore à trous même si elle est à 10/10e à gauche (un « faux 10/10e », dixit la chef de service ophtalmologique, quand même mieux que 1/10e il y a quelques mois mais ça ne permet pas de lire une phrase avec le seul œil gauche), le cerveau trie des informations contradictoires complexes, d’où, en partie, la vision double quand il en a marre, l’autre facteur est la sécheresse oculaire due l’exophtalmie et au fait qu’en vision fine, on ne cligne pas assez des yeux, surtout quand on se concentre sur la lecture: j’ai un super lubrifiant pour remédier un peu à cela, ceux qui restent trop sur un écran d’ordinateur ou devant… un match de foot ont le même problème de clignements des yeux. Faire la mise au point visuelle alternativement entre la grille et la toile, ce qui est automatique quand on voit bien, devient difficile pour moi ou plutôt pour mon fainéant de cerveau; ça, c’est moi, la neurologue dit qu’au contraire, mon cerveau travaille bien  plus que la normale depuis des mois. Bref, la broderie est une bonne rééducation, ne pas laisser tomber, mais prendre plutôt une grille monochrome, pour limiter la difficulté d’adaptation, s’il y a plusieurs couleurs, le codage en symboles devrait être plus facile que le codage en couleurs (je vérifierai!). J’ai par ailleurs un autre « super exercice de rééducation » (bon, quand même plus drôle que l’orthoptiste): des jeux de 7 erreurs en noir et blancs sur papier, même objectif, imposer la vision binoculaire au cerveau et forcer l’adaptation petit à petit, j’ai une grosse pile à faire, en commençant par un niveau… maternelle (et sans les réponses). Très mauvais score, deux erreurs sur 7 trouvées en 1 minute lors du test. La prescription? Une grille le matin et une au réveil de la sieste, exercice même pas remboursé par la sécu, comme a dit Maryse! Et si possible 15 à 20 minutes de broderie par jour, ça, ça ne fait pas partie du « standard de rééducation », mais ça lui semble une très bonne idée!

PS: j’ai fait un bon score en revanche aux objets cachés (un dessin où il faut retrouver des objets précis), on s’amuse bien en neuro! Mais là, ce n’est que de la reconnaissance, même avec un seul œil, ça marche bien, mais ça ne fonctionne pas forcément avec certains problèmes neurologiques. La suite de mes questions neurologiques lundi, avec la lecture: c’était ma question lors de la précédente visite chez la neurologue, je vous le dis, elle ne s’ennuie pas quand j’y vais, et moi, j’apprends plein de choses en neurosciences! Elle m’a même passé de la biblio très intéressante en anglais, enfin, pour ce que j’ai commencé à parcourir.

Pièce rapportée de Hélène Lenoir

Couverture de Pièce rapportée de Hélène Lenoir pioche-en-bib.jpgJ’ai trouvé ce livre parmi les nouvelles acquisitions de la médiathèque.

Le livre : Pièce rapportée de Hélène Lenoir, éditions de Minuit, 2011, 189 pages, ISBN 978-2-7073-2165-7.

L’histoire : de nos jours à Paris. Alors qu’elle vient d’appeler son amoureux qu’elle devait aller rejoindre au restaurant, Claire, 24 ans, est renversée par un motard qui a pris la fuite. Transportée dans le coma à l´hôpital Beaujon, elle y est immédiatement rejointe par sa mère, Elvire, et par son père, Frédéric, qui ont fait séparément le trajet en train depuis la province au bord de la mer où ils vivent (elle, sans profession, lui, avocat connu). Elvire raconte les jours d’angoisse puis la rééducation de sa fille, tout en reconstituant le passé de Claire, ses tentatives de suicide (l’accident en est-il vraiment un?), son autre fille, Anne, avec qui elle a peu de contact, un mystérieux cousin allemand, Claas, et surtout la famille de son mari, les Bohlander…

Mon avis : un roman sur une famille qui peut paraître étrange, au moins dans laquelle les membres sont étrangers les uns aux autres, un accident de la fille… qui va bouleverser la vie de celle-ci, mais surtout celle de sa mère. Aux deux-tiers du livre, un chapitre rédigé comme une pièce de théâtre avec didascalies (indications des jeux de scène), la scène où tout finit par basculer, mais chut, je ne vous en dirai pas plus… Je vous laisse découvrir ce livre sur la mémoire, celle abîmée par le trauma crânien comme celle de l’histoire familiale et intime.

Logo rentrée littéraire 2011Ce livre est le dernier lu dans le cadre du défi 1 % rentrée littéraire 2011, coordonné cette année par Hérisson