Toulouse, musée Saint-Raymond (3) : des gargouilles encore

Toulouse, musée Saint-Raymond, façade postérieur, gargouille 1 Je vous avais annoncé qu’il y avait d’autres gargouilles au musée Saint-Raymond à Toulouse, alors, pour vous tous et plus particulièrement pour la communauté des gargouilles, cariatides etc. créée par d’Amaryllis, voici les gargouilles de la façade postérieure, à nouveau présentées de gauche à droite. Et je ne sais pas plus de quand elles datent, entre le 16e siècle et les reconstructions Viollet-le-Duc en 1868-1871…

Toulouse, musée Saint-Raymond, façade postérieur, gargouille 2 Ah, au fait, comme je vous l’ai signalé, vous le voyez bien sur cette photographie, ces gargouilles ne sont pas à leur place. Les gargouilles et les gargouilles saillantes servent normalement à évacuer l’eau des toits accumulée en particulier dans les chéneaux…

Toulouse, musée Saint-Raymond, façade postérieur, gargouille 3 Ici, comme vous le voyez, elles sont sur le mur, vers le haut mais as au niveau de l’égout du toit (la partie où le toit s’égoutte), elles n’ont donc absolument aucune fonction, c’est une des raisons pour lesquelles je pense qu’elles sont dues à Viollet-le-Duc… qui les a peut-être récupérées sur ce bâtiment ou sur un autre, ou bien qui les a fait taillées par les sculpteurs qui travaillaient en même temps sur la restauration (radicale) de l’église voisine Saint-Sernin.

Toulouse, musée Saint-Raymond, façade postérieur, gargouille 4 Et voici la dernière gargouille.

Tous les articles sur le musée Saint-Raymond : les gargouilles de la façade antérieure, le musée ; les gargouilles de la façade postérieure ; les culots sculptés de la façade antérieure et ceux de la façade postérieure ; des vues anciennes.

Voir aussi l’exposition Niel brut de fouilles.

19 réflexions au sujet de « Toulouse, musée Saint-Raymond (3) : des gargouilles encore »

  1. Maggy

    ça y est je vois tes photos, par contre pour moi ,toujours impossible d’en mettre sur mon blog….pfffft….tant pis…la pluie….et des ondes négatives lol

    bisous

    Répondre
  2. clob

    Les gargouilles .. ces sculutures  de créatures hybrides  cette representations qui doit rejeter le mal à l’exterieur du lieu  saint .. en m^me temps que les eaux sales ….m’ont toujours fasciné !

    En extèrieurs des eglises bretonnes ont peut en trouver  de très belles  !

    celle de ma St Cécile Cathedrale de ma ville de coeur sont si haut perchées .. que  j’ai decouvert avec plaisir leurs bouilles grimassantes et deformées au travers d’ouvrage sur la dite cathédrale ( la plus belle de France !!!! cQFD !)

    Sur le rose de la briquette ces morceaux de calcaire sculptés sont si bien mis en valeur !!!!!

    merci pour ce bel article ….. jeune mon grand père nous contait 1001 histoires lors de nos visites ( Cahors et le lot   Albi, Najac.  Lourdes …PAris … La Bretagne si riche en ce domaine ..) professeur d’histoire …. il avait ce don de faire revivre les monuments ….

    Répondre
  3. virjaja

    elles sont belle! je m’aperçois qu’on en a assez peu ici!!!!un peu en retard pour te répondre…j’ai des cartes de l’église monolithe de St Emilion, mais juste l’extérieur.. et le chantepleure, je ne sais pas si j’ai des photos, car je ne sais pas du tout ce que c’est!!!!!! si tu veux récupérer des photos sur le blog, vas-y. gros bisous. Cathy

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *