Les messages de Radio-Londres par Christian Robert-Tissot ne remplacent pas les trous de mémoire de Poitiers

Poitiers, quartier du Pont-Neuf, oeuvre de Christian Robert-Tissot, vue généraleAprès l’installation de Benoît-Marie Moriceau dans le nouveau square raté de la République cadre de la commande publique liée à Poitiers coeur d’agglomération, coeur de pagaille…, et en attendant celles qui seront mises en place dans le nouveau jardin de Puygarreau encore en travaux, des messages issus de radio-Londres sont apparus sur six murs du quartier du Pont-Neuf, visibles dans le sens « montée » autour de la place de la Croix, que les riverains proposent de rebaptiser  place radio-Londres (le conseil municipal ne s’est pas encore prononcé). Les pignons, bien gris foncés et noirs dans ce secteur où passent des centaines de voitures chaque jour, poussant les gaz à fond à cause de la côte, ont été repeints et les messages réalisés au pochoir en blanc sur fond rouge sous le direction de l’artiste suisse Christian Robert-Tissot. Pour l’instant, ça a un aspect net et propre, mais ouvrons les paris sur la date où ils vont devenir grisonnants et dégoulinants de pollution… Six mois? Un an?

Poitiers, quartier du Pont-Neuf, oeuvre de Christian Robert-Tissot, deux messaagesL’un des pignons qui aurait dû recevoir un message a finalement été abandonné, faute d’accord du propriétaire… Voici les messages choisis par l’artiste :

Les girafes ne portent / pas de faux-cols

La vache saute / par-dessus / la lune

Poitiers, quartier du Pont-Neuf, oeuvre de Christian Robert-Tissot, trois messages

Demain la mélasse / deviendra du Cognac

Le canapé / est au milieu / du salon

Poitiers, quartier du Pont-Neuf, oeuvre de Christian Robert-Tissot, un message

L’acide / rougit le / tournesol

Poitiers, quartier du Pont-Neuf, oeuvre de Christian Robert-Tissot, deux messages

Il faut avoir / des pipes pour / trier les lentilles.

Dans le dossier de présentation, la ville souligne que le quartier du Pont-Neuf était habité de nombreux résistants. Soit, mais sans doute pas plus ni moins que dans d’autres quartiers, ou bien une vraie étude historique l’aurait prouvé? Cela m’étonnerait, d’autant que Poitiers a toujours un gros problème de mémoire des deux dernières guerres mondiales:

Le monument auxmorts pour 1914-1918 à Poitiers– aucun nom de soldat n’est porté sur le monument aux morts de 1914-1918 (ce qui est très rare, même s’il s’agit comme dans la plupart des préfectures, d’un monument dédié aux soldats du département morts pour la France, la quasi totalité de ces monuments portent le nom des morts pour la France de la ville, voir par exemple ceux dont je vous ai parlés, à Niort, La Rochelle, Lons-le-Saunier, Nantes, Skikda / PhilippevilleToulouse, etc.);

– le Frontstalag 230, le camp de la Chauvinerie et le camp de la route de Limoges n’ont aucune reconnaissance sur place, pas de noms de victimes (des centaines d’Allemands sont morts à la Chauvinerie suite à l’accaparement des vivres par la direction du camp), une plaque route de Limoges, rien aux Montgorges où se trouvaient les deux premiers camps, je vous laisse relire l’article en suivant le lien

– le monument au réseau Louis Renard dans le cimetière de Chilvert n’a pas non plus de plaque avec tous les fusillés du réseau, seulement quelques plaques avec le nom d’une partie d’entre eux (il faudra que je vous le montre un jour)

– où peut-on trouver le nom des victimes des bombardements alliés de 1944 (sans aller dépouiller les archives)? (sur le sujet, voir la gare avant et après le bombardement de 1944 ainsi que la reconstruction du quartier).

 

9 réflexions au sujet de « Les messages de Radio-Londres par Christian Robert-Tissot ne remplacent pas les trous de mémoire de Poitiers »

  1. Grégory

    Je suis assez séduit par la réalisation de Christian Robert-Tissot, qui au stade du projet ne m’enthousiasmais pas franchement.
    Reste que tu soulignes avec raison le véritable blackout concernant les victimes des deux guerres.

    Best wishes 🙂

    Répondre
  2. zazimuth

    Ces messages sont poétiques mais je ne suis pas sûre de trouver ça très chouette de les « imprimer » ainsi sur les maisons… alors que je pense que ça ne me dérangerait pas en graffitis de street art.

    Répondre
  3. dianou

    oui, ces messages ont été importants pour beaucoup , mais de là a les afficher aux frontons , ? imaginons tout Glières recouvert de ces messages ! ou d’autres régions ou les hommes et les femmes à l’affût de radio Londres ! Mon grand-papa , m’en a tellement parlé ! Je ne suis pas convaincue que les hommes de ce temps là , apprécieraient de voir les messages affichés ainsi ! Même pour mémoire ! trop douloureux ! bisous dianou

    Répondre
  4. cdanielle

    je n’ai pas non plus été portée d’enthousiasme en oyant ça; moui… pourquoi pas, mais je ne suis pas plus convaincue comme d’autres le disent dans les comms. le gris reviendra??? sans doute, mais ne soyons pas trop pessimistes sur l’entretien. bon par contre, tu me fais « découvrir » qu’il n’y a aucun nom sur le monument 14/18, mais zut, je n’y ai jamais fait attention; alors que je regarde souvent les noms sur les monuments des autres villes; on y fait des découvertes parfois surprenantes dans les choix des prénoms de l’époque par exemple.

    Répondre
  5. Louis

    Bonjour,

    en passant, il faut rappeler que les messages peints par l’artiste préexistaient à Radio-Londres…
    L’artiste l’a dit le jour de l’inauguration en juillet : ces phrases n’ont pas seulement à voir avec l’histoire de la Résistance.
    Cordialement, Louis

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *