La tuerie du cochon à la cathédrale de Poitiers

Stalles de la cathédrale de Poitiers, dosseret, tuerie du cochon Cela fait longtemps que je ne vous ai pas emmenés à la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers (retrouvez en fin d’article la liste des articles que j’ai publié sur le sujet). Nous y retournons donc aujourd’hui, avec un détail des stalles du 13e siècle…

Poitiers, les stalles sud de la cathédrale, écoinçon 8, la tuerie du cochon, carte postale ancienne Je suis désolée pour la photo, mais les stalles sud sont toujours à contrejour et trop cirées pour des photographies au flash… et je ne peux quand même pas, à titre privé, installé un éclairage indirect… Du coup, je vous mets quand même une carte postale ancienne, où l’écoinçon est peut-être plus clair… Ce charcutier se trouve sur le huitième écoinçon si l’on compte depuis la gauche en se mettant face aux stalles sud (celles à droite quand on rentre dans la cathédrale… à gauche quand on rentre par l’entrée prévue pour la visite des stalles, dos au chœur). Vous avez donc le cochon tout recroquevillé sur la gauche, en train d’être abattu à la hache par un homme. Dans le coin en haut à droite de l’écoinçon se trouve déjà une autre tête de porc. Est-il utile de rappeler l’importance des cochonnailles dans l’alimentation, bien salé, le porc se conserve longtemps en boudins, saucisses et autres terrines. Ici, il s’agit sans doute plutôt à un renvoi à une confrérie, une association de charcutiers, si l’on veut…

Et comme Michel Vallière l’a précisé en commentaire,  » n’oubliez pas l’assimilation des Juifs au cochon ! Et l’Église n’a eu de cesse de prier pour leur conversion avec de bons coups sur la tête : leur sacrifice. Un ouvrage traite très bien de cela: Claudine Fabre-Vassas: La Bête singulière : Les juifs, les chrétiens et le cochon, Paris, éditions Gallimard-NRF, 1994 (Collection Bibliothèque des sciences humaines) »… Une interprétation à creuser…

Les écoinçons des dorsaux des stalles nord, rangée supérieure de la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers, numérotés à partir de l’ouest (à gauche quand on les regarde)

Les écoinçons des dorsaux des stalles sud, rangée supérieure de la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers, numérotés à partir de l’est (à gauche quand on les regarde)

  • écoinçon 1 et tous les écoinçons impairs, des anges, le premier à gauche porte une seule couronne, le dernier à droite a été coupé lors du rétrécissement des stalles, les autres portent deux couronnes, comme sur la rangée nord
  • écoinçon 2 : un lion mange un dragon
  • écoinçon 4 : deux avants-corps de chien
  • écoinçon 6 : deux lutteurs
  • écoinçon 8 : un charcutier avec ses outils et une tête de cochon
  • écoinçon 10 : un architecte
  • écoinçon 12 : l’avarice
  • écoinçon 14 : l’orgueil
  • écoinçon 16 : un homme âgé et barbu
  • écoinçon 18 : un basilic ou un cocatrix
  • écoinçon 20 : un homme assis et un animal fantastique

Le chevet

La façade occidentale

Les modillons de la nef

D’autres éléments dans la nef

Pour aller plus loin :

  • un schéma de stalles et un vocabulaire normalisé de description des stalles en français et en anglais, ont été établis par l’université Paris 4-Sorbonne (mais il manque les écoinçons…).
  • Un article ancien, mais intéressant : Amédée Boinet (1913) – Les stalles de la cathédrale de Poitiers, Compte-rendu du LXXVIIIe Congrès archéologique de France tenu en 1912 à Angoulême, 1913, p. 325-338. Consultable dans la bibliothèque numérique / Gallica de Bibliothèque nationale de France par ce lien
  • un beau livre récent avec quelques éléments sur les stalles : Collectif (Claude Andrault-Schmitt, Christian Barbier, Yves Blomme, Jean-Pierre Blin, Bernard Brochard, Marie-Thérèse Camus, Robert Favreau, François Jeanneau, Françoise Perrot, Yves-Jean Riou, Albert Rouet, Jean-Pierre Roussel), La cathédrale de Poitiers, éditions Le Temps qu’il fait, 2007, 176 pages (ISBN : 978-2-86853-415-6).

14 réflexions au sujet de « La tuerie du cochon à la cathédrale de Poitiers »

  1. Michel Valière du blog Belvert

    Merci encore Véronique pour cette image si bien remise en contexte. je ne vous contredirai pas concernant l’importance de la cochonaille dans l’alimentation, bien sûr et c’est si bon !

    Pourtant je trouve bien prosaïque cette décoration au côté des autres sujets… N’oubliez pas l’assimilation des Juifs au cochon ! Et l’Eglise n’a eu de cesse de prier pour leur conversion avec de bons coups sur la tête : leur sacrifice.

    Un ouvrage traite très bien de cela: Claudine Fabre-Vassas: La Bête singulière : Les juifs, les chrétiens et le cochon, Paris, éditions Gallimard-NRF, 1994 (Collection Bibliothèque des sciences humaines). Plongez-vous dedans et vous verrez que votre interprétation, en dépit des apparences, ne colle pas avec ce contexte religieux. A suivre donc…

    Bonne fin de congés de Toussaint.

    Répondre
  2. Amaryllis

    Quand je pense que les mulsumans se passent de lui… je n’ai d’ailleurs pas une idée très pécise du pourquoi de ce refus … ils se privent d’une richesse culinaire incroyable….

    Répondre
    1. Véronique D

      Le pourqui est simple, il existe aussi dans la Bible et donc pour les Juifs… C’est lié aux problèmes sanitaires du cochon en pays chaud, où il peut très vite devenir dangereux à la consommation (mortel même). Un ver parasite est également très présent en Méditerranée, ver transmissible à l’homme, la trichinella qui donne la trichinose ou trichinellose. Donc avant les frigos, les gens ont vite fait le rapprochement… et interdit la consommation du porc.Chez nous, elle est toujours présente chez les sangliers sauvage et peut poser pb chez ceux qui consomment des sangliers tués en voiture… sans contrôle véto. Voir sur le site de l’inra par exemple.

      Répondre
  3. virjaja

    je viens de lire un bouquin ou ils parlent de ces scènes de vie quotidienne dans les cathédrales, et j’avoue que je n’avais jamais fait attention a cela! ton article tombe bien!!!

    Répondre
  4. anne quievreux

    Vincent,
    au moyen-âge, en encore bien plus tard, les cochons n’avaient pas encore l’aspect d’aujourd’hui qui est le résultat de sélections drastiques dans l’élevage.
    Les cochons d’avant ressemblaient à des sangliers. Consultez les Très riches Heures du Duc de Berry, mois de novembre. Les cochons à la glandée y sont bruns, portent une crinières et de jolies défenses.
    Merci mille fois à Véronque pour ces documents et commentaires très intéressants.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *