Poitiers, le ratage du square de la République

Poitiers, square de la République, avril 2013, oeuvre en placeJe vous ai déjà montré plusieurs fois le square de la République à Poitiers, avec le monument aux morts de 1870-1871, qui a ensuite perdu ses grilles puis sa patine (la presse en parle), le début de la restauration, restauré, de nouvelles grilles moches… Avec des mois de retard, l’installation de Benoît-Marie Moriceau a été remise en place… Dans le projet d’extension du secteur sauvegardé, cet aménagement minéral est à nouveau justifié par un lieu de vie… plus en accord avec la vie actuelle (autrement dit, le square dessiné par Édouard André était trop passéiste) et sans doute contre les « anciennes habitudes », comme dit l’arrêté municipal que je vous ai déjà montré en février 2013… Bravo aux ateliers Lion pour ce grand ratage!

Poitiers, actualité juillet 2012, grilles du square de la République avant et après coeur d'aggloPetit rappel… les grilles avant et après…

Poitiers, square de la République, avril 2013, effet du skate park sauvageQuelques arbres ont survécu au massacre et ont été entourés de machins mastocs qui doivent aussi servir de banc… En fait, au fil des semaines, ils sont de plus en plus noirs sur les bords, avec des ébréchures de plus en plus importants (je vous ai déjà montré des épaufrures de ce genre sur les bancs de la place d’Armes).

Poitiers, square de la République, avril 2013, effet des vélos sur le monument aux morts La cause? Ce mobilier urbain sert de skate park et de support de saut à vélo… J’en ai pris un l’autre jour, son activité explique aussi les marques sur le socle du monument aux morts de 1870-1871

Pour rappel, voici l’ancien aménagement du square, cette partie a été détruite anciennement

Photo : Paysagiste de renommée internationale, Edouard André avait créé en 1893-1894 le Square de la République. Cette carte postale garde seule mémoire de sa végétation luxuriante : une chape de béton a été coulée sur ce jardin, et désormais une rue passe à l'emplacement du bassin et des rocailles. ©Grégory Vouhé Pour en savoir plus : "Edouard André. Jardins pour Poitiers", L'Actualité Poitou-Charentes n° 96, p. 42-44.

Poitiers, coeur d'agglomération, bordure en calcaire exploséeLe calcaire choisi ne résiste pas plus aux voitures et camions, de nombreuses bordures sont déjà explosées moins de deux ans après leur mise en place…

Poitiers, avril 2013, état déplorable des rues piétonnesDans peu de temps, aurons-nous dans le secteur refait la même chose que quelques dizaines de mètres plus loin, un patchwork de dalles explosées, avec des trous et des réparations approximatives au ciment? Au passage, vous voyez que les voitures continuent à se garer n’importe où…

Poitiers, avril 2013, voitures à la place des piétons… et dans la zone de cœur d’agglomération, j’ai repris dimanche dernier une photographie au même endroit que la dernière photographie de cet article de novembre 2012… Pourquoi se gêner, puisque l’incivilité semble être le grand sport poitevin sans aucune répression (voir aussi la manifestation justifiée de mauvaise humeur des commerçants de la Grand’Rue, qui ont empilé au début de la rue il y a quelques jours les poubelles sorties à n’importe quelle heure sur les trottoirs)?

Poitiers, avril 2013, rue Magenta, arbresPuisque j’étais dans le secteur, j’ai aussi photographié les arbres de la rue Magenta, leur pied est encombré de déjections canines… j’en ai trouvé un où il y en a moins, leur entourage en terre et herbe (voir travaux en février 2013) a été remplacé par des pavés disposés en « impluvium » (en légère pente vers le centre), avec à peine 50 cm de côté en cailloux au pied des arbres…

Relire mes anciens articles sur le sujet : le monument aux morts de 1870-1871, qui a perdu ses grilles puis sa patine (la presse en parle), le début de la restauration, restauré

Pour aller plus loin : voir les articles de Grégory Vouhé, Édouard André et Jean-Camille Formigé. Le square de la République, L’Actualité Poitou-Charentes n° 95, janvier 2012, p. 45 et Edouard André, jardins pour Poitiers, L’Actualité Poitou-Charentes n° 96, avril 2012, p. 42-44 (clic sur les liens pour voir les pdf des articles).

 

 

8 réflexions au sujet de « Poitiers, le ratage du square de la République »

  1. Nini79

    Ce parti-pris très minéral semble être une constante dans les villes… je ne crois pas que l’incivilité soit une marque typiquement poitevine, elle se rencontre, hélas, partout…
    Ceci dit, c’est effectivement un ratage, quel dommage ! (et ça a du coûter bonbon à la municipalité, donc à vous…). Certaines entreprises ne sont vraiment pas inspirées… ou ne réfléchissent pas beaucoup avant de se lancer…
    Ces pauvres arbres, ils vont avoir bien du mal à survivre…
    Bises et belle journée (ici, ça y est, le soleil s’installe !! au moins pour aujourd’hui, ce qui est pris n’est plus à prendre…)

    Répondre
  2. mamazerty

    de quoi se fouler la cheville sur ces pavés….comme à Dinan où j’ai failli plusieurs fois me rétamer dans la vieille ville (et encore, j’ai des chaussures stables!)…il y a des skate parcs en ville ou pas?si oui c’est d e l’incivilité,ton skateur destructeur inconscient; si non c’est un manque de considération ou de réflexion de la part d e la municipalité….mais pour le reste…;et bien encore un chance que tu mets de beaux articles historiques sinon vraiment je n’aurais pas envie de venir à Poitiers.

    Répondre
  3. Grégory

    A Poitiers on n’a pas encore pris conscience de ce massacre patrimonial qui s’ajoute à la destruction des arènes romaines ou des halles du 19e siècle

    Négligé depuis des années, le jardin a été considéré comme un banal square du 19e
    sans voir qu’il s’agissait de l’œuvre d’un paysagiste de renommée internationale!

    Il était bien sûr possible de le rénover avec des aménagements paysagés contemporains de qualité

    On a préféré le vandalisme, et choisi de couler une chape de béton sur le jardin!

    Détruire la remarquable grille pour en refaire une neuve, tout à fait quelconque, exactement au même endroit, n’a aucun sens : la photo avant/après est parlante.

    Hélas on ne peut plus que dénoncer les résultats malheureux de l’ignorance.

    Le jour viendra sans doute où l’on souhaitera refaire à neuf (comme le kiosque de Blossac) ce qui a été stupidement rasé, en déplorant l’incurie et la bêtise.

    Sauf qu’une copie ne vaut pas l’authentique définitivement perdu,
    et l’argent est inutilement gaspillé, mais entretenir au quotidien le patrimoine semble souvent moins valorisant que les opérations spectaculaires, si ratées soient-elles.

    Répondre
    1. Elise

      Avez vous remarqué que les grilles du XIXème ont été posées sur un parking??? , boulevard du pont Joubert, elles ont été repeintes. incompréhension……. on détruit un square, on entrepose les grilles pour ensuite les repeindre et « valoriser » un parking????

      Répondre
  4. Grégory

    « Effacé le souvenir de l’espace qu’il était, carré et entouré de maisons, le square se donne, au milieu de la petite place, des airs de jardin public avec ses allées, ses bancs, sa statue : un songe bien trempé dont s’écartent, prudents, les pigeons. D’autres parcs concourent à l’image de la cité, d’autres lieux invitent à méditer, non pas sur les pelouses, définitivement interdites, mais sur ces herbes boutées hors des parterres, parce qu’elles sont mauvaises, parce qu’enfin le monde est monde, ordre et beauté, et pour la volupté c’est derrière les sapins qu’il faut chercher, certains diront dans la mousse et sous les feuilles. »
    Denis Montebello, Filature et tissage, chap. 1. Ce que l’on trouve dans un square

    Répondre
  5. Jules

    Etes-vous toujours aussi réactionnaires ?
    Préfériez-vous véritablement le square de la République avant, quand il servait de toilettes publiques aux clochards qui y avaient établi domicile ? Ou êtes-vous seulement incapables de vous souvenir du fait que vous aussi, avant, vous faisiez un grand détour à cette intersection, et que jamais vous n’auriez laissé un enfant s’aventurer dans ce petit jardin verdoyant ? Certes, les arbres, c’est beau, et je ne vous contredirai pas là-dessus, mais le seul moyen de faire de ce square un lieu agréable pour les habitants du quartier, c’était sûrement d’en changer tout l’aménagement.
    Seul point sur lequel je suis d’accord avec vous : ces pavés ne sont pas vraiment une bonne idée… C’est une véritable patinoire quand il pleut !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *