L’étrange disparition d’Esme Lennox de Maggie O’Farrell

Couverture de L’étrange disparition d’Esme Lennox pioche-en-bib.jpgDepuis quelques mois, j’ai lu beaucoup de critiques positives sur cette étrange disparition d’Esme Lennox. La dernière en date, par Theoma, en septembre, m’a décidé à le réserver à la médiathèque

Le livre : L’étrange disparition d’Esme Lennox de Maggie O’Farrell, traduit de l’anglais par Michèle Valencia, éditions Belfond, 2008, 232 pages, ISBN 9782714443342.

L’histoire : en Inde dans les années 1930, en Écosse aujourd’hui, à Édimbourg, où l’asile de Cauldstone ferme ses portes. Une jeune femme, Iris, reçoit un étrange coup de fil, elle est priée de venir chercher à l’asile une tante, Euphémia (Esme) Lennox, qui y est enfermée depuis 60 ans, elle y est arrivée à l’âge de 16 ans. Sauf que sa grand-mère, Kitty, atteinte aujourd’hui d’une maladie d’Allzheimer, lui a toujours dit qu’elle était fille unique. Elle accepte d’aller voir cette tante, de l’emmener dans un foyer, mais devant l’aspect rebutant de celui-ci, elle décide d’héberger Esme, qui ne semble guère « folle », pour le week-end. Parallèlement, Esme, encore à l’asile, puis chez sa petite-nièce, revit son enfance en Inde, avec un petit frère, Hugo, dont la mort semble d’abord mystérieux, le retour en Écosse, la mère qui veut caser ses filles, Esme et Kitty, jusqu’à découvrir le sombre secret de famille qui a entraîné l’enfermement d’Esme et sa disparition de l’histoire familiale…

Mon avis : Un début un peu confus, j’ai eu un peu de mal à situer les souvenirs qui émergent peu à peu, d’Esme mais aussi de sa sœur, Kitty, de six ans son aînée, peu à peu… Le terrible secret de la mort d’Hugo et de la bonne Jamila, morts de typhoïde, reste longtemps assez peu compréhensible, semble la clef de l’énigme… sans l’être vraiment, quoique… S’il n’était pas mort, la suite se serait-elle produite ? Et puis, derrière cette histoire terrible, on peut se demander comment une jeune femme a pu être internée à l’âge de 16 ans et ne ressortir de l’asile que 60 ans plus tard, et encore, parce que l’asile ferme et qu’ils n’ont pas trouvé de solution pour elle… Certes, cela se passe en Grande-Bretagne, mais pas sûr que ça ne puisse pas arriver chez nous… Les portraits d’Esme, mais aussi celui d’Iris, de son « frère par alliance » (le fils du second mari de sa mère) ou de son ami du moment sont dressés peu à peu, avec douceur et beaucoup de force en même temps. Un livre fort qui ne m’a pas laissée indifférente.

Pour aller plus loin : voir le site de Maggie O’Farrell (en anglais).

logo tour du monde en lecture Ce livre entre dans le cadre du défi du tour du monde des livres, organisé par Livresque, au titre de la Grande-Bretagne (l’auteure, Maggie O’Farrel, est née en Irlande-du-Nord, a vécu en Ecosse et au Pays-de-Galle), en complément de Les chemins de Saint-Jacques, Les routes du pèlerinage médiéval à travers la France et l’Europe, de Derry Brabbs déjà lu et sélectionné pour ce pays, mais il s’agissait d’un beau livre et non d’un roman..

7 réflexions au sujet de « L’étrange disparition d’Esme Lennox de Maggie O’Farrell »

  1. sarah

    J’en ai aussi entendu parlé et il me tente bien ! j’ai lu que ça se faisait assez souvent de « mettre » à l’asile en ce temps-là les filles dérangeantes ! Sur ces belles paroles, bonne nuit…

    Répondre
    1. Véronique D

      Et oui… en espérant que ça ne soit plus le cas, chez nous sans doute pas, mais dans d’autres pays, combien d’opposants politiques ou de personnes qui dérangent (par les moeurs ou autres) croupissent encore dans des asiles…

      Répondre
  2. Moqueplet

    tu dois lire beaucoup….pour en revenir sur les christophines, il faut avoir beaucoup de place, elles poussent sur tonnelle ou un grillage, il lui faut un support…tu peux en acheter une dès que tu en verras dans les magasins et la démarrer en pot…. au printemps tu la mettras en pleine terre, c’est ce que nous avons fait, et que nous allons refaire, car nous pensons que la plante va geler…..passe une belle journée

    Répondre
  3. sarah

    Ca y est, je l’ai lu ! ouah ! quelle histoire ! et quel suspens ! j’ai beaucoup aimé cette relation qui se lie petit à petit entre la jeune femme et cette vieille dame et aussi comment toute cette histoire est écrite avec ses retours en arrière, cette narration à plusieurs voix, bref, merci pour cette idée de lecture ( mais je me suis demandée où l’auteur avait pu trouver de telles idées, c’est horrible au possible).

    Répondre
    1. Véronique D

      Je suis contente qu’il t’ait plu! Pour Strasbourg, je suis sûre que quand on est libre, avec que les visites en tête, cela est plus facile de profiter d’une ville! Bonne fin de WE à toi!

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *