Poitiers fait sa pub dans le métro parisien…

Poitiers fait sa publicité dans le métro parisien, vues généralesDu 20 février au 13 mars 2013, Poitiers et son office de tourisme font leur publicité dans le métro parisien… Une campagne de publicité qui a coûté, d’après la presse locale, 60.000 € pour 317 affiches, surtout du côté de Montparnasse, sur 3 semaines, réalisée par l’agence MBA (qui avait réalisé il y a deux ans Poitiers l’expo!, de la propagande en faveur de cœur d’agglomération, cœur de pagaille… (je n’ai rien contre l’agence de comm’, elle répond à une commande). J’avais chargé mon frère parisien de me faire des photographies « en situation », mais il n’a pas trouvé une seule affiche en quinze jours… En allant à la journée de réflexion éthique de la MGEN à Paris mercredi dernier (sur la fin de vie, débats très intéressants, à découvrir sur ma santé et moi), je suis donc partie en exploration gare Montparnasse… N’ayant trouvé aucune affiche dans les espaces les plus fréquentés, j’ai fini par en trouver cinq (avec les trois modèles) dans le couloir allant vers Montparnasse 3, quelques passants pressés à 9h du matin, personne ne semble remarquer les affiches, seul mon appareil photo intrigue… Le concept, un personnage (un homme, une femme, un enfant) en vêtements actuel avec une tête « romane », un slogan, « Poitiers capitale romane vous invite à un tête à tête », des mots trouvés dans un vieux dictionnaire d’argot parisien (épatarouflant, épastrouillant et ébaubissant, ce dernier à rapprocher de badebet, dont je vous ai parlé il y a fort longtemps). Dans le coin inférieur droit, une offre promotionnelle TGV+hôtel+visite avec un petit visuel complémentaire, place Leclerc avec les trucs en plastique de l’été dernier devant l’hôtel de ville, spectacle de feu devant la façade de Notre-Dame-la-Grande, parvis du théâtre et auditorium. La ville se disait très fière de 200 connexions via le flash code le premier jour, cela est plus que modeste pour un lancement de grande campagne… et en plus, au début de la campagne, au moins avec Firefox, les nouvelles pages de l’office de tourisme étaient illisibles, en gris foncé sur fond noir! Cela semble réparé aujourd’hui… Au fait, j’aimerais bien que l’on me dise quel TGV permet d’aller à Paris en 1h30, avec les travaux de la SNCF depuis des mois, c’est au mieux 1h40, je pense, et il faut ajouter 10 à 15 minutes de retard récurrent.

Poitiers fait sa publicité dans le métro parisien, les trois têtes sculptéesDu côté du choix de la sculpture, l’homme vient d’un chapiteau déposé provenant probablement du quartier Saint-Hilaire (il est au musée, sa provenance et sa datation sont incertaines), publié en miroir, il est dans l’angle du chapiteau et pour avoir ces détails de profil, c’est dans l’autre sens en vrai, à voir par exemple sur la notice 50 p. 313 du catalogue l’Âge roman paru en 2011. Son contexte de découverte est incertain, mais s’il vient des Trois- Piliers (de justice) de Saint-Hilaire, alors il est plutôt du 12e siècle.

Pour les deux autres, j’ai des doutes. La tête pour la femme est indiquée « haut-relief ». J’ai cherché  sur la façade de Notre-Dame-la-Grande, mais les têtes y sont presque toutes détruites (pour les représentations féminines, voir Ève, l’Annonciation, la Visitation, Marie alitée de la Nativité), cela ne peut pas être sainte Triaise ni de sainte Radegonde. Poitiers, la Nativité de la façade de Notre-Dame-la-Grande, le bain de l'EnfantAprès réflexion, je pense qu’il s’agit de l’image en miroir de l’une des sages-femmes du bain de Jésus (celle de gauche), mais pourquoi avoir coupé ainsi sa coiffure???

[PS: comme me l’a fait remarquer Grégory sur Facebook, il y a  tromperie sur la date… si un autel est consacré en 1086 à Notre-Dame-la-Grande, la façade se trouve alors deux travées plus à l’est, marquée par la présence d’une tourelle d’escalier. La façade que l’on voit aujourd’hui et où se trouve la frise sculptée et donc la Nativité et le bain de l’Enfant sont 30 à 40 ans plus jeunes, donc du 12e siècle…].
La tête de lion utilisée pour l’enfant, je ne vois pas de quel chapiteau du 11e siècle il peut s’agir… Je ne vois pas ce genre de tête sur un angle de chapiteau à Notre-Dame-la-Grande, Saint-Hilaire-le-Grand ou Sainte-Radegonde : sur ces chapiteaux, les lions sont représentés dans différentes positions, mais avec leur corps… En plus, je ne sais pas pourquoi, mais je ne « sens » pas cette forme sur un chapiteau. Il faudrait peut-être regarder dans le 12e siècle, 😉

[PS: Grégory a identifié ce lion… il s’agit d’un chapiteau provenant de Saint-Hialire-le-Grand, de la fin du 11e ou du début du 12e siècle, voir la notice 51 p. 314 du catalogue l’Âge roman paru en 2011].

J’espère que le rédactionnel trouvé autour de cette campagne sur le blog des communes ne vient pas de la ville de Poitiers, ils n’ont pas publié le commentaire que je leur ai envoyé la semaine dernière, pour leur dire qu’il n’y a pas d’abbaye Saint-Savin à Poitiers (c’est à plus de 40km), pas plus que de Futuroscope (à une quinzaine de kilomètres, sur une commune qui n’adhère pas à la communauté d’agglomération). Quant à « ses nombreux musées »… je vous laisse juger, le musée Rupert de Chièvres (avec le portail des Augustins) est fermé depuis des années, et les chiffres de fréquentation du musée des Beaux arts (et de la société des Antiquaires de l’ouest) ne sont pas à la hauteur d’un musée de capitale régionale… pour des raisons multiples, sans doute. Vous y serez accueilli à l’extérieur par l’art du théâtre de Jonchère…

20 réflexions au sujet de « Poitiers fait sa pub dans le métro parisien… »

  1. Nini79

    Il y a comme un décalage entre la volonté exprimée (donner envie de découvrir Poitiers), et la réalisation… vont-ils tenir compte, cette fois, de tes judicieuses remarques ??? quel dommage de tomber ainsi à côté de l’objectif…
    Bises et bon dimanche (tout grisou).

    Répondre
  2. Anne Marie

    tu sais qu’il est interdit de prendre des photos dans le métro?comme dans les gares d’ailleurs;c’est un vieux truc qui date de l’époque de la guerre froide je crois (peut-être même avant) et je ne sais pas si cela a été aboli mais j’en doute!
    Ceci dit bravo pour ton travail de recherche!

    Répondre
  3. cdanielle

    pas terribles ces affiches… et je ne ressens pas la nécessité de cette campagne, il vaudrait mieux « promouvoir » par des actes; enfin c’est mon idée… les musées, oui on n’en a pas trop! j’ai vu des touristes se heurter au Baptistère fermé.

    Répondre
  4. Grégory

    Le site de la ville présente – très succinctement – 8 « principaux monuments de Poitiers » et quelques fiches à télécharger (dont une sur Saint-Porchaire): http://www.poitiers.fr/c__67_349__Les_principaux_monuments_de_Poitiers.html

    L’office de tourisme n’en propose pas plus de 6 ! ( à comparer avec les 11 offres trouvées dans la catégorie « Parcs et jardins »). Exit notamment « L’église Saint-Hilaire-le-Grand
    Construite au XIe siècle, elle est implantée sur le lieu de sépulture du premier évêque attesté de Poitiers, saint Hilaire, mort vers 367. Etape importante de la Via Turonensis (la voie de Tour), elle est classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco en 1998, au titre des chemins de Saint-Jacques de Compostelle. »
    Pas un mot non plus sur Saint-Porchaire, ce qui est étonnant si l’on cherche à mettre en valeur la « capitale romane »…

    L’office de Tourisme signale en revanche que Notre-Dame-la-Grande « constitue une pièce maîtresse du patrimoine pictave »… PICTAVE ? « Cette forme est introuvable ! » sur les dictionnaires de référence: http://www.cnrtl.fr/definition/pictave

    Belle façon de mettre en valeur le patrimoine POITEVIN, qui, comme « angevin », s’applique tant à la ville qu’à la région: http://www.cnrtl.fr/definition/poitevin

    Selon le dictionnaire de l’académie, qui naturellement ignore « pictave », l’adjectif POITEVIN est « Dérivé de Poitou, nom géographique.
    Originaire de la région du Poitou ou de la ville de Poitiers ; propre à cette région, à cette ville, ou à leurs habitants. Le Marais poitevin. L’art roman poitevin. Un baudet, un cheval, une chèvre de race poitevine. • Subst. Un Poitevin, une Poitevine, habitant ou originaire du Poitou ou de Poitiers. Le poitevin, dialecte de langue d’oïl parlé en Poitou et jusqu’aux confins du territoire de la langue d’oc. »

    Selon un document rédigé par Françoise d’Argenson, toujours disponible sur le site de la ville (http://www.poitiers.fr/Datas/DECOUVREZBLOSSACweb.pdf), le « Jardin anglais » du parc de Blossac aurait été créé « en 1905, à l’occasion d’une foire exposition », alors que sa création remonte en réalité à 1887! Pour en savoir plus: http://pdf.actualite-poitou-charentes.info/096/Actu096avr2012%20_042-044.pdf

    Répondre
  5. philippe

    L’offre comprend « un petit déj et un brunch ». Pour rappel un brunch = breakfast + lunch, donc pas besoin de petit déj. Les ‘cibles’ parisiennes le savent bien et nous passons pour des des gens de la campagne profonde …
    Sur le site de l’OT pendant le diffusion dans le métro il n’y avait aucun lien vers un billet présentant l’offre alors que le QRcode renvoyait vers l’accueil du site del’OT (pourquoi pas directement vers la page de l’offre ?)
    Dans l’article de la presse il était aussi qu’indiqué « qu’aucun objectif n’avait été fixé », cela simplifie la vie en tout cas 🙂

    Répondre
    1. Véronique Dujardin Auteur de l’article

      Comme mon téléphone… téléphone juste, je n’ai pas pu tester le QR code, mais le site « relooké » de l’OT était franchement illisible en gris foncé sur noir au début de l’opération… Le fond est repassé au blanc, mais le contenu laisse à désirer (voir le commentaire de Grégory). Voilà une campagne de publicité tout ce qu’il y a de contre-productif…

      Répondre
  6. Grégory

    Petit rectificatif : aujourd’hui Saint-Hilaire figure bien sur le site de l’OT parmi les 6 monuments présentés, mais non Saint-Jean-de-Montierneuf, citée sur celui de la ville… Sainte-Radegonde, qui ne figure nulle part, doit être considérée comme un monument secondaire…

    Répondre
    1. Véronique Dujardin Auteur de l’article

      La page de l’OT sur l’auberge de jeunesse (au pluriel dans les liens de bas de page) est aussi une grande réussite! Une belle photo de bord de Clain (publicité mensongère pour l’auberge de jeunesse) et un texte qui laisse rêveur « Située à quelques minutes du centre-ville, l’auberge de jeunesse de Poitiers accueille les groupes et individuels dans des chambres de 4 à 6 lits au cœur d’un parc boisé de 0,8 ha offrant le calme de la nature à mi-chemin du patrimoine historique de Poitiers et du futuriste Parc du Futuroscope »… Pour les visiteurs d’une auberge de jeunesse, souvent à pied, compter une dizaine de minutes en bus depuis la gare, une demi-heure à pied sans bagage… et elle est à l’opposé du Futuroscope par rapport à la ville, compter une grosse vingtaine de km entre l’auberge de jeunesse et le parc, 1h en bus si le changement à la gare se coordonne bien entre les lignes 7 et 1, ce qui n’est pas sûr! Pour le calme de la nature, elle est située au milieu de HLM de Bellejouane…

      Répondre
  7. Capucine_o

    Tu aurais pu également trouver 2 de ces affiches à Opéra correspondance auber -> ligne 7 ; je suis passée devant tous les soirs, mais me suis contentée de l’apercevoir, n’étant vraiment pas attirée par la photo… :/

    Répondre
    1. Véronique Dujardin Auteur de l’article

      Et bien, il y en a donc quelques-unes quand même, je finissais par douter parce que j’ai vraiment eu du mal à en apercevoir mercredi dernier à Montparnasse (réunion au siège de la MGEN, à deux pas de la gare, arrivée presque 1 heure avant, j’ai mis 30 minutes à en trouver dans un petit couloir!).

      Répondre
  8. Grégory

    Il s’agit en fait des têtes d’un personnage et d’un lion tirant la langue sur deux chapiteaux « fin XIe-début XII » provenant de la collégiale Saint-Hilaire-le-Grand, n° 50 et 51, p. 313-14 du catalogue L’Age roman (illustré en couverture d’un détail du chapiteau de « la dispute » : c’est le carton qui reproduisait l’une de ces têtes).

    Répondre
    1. Véronique Dujardin Auteur de l’article

      C’est bien à la notice 50 page 315 que je pensais pour l’homme, de mémoire, je pensais que c’était aussi la couverture, mais tu as raison, la couverture, c’est la dispute… Le lien vers la fiche Alienor est bon. J’ajouterai la référence pour le lion… Ils lui ont bizarrement modifié la langue!

      Répondre
  9. Grégory

    la campagne a été reprise à l’entrée du parking de l’hôtel de ville avec de nouveaux visuels : outre la façade de Notre-Dame-la-Grande qui serait donc du « 11e siècle », la statue de Jeanne d’Arc de 1929 est ici datée du « 19e siècle ». On n’est plus à ça près.
    A bientôt.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *