Les tigres chimères d’Auguste Cain à Poitiers

Poitiers, le campanile de l'hôtel de ville, 1, un tigre chimère

En vous montrant les allégories (la science et l’agriculture de Louis Barrias) de la façade de l’hôtel de ville de Poitiers, je vous avais promis de vous photographier plus en détail le campanile récemment restauré, avec ses tigres-chimères en plomb, œuvre de Auguste Cain, un sculpteur spécialisé dans les représentations animalières. Je pense qu’ils peuvent entrer dans la catégorie autres monstres de la communauté des gargouilles, cariatides et autres monstres créée par d’Amaryllis.

Poitiers, le campanile de l'hôtel de ville, 2, le campanile Impossible de trouver s’il est aussi l’auteur des angelots ou putti, mais je ne pense pas… Je n’ai cependant pas trouvé la réponse dans l’exposition Un Louvre pour Poitiers, qui se tient actuellement au musée Sainte-Croix à Poitiers, mais je vais retourner voir l’exposition (elle se tient jusqu’au 16 janvier 2011), je ne l’ai vue que le jour de l’inauguration (avec un beau concert de 40 minutes au piano), et je n’ai pas encore acheté ni lu le catalogue… Si je trouve l’information, je complèterai l’article, bien sûr.

Poitiers, le campanile de l'hôtel de ville, 3, le campanile La belle exposition du musée montre entre autres les différents plans qui ont été établis lors de cette longue construction (1867-1875) et un ensemble très intéressant autour des œuvres de Pierre Puvis de Chavannes pour l’escalier.

Poitiers, le campanile de l'hôtel de ville, 4, un angelot Si vous voulez revoir l’ancien musée dans l’hôtel de ville, suivez le lien… car l’hôtel de ville était à l’origine conçu comme un hôtel de ville et musée, ce qu’il est resté jusqu’à son déménagement au musée Sainte-Croix.

Poitiers, le campanile de l'hôtel de ville, 5, un tigre chimère De même que pour revoir la façade complète de l’hôtel de ville avant rénovation, en cours de rénovation et après rénovation.

Poitiers, le campanile de l'hôtel de ville, 6, un tigre chimère Encore une photographie, désolée, c’est un peu déformé, j’ai pris les vues depuis le bas…

Poitiers, le campanile de l'hôtel de ville, 7, un tigre chimère … Une autre…

Poitiers, le campanile de l'hôtel de ville, 8, un tigre chimère … et la dernière.

Poitiers, la place d'armes le 6 novembre 2010 Je termine par une vue prise hier de la place d’armes, devant l’hôtel de ville, la mise en place du dallage avance… Des sépultures médiévales ont été trouvées et sont en cours de fouille dans des conditions un peu limité : le chantier n’a pas une vraie opération d’archéologie préventive, c’est-à-dire avant les travaux, mais un suivi du chantier au jour le jour, ce qui n’est pas tout à fait pareil… et la fouille de sépultures médiévales n’a vraiment un sens que si l’on fouille tout le cimetière, pour répondre aux questions sur le recrutement – l’origine des défunts – du cimetière, l’étude des pathologies, etc. Vous pouvez revoir l’historique de ces travaux au fil des articles : Poitiers cœur d’agglomération, cœur de pagaille…, avant et après le grand bouleversement du 30 août 2010, puis cinq jours après, le chantier en septembre et jusqu’au 10 octobre.

9 réflexions au sujet de « Les tigres chimères d’Auguste Cain à Poitiers »

  1. Grégory

    Sculpteur animalier, Cain modela seulement le tigre, le modèle d’enfant brandissant une torche revenant manifestement à Bernard et Mallet, à qui j’ai pu rendre la maquette du campanile ; ces sculpteurs parisiens fournirent en effet l’ensemble des modèles pour le nouvel hôtel de ville sous la direction de l’architecte Guérinot, qui offrit le plâtre du campanile au musée municipal – alors installé au rez-de-chaussée de l’hôtel – pour garder mémoire du chantier. 

    Voir Grégory Vouhé, Un Louvre pour Poitiers. La construction du Musée – Hôtel de Ville, 1867-1875cat. exp. Musée Sainte-Croix, Poitiers, 14 octobre 2010 – 16 janvier 2011, avec Anne Benéteau Péan, Musées de Poitiers, 2010, p. 77-93.

    http://actualite-poitou-charentes.info/tag/vouhe-gregory/

    Répondre
    1. Véronique D

      Je complèterai le WE prochain. J’avoue que j’ai écrit l’article bien avant l’expo, en 2008, recyclé lors de la repose des pièces restaurées… et que je n’ai toujours pas lu le catalogue, bien rangé avec toute une pile de catalogues à lire (Max Ernst à Tours, deux expos de Londres, l’âge roman, etc.)!

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *