Bigre, de Pierre Guillois

Après ma déception pour The Ventriloquists Convention, au théâtre et auditorium de Poitiers / TAP, j’ai poursuivi ma saison 2016-2017 avec Bigre, de Pierre Guillois, avec Éléonore Auzou-Connes, Pierre Guillois et Jonathan Pinto-Rocha.

Le spectacle : sur scène, trois appartements sous les toits, à gauche un appartement aseptisé tout blanc et plein de gadgets technologiques, au centre un capharnaüm (soigneusement organisé), à droite un intérieur cosy avec guéridon et déco soignée. Trois appartements, trois locataires, à gauche un jeune homme en costume impeccable, au centre le baba cool, à droite lune jeune femme qui emménage juste.

Mon avis : le spectacle était annoncé comme muet… mais avec une soirée spéciale traduite en langue des signes, cela m’intriguait… En fait, si les acteurs ne parlent pas, il y a beaucoup de bruitages, la radio, etc., décrypter cet environnement sonore est donc très utile pour le public concerné!

J’ai passé une très bonne soirée, comme la plus grande partie du public qui comportait pas mal de familles, les séances de 19h30 sont plus propices à ce public, et pour moi elles me permettent de voir le spectacle en entier, quand ça commence à 20h30, il m’est toujours difficile encore de garder mon cerveau éveillé jusqu’à la fin! Ce soir là, point de somnolence, les relances permanentes avec les saynètes qui se suivent permettent de maintenir un rythme sans endormissement*, les relations entre les voisins ne sont pas toujours de tout repos! Je vous recommande ce spectacle s’il passe près de chez vous!

* quoique j’avais réussi à m’endormir dans le final en pyrotechnie de Henry VI il y a deux ans, mais j’ai fait des progrès depuis 😉

Pour aller plus loin : voir le site de Bigre, de Pierre Guillois.

Voir un extrait, lors de la création en 2014, sur le site du théâtre de la Croix-Rousse à Lyon.

3 réflexions au sujet de « Bigre, de Pierre Guillois »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *