Romain Duris dans La nuit juste avant les forêts

Poitiers, le théâtre et auditorium,12, vu depuis la grande passerelle

Avant l’inondation de la salle de théâtre du théâtre et auditorium de Poitiers / TAP dans le cadre de mon abonnement pour la saison 2011-2012, j’ai vu La nuit juste avant les forêts de Bernard Marie Koltès, mis en scène par Patrice Chéreau et Thierry Thieû Niang avec Romain Duris comme unique acteur.

Le spectacle : au centre de la scène (le rideau est levé quand les spectateurs entrent), un tapis blanc, dessus, un lit d’hôpital avec deux sacs genre sacs de SDF à ses pieds. Sur le lit, un homme (Romain Duris), un bandage au bras droit, le front en sang… Il raconte sa vie, il a travaillé, il est devenu chômeur, à la rue, il raconte sa vie jusqu’à ce soir où il a été attaqué par des loubards dans le métro…

Mon avis : pas de doute, c’est une vraie performance qu’accomplit Romain Duris, seul en scène et la plupart de temps allongé ou accroupi… Mais franchement, je n’ai pas trop accroché au texte, ni à la mise en scène… Pendant la première demi-heure, il ne quitte pas le lit, pendant la demi-heure suivant, l’espace scénique s’élargit… au pied du lit, il est tombé par terre… Les 40 dernières minutes bénéficient d’un tout petit peu plus d’espace. Le texte est répétitif, tourne en rond, revient sur la tortuosité de la vie du narrateur, la voix de Duris est assez monocorde, sauf peut-être à la fin, avec le récit de l’agression. Je pense que je vais lire le texte de Koltès, je sais qu’il est assez particulier, une seule longue phrase sur 60 pages…

Les précédents spectacles mis en scène par Patrice Chéreau dont je vous ai parlé :

La douleur de Marguerite Duras, mise en scène de Patrice Chéreau, avec Dominique Blanc

– Rêve d’automne du suédois Jon Fosse, mis en scène par Patrice Chéreau

3 réflexions au sujet de « Romain Duris dans La nuit juste avant les forêts »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *