Chroniques birmanes de Delisle

Couverture de Chroniques birmanes de Guy Delisle pioche-en-bib.jpgCette bande dessinée est en 17e place dans le classement de novembre calculé par Yaneck / Mes BD à moi, mais était plus haut en septembre lorsque je l’ai inscrit sur un petit papier puis recopié parmi les premiers dans le petit carnet offert par Emmanuelle. Mais j’ai mis du temps pour réussir à le trouver à la médiathèque. Pour les volumes précédents, Shenzhen (qui m’intéresse car le département de la Vienne est jumelé avec cette région de Chine qui, il y a quelques années, tenaient le triste record des exécutions capitales) et Pyongyang, je devrai encore attendre un peu. [Depuis, j’ai aussi lu Chroniques de Jérusalem].

Le livre : Chroniques birmanes, de Guy Delisle, collection Shampooing, éditions Delcourt, 263 pages, 2007, ISBN 2-7560-0933-9.

L’histoire : Nadège, la compagne de Guy Delisle, travaille pour Médecins sans frontières. Elle est nommée pour un an en Birmanie (au lieu du Guatemala pressenti), ils s’y rendent donc en famille, avec leur bébé, Louis. Le récit raconte le séjour sur place à Rangoon, les pénuries dans les magasins, les problèmes des différentes ONG avec la junte, qui refuse l’accès à certaines zones où des  » rebelles  » se trouveraient mais qui sont aussi celles qui ont le plus besoin d’aide, le milieu des expatriés, leurs clubs, leurs quartiers réservés, les problèmes de connexions à internet alors qu’il attend des nouvelles de son coloriste pour un album en cours de fabrication. Aussi les relations louches de certaines multinationales (comme Total), qui collaborent sans scrupules…

Mon avis : le séjour est raconté de l’intérieur. Guy Delisle a eu peu de contacts avec les locaux, sauf lors de deux brefs séjours avec sa femme dans les cliniques éloignées, et avec quelques dessinateurs à qui ils donnent des cours d’animation. J’aime beaucoup ce long récit autobiographique, en noir et blanc, lucide, qui ne cache pas l’ambiguïté de la présence des ONG, des multinationales, de la junte, évoque  » la dame « . Le déménagement de la capitale par la junte est un grand moment. À lire vraiment, surtout pour les archéologues que je connais et qui vont y participer à des missions, est-ce bien raisonnable ? Pas un sujet très gai pour un jour de noël, mais n’est-ce pas aussi le moment de s’interroger sur l’Humanité avec un grand H ?

Logo du classement BD de Yaneck Cette BD sera soumise pour le classement du TOP BD des blogueurs organisé par Yaneck / Les chroniques de l’invisible. Mes chroniques BD sont regroupées dans la catégorie pour les BD et par auteur sur la page BD dans ma bibliothèque.

8 réflexions au sujet de « Chroniques birmanes de Delisle »

  1. jardin zen

    tu parles si bien des ouvrages, que je vais m’inscrire à la bibliothèque de civray.
    je n’ai plus de place pour des livres
    merci pour ton mail,qui m’a bien réchauuffé le coeur
    bon noe¨l à toi

    Répondre
    1. Véronique D

      J’ai travaillé tout mercredi sur Saint-Nicolas de Civray, il va falloir que j’aille à Paris consulter le dossier de Maximilien Lion sur ce qu’il a fait exactement en 1840… Nous avons mis en ligne sur le site de l’inventaire le livret-jeu sur le civraisien… Il faut l’expo en même temps pour y répondre… Elle est aussi en ligne, elle était récemment à Charroux. L’expo, c’est ici et le livret jeu là. Mais les bibliothèques sont des lieux que j’aime bcp, même si j’ai bcp de livres chez moi!

      Répondre
  2. Bidouillette/Tibilisfil

    Ben je lis Bel Ami, j’ai fait la critique de Une Vie mais comme tu l’avais faite, lol! Je vais lire Homère, ainsi je peux offrir le livre de la Pleiade à ma fille!
    Je vais commencer par relire mes tintins! La poésie? Je préfère en écrire, parfois, que la lire, mais je ferais bien de tenter d’en retenir, pour ma mémoire!
    Bonne lecture et bonne nuit!!!! Bisousssssssssss

    Répondre
    1. Véronique D

      que s’est-il passé avecle repas? Tu vois, c’est récent que je parle de BD ou de poésies, les premières parce que ça me semblait inutile, les secondes trop imtime, mais finalement, je pense que je vais continuer! BD le vendredi, pour les autres lectures, je vais essayer d’organiser, en ce moment, c’est lundi et mercredi comme ça vient, mais peut-être laisser le mercredi (comme à un moment les prix Nobel) pour les lectures plus sérieuses, genre classiques, prix Nobel, poésies, et le lundi aux polars, je ne sais pas trop… Bon, là, je file au lit (couchée trop tard, euh, trop tôt) lire du sérieux: la religieuse de Diderot… 

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *