Bienvenue aux touristes à Poitiers? Meilleur accueil de M. Mouton!

Campagne bienvenue à PoitiersIl y a peu, la ville de Poitiers a lancé une campagne « Bienvenue aux touristes », relayée dans la presse locale. Cette campagne comprend un ensemble de visuels, mais je n’ai trouvé que cette image en bannière du site de la ville et de l’office de tourisme. Impossible de trouver les autres, même si j’en ai aperçu à la médiathèque. Sinon, le dispositif comprend aussi une relance de la campagne d’affichage dans le métro parisien (clic pour revoir mes commentaires l’année dernière), un clip sur l’art roman à Poitiers (idem, impossible de le trouver sur les deux sites officiels, un moteur de recherche l’a trouvé sur youtube), une location de vélos normaux ou à assistance électrique (déménagée par rapport à l’année dernière), et toujours trois bornes d’informations touristiques, entre l’office de tourisme et la médiathèque, au parking Carnot/Hôtel de ville et sur le parvis de la gare…

Poitiers, la borne pour touristes de la gare cachée derrière des poubellesPour cette dernière, bienvenue aux touristes! Elle est régulièrement coincée par les poubelles de la « tour », qui abrite entre autres pas mal de services municipaux! Cette photo a été prise hier samedi à 14h30, elles ont dû être ramassées le soir et remise par les éboueurs au même emplacement. Ce n’est pas comme si des touristes pouvaient, s’ils réussissaient à voir la borne, avoir envie de l’utiliser!!! (Bon, de toute façon, l’écran est en général illisible, en plein soleil, plein de reflets).

Poitiers, mouton et caravane, sur une affiche du zoo de BeauvalAlors, personnellement, je préfère les affichettes et les grandes affiches de M. Mouton. Il a renouvelé son affichage de départ en vacances en caravane! (revoir Les derniers moutons poitevins avant la rentrée?, avec le mouton mexicain, la première série et la suite ou encore ici…, et là en format environ A6/A5 ou beaucoup plus grands, et plein d’autres regroupés dans la synthèse…). Mais attention, là, il risque de se faire enfermer au zoo!

Poitiers, mouton caché dans une fouleMais il n’a pas peur de se retrouver coincé sur la plage ou tout seul au milieu du troupeau? Il a marqué sur sa « carte postale » où il se trouvait…

Poitiers, mouton caché dans une foule, derrière des barreaux… à moins que ce ne soit en prison?

Poitiers, un mouton qui réclame un câlinEn tout cas, il a besoin d’être câliné (« Give me a hug »).

Poitiers, un homme regarde deux moutons en vitrinePour les soldes, se complait-il à être observé en vitrine par ce monsieur?

Poitiers, mouton détournant le confort moderneIl détourne aussi le logo du confort moderne, devenu « conformisme moderne », à l’envers sous une potence, « adhérez ou pas » (voir des expositions dont j’ai parlées, On se bat toujours quelque part de Michael Portnoy et David Adamo, Insert du possible de Patrik Pion et Paule Combey, Davide Balula).

Poitiers, affiche de moutons sur la vitrine de la DRACAu rayon des affiches en grand format, celle-ci n’est restée que quelques heures sur la « vitrine » souvent vide de la direction régionale des affaires culturelles (DRAC)… Pas mal, j’aurais bien vu aussi au même endroit un rebond sur le régime des intermittents du spectacle…

Poitiers, affiche de moutons sur la vitrine de la DRAC, détail gaucheEn tout cas, c’est un assemblage compliqué de machines sur fond noir…

Poitiers, affiche de moutons sur la vitrine de la DRAC, détail à droite… avec un charriot plein de moutons qui vont passer dans la broyeuse!

Poitiers, moutons poitevins dégoulinants en vitrine

Grégory a repéré ces deux affiches vers le pont Saint-Cyprien et avec moi rue Carnot (nous revenions de voir à nouveau la lucarne de l’hôtel de Jean Beaucé). Collage en diagonale adopté aussi pour plein de petites affichettes, ici souligné par les « fausses coulures » d’encre!

Poitiers, moutons qui s'interrogent sur la position de la ville face aux incroyables comestibles, repéré par GrégoryIl a aussi repéré plusieurs exemplaires de cette version qui s’interroge sur la réflexion d’une élue de la ville qui justifie dans un article de 7 à Poitiers (voir page 8, n° 223, 25 juin 2014) la destruction des jardins des incroyables comestibles (jardins ou jardinières avec des légumes à disposition de tous):

« Cela n’est pas conforme aux valeurs de la gauche, qui travaille justement à la cohésion sociale », avance Christine Burgeres ».

Poitiers, moutons qui s'interrogent sur la position de la ville face aux incroyables comestiblesJ’adhère aux ??? que M. Mouton a mis en marge, cela m’avait aussi interrogée quand j’avais lu l’article! J’avais aussi repéré cette affichette (A4 cette fois) rue des Vieilles-Boucheries (la photo).

Poitiers, mouton avec vidéo-surveillanceSinon, en grand format aussi, d’autres versions déjà vues en petit format. Ici avec un gros œil qui nous observe et une caméra de vidéo-surveillance…

3 réflexions au sujet de « Bienvenue aux touristes à Poitiers? Meilleur accueil de M. Mouton! »

  1. guimard yves

    Bonjour, j’ai parcouru la quasi totalité du blog, pour y voir les aménagements nouveaux et la « Politique de cohésion sociale dans l’urbanité poitevine ». Il me semble que la formule doit bien coller aux discours gonflants et plein d’auto-congratulation que les éminences poitevines dispensent à toutes les occasions, pour flatter un électorat de paysans sans culture, plus attiré par le gain dans ce monde moderne que par la préservation d’un patrimoine. Alors donc, les chantiers se succèdent et conduisent irrévocablement La Cité à la défiguration totale, la déshumanisation, l’éradication de tout ce qui donnait une certaine cohésion, peut-être un peu passéiste, mais si charmante ( square de la République for example ) à certains endroits. Je pense aussi à ce miroir du théâtre, que j’appréciais et tant d’autres choses vouées prochainement, si ce n’est pas déjà fait, à la destruction. Remarquez, ce fait n’est pas réservé à Poitiers. la vile de Arles a jeté des tableaux de Réattu ( Peintre de la révolution dont un musée sur les quais du Rhône porte son nom.) quant aux objets qui disparaissent, on peut au moins espérer qu’ils se retrouvent dans des propriétés privées par voie de détournement, ce qui leur assure une certaine pérennité, même si l’Etat en perd la trace. Je pourrais continuer mais la liste est trop longue.

    Bref, à la vue des photos de ce nouveau Poitiers, une nostalgie m’a envahi. Mon opinion est que Poitiers n’est pas « urbanisable » selon le cahier des charges dicté par les agences d’étude contemporaine. La politique devrait être celle d’une réhabilitation du bâti existant selon le cahier de la rénovation et de la restauration avec les techniques adéquates, concernant la pierre, le bois, les menuiseries, les charpentes et les couvertures. Pourquoi ils rasent des espaces qui sont des éléments de l’identité de cette ville pour placer une définition border line d’une nouvelle identité? Ah, autre grand choc: la destruction du bureau de Poste !! Tout simplement scandaleux. C’était déjà pas brillant les interventions des MH dans les années 80/90, mais je crois que là, ils font vraiment fausse route.

    Merci pour votre blog, il m’a permis de me remémorer pas mal de choses, de retrouver des sensations glanées au fil de ballades interminables dans cet ancien Poitiers aujourd’hui disparu.
    Cordialement,

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *